Retour vers le passé... d'un photographe amateur

On m'a offert mon premier appareil photo lorsque j'avais 12 ans... Argentique bien sûr, à réglage manuel, avec juste un posemètre qui indiquait une combinaison diaphragme / vitesse à régler ensuite via des bagues et molettes ; à l'époque on n'envisageait même pas qu'un jour faire une photo serait simple comme bonjour et qu'on pourrait pour cela utiliser un téléphone portable... Un téléphone, cela ne pouvait être que ce gros machin en bakélite noire, condamné à rester sur un bureau ou un meuble du salon...

Bon, j'arrête de jouer les vieux, mais celles et ceux de ma génération (les années 50), s'y retrouveront : celles et ceux qui écoutaient la radio le soir en famille quand il n'y avait pas la télé à la maison, qui ont ensuite regardé la télé en noir et blanc sur une seule chaine nationale, qui ont vu arriver sur les stands de la "Foire Commerciale" de Lille les premiers prototypes de téléviseurs aux couleurs baveuses et si peu lumineux qu'il fallait mettre un cache autour pour voir quelque chose - on était loin de la HD ou de la 4k... A l'époque, il n'y avait pas un appareil photo par famille, mes parents n'en possédaient pas, seuls un oncle et mon parrain en avaient un et les utilisaient aux "grandes occasions", aux réunions de famille. Alors, posséder mon propre appareil photo étant gamin, vous pensez... On ne "mitraillait" pas à tout va, le développement et le tirage coûtaient cher, et il fallait attendre plusieurs jours avant d'aller chercher chez le photographe ou de recevoir par courrier les diapositives ou tirages papier tant attendus. Ah, les séances diapos en famille...!

Jeune adulte, je me suis équipé d'un reflex, toujours argentique, et de quelques optiques ; j'ai aussi acheté un petit compact argentique, pratique pour emporter partout ou pour avoir à disposition un autre type de film. J'ai acquis un appareil numérique dès l'apparition des premiers modèles non professionnels ; je ne connais plus la définition en pixels de cette antiquité, mais la qualité était très médiocre et la mémoire très limitée. Enfin, quand les reflex numériques sont devenus abordables pour des particuliers, je me suis acheté un Sigma, puis un Nikon et un petit Lumix à emporter dans la poche. Je suis actuellement toujours équipé d'un Nikon et d'un Lumix récents. Mon plaisir aujourd'hui, c'est de "dérusher" les nombreuses prises de vue, de sélectionner les meilleures, de les retoucher légèrement : je ne suis pas adepte des retouches massives, des filtres numériques et du HDR, mais un recadrage, une correction de l'exposition, un débouchage des ombres ou une atténuation des hautes lumières sur un ciel sont vraiment un plus, merci Lightroom ! Ce logiciel me permet aussi d'indexer mes photos, stockées par milliers sur des disques durs externes, devenus nécessaires pour stocker et surtout sauvegarder les photos numériques en deux exemplaires au moins : pas envie de tout perdre suite à une panne informatique.

Plus de séances de diapos, le partage familial se fait "dans les nuages", ou bien je montre les photos sur tablette aux plus anciens, pas équipé informatique. Je suis aussi sur Flickr depuis plusieurs années : ce réseau de partage de photos permet de faire voir ses photos à qui le veut bien, de découvrir et de suivre via un "abonnement" d'autres talents partagés, dans le monde entier. Sympa de suivre ainsi d'autres photographes et de recevoir des messages des collègues qui suivent vos parutions. A l'occasion, on me demande également via Flickr l'autorisation d'utiliser l'une ou l'autre de mes photos pour une publication papier...

Délivré de mes obligations professionnelles maintenant, j'ai remis le nez dans mes photos et diapos anciennes... Mauvaise surprise, mon projecteur de diapos ne s'est pas remis de son inactivité de plus de vingt ans et refuse de fonctionner... Et puis les séances diapos de jadis, à part la nostalgie, ce n'est plus le top... J'ai donc investi dans un (bon) scanner de diapositives et de négatifs et commencé à scanner mes diapos, bien rangées dans leur boites au fond d'une armoire... Cela prend du temps, mais j'en ai maintenant : scanner, corriger l'exposition ou les couleurs via Lightroom, supprimer les poussières, traces de doigt, rayures avec Photoshop (l'outil "pansement" est bien pratique pour cela : il remplace les défauts de l'image par des pixels qu'il va chercher tout autour, c'est magique). Et le plaisir est grand de revoir les photos prises il y a longtemps, en vacances ou lors de séjours d'étude ou professionnels. Je vous ai mis une petite sélection de ces premiers scans dans la galerie ci-dessous.

Anjou - 1980-81

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Bretagne - 1975

Cliquer pour agrandir

Tarn, Tarn et Garonne - 1971 & 1973

Cliquer pour agrandir

Drôme provençale - 1981

Cliquer pour agrandir

Created By
Bruno PARMENTIER
Appreciate
Photos : Bruno Parmentier - CC by-nc-nd

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.