Claudy Weibel Champion du monde, le roi belge de la boule remet son titre en jeu.

Deux ans après être devenu le premier champion du monde de pétanque en tête à tête, l’Arlonais Claudy Weibel s’apprête à défendre son titre, à Gand. Rencontre.

Nous sommes allés à la rencontre de Claudy Weibel, chez lui, à Heinsch, découvrez son interview dans la vidéo ci-dessous.

" Sincèrement, quand j’ai inscrit le 13e point, je me suis demandé ce qui m’arrivait. Et je me suis mis à chialer comme un gamin. Vous imaginez: 15 ans après mon titre mondial en triplettes, me voici champion du monde individuel: le tout premier de l’histoire."

Dès ce jeudi et jusqu'à dimanche, à Gand, le Fouchois Claudy Weibel défendra son titre mondial en tête à tête, conquis voici deux ans à Nice. Il s'agissait alors de la première compétition mondiale de ce type, les mondiaux ne concernant jusque-là que les triplettes.

Claudy avait d'ailleurs été sacré dans cette compétition en 2000.

Cette année, autre nouveauté, dans la perspective des JO de 2024 où la pétanque compte bien faire sa grande entrée, des titres seront également attribués en doublettes et en doublettes mixtes.

Claudy s'aligne également en doublettes avec le Bruxellois Jean-François Emon.

Charles, dit Claudy, pratique la pétanque depuis son enfance. Tout au long de sa carrière, celui qui a fêté ses 46 ans le 30 mars, a accumulé titres et podiums, devenant une des références de la discipline en France, notamment au club de Metz avec lequel il a conquis la Coupe d'Europe des clubs en 2012 et 2013.

En 2015, Claudy, qui travaille dans l'événementiel et vient de créer sa propre marque de boule (Toro), s'est vu décerner le mérite sportif provincial du Luxembourg.

En 2015, l’Arlonais Claudy Weibel a écrit la plus belle page de son palmarès. Il est devenu le tout premier champion du monde de pétanque individuel. À tout jamais, Claudy Weibel restera lié à la grande Histoire de la pétanque. Cet Arlonais de 43 ans avait d'ailleurs stupéfié tout son monde lors de la finale, disputés à Nice. Il avait remporté cette dernière en écartant 13 à 8 le «bombardier» tunisien Sami Atallah.

"Je n’étais pas le super-favori; j’étais même parti avec des pieds de plomb, mais les victoires se succédant, je me suis vite retrouvé sur un nuage, réussissant des coups extraordinaires."

Claudy Weibel a hâte de défendre son titre

Claudy, dès jeudi prochain, vous allez repartir à la conquête d’un nouveau titre mondial. L’adrénaline est en train de monter?

L’impatience commence à me gagner. J’éprouve de très bonnes sensations actuellement. Oui, j’ai hâte de défendre ce titre, mais d’un autre côté, je ne peux me mettre de pression, même s’il est clair que cette fois, j’ai un statut à défendre. Les circonstances sont, en effet, totalement différentes du championnat précédent.

Ce titre, le premier en tête à tête dans l’histoire de la pétanque, il a changé quelque chose dans votre vie?

Sur le plan matériel, rien du tout. Il ne m’a pas rapporté un cent. Mais sur un plan purement personnel, je dois dire qu’il m’a fait le plus grand bien. Voici deux ans, j’avais perdu la motivation, la confiance aussi. Ce titre m’a complètement relancé. Il m’a aussi aidé à développer certains projets, notamment la création de ma propre marque de boules (NDLR Toro). Nous sommes quatre actionnaires et franchement, notre produit séduit le marché.

Vous êtes aussi devenu une sorte d’ambassadeur de la pétanque…

La pratique de ce sport m’a permis de visiter bon nombre de pays. C’était déjà le cas avant mon titre individuel, mais c’est vrai que les invitations se sont multipliées, d’autant que la pétanque ne cesse de gagner des territoires. Je rentre ainsi d’un voyage d’un mois en Thaïlande, où notre sport s’est fortement développé. Finalement, ces deux années seront passées à une vitesse phénoménale. Je suis tout surpris de me dire que le mondial, c’est déjà dans quelques jours.

Parlons-en de ce mondial. Vous allez le disputer en Belgique, à Gand. Un avantage?

Pas sûr. Au contraire, je me méfie des conditions de jeu qui nous seront imposées. En tennis, pour la Coupe Davis, je vois que le choix de la surface de jeu est souvent déterminé en fonction des attentes des joueurs; ici, nous n’avons pas été consultés. Je sais juste que les championnats vont se disputer en salle.

Revivre son sacre de 2015

«Si Paris obtient les Jeux en 2024, la pétanque aura toutes ses chances de faire sa grande entrée dans l’olympisme.»

« Le plateau sera relevé »

Après Nice en 2015, le championnat du monde de pétanque en tête à tête se déroulera de jeudi à dimanche à Gand (Topsporthal Vlaanderen). La crème de la pétanque mondiale devrait être présente. « Il faudra notamment surveiller la France et son numéro 1, Henri Lacroix, qui sera le grand favori de la compétition, détaille Claudy Weibel. Il y aura aussi l’Italien Diego Rizzi. Il y a un petit jeune qui vient de Thaïlande et qui est un véritable phénomène. Le Tunisien que j’avais rencontré en final il y a deux ans, Sami Atallah, sera présent également. Les gars venus de Madagascar sont champions du monde en triplette. Le plateau sera relevé. Il y a quelques gars qui peuvent aller très très loin. Personnellement, j’irai avec l’ambition de gagner, mais ce sera compliqué. On ira surtout avec l’ambition de bien jouer et de se faire plaisir. »

Outre la compétition en tête à tête, organisée pour la seconde fois et dont Claudy Weibel porte le maillot de champion du monde, une compétition de doublette sera également organisée. « Ce sera une première, glisse le champion du monde. Il y aura également une compétition en doublette mixe, un homme et une femme, une doublette féminine et un tête-à-tête féminin enfin. »

Réel sport, la pétanque tente de se professionnaliser. Outre les différents championnats du monde, elle espère être présente aux jeux olympiques de 2024. « Si Paris obtient les Jeux en 2024, la pétanque aura toutes ses chances de faire sa grande entrée dans l’Olympisme, confirme Claudy Weibel. La pétanque est réellement devenue un sport il y a 25 ou 30 ans, même si celui-ci n’est pas vraiment connu en Belgique. Bien entendu, la pétanque se joue aussi à l’heure de l’apéro, mais il y a aussi un sport à côté, même si celui-ci n’est pas le plus athlétique, je vous l’accorde. Un sport d’adresse, de concentration et où il faut pas mal de rigueur pour être parmi les meilleurs. »

Malgré tout, la pétanque reste un sport totalement amateur. « On ne peut pas en vivre, malheureusement, reprend l’Arlonais. J’aurai aimé devenir professionnel, mais ce n’était pas possible (rires). Enfin, la pétanque m’aura tout de même permis de voyager et de voir pas mal de choses. »

Au niveau du programme, les qualifications de ce championnat du monde auront lieu entre jeudi et samedi midi. Les quarts de finale se disputeront dans la foulée (de 12h à 18h), ainsi que les demi-finales (de 18h à 22h). Les finales sont programmées dimanche dès 8h30 pour les doublettes, dès 13h30 pour le tête à tête.

Toutes les informations sont à découvrir sur le site de la fédération : www.wpc-belgium2017.be

Le championnat du monde débutera ce jeudi pour se terminer dimanche. Les qualifications auront lieu entre jeudi et samedi midi. Les quarts de finale se disputeront dans la foulée (de 12h à 18h), ainsi que les demi-finales (de 18h à 22h). Les finales sont programmées dimanche dès 8h30 pour les doublettes, dès 13h30 pour le tête à tête.
"Bon, à 48 ans, je ne suis plus un débutant; je me connais, mais je sais aussi qu’il suffit d’un détail pour orienter une partie. Je vais donc tout donner pour conserver ce titre, mais si je le perds avec tous les honneurs, en ayant produit mon meilleur jeu, je ne pourrai être déçu."
Created By
Mathieu Golinvaux
Appreciate

Credits:

Textes Francis Collin / Mathieu Golinvaux Photos Mathieu Golinvaux Photonews Vidéo Mathieu Golinvaux

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.