Loading

Le sport pour se reconstruire Épisode 2 : elles boxent contre le cancer

D’après le Dr Abadie-Lacourtoisie, un quart des cancers sont liés à l'inactivité et la sédentarité. Le sport est aujourd’hui prescrit comme un médicament contre cette maladie. D’après les recommandations 2016 de l’ANSES*, il est conseillé de pratiquer 30 minutes d’activité par jour.

*ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Nathalie, 47 ans

Actuellement en cours de traitement, Nathalie est atteinte du cancer du sein depuis octobre 2017. Poussée par ses proches, elle a choisi de pratiquer la boxe pour lutter contre la maladie. C’est l’occasion pour elle de se dépenser, de se défouler et de faire de nouvelles rencontres tout en découvrant ce sport.

« Les gens sont surpris, ils pensent que lorsque l’on a un cancer on reste au fond de son lit »

Jacqueline, 60 ans

En apprenant son cancer en 2015, Jacqueline pensait que sa vie allait s’écrouler. C’est le soutien de sa famille qui lui a permis de mieux vivre la maladie. En débutant la boxe il y a un an, Jacqueline espérait évacuer ce qu’elle contenait en elle depuis quelques mois déjà. À chaque séance, la boxe lui donne l’occasion de dépasser ses limites.

« Lorsque l'on fait du sport, on oublie la maladie »

Julie, 26 ans

Il y a encore quelques mois, Julie n’était pas intéressée par la pratique sportive. À l’annonce de son cancer, en avril 2017, elle a revu ses priorités et changé d’état d’esprit. Sur les conseils de l’ICO*, elle commence les séances de sport. Son choix se porte alors sur l’escalade et la boxe. Aujourd’hui, convaincue que le sport tient une place importante dans le combat contre la maladie, elle ne peut plus s’en passer.

« On peut penser que la maladie et le sport ne sont pas compatibles alors que c’est l’inverse »

Sophie, 51 ans

Orientée par l’ICO*, Sophie a choisi la boxe pour d’abord se reconstruire physiquement. Aujourd’hui, ce sport lui permet également de retrouver confiance en elle. Intensif, il l’aide à repousser ses limites et à se sentir vivante. D’abord réticente à l’idée de faire du sport, Sophie affirme maintenant que c’est le meilleur moyen de supporter la maladie.

« Le sport, c’est notre bouffée d’oxygène »

« LORSQU’ELLES SONT ICI, ELLES SONT LÀ EN TANT QUE FEMMES ET NON EN TANT QUE MALADES »

Dans le cadre de sa formation dédiée à l’encadrement sportif (BPJEPS*), Margot a réalisé un projet sur le Sport Santé. Cette initiation d’une journée à la boxe, ouverte aux femmes atteintes du cancer du sein, a rencontré un tel succès que le Battling Club propose aujourd’hui des séances de boxe adaptées.

Ainsi, Nathalie, Jacqueline, Julie et Sophie peuvent pratiquer quotidiennement cette activité bénéfique à leur rééducation.

*Institut de Cancérologie de l'Ouest // *BPJEPS : Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport

Qu'en pense le corps médical ?

Pour plus d'informations sur le Battling Club : http://battlingclubangers.com

Un reportage de Justine Sillé, Yann Barisset, Antoine Hernandès, Noémie Baudouin.

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.