Loading

Le vrai du faux sur les Réseaux Sociaux ... Laëtitia Graziato, Mélanie sERRET, BENJAMIN TAVERNE, JULIEN TESNIÈRE ...(lycée polyvalent giraux sannier de st martin boulogne)

Comment aborder la désinformation avec les élèves au lycée ? Quelques activités sont présentées ici, elles ont été réalisées par Laëtitia Graziato, Benjamin Taverne, Julien Tesnière (PLP Lettres Histoire) et Mélanie Serret, professeur documentaliste au lycée Giraux Sannier. L’objectif est de saisir toute occasion pour sensibiliser et former les élèves, dans la séquence de 2nde “construire l’information” mais aussi en faisant des rappels en intégrant des activités dans les séquences des classes de 1ère ou de Tle. Une autre occasion peut être par exemple une activité culturelle, comme une sortie pédagogique pour visionner le film “le ciel attendra” de Marie-Castille Mention-Schaar.

La désinformation est abordée lors de différents contextes pédagogiques. Voici quelques exemples d'activités menées pour sensibiliser et former les élèves en ÉMI.

2nde Bac Pro : "construire l'information"

Pour commencer, les élèves doivent trier des titres de publication en "info" ou "intox". L'objectif est de créer le besoin : l'intuition ne peut pas être la seule solution dans le fact checking !

Cet exercice de lancement est réalisé soit avec des étiquettes imprimées comme ici sur la photo : les élèves par groupe de 2 ou 3, trient les titres et les placent sur le vert (info) ou sur le orange (intox). Les professeurs passent dans les groupes pour valider et corriger avec les élèves. Pour une classe entière, cet exercice est réalisé avec l'application Plickers.

Après cette activité de lancement, toujours en groupe, les élèves ont accès à une tablette ou un ordinateur et ils se rendent sur un questionnaire en ligne grâce à une adresse URL. les élèves visionnent d'abord une vidéo "un jour, une question" et ils répondent à une série d'interrogations grâce à un questionnaire en ligne. C'est alors l'occasion de discuter avec eux et de montrer que ce n'est pas si simple de démêler le vrai du faux.

À la fin du questionnaire, ils accèdent à une vidéo qui liste les questions à se poser pour exercer son esprit critique. Ils réalisent une carte mentale à partir de ce support.

Selon le temps, les besoins et le niveau des élèves, la carte mentale peut être plus ou moins développée.

Un jeu de vitesse est alors proposé aux élèves pour approfondir la question du "qui est à l'origine de". Les élèves ont chacun accès à un appareil connecté. Le professeur leur donne un nom de site qui publie de fausses informations et il lance un chrono. Ils doivent trouver la "preuve" en cherchant dans "à propos", "en savoir plus" etc. L'élève qui trouve le plus vite montre sa stratégie au vidéoprojecteur puis on passe au site suivant. Cet exercice a pour but de faire tâtonner les élèves jusqu'à ce qu'ils prennent des réflexes de recherche.

Exemple de site : legorafi, actualité.co, nordpresse.be, footballfrance, Bilboquet Magazine, Jurapresse.fr, Buzzbeed...

J'attends des élèves qu'ils me montrent ce genre de "preuve". Au départ, ils tâtonnent vraiment et vont mettre environ 2-3 minutes pour trouver que les informations cherchées sont souvent dans une rubrique spécifique. À la fin de l'exercice, ils mettent environ 20 secondes.

Je termine cet exercice en proposant aux élèves un nom site de désinformation non parodique et donc qui n'indique pas être faux dans le "à propos". Les élèves recherchent mais ne trouvent pas la "preuve". Je leur indique alors que, peut être, un outil pourrait les aider, et je les envoie sur le Décodex du journal Le Monde.

Les élèves découvrent le Décodex en tâtonnant. Ils testent différents sites pour découvrir le code couleur de l'outil.

Par exemple, le site Lesmoutonsenragés apparait en rouge, Fdesouche apparait en orange, Legorafi en bleu..

Une discussion est ensuite proposée pour débattre du bien fondé de cet outil : peut-on lui faire confiance ? Les élèves expliquent souvent que oui, parce que c'est Le Monde, que c'est connu et qu'en plus il y a des "références" de citées pour se faire sa propre opinion. Mais ils expriment aussi des doutes sur le fait que Le Monde puisse s'auto-critiquer ou critiquer ses "amis"... Cette discussion se termine souvent par un débat sur l'indépendance des médias.

Les élèves vont ensuite piocher deux étiquettes. D'abord une verte, il s'agira d'une intox facile à démonter. Puis une orange et peut être une rouge selon les groupes. Ils vont réaliser un diaporama pour prouver ce qu'ils avancent ou encore une vidéo. Ces supports reprendront le questionnement quintilien qui apparait sur leur carte mentale (réalisée un peu plus tôt).

Vidéo réalisée par Laura et Constance (2nde bac pro GA)

Vidéo réalisée par Célia et Émilie (2nde bac pro GA)

Séances réalisées avant une sortie pédagogique au cinéma pour visionner "le ciel attendra" de MC Mention-Schaar

Ce travail peut être prolongé par des séances sur les théories du complot. Après une sensibilisation au sujet, les élèves décryptent les méthodes utilisées pour créer leur propre vidéo (travail en cours).

Le lancement est utilisé pour un travail sur l'image afin de décrypter la vidéo du Fanta : les élèves se rappellent ainsi qu'une image est polysémique et que si on nous explique ce qu'on doit y voir, on le verra !

1ère Bac Pro : "l'engagement citoyen"

En 1ère bac pro, nous avons poursuivi le travail mené en 2nde pour la séquence "construction de l'information" durant la séquence "l'engagement du citoyen dans la cité". Nous avons abordé la problématique de l'immigration.

Durant le travail sur le départ, le voyage et l'accueil des migrants, nous avons à nouveau abordé plusieurs publications en circulation sur le web.

Grâce à ce qu'ils ont vu en histoire et à un rappel en ÉMI, les élèves analysent une première publication indiquant que les migrants sont bien plus lâches que les français pendant la guerre.
Durant une autre séance, ils travaillent sur plusieurs publications (3 au total) : ils ont accès à la publication et à des documents sélectionnés pour les aider dans l'analyse. Ici, les migrants seraient à 99% des hommes.
Le permis serait payé aux migrants. Il s'agit d'une rumeur très répandue chez nos élèves, qu'ils l'ont vu dans "La Voix du Nord", le journal local. En fait, ce qu'ils ont vu, c'est la première photo qui correspond à un article dans un journal suisse. Ils pensaient que, comme c'était partagé par leurs proches, c'était forcément issu d'un journal local. C'est alors l'occasion de discuter avec eux de la difficulté d'identifier les sources sur les réseaux sociaux. Sur cette rumeur, j'ai également testé le service Eurêkoi de la BPI, le texte sur l'image correspond à leur réponse, très détaillée !
Une dernière analyse porte sur la rumeur disant que les migrants auraient une carte bleue avec 40 euros par jour.
Prise de notes et conclusions de Léa (1ère Bac Pro Technicien d'usinage)

Afin d'avoir une progression sur les 3 ans de bac pro, nous allons mettre en place une séance davantage tournée vers le complotisme pour les terminales à travers la séquence "Le monde depuis les années 1990". Cette séance est en construction... Voici quelques ressources déjà mises de côté...

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.