Loading

4 jours de survie en Patagonie AUDREY, BASTIEN ET lea

Jour 1

Je me réveillai dans la neige il était 11h00, ma jambe droite me lançait affreusement. Je me souvins du crash de l’avion : je m'appelle Ayoub Guerfi, je suis professeur de SVT . Le directeur du collège d’où je viens m’avait demandé d’aller à Ushuaïa pour travailler sur les plantes médicinales de Patagonie. Je partis des États-Unis vers Ushuaia. Il était 20h00 quand les hôtesses apportèrent le repas : c’était des sandwichs au thon et des chips goût barbecue. Je demandai où nous nous situions et l’hôtesse me répondit que nous étions à 3800m d’altitude. Tout d’un coup, le brouillard se leva. On ne voyait plus rien au loin. Ensuite , j’entendis un énorme boum ! Les lumières rouges s’allumèrent il était 23h30. Tout le monde cria, les enfants, les adultes, certains attachèrent leur ceintures. L’avion descendit, descendit et ensuite, plus rien, le noir complet je perdis connaissance.

A mon réveil, je me levai en boitant avec une douleur vive, le paysage était splendide, les montagnes était immenses je n’en avais jamais vu en vrai à part dans les manuels de mes élèves. Quand soudain je vis une aile de l’avion, j’eus un frisson qui me parcourut dans tout mon corps. Je m’approchai et je vis l’avion écrasé, il y avait des corps tout autour de l’avion, ils avaient dû être éjectés comme moi. Ensuite je rentrai dans l’avion, il y avait des débris des personnes à terre, ma jambe me lança soudain je n’arrivais pas à la poser par terre je pris des débris de l’avion et je m’en fis des béquilles. Je me fabriquai aussi un traîneau avec une grande planche en métal, j’arrachai des ceintures des sièges. Mon ventre gargouillait, je trouvai un sandwich par terre, je le mangeai il était cabossé et froid mais bon il était bon quand même. Je mangeai de la neige et ça me glaça la langue mais j’eus l’impression d’avoir bu de l’eau. Je retournai à l’avion et je m’endormis sur un siège.

Jour 2

Je me réveillai en sursaut, j’avais de la sueur qui dégoulinait de mon front. Mon cauchemar avait été tellement éprouvant : je m’étais vu en train de me faire démembrer par des loups. Puis ma douleur à la jambe revint ça me lançait et ça me faisait si mal. Dix minutes après environ, la douleur s’estompa, je partis explorer les alentours quand tout à coup, j’aperçus un lac gelé. Il était resplendissant et scintillant...

Ensuite, je retournai à l'avion mais le trajet fut rude, il fallut gravir une montagne. Enfin arrivé à l'avion, je fouillai l'avion de fond en comble, ne trouvant pas ce que je cherchais... Mais je vis finalement un objet blanc dépasser d'un siège renversé. C'était la mallette de secours je l'avais reconnue grâce à son logo. Je l'ouvris et j'y trouvai des feuilles de secourisme accrochées par un trombone je les mis dans ma poche. Il y avait aussi de la ficelle, des pansements, des compresses, une piqûre et un flacon d'anesthésie et des fusées de secours. J'étais dégoûté de voir touts ces corps par terre d'où s'échappait du sang dégoulinant et gelé. Certaines personnes étaient ouvertes et du givre figeait leurs corps. J'allai voir dans les cuisines de l'avion, j'y découvris des sandwichs cabossés par le crash mais encore emballés, des chips goût barbecue et un allume gaz. Je me dis que j'aurais pu déplacer les corps et que cela m'aurait éviter de les voir à chaque fois que j'allais dans l'avion. Je les déplaçai dans la cuisine avec ma luge, ce fut long et pénible, j'avais l'impression que les personnes me regardaient. Puis je sortis avec dégoût et horreur. Trente minutes après je mangeai un paquet de chips et mon sandwich. Ensuite, je m'endormis.

Jour 3

Je me réveillai et regardai ma montre encore cabossée par le crash, il était 8H du matin nous étions le lundi 27 janvier. Je commençai à entreprendre la fabrication d’une canne à pêche, je regardai dans l’avion pour voir s’il y avait de la ficelle et un barre de fer. Je trouvai dans le cockpit de la de la ficelle que j’avais posée hier sur un siège renversé. Le cockpit était sans dessus dessous les manettes cassés par terre. Les vitres étaient brisées, les siège renversés et les écrans de contrôle brisés également avec des bouts de verre par terre. Je trouvai une barre de fer assez longue sous un des deux sièges renversés et je pris aussi le marteau brise vitre pour rompre la glace ainsi qu'un trombone pour l'hameçon. Je partis qu'il était environ 11H, je pris le traîneau qui devait me servir pour la contusion de ma jambe droite mais je n'avais plus mal. Je m'y installai puis descendit les 2KM34, la montée du retour allait être rude. Je trouvai un rocher en forme de Y j'y posai la barre de fer creuse puis j'introduis la ficelle à l’intérieur, fixai le trombone, pris un bout de mon sandwich au thon et le mis au bout de l'hameçon. Je lançai alors l'hameçon le plus loin possible, il n'y avait plus qu'à attendre. Au bout de 10 min je vis la queue d'un poisson sortir de l'eau. Je pris la ficelle et la ramenai vers moi, le poisson sauta et s'écrasa sur le sol: c'était une truite fario.

La truite devait bien peser bien 600 grammes. Mais tout à coup le vent se leva. Je dus accrocher la truite avec la ficelle et pris mes jambes à mon coup pour commencer la remontée. Au bout d'une heure j'arrivai enfin en haut. J'avais terriblement froid évidement car il faisait -37°C. J'entrepris de faire un mur de neige sur toutes les fenêtre brisées par le crash, la neige était un très bon isolant. Après cela il faisait un poil plus chaud mais plus noir aussi, j'allais donc faire un feu. Je choisis un endroit a l’abri du vent glacial qui soufflait à plus de 170KM/H. Je commençai a creuser un trou, 7cm plus bas j'arrivai à une pierre. J'élargis le trou pour avoir un diamètre de 20 cm, je ramassai de fines tôles de fer que je tordis pour qu'elles prennent la forme du cercle puis j'arrachai du tissu que je mis à l’intérieur. J'allai chercher le briquet trouvé la veille avec la ficelle, je le pris et commençai à allumer le feu. J'y arrivai au bout de trois fois, il faisait déjà plus chaud. Il était 14H, je fis rôtir le poisson puis je le mangeai. Je décidai de tester la radio. Au bout d’une heure je parvins à sortir la radio des décombres. Pendant 4H je fis des tests avec la radio, et cela commençait a m’énerver. Je décidai d’aller me coucher. A 22H je me réveillai, je venais d’entendre un hurlement de loup puis un deuxième différent du premier il était donc deux, ils devaient se battre. Je décidai de ne pas bouger et voir le lendemain en plein jour, ce qui s'était passé.

Jour 4

Je me réveillai et je mangeai un autre sandwich. Ensuite j’allai voir à peu près d'où venaient les cris de loup entendus hier soir. A cet endroit, je trouvai un loup mort. Je ramenai alors sa carcasse à l’avion. Je vérifiai encore si la radio fonctionnait. Malheureusement, toujours pas. Je me mis alors à taper de toutes mes forces sur la radio. Il y eut un bruit pendant deux secondes puis le silence. J’espérais que quelqu’un vienne me sauver. Je fis ensuite rôtir la carcasse du loup puis je la mangeai, cela changea du poisson! Il était environ 15h00, je retournais pêcher au lac quand le vent commença à se lever. J’admirais la vue du lac gelé, je voyais des montagnes à perte de vue. Je pêchai finalement deux petits poissons. Tout d’un coup, une deuxième tempête de neige se leva beaucoup plus forte que la première. J’entendis des voix aux loin mais ne voyais rien. Il était environ 16h00, je rentrai à l’avion après une heure de marche et je constatai que le feu s’était éteint à cause de la tempête. Le vent avait changé de direction hier c’était un vent d’est, aujourd’hui il venait de l'Ouest . Des sons humains arrivaient jusqu'à mes oreilles. Je pris alors les fusées de détresse et je montai sur une colline. Je commençais à avoir très froid mais je parvins à allumer une fusée, puis je tombai dans les pommes.

Je me réveillai à l’hôpital, il était 22h00, le médecin me dit que j’avais fait une hypothermie et que les voix que j’avais entendues étaient celles des secouristes qui m'avaient retrouvé sans connaissance. Ensuite, ils m'avaient emmené jusqu'à l'hôpital le plus proche. J'étais enfin sauvé!

Credits:

Created with an image by Milada Vigerova - "untitled image"

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.