Loading

Le récap’ #1

Sommaire

  1. Le HRC affronte de graves difficultés financières
  2. Le congé paternité en votations le 27.09.2020
  3. Résultats du sondage dans les EMS
  4. "Déconfinement" : Respect des mesures de protection
  5. Pas de chômage partiel "RHT" pour le personnel de l'HVS

Hôpital Riviera-Chablais: le centre hospitalier affronte de graves difficultés financières

L’hôpital Riviera-Chablais (HRC) affronte de graves difficultés financières. Vaud et Valais ont ordonné un audit. Ils vont accorder une garantie d’emprunt de 80 millions pour assurer la viabilité financière à court terme de l’établissement qui a ouvert en automne dernier à Rennaz (VD).

«La situation financière est aujourd’hui grave», a déclaré mercredi devant la presse la conseillère d’Etat vaudoise Rebecca Ruiz. L’hôpital devrait boucler l’année 2019 sur un déficit de 17,9 millions de francs, alors que six millions étaient prévus.

Congé paternité – investir pour les familles et les PME

Le 27 septembre, le peuple suisse se prononcera sur un congé paternité de 2 semaines.

Le coronavirus a modifié beaucoup de choses. La crise montre surtout l'importance du travail de prise en charge par les familles. Et que les pères jouent ici un rôle central. Le congé de paternité est donc plus important que jamais! Es-tu aussi favorable à un congé paternité de 2 semaines?

Conditions de travail du personnel EMS - COVID19

Le 11 avril dernier, les Syndicats Chrétiens du Valais et le syndicat SYNA pour la partie haut-valaisanne ont effectué un sondage au sein de l’ensemble des EMS du canton du Valais en lien à la pandémie COVID19.

  • La grande majorité de l’échantillonnage de données collectées laisse apparaitre que les mesures pratiques et informatives en lien au COVID19 ont bien été effectuées.
  • Les informations en faveur des personnes vulnérables restent à améliorer.
  • L’octroi d’une prime extraordinaire demeure l’attente prioritaire du personnel sondé face à la surexposition au coronavirus.

Les règles de distance et d'hygiène continuent de s'appliquer

Le respect des règles de distance et d'hygiène sera décisif pour l'évolution de l'épidémie. Ces règles restent donc importantes. Le Conseil fédéral réalisera un monitorage pour observer attentivement les conséquences des mesures d'assouplissement sur l'évolution de l'épidémie. Celles-ci s'accompagneront par ailleurs de plans de protection. Tous les établissements doivent présenter un tel plan, qui s'appuiera sur celui de leur branche ou sur les prescriptions de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et du Secrétariat d'État à l'économie (SECO).

Dès le 11 mai 2020, ouvert ou autorisé :

  • Écoles obligatoires (niveaux primaire et secondaire I)
  • Enseignement présentiel jusqu'à cinq personnes dans les écoles des degrés secondaire II et tertiaire ainsi que dans les autres établissements de formation (auto-école, cours de langue)
  • Examens dans les établissements de formation
  • Magasins et marchés
  • Agences de voyage
  • Musées, bibliothèques, archives (à l'exception des salles de lecture)
  • Activités sportives sans contact physique pratiquées de manière individuelle ou en groupe d'au plus cinq personnes (sport grand public); y c. l'utilisation des installations et des établissements nécessaires à cet effet
  • Entraînements des sportifs de compétition membres d'un cadre national / d'une fédération sportive nationale ou qui s'entraînent de manière individuelle, dans un groupe d'au plus cinq personnes ou dans un groupe fixe (sportifs d'élite); des plans de protection sont mis en œuvre
  • Entraînement, avec contact physique, des membres des équipes appartenant à une ligue dont les compétitions sont principalement professionnelles (sportifs d'élite); ils doivent respecter des règles d'hygiène strictes prévues dans un plan de protection
  • Restaurants ouverts aux groupes d'au plus quatre personnes ainsi qu'aux familles avec enfants

L’Hôpital du Valais n’a pas droit au chômage partiel

L’Hôpital du Valais ne peut pas prétendre à des compensations financières liées au chômage partiel. Le Service cantonal de l’industrie, du commerce et du travail (SICT) a refusé la prédemande effectuée par l’institution. Cette dernière concernait environ 40% des 5400 employés de l’hôpital. Depuis le début de la pandémie de Coronavirus, ces employés n’ont pas été en mesure d’assumer leur charge de travail habituelle. Le SICT justifie sa réponse négative par le fait que l’Hôpital du Valais remplit un contrat de service public. Il doit donc continuer à fonctionner, même s’il subit des pertes. Par conséquent, son personnel ne connaît pas de risque de licenciement découlant de la situation.

Created By
Syndicats Chrétiens Martigny
Appreciate