Notre santé est-elle mise en danger par les lampes basse consommation ?

Les lampes à incandescence, première lampe inventée en 1879 par Joseph Swan, sont sur le point de disparaître définitivement au profit de nouveaux types de lampes: les ampoules fluocompactes et les LED, qui devraient consommer moins d'énergie. Mais plusieurs études montrent que ces nouveaux systèmes d'éclairage posent plusieurs questions de sécurité sanitaire.

En effet, on soupçonne les ampoules fluocompactes de contenir du mercure, un métal lourd extrêmement nocif pour l'être humain et plus particulièrement pour les enfants. Mais comment vérifier la présence de ce métal ?

C'est la question à laquelle nous avons du répondre. Il faut tout d'abord savoir que les ampoule fluocompacte on un fonctionnement bien précis: un gaz, contenu dans une enveloppe de verre va émettre de la lumière au contact de l’électricité. La couleur renvoyée par l'ampoule et son spectre d'émission varie en fonction du gaz contenu dans cette enveloppe de verre. Nous avons donc réalisé une série de test visant à comparer le spectre d'émission d'une lampe fluocompacte à celle d'une lampe fonctionnant au mercure.

Petit rappel: Le spectre d'émission d'un gaz définit à quelle fréquence il restitue la lumière (en sachant que le soleil restitue la lumière sous toute ses fréquences).

Et le résultat est sans appel, les spectres des deux lampes sont rigoureusement identiques ! Ce qui prouve la présence de mercure dans la lampe fluocompacte et donc de danger potentiel pour l'homme.

En conclusion, oui, les lampes fluocompacte contiennent du mercure.

Credits:

Created with images by Hans - "optics prism light beam"

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.