Loading

Tiffany Dover est toujours en vie après avoir reçu le vaccin COVID-19 - Mais elle est toujours harcelée par les antivax Traduction d'un article de Skeptical Raptor

Cet article sur le harcèlement de Tiffany Dover par les antivax a été écrit par Dorit Rubinstein Reiss, Professeur de Droit à l'Univeristé de Californie Hastings College of Law (San Francisco, CA). Elle est une fréquente contributrice de ce blog et de bien d'autres apportant un point de vue fouillé et stimulant sur le sujet des vaccins, des problèmes de médecine, de société et de Droit. Le professeur Reiss écrit de nombreux articles pour des revues juridiques à propos des politiques de vaccination.

De plus, le Professeur Reiss est également membre du Conseil consultatif parental de l'organisation « Voices for Vaccines » qui est une organisation qui fait la promotion de la vaccination. Elle est également membre du Vaccines Working Group on Ethics and Policy.

Pendant plusieurs semaines, des militants anti-vaccin du monde entier ont pris pour cible une infirmière du Tennessee, Tiffany Dover, la traquant et la harcelant ainsi que son employeur et sa famille.

Cet article décrit le type de comportement auquel Tiffany Dover a été confrontée, propose quelques mesures que les personnes dans cette situation peuvent prendre et souligne les caractéristiques des médias sociaux qui rendent ce type de harcèlement ciblé possible.

Le cas de Tiffany Dover n'est pas le seul, ni même le pire, cas de harcèlement de ces dernières années. Le pire, le plus systématique, épouvantable et écoeurant est probablement celui des familles qui ont perdu un enfant dans la tuerie de Sandy Hook .

Ce genre de comportement est extrêmement problématique et ne doit pas rester sans conséquence.

Table des matières

  1. Qu'est-il arrivé à Tiffany Dover ?
  2. Le ciblage de Tiffany Dover
  3. Quelques points.
  4. Que peut on faire ?
  5. Mise à jour du 03/02/2021

Qu'est-il arrivé à Tiffany Dover ?

Le 17 Décembre, un hôpital du Tennessee (le CHI Memorial Hospital) a procédé à la vaccination de son personnel avec le très attendu vaccin anti Covid-19. Parmi les personnes qui ont reçu la vaccination, se trouvait Tiffany Dover une infirmière du service de soins intensifs.

Peu de temps après avoir reçu le vaccin, Mme Dover s'est évanouie. Comme l'évènement était retransmis à la télévision, son évanouissement était public. Sans surprise, des militants anti-vaccins, cherchant à effrayer les autres à propos des vaccins COVID-19, ont diffusé de manière trompeuse la vidéo, montrant l'évanouissement de l'infirmière après la vaccination, mais en occultant sa rapide récupération. Et la vidéo écourtée est ainsi devenue virale.

Comme cela a déjà été expliqué par ailleurs, un évanouissement après une injection, n'est pas inhabituel et n'est, en général, pas très grave. C'est presque certainement lié d’avantage à l'aiguille et au processus, qu'au contenu de la seringue. Il y a des gens qui s'évanouissent, par exemple, après une prise de sang.

Mme Dover a elle-même expliqué, juste après avoir récupéré (presque immédiatement) de son évanouissement:

J'ai des antécédents de réponse vagale très forte et, si je souffre de quelque chose, d'une simple envie ou si je me cogne l'orteil, je peux tout simplement m'évanouir.

Bien sûr, l'épisode télévisé d'une infirmière qui s'évanouit après avoir reçu le vaccin, n'est la meilleure des promotions pour une campagne de vaccination. Et il est vraisemblable que si elle même et son employeur avait su qu'elle était susceptible d'avoir un évanouissement après une piqûre, elle n'aurait pas été choisie comme candidate pour ce clip de promotion. Mais au final, cela peut être expliqué, et pourrait même être l'occasion d'éduquer les gens sur les évanouissements après la vaccination : pourquoi ce n'est pas un risque à long terme et comment en réduire les dommages.

Mais le mouvement anti-vaccin s'est saisi de cette histoire très simple et l'a exploitée.

Le ciblage de Tiffany Dover

Immédiatement après que la vidéo soit devenue virale, des militants antivax ont commencé à répandre des rumeurs selon lesquelles Tiffany Dover était morte. Ce n'était pas la première ni la seule allégation de décès après une vaccination contre le COVID-19 fabriquée par des militants anti-vaccin.

Ils ont fait des déclarations similaires, par exemple, au sujet d'une infirmière en Alabama à la suite d'un message anonyme. Ils ont faussement affirmé que l'infirmière Jennifer McClung, décédée du COVID-19, était décédée d'un vaccin COVID-19.

A ce jour, j'ai compté au moins cinq faux décès attribués au COVID-19. Mes amis de Voices for Vaccines ont créé une vidéo pour aborder les faux rapports de décès après les vaccins Covid-19 et ce que vous pouvez faire pour lutter contre la propagation de la désinformation.

Et pour être juste, pour Tiffany Dover, de nombreux vérificateurs ont très rapidement répondu que cette affirmation était fausse.

Mais cela n'a pas empêché le harcèlement.

Dans son cas, cela a commencé lorsque quelqu'un a utilisé un site appelé SearchQuarry pour la rechercher et aurait trouvé un certificat de décès pour elle.

J'ai fait une recherche avec mon propre nom et les actes de décès. Et j'ai trouvé un enregistrement. Je voudrais pourtant vous assurer que les rumeurs de ma mort ont également été quelque peu exagérées.

En fait, ce site donne ce genre de résultat pour tout le monde. Mort ou pas. Mais les complotistes se sont saisis de cette non-preuve et l'ont exploitée. Quelqu'un a même été jusqu'à fabriquer un faux certificat de décès.

Le jeudi 19 décembre, l'hôpital Chi Memorial a publié un message et un Tweet disant:

MISE AU POINT: L'infirmière Tiffany Dover apprécie l'inquiétude manifestée pour elle. Elle est chez elle et tout va bien. Elle demande qu'on la laisse tranquille, elle et sa famille.

Sur Facebook, l’hôpital a été immédiatement visé par des milliers de commentaires l’accusant de mentir et exigeant que Mme Dover fasse une vidéo. L’hôpital a fini par supprimer sa publication sur Facebook.

Les vidéos ont été partagées dans le monde entier. A la suite de cela, des dizaines de milliers de personnes sont allées sur les pages de réseaux sociaux de Mme Dover. Ils ont publié des commentaires allant de l'inquiétude à son égard jusqu'à l'attaquer sur son journal Facebook et à la cibler sur Instagram.

Pire encore, ils ont recherché les membres de sa famille et posté par milliers sur leurs profils. Ils ont sauvegardé toutes les photos personnelles de Mme Dover.

Peu de gens s'attendent à être ciblés sur les réseaux sociaux. C'est pourquoi, ils ne sécurisent pas réellement leurs profils et nous sommes nombreux à publier des photos qui ne sont pas correctement masquées ou des vidéos faciles à trouver. Parce que les gens ordinaires n'imaginent pas jusqu'où un théoricien du complot, qui est convaincu qu'il est en mission d'enquête, est prêt à aller.

Les attaquants ont inventé des faits à propos de la vidéo, affirmant, entre autres, que la personne dans la vidéo n'était pas Mme Dover, et ciblant d'autres collègues qui, selon eux, jouaient son rôle.

En réponse, Mme Dover a quitté les réseaux sociaux. Mais elle n’a pas bien verrouillé sa page. Je suppose qu'y retourner maintenant est trop pénible pour elle. Mais elle est partie, et ce n'est pas surprenant, étant donné le niveau de harcèlement. Tout au long de ce week-end, des militants antivax ont ciblé l'un des membres de sa famille dont le profil n'était pas verrouillé.

Dans le meilleur des cas, ils ont demandé où était Tiffany. Et les membres de la famille ont répondu à plusieurs reprises qu'elle allait bien. Cela n'a rien changé. Les harceleurs n'arrêtaient pas de venir et beaucoup d'entre eux ont accusé la famille de conspirer pour cacher la mort de Tiffany. Ils n'ont pas arrêté.

Lundi, l'hôpital CHI Memorial a publié une vidéo de Mme Dover debout avec ses collègues, accompagnée de ce message:

Nous sommes heureux de vous confirmer que Tiffany Dover se porte bien. Voici une vidéo d'elle aujourd'hui entourée de ses collègues qui la soutiennent tous.

Le harcèlement ne s'est pas arrêté. Deux groupes ont même été créés pour cibler l'infirmière. L'un a été supprimé par Facebook, l'autre non.

Le 29 décembre, plus de 16 000 commentaires avaient été publiés sur le journal Facebook de Mme Dover.

Certains étaient extrêmement désagréables. Voici quelques exemples :

Notez que les antivax appellent cela des Opspsy (NdT : opérations conçues pour influencer les attitudes et les comportements pour atteindre des objectifs politiques et militaires). Ils soutiennent que quelqu'un devrait aller la filmer et répètent qu'elle est décédée en dépit de multiples preuves qu'elle ne l'est pas.

Les militants antivax ont également continué à publier sur le journal Facebook de sa famille, leur disant parfois que leur parent était mort, attaquant parfois la famille comme collaborant pour cacher la vérité, et parfois attaquant directement Mme Dover.

Les assaillants ont créé plusieurs groupes qui ont ciblé Tiffany Dover, qui ont depuis, apparemment, soit été supprimés, soit devenus privés.

Quelques points :

Le ciblage de Mme Dover a été intense, mondial, implacable et basé sur de fausses informations. Même si je suis sûr que certaines des personnes qui postaient n'avaient pas l'intention de la harceler, lorsque des milliers de personnes s'en prennent à un particulier comme ça, c'est du harcèlement. Lorsque les gens fabriquent des fausses déclarations de décès face à dénégations répétées de la famille et de l'employeur, c'est du harcèlement. Et plus qu'un simple dérapage.

Peu importe si une personne en particulier avait l'intention d'attaquer Mme Dover. S'ils venaient dans le cadre de l'attaque, ils participaient au harcèlement.

Plusieurs de ces personnes se sont livrées à des comportements typiques de harceleur, ciblant des membres de leur famille et cherchant à violer l'intimité de Mme Dover.

Il était juste et approprié de demander comment allait Mme Dover, étant donné qu'elle s'était évanouie à la télévision. Mais une fois qu'une réponse était donnée et une vidéo diffusée, continuer en ce sens était du harcèlement.

Que pouvez-vous faire ?

  • N'oubliez pas que les réseaux sociaux vous permettent de contrôler les paramètres. Peu de gens auraient eu leur profil désactivé avant cette attaque, et c'est bien normal. On ne fait rien de mal en ne s'attendant pas à être harcelé. Il est plus prudent de verrouiller vos réseaux sociaux à l'avance, mais ce n'est pas de votre faute si cela ne vous vient pas à l'esprit.
  • Si vous êtes attaqué, verrouillez vos profils sur les réseaux sociaux. Profitez pleinement des paramètres de confidentialité. Rendre les publications privées, rendre votre liste d'amis privée, rendre les photos et les vidéos privées. Sur Facebook, si vous souhaitez laisser certains messages privés, vous pouvez toujours limiter les personnes autorisées à commenter. N'hésitez pas à bloquer les personnes qui harcèlent. Vous ne devez à personne l'accès à vos canaux de médias sociaux privés.
  • Cherchez du soutien. Voices for Vaccines et Vaccinate Your Family disposent de plusieurs ressources pour vous aider à faire face aux attaques des antivax. Pour les prestataires de soins de santé, Shots Heard Around The World propose une aide utile. Faites appel à nous. Je suis également heureuse de répondre aux messages des personnes qui ont besoin d'aide. Ne restez pas seul : il y a des choses que vous pouvez faire.
  • Facebook, Twitter et Instagram de leur côté, peuvent faire mieux. Une solution facile et simple pour les publications - mais pas pour les individus - serait d'autoriser la désactivation des commentaires. Cela aiderait vraiment les publications sous attaque ciblée. À l'heure actuelle, ce n'est pas une option. Nous avons d'autres correctifs qui peuvent aider, et je suis heureux de discuter avec tous ceux qui en ont besoin. Facebook, Twitter et Instagram devraient offrir des outils aux personnes ciblées par le harcèlement de masse. Par exemple, une option de confidentialité ultime avec un bouton, pour éviter d'avoir à attendre qu'ils comprennent ce qui se passe lorsqu'une attaque se déclenche.

Dans l'environnement actuel, avec un mouvement mondial antivax cherchant à effrayer les gens contre les vaccins, en partie en promouvant la désinformation et en partie en ciblant et en harcelant ceux qui les contrent, nous pouvons nous attendre à une campagne de harcèlement de masse. Nous devons être prêts.

Mise à jour du 03 février 2021 Tiffany Dover est toujours en vie.