Loading

La Part-Dieu en cinquante ans d'évolution De la démolition de la caserne au chantier de la gare en passant par la construction de la tour Incity, retour sur le développement d'un quartier en mutation perpétuelle.

Le 20 août 1968, les militaires du CRT 8 quittent les lieux. Ce départ donne "(enfin) le feu vert à la Part-Dieu, centre directionnel de Lyon", indique alors Le Progrès.

La démolition de la caserne marque le lancement de nombreux chantiers.

Le quartier de la Part-Dieu devient un nouveau point central.

La maison de l'ORTF a déjà commencé en 1967. Au fond, on aperçoit encore la caserne.

1973 : La caserne a disparu. C'est le grand chantier à la Part-Dieu.

Sur cet emplacement, les rues de Bonnel et Servient sont prolongées.

La Part-Dieu deviendra un deuxième "centre-ville" à Lyon.

Le quartier concentrera habitations, commerces, immeubles d'affaires et équipements culturels, dont la bibliothèque municipale.

Photo d'archives Le Progrès

L'un des artisans de ces transformations est le maire, Louis Pradel. Elu en 1957, succédant à Edouard Herriot, il restera vingt ans dans le fauteuil de maire.

Il s'autoproclamait "premier promoteur de France". On lui doit une liste impressionnante de réalisations, à côté du centre commercial et de la bibliothèque de la Part-Dieu : le tunnel sous Fourvière, le boulevard des Etats-Unis, l'axe Vivier-Merle-boulevard des Tchéquoslovaques, la patinoire Charlemagne, le palais des sports et la plaine des jeux de Gerland, le quartier de la Duchère, le centre d'échange de Perrache, etc.

Photo d'archives Le Progrès

Le parking des Halles de la Part-Dieu est inauguré par Louis Pradel en décembre 1970. En janvier 1971, les Halles, qui étaient auparavant situées en face des Galeries Lafayette, dans le 2e arrondissement de Lyon, ouvrent leurs portes dans le quartier de la Part-Dieu. Les commerçants disposent de 5000 m².

En 2006, les Halles deviennent les Halles de Lyon-Paul-Bocuse, hommage au grand chef lyonnais.

Photo d'archives Le Progrès

La construction de l'auditorium Maurice-Ravel est lancée en 1972 et sera achevée en 1975.

La bibliothèque est inaugurée en décembre 1972, après plus de trois ans de travaux. C'est "la plus grande bibliothèque d'Europe" selon Le Progrès. On y trouve un million de livres.

Le maire de Lyon, Louis Pradel, pose la première pierre de la tour du Crédit Lyonnais le 5 juin 1974. D'une hauteur de 141,90 mètres, elle sera surnommée "le crayon" et sera pendant longtemps la plus haute et le symbole de la ville.

Elle sera inaugurée le 31 mai 1977.

Elle ne devait, au départ culminer "qu'à" 120 mètres. Mais la mairie a souhaité une vingtaine de mètres supplémentaires, 120 mètres étant un chiffre jugé insuffisant pour lui donner un profil élancé. Il se dit aussi que le maire voulait avoir la plus haute tour de province.

Photos d'archives Le Progrès

Le centre commercial de la Part-Dieu existe officiellement depuis le 8 septembre 1975.

"Oui, je suis fier. La Part-Dieu représente dix-huit ans de luttes, d'efforts. Combien ont parié qu'elle ne se ferait pas ? Là où le président Herriot a échoué, nous avons réussi", lance alors Louis Pradel lors de l'inauguration.

Pour l'époque, les chiffres sont inédits. On y trouve trois grandes surfaces, douze restaurants, un bowling, six salles de cinéma et une discothèque. Son parking compte huit niveaux et 3600 places.

Ce centre constitue une alternative forte au centre-villes et devient le point névralgique du quartier. Aujourd'hui, il est toujours l'un des plus grands d'Europe.

Photo d'archives Le Progrès
Photo d'archives Le Progrès

La gare de la Part-Dieu est inaugurée le 24 octobre 1983, après cinq ans de chantier.

Ancienne gare de marchandises, elle remplace celle des Brotteaux, qui aurait nécessité trop de travaux, à l'arrivée du TGV.

Depuis 2017, elle fait l'objet d'une restructuration. Elle accueille quelque 130000 voyageurs chaque jour. Elle constitue un nœud pour les passagers du métro et du tramway. Elle est aussi le point de départ de dessertes qui mènent à l'aéroport Lyon Saint-Exupéry.

Photo d'archives Le Progrès
Photo d'archives Joël Philippon

Les lignes de tramway sont inaugurées en décembre 2000 et mises en service en janvier.

La ligne T3 est mise en service en 2006, la T4 en 2009 et le Rhônexpress en 2010.

Photo Pierre Augros
Photo d'archives Le Progrès

Certaines tours ont rejoint le "crayon" : Oxygène (117 mètres de haut), Incity (170), Silex 2 (129), Sky 56 (50 m). D’autres doivent encore sortir de terre, comme le To-Lyon (170 m) d’ici à 2022.

Photos Joël Philippon et Philippe Juste

D’ici à 2030, la gare de la Part-Dieu va doubler de volume. Le centre commercial va étoffer son offre de plus de 32 000 m² de commerces et services, soit 305 commerces. À terme, l’offre de bureaux va passer de 1,2 à 1,6 million de m². La Part-Dieu va ainsi consolider sa place de deuxième quartier d’affaires derrière la Défense à Paris et conforter sa belle cote auprès des investisseurs français et internationaux. Plus de 2 200 logements seront construits. Soit plus de 4 000 habitants qui vont jouir des 30 hectares d’espaces publics réaménagés. Selon la Métropole, le projet Lyon Part-Dieu devrait nécessiter 2,5 milliards d’euros d’investissements publics et privés.

Réalisation : Virginie François

Fonds documentaire : archives Le Progrès, "Nos années 70", "Nos années 80".

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.