Loading

Forum des Sages Intelligence de la bonté

Depuis la révolution de l’Internet pour tous, l’accent est mis désormais sur la "crédibilité" au lieu de l’être sur la "vérité".

Nous sommes tous moins désireux de savoir si une chose est vraie, plutôt que de savoir s’il est commode de la croire vraie.

Le détenteur de la vérité n’est pas aujourd’hui l’homme des faits réels, mais plutôt le praticien ès arts des prophéties qui s’accomplissent d’elles-mêmes. Il semble que l’important ne soit pas la vérité, mais la vraisemblance.

Dans ce monde nouveau où tout peut être vrai, l’art qui, dans le domaine social, trouve sa récompense, c’est celui qui donne aux choses l’aspect de vérité.

Ce n’est pas l’art de la découverte, mais de l’invention. Il est facile de déceler un fait réel ; mais rendre un fait « croyable » est un peu plus difficile. Les plus grands efforts tendent à réaliser des illusions, non pas les rêves.

QUELQU’UN M’A DIT, MOI, JE NE CROIS PAS EN DIEU, IL N’EXISTE PAS !

Depuis l’élévation du mal au rang des actes héroïques, le monde vit une succession de déni et de déceptions les plus enivrantes de son histoire.

Nous vivons dans des sociétés caractérisées par l’absence de moralité et de dignité, où l’on estime que chacun peut décider par lui-même, de ce qui est juste, et de ce qui est « moral » quoi que cela puisse signifier. L’on nous brosse constamment le portrait de personnes heureuses, alors même que leur vie est marquée par le mal.

Voici mon argument ; - Si donc quelqu’un sait faire ce qui est bien et ne le fais pas, il est mauvais. - Tous ceux qui pratiquent le mal violent la loi, puisque le mal, c’est la violation de la loi !

Le mal, c’est de ne pas comprendre ce qui est juste, voire ne pas nous en soucier. Savoir ce qui est juste et refuser de le faire, c’est défier ouvertement même, les principes d’être humain, d’être civilisé, et Dieu.

Une autre question ; on me demande souvent aussi : comment est-il possible d’entretenir une relation avec quelqu’un que l’on ne peut ni voir ni toucher, en parlant de Dieu.

Je réponds simplement, pourtant c’est une réalité ; plus de 3 milliards d’êtres humains sur notre planète sont connectés sur les réseaux sociaux sans pour autant se connaitre! Et ils tombent amoureux et même plus.

LES PUISSANCES D'UN MONDE ÉTERNEL ET INVISIBLE ONT ÉTÉ MISES À LA DISPOSITION DE LA PRIÈRE.

Cela est la base absolue de la vraie religion, le canal de toutes les bénédictions, le secret de la puissance et de la vie spirituelle. C'est également la plus grande et la plus sainte œuvre dans laquelle l'homme puisse s'élever. C'est une communion avec celui qui est invisible et le plus Saint.

Nous ne réaliserons pas la paix dans le monde simplement en priant; nous devons prendre des mesures pratiques pour lutter contre la violence, la mauvaise gouvernance et la corruption qui perturbent la paix.

Nous ne pouvons pas nous attendre à un changement si nous ne prenons aucune mesure réelle.

Il est temps d'arrêter de philosopher, mais commencer à travailler pour atteindre les objectifs d'un monde meilleur pour nous et pour les générations futures.

Lorsque nous regardons en dehors de notre fenêtre , si nous ne voyons pas la poubelle du voisin, il est possible que nous voyions le voisin lui-même. Mais il est encore plus possible que ce voisin ne fasse rien de plus que de nous observer de sa fenêtre !

Nous avons pris une telle habitude de juger la réalité d’après l’image, que nous trouverions pénible de nous contraindre à mettre de nouveau l’image à l’épreuve de la réalité. Il nous est toujours plus difficile de modérer nos désirs, de conformer nos espoirs aux possibilités et de ne pas agir à l’inverse. Depuis trop longtemps déjà, nous détenions le douteux pouvoir de façonner la réalité.

COMMENT POURRIONS-NOUS REDÉCOUVRIR UN MONDE NON INVENTÉ ?

Les machines même que nous avons construites pour élargir notre horizon nous gênent et nous trompent.

Comment s’évader ? Comment éviter une vie où l’on ne regarde pas la fenêtre, de dehors comme du dedans ? Ici intervient une particularité providentielle de notre malaise collectif : un homme ne peut guérir et savoir en même temps. Son travail le plus urgent n’est pas de savoir, mais de guérir.

Notre peste à nous, c'est le cancer de nos extravagances et prétentions, est si différent. Connaitre notre mal, découvrir ce dont nous souffrons, est peut-être le seul remède et la seule guérison.

Notre problème se complique du fait que les remèdes proposés par les autres nations contre leurs propres maladies sont en même temps les symptômes de leur malaise

Des solutions chimériques ne guériront pas nos illusions. Notre mécontentement commence à trouver des boucs émissaires que nous pouvons charger de tous les péchés. Puis nous découvrirons de faux héros dont nous attendons la libération.

LA PRISE DE CONSCIENCE, LA PLUS PÉNIBLE, LA PLUS DÉCEVANTE, EST CELLE QUI NOUS AMÈNE À VOIR QUE CHACUN DE NOUS DOIT SE LIBÉRER LUI-MÊME.

Bien que nous puissions souffrir des illusions de la masse, il n’existe pas de recette contre le désenchantement de la masse. Du fait de la loi des pseudo-évènements, tous nos efforts pour réveiller la masse ne font qu’embellir nos illusions.

Si nous avons accordé à d’autres le grand pouvoir de nous abuser, de créer des pseudo-évènements, des célébrités et des représentations, ils n’auraient pas pu agir ainsi sans notre complicité ; chacun de nous en est le principal responsable, et les autres ne sont que ses complices.

C’est une dangereuse tentation que celle de traiter nos illusions en transigeant avec elles. Essayer de guérir les maladies de la publicité en créant une image plus favorable de la publicité. De dissiper la médiocrité par de médiocres appels à la supériorité .

De noyer notre arrogance et ignorance sous de pauvres exhortations au savoir. De cacher notre manque de projets individuels derrière le vide d’une société en train de façonner une attrayante image des projets nationaux.

Chacun de nous doit rompre son propre enchantement, modérer ses prétentions et se préparer à recevoir les messages qui lui viendront de l’extérieur. Le premier pas consiste à pressentir qu’il peut y avoir un monde hors du nôtre, au-delà de notre possibilité actuelle ou future d’imaginer ou d’imager.

Il ne faut plus nous tourmenter sur la façon d’exporter davantage les représentations et bannières de notre mondialisation quotidienne. Il ne faut plus essayer de faire partager aux autres nos illusions.

Il faut essayer de dépasser nos représentations, chercher de nouveaux moyens de recevoir des messages – messages venus de notre passé, du Dieu Eternel, du monde que nous pouvons haïr ou que nous croyons haïr.

A savoir que l’une de nos grandes illusions est notre croyance en un remède. Il n’y a pas de remède ! Il n’y a que la chance de la découverte. Pour cela, le Nouveau Monde nous a offert un grand, un unique commencement.

Il nous faut nous éveiller avant de pouvoir marcher dans la bonne direction. Nous devons démasquer nos illusions avant de comprendre que nous avons été des somnambules. Le plus, comme le moins que nous pouvons espérer, c’est pour chacun de nous de pouvoir pénétrer dans la jungle inconnue des représentations où nous passons notre vie.

C’est de pouvoir retrouver la démarcation entre les rêves et les illusions, là où ceux-là finissent et où celles-ci commencent. Ce sera suffisant. Alors, nous pourrions savoir, où en nous sommes, et chacun d’entre nous pourra décider lui-même du but de sa vie.

JE N'ÉCRIS PAS POUR ÊTRE LU, J'ÉCRIS POUR ME LIRE.

Je suis moins connu pour ma théorie de "Pensernomiques" que pour mon engagement contre l’impérialisme et la propagande médiatique occidentale.

Fondateur et inventeur de la Pensernomiques, intellectuel dissident, militant opposé à la pensée dominante néolibérale, universitaire critique des politiques et médias répressifs, fervent défenseur de la liberté d’expression, figure de proue de l’activisme politique, sympathisant du mouvement Panafricaniste, savant controversé, idolâtré ou boycotté : comme beaucoup de personnalités influentes, je multiplie les étiquettes et les postures.

Difficile pourtant de n’en retenir qu’une, ou encore de les rapprocher de manière significative, quant à maintes reprises je me suis fait interroger au sujet de la relation entre ma carrière de sociocriminologue, prédicateur et ma position de penseur engagé:

"Je réplique toujours que "Je serais très heureux si je pouvais découvrir des connexions intellectuellement convaincantes entre mes convictions égalitaristes d’une part, et ce que je peux démontrer ou entrevoir sur la nature de l’intelligence de l’autre.Mais je ne trouve pas de liens satisfaisants entre ces deux domaines pour le moment." Bref, je fais partie de ces intellectuels mondiaux qui mènent de front, plusieurs combats à la fois.

Quand j'écris, je suis moi-même, vrai et me sens libre. Oui, écrire me rend fort, puissant et en même temps, humble, sachant que je représente un royaume lointain et parce que les écrits resteront très longtemps après le moi.

J'ai passé vingt-cinq ans de ma vie à parler et à partir à la rencontre des cultures, dans différentes nations. Dans des réunions ou dans des rassemblements de 10 à 1 million d’êtres humains.

Imaginez la sensation et la décharge de l'adrénaline qui coulent dans vos veines cérébrales quand plus d’un million d’êtres humains fixent leurs yeux brillants et pétillants d'émerveillement directement sur vous. Est-ce au-delà de la magie ? C'est un immortel baptême d'une reconnaissance infinie.

J'ai tout eu certes, néanmoins, le meilleur est à venir, je le sais. Mais il faut savoir que le vent de la vie souffle et que les mots et les discours les plus puissants sont oubliés avec le temps, mais les écrits restent. C’est pourquoi j’ai décidé d'écrire et de me lire, pour me libérer éternellement.

JE SUIS UN MAESTRO SUR SCÈNE QUAND JE PARLE

Je pense à chaque mot, chaque pas, chaque démonstration; mouvement des mains et des yeux. Je deviens un maestro sur scène quand je parle.

Cette révélation « étourdie les gens » de savoir à quel point je me prépare pour chaque exposé, chaque prédication et chaque séance de formation des leaders. Après 25 ans de présentation, prédication, enseignement devant toutes sortes de publics, je peux l'avouer. L'humilité est un attribut qui me sert bien.

Tout ce qui concernait mes présentations était méticuleusement répété - gestes corporels, présentation, messages, interactions avec d'autres orateurs sur scène et avec le public.

Je passe des heures et des heures à m'entraîner, à enregistrer mes séances, à les regarder rejouer avec ma famille et mon équipe et à leur demander leurs impressions.

Comme dans le sport, la pratique rapporte toujours et peu importe depuis combien de temps vous êtes professionnel.

Il n'y a pas de magie à faire pour réaliser une excellente présentation, mais si vous méditez et répétez efficacement, votre auditoire sera fasciné.

Je fais en sorte que mes présentations paraissent faciles parce que je gagne du temps et que mes notes principales sont finalement devenues mon arme de compétition.

Si vous souhaitez réaliser une présentation envoûtante, qui diffère sensiblement de celle de vos concurrents, préparez-vous à répéter beaucoup plus que ce que vous avez fait dans le passé et 10 fois plus fort que vos concurrentes.

Une présentation efficace peut également être votre arme de compétition. Une belle présentation peut produire beaucoup de choses: lancer une carrière, inspirer les employés, attirer des clients, des investisseurs et des partenaires.

Mettez-vous à part pendant vos heures de répétition avant votre prochaine présentation critique. Cela rapportera plus que vous ne pouvez l'imaginer.

RAISONNEMENT SUR L'INFORMATION, LA CONNAISSANCE ET LA SAGESSE

En raison du développement massif des technologies de l'information et des communications, les informations, en général, touchent tant les jeunes que les étudiants. Cependant, les informations ne doivent pas être assimilées à des connaissances et certainement pas à de la sagesse.

Notre défi ultime et notre responsabilité face à cette génération en tant que dirigeants est de guider et de permettre aux populations qui nous entourent de traiter de manière sélective, et critique et de transformer les informations en connaissances conceptuelles profondes.

Les étudiants ont également besoin de compétences, de croyances et d'attitudes qui leur permettront de mettre en application leurs connaissances de manière adaptative, responsables et créatives dans de nouvelles situations.

Pour atteindre et maîtriser une telle compétence adaptative, ils doivent acquérir des compétences cognitives, motrices et efficaces leur permettant d'auto-réguler leur apprentissage. Ils ont ainsi de nombreuses possibilités d'utiliser et d'appliquer leurs connaissances dans un grand nombre de contextes et de problèmes.

Je me demande aujourd'hui si les jeunes universitaires et chercheurs ont encore suffisamment de temps et d’opportunités pour penser et réfléchir à leurs travaux.

Dans l’ensemble, la culture de la recherche actuelle est, certes, propice à l’accroissement de l’information, mais peut-être moins à la recherche de nouvelles voies et à la remise en question des paradigmes existants nécessaires. Pour favoriser le progrès réel de la connaissance et le développement de la sagesse.

Un autre défi est la lutte contre la manipulation des connaissances dans divers domaines, notamment en biomédecine et l'utilisation de l'histoire à des fins politiques.

Nous devons lutter contre la manipulation systématique des informations et des connaissances scientifiques. Les scientifiques doivent s'efforcer de développer et d'améliorer des canaux et des modèles de communication efficaces avec le monde environnant.

Les institutions publiques, les gouvernements, les entreprises et les universités affirment avoir du mal à recruter les bonnes personnes. Considérant que la pensée critique est l’une des principales exigences de la plupart des postes, on peut se poser la question suivante: ces compétences non techniques peuvent-elles être enseignées?

Il est temps de rejeter la notion selon laquelle la pensée critique est soit un don inné qui ne peut être développé, soit une compétence acquise uniquement par l'expérience. Vous pouvez développer l’une des compétences les plus recherchées d’aujourd’hui!

Contactez-nous ici -

Created By
Alpha Grace
Appreciate

Credits:

@DrAlphaGrace