Les chiffres arabes

Les chiffres arabes (ou chiffres indo-arabes, parfois chiffres hindou-arabes) sont, dans le langage courant, la graphie occidentale des dix chiffres (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 0 ) et le système d'écriture décimale positionnelle qui les accompagne, empruntés au système de numération indien et parvenus à l'Occident médiéval au contact des mathématiciens arabes via la civilisation andalouse.

Les chiffres arabes s'inspirent d'une numération décimale indienne datant du iiie siècle av. J.-C. et empruntée par la civilisation arabe à partir du ixe siècle.

Les chiffres arabes ont gagné l'Europe au xe siècle par la péninsule ibérique, alors sous domination omeyyade. Puis leur diffusion dans le reste de l'Occident s'est poursuivie par divers modes.

Ces chiffres ont progressivement remplacé les chiffres romains et se sont graduellement imposés dans le monde entier parce qu’ils permettent une notation plus aisée dans le système décimal. Ce système est utilisé en Occident, sous l'influence des mathématiciens arabes, grecs et persans et facilitent les opérations sur les grands nombres (addition, multiplication, etc

D'autres attribuent un rôle majeur au mathématicien italien Leonardo Fibonacci (1175 — 1250), qui avait étudié auprès de professeurs musulmans à Béjaïa (dans l'actuelle Algérie), ramena à Pise en 1198 une partie de leur savoir et publia, en 1202, le Liber Abaci (Le livre du calcul), un traité sur les calculs et la comptabilité fondée sur le calcul décimal.

Le mot chiffre vient de l'arabe صفر (ṣifr), signifiant « zéro ». Le zéro constituant l'innovation la plus importante du système de chiffres arabes, il a fini par désigner l'ensemble des chiffres.

Merci de m'avoir écouté

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.