Loading

Le parcours du Conquérant Transport fluvial de marchandises sur le Rhône

- 21H30 -

Venu tout droit du Rhône, le Conquérant s’apprête à accoster au terminal Seayard du grand port maritime de Marseille. Ce site, situé à Fos-sur-Mer, est dédié au traitement de conteneurs - caissons métalliques de transport de marchandises.

Nicolas D., matelot du Conquérant guide le capitaine dans les manœuvres d'accostage.

Chaque année, 81 millions de tonnes de marchandises, de produits en vrac liquides ou solides y sont acheminés, faisant de Marseille le 1er port français en traitement de marchandises, le 2e en Méditerranée.

Un porte-conteneur peut mesurer jusqu’à 400 mètres de long et transporter 10 000 à 20 000 caissons.

Déchargés et stockés sur le terminal, certains conteneurs poursuivent leur trajet sur le Rhône.

Le bateau est presque amarré. Composé du pousseur Conquérant et des deux barges sans moteur Corinthe et Bourgogne, le convoi mesure 180 mètres de long, soit l’équivalent de deux terrains de foot.

Vue du Conquérant amarré au grand port maritime de Marseille.

Une fois à quai, le Conquérant doit être déchargé puis chargé. Loïck P., le capitaine du bateau de la Compagnie fluviale de transport (CFT), est assisté au sol par les dockers de ce terminal.

Opération de manutention de conteneurs sur le terminal Seayard du port de Marseille.

Dans la cabine du portique de manutention à plus de 50 m du sol, Yann T., docker grutier, déplace les conteneurs du quai à la barge.

Nicolas D., matelot du Conquérant consigne le numéro des conteneurs qui sont chargés à bord.

- 01H30 -

Le convoi s'apprête à quitter le port de Marseille pour entamer un voyage de 327 kilomètres.

Vue de nuit d'un terminal à conteneurs du grand port maritime de Marseille

- 06H15 -

Au lever du jour, le Conquérant a traversé la Camargue et atteint déjà Arles.

Benjamin P., le capitaine de quart du Conquérant communique par radio avec Cédric B., le matelot.
Notre mission dure une semaine complète avec plusieurs allers-retours entre Lyon et Marseille. À bord du bateau, nous sommes deux matelots et deux capitaines et nous nous relayons toutes les six heures. Mon poste est dans la timonerie, aux commandes du bateau, tandis que le matelot assure toutes les manœuvres et l'entretien quotidien du bateau sur le pont." Benjamin P.

Le Conquérant traverse 14 écluses à grand gabarit entre Marseille et Lyon, surveillées et téléconduites depuis le centre de gestion de la navigation de la Compagnie nationale du Rhône, concessionnaire du fleuve pour le transport fluvial et premier producteur français d’énergies renouvelables.

Je suis matelot à bord du Conquérant. Je suis toujours sur le pont et dois être extrêmement vigilant surtout lors des opérations de bord, d'amarrage, de passage des écluses. Je suis en contact permanent avec le capitaine. C'est un métier à la fois passionnant et exigeant, mais qui peut aussi s'avérer être dangereux, surtout l'hiver quand le pont est gelé." Nicolas D.

- 11H40 -

Dans le Vaucluse, la Drôme ou l’Isère, le Rhône est un axe structurant du territoire, ponctué de nombreux sites industriels, portuaires multimodaux ou encore de production d'énergies renouvelables.

Grue de manutention sur le port fluvial d'Arles.
Parc éolien de la Compagnie nationale du Rhône.

Sur cette portion du fleuve, 5,2 millions de tonnes de marchandises ont été transportées en 2016, avec un potentiel de croissance important pouvant atteindre 20 millions de tonnes par an.

Le Conquérant passe aux abords de Tain-l'Hermitage (Drôme)

Le transport de marchandises par voie fluviale réduit les phénomènes de congestion sur les routes de l’axe rhodanien ainsi que les nuisances sonores. Il permet aussi de réaliser des économies d’énergie et de réduire les émissions de CO2.

Vue du bateau-pousseur Conquérant sous un pont routier.

Un convoi poussé comme le Conquérant peut transporter jusqu’à 4000 tonnes de marchandises, ce qui correspond à un train de 110 wagons ou à 175 camions.

Détail de conteneurs à bord du bateau-pousseur Conquérant.

Le transport de marchandise par voie d'eau, ainsi que le tourisme fluvial sont soutenus dans le cadre du plan Rhône, un projet de développement durable sur un bassin de vie cohérent et structuré par la proximité du fleuve.

- 10H00 -

Après 30 heures de voyage depuis Marseille, le Conquérant arrive au port de Lyon pour le déchargement des deux barges. Si certains conteneurs continuent leur trajet par la route, d'autres sont transportés par voie ferrée.

Manutention d'un conteneur sur le terminal T2 du port de Lyon.

Avec près de 90 000 conteneurs traités chaque année, le port de Lyon est desservi par cinq modes de transport : fluvial, fluvio-maritime, fer, route et pipeline.

Le port de Lyon peut accueillir tout type de trains, jusqu'à une longueur de 750 m. Chaque année, plus de 1700 trains, soit 42000 wagons, transportent au total plus de 400 000 tonnes de marchandises.

Train de frêt conteneurs au départ du terminal T2 du port de Lyon.

Credits:

Arnaud Bouissou - TERRA

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.