Loading

Ces jours qui disparaissent ou le vieillissement du corps en bande dessinée

Ces jours qui disparaissent est une bande dessinée de Thimothé Le Boucher, sortie en 2017 aux éditions Glénat. Cet album a été plusieurs fois distingué: parmi les cinq finalistes du Prix de la Critique ACBD 2017, sélection officielle au FIBD d'Angoulême 2018, Prix des librairies Canal BD 2017 et BDGest’Arts du Meilleur récit court (Europe). Pour compléter la présentation de l'ouvrage, on peut aller lire deux entretiens donnés par l'auteur: l'un sur le site de l'éditeur, Glénat, l'autre sur ActuaBD.com.

Ces jours qui disparaissent raconte l'histoire de Lubin, jeune homme qui se dévoue aux arts du cirque, au sein d'une troupe. Lors d'une représentation, Lubin chute et reçoit un choc à la tête. Lorsqu'il se réveille le lendemain, rien ne va plus: il s'aperçoit qu'il a dormi une journée entière et manqué un jour de sa vie.

Lubin découvre qu'il a manqué un jour de sa vie

Rebelote le lendemain, ou plutôt le surlendemain. Conséquence: son patron le renvoie du fait de ses absences et ses amis s'inquiètent pour leurs futures représentations. Car le souci se reproduit, encore et encore. Suite à son accident, Lubin manque une journée sur deux de sa vie. Mais il ne passe pas cette journée à dormir, non: un autre "lui" s'éveille une journée sur deux. Un autre Lubin, au caractère radicalement différent, qui entend mener sa propre vie en parallèle de celle de Lubin. Et si Lubin est hédoniste, prend soin de son corps d'artiste mais se montre terriblement insouciant et peu organisé, "l'Autre" s'avère pragmatique et cherche à s'accomplir socialement. Une étrange cohabitation s'amorce entre les deux individus, faite d'abord de coopération puis de rivalité.

Dialogue entre Lubin et l'Autre
À partir de ces deux planches de dialogue, comment caractériseriez-vous chacun des deux personnages?

Cette œuvre s'avère pertinente par rapport à notre thème "Corps naturel, corps artificiel" par de multiples aspects. Elle permet d'aborder les performances physiques d'un corps d'athlète, la dimension sociale du corps, le corps comme enveloppe à partir du thème du double et enfin et surtout l'évolution du corps selon les différents âges de la vie.

Les performances physiques d'un corps d'athlète

Que demande Lubin à l'Autre concernant "leur" corps et pour quelle raison? Que remarque d'intéressant l'Autre dans leur rapport à "leur" corps?

En tant qu'acrobate, Lubin doit prendre particulièrement soin de son corps. Il fait des exercices, qu'il demande à l'Autre d'effectuer également pour entretenir sa forme. Il doit également surveiller son alimentation. L'Autre remarque qu'un corps ne fait pas tout, mais que la pratique et l'habitude dans l'appréhension de celui-ci sont également déterminants. Il le comprend en se voyant nettement moins efficace que Lubin sur les mêmes exercices que celui-ci (ceux qu'il lui a demandés d'effectuer).

Plus tard, lorsque les relations entre Lubin et l'Autre se seront détériorées, Lubin constatera avec amertume la perte progressive de ses capacités physiques, notamment en matière de souplesse, dès lors qu'un exercice régulier n'est plus suivi:

Par ailleurs, Timothé Le Boucher consacre plusieurs passages aux performances physiques et scéniques de son héros comme on peut le voir dans les planches qui suivent:

Ouverture de l'album: numéro et chute de Lubin
Décrivez le plus précisément possible le numéro qu'accomplit Lubin et la manière dont le corps est ici sollicité dans le cadre d'une performance extraordinaire.

Enfin, on peut noter que Timothé Le Boucher s'amuse même à développer la dimension intime de ce corps d'acrobate, comme on le découvre lors de la première scène entre Lubin et sa petite amie Gabrielle:

Lubin et Gabrielle, dans leur intimité

Le corps dans sa dimension sociale: vêtements, coiffures et postures

Lubin, dans sa vie de tous les jours
Comment décririez-vous le "style" de Lubin ainsi que son mode de vie? La façon dont il fait vivre son corps?

Lubin s'habille et se coiffe comme le jeune artiste de cirque qu'il est: vêtements décontractés, un peu exubérants, et cheveux longs qui descendent dans le son dos, attachés ou relâchés. Son mode de vie est celui des jeunes gens de son âge, étudiants, et il fait la fête avec des amis aux styles divers et affirmés. Son environnement n'est pas celui, standard, de la société des "adultes", et témoigne d'un certain refus des moules, codes et modèles. Il est à l'aise avec son corps, souple, ce que l'on peut voir dans sa pratique de la danse.

Une coupe, dans le temps et dans la tête
Que se passe-t-il dans ces deux planches? Comment interprétez-vous cette transformation physique de Lubin?

Entre les deux planches se produit une ellipse. Ce principe structure l'ensemble de la narration de l'album puisque nous ne suivons que le point de vue de Lubin, l'Autre demeurant hors-champ. Nous découvrons donc les conséquences des actions de l'Autre durant la journée qu'il a passé dans le corps de Lubin. L'Autre aspire à une vie sociale normée, standardisée, qui passe par un emploi "classique" et le monde de l'entreprise. Le style vestimentaire de Lubin n'est pas compatible avec cela. C'est pourquoi il se coupe les cheveux, presque instinctivement car il sent que cela ne lui correspond pas, et achètera plus tard des costumes en harmonie avec le modèle qu'il entend épouser. Les cheveux longs symbolisent ici le refus de la norme et le fait de les couper le retour à un corps en accord avec les standards sociaux acceptés.

On le voit bien là: le corps, par les tenues que nous lui faisons porter, par la manière que nous avons de le mettre en scène, possède une dimension sociale que nous ne pouvons ignorer et dont nous jouons pour définir notre identité et pour atteindre les idéaux que nous poursuivons.

Le double et le corps comme enveloppe

On l'a vu, les deux versions de Lubin possèdent chacune un style vestimentaire, une façon de vivre et des caractère différents. La distinction va jusqu'à la façon de parler et jusque des comportements parfois diamétralement opposés. Timothé Le Boucher, dans les quelques échanges que les deux personnages ont via leurs messages vidéo, travaillent à distinguer les deux personnalités par leurs postures et les expressions de visage notamment. Leur "rencontre" est amorcée par l'Autre qui laisse un message sous forme de vidéo à Lubin:

Premier contact avec l'Autre
Comment l'Autre décrit-il la situation et comment définit-il son rapport au corps qu'il partage avec Lubin? À partir de là, décrivez et analyser la couverture de l'ouvrage.
Couverture de l'album

Entre parasite et double maléfique, l'introduction de l'Autre se veut inquiétante. Du moins pour Lubin, dont nous suivons le point de vue durant tout le volume. C'est une des particularités narratives de Ces jours qui disparaissent: ne nous raconter que les jours vécus par Lubin et laisser les actions de l'Autre hors-champ, sous forme de "traces", laissées volontairement ou involontairement. Par exemple lorsque Lubin se réveille à côté d'une belle inconnue, Tamara, ramenée la veille par l'Autre, alors que Lubin attend Gabrielle pour fêter son anniversaire:

Lubin fait la connaissance de Tamara alors qu'arrive Gabrielle
1. Décrivez cette scène et montrez comment le thème du double permet de construire un quiproquo, une situation embarrassante pour Lubin.
2. Comment les personnages de Lubin et de Tamara se comportent-ils chacun vis-à-vis de leur nudité dans cette scène? Pourquoi?
3. Relevez un indice montrant une différence entre Lubin et l'Autre quant à leur façon d'utiliser leur corps.

Il devient alors une sorte de fantôme qui hante l'existence de Lubin, d'abord de manière périphérique, puis de façon de plus en plus centrale. Et de la hantise on passe à la possession, au sens propre, puisque le but de ce double devient rapidement de prendre le contrôle majoritaire sur le corps, c'est-à-dire sur le temps - le nombre de jours successifs - passés "dedans". Cela commence par une rupture dans la communication entre les deux personnes.

Lubin retourne voir une analyste pour parler de ses problèmes avec l'Autre
Quelle est la situation entre Lubin et l'Autre? Quels problèmes rencontre Lubin et comment cela se traduit-il sur son corps? Comment qualifieriez-vous le comportement de l'Autre?

À partir de là s'engage une lutte ouverte entre les deux personnes et la répartition des jours entre eux se déséquilibre peu à peu en faveur de l'Autre. Celui-ci, pour s'imposer, se fait aider par un psychanalyste qui lui permet d'isoler de plus en plus Lubin de son propre corps. Lubin, lui, choisit de résister autrement pour se réapproprier son corps.

Que fait Lubin dans la planche qui suit et comment interprétez-vous son geste?

Le tatouage permet à Lubin de marquer son corps de manière indélébile. C'est pour lui une façon d'affirmer la main-mise qu'il a sur son propre corps et de défier l'Autre, en train de le déposséder de son corps et de son existence. Une guerre s'engage, radicale, où le silence de l'Autre signale en creux sa toute-puissance dans le "couple" et sur leur corps:

Quelle résolution affiche ici Lubin et comment l'Autre lui répond-il?

Pour autant, il est intéressant de remarquer que ce thème du double, et de l'enveloppe vide, dépossédée, a été posée d'emblée dans l'album, de manière métaphorique, par les premières planches et le numéro, quasi onirique, réalisé par Lubin.

Décrivez et interprétez cette image
La troisième planche de l'album

On y voit Lubin échanger avec un costume, mais un costume vide. Marcher avec un costume qui se dresse du néant et comme se soumettre à lui, à la manière d'un dévouement à une figure féminine, mais que l'on peut aussi interpréter de manière plus large. On le découvre donc avec une sorte de double fantomatique juste avant sa chute. Le costume qui va pas la suite s'effondrer devient symétrique de ce corps accidenté qu'il va falloir par la suite partager avec un intrus brusquement surgi dans sa vie. Tout ce passage pourrait alors être lu comme une métaphore de l'intrigue dans son ensemble. Mais à cette version poétique peuvent répondre deux illustrations plus directes, réalisées par Timothé Le Boucher autour de l'album, et qui elles soulignent davantage la nature parasite et menaçante de l'Autre et du double:

C'est en tout cas la vision qu'a Lubin de la situation qu'il vit. Et qu'il énonce au psychanalyste de son alter ego lorsqu'il en a l'occasion:

1. Résumez le travail thérapeutique effectué par l'Autre avec son analyste (processus, durée...)
2. Comment Lubin perçoit-il tout cela? Qu'arrive-t-il à son corps selon lui?
3. Que lui répond l'analyste? Quelle est son hypothèse à votre avis sur la situation des deux personnalités?

Un corps aux différents âges de la vie

L'album suit donc cette double-vie, au sens propre du terme, tout au long de l'existence de Lubin, toujours du point de vue de ce dernier rappelons-le. Les intervalles auxquels Lubin se manifeste dans son propre corps s'espacent de plus en plus et nous permettent de découvrir le corps de notre héros aux différents âges de sa vie. Avec une particularité tragique pour Lubin: pour lui chaque jour suit le précédent et il n'a pas conscience des "ellipses" de sa personne.

Voici trois planches qui illustrent trois moments où se "réveille" Lubin. De quelle manière le corps du personnage témoigne-t-il du passage du temps? Et celui de ses proches?

Dès lors, la représentation des personnages doit s'effectuer dans la durée. Lorsqu'il soumit son projet aux éditeurs, Timothé le Boucher joignit au dossier des illustrations pour montrer le vieillissement de ses personnages. Elle permettent de voir directement comment l'auteur a travaillé sur la représentation de ce processus.

Lubin: différentes coupes, différents âges
Vieillissement des autres personnages, de haut en bas et de gauche à droite: Alexandra, Pédro, Léandre (ses trois compagnons artistes), Gabrielle, Tamara, Héloïse (sa sœur) et Josiane (sa mère)
Observez ces différentes illustrations. Quelles sont les techniques ou astuces déployées par Timothé Le Boucher pour vieillir ses personnages?

Voici ce que Timothé Le Boucher en dit dans son entretien à ActuaBD.com:

"Le défi graphique est présent à chaque planche, il y a toujours un enjeu. J’avais énormément travaillé sur le design des personnages. Ils n’ont pas beaucoup de traits, sont assez iconiques. Pour les vieillir, je peux ajouter des rides mais il ne faut pas que ce soit trop prononcé. Ce sont d’autres choses qui vieillissent.

C’est une période où je regardais beaucoup les personnes âgées ! J’ai regardé des photos de gens qui se photographient à 15 ans d’intervalle. On voit que c’est la morphologie qui se modifie : le corps s’affaisse, les extrémités grossissent. Tout s’épaissit : les oreilles, le nez, tout est modifié petit à petit. Pour Lubin, j’ai aussi utilisé des astuces pour le faire vieillir : dégarnir les cheveux, mettre une barbe.

C’est aussi un défi narratif. Je ne voulais pas utiliser de récitatif qui alourdisse le récit, il fallait trouver d’autres moyens de faire sentir le temps qui passe.Il y a un seul moment où je mets "2 ans plus tard" : c’est la seule ellipse qui ne correspond pas à un échange de corps, c’est une vraie ellipse, forte, qui est liée au récit."

Pour terminer cette étude, voici un texte de Buffon, sur le vieillissement. Qu'en dit le scientifique? En quoi les dessins de Timothé Le Boucher peuvent-ils fournir des illustrations de cela?
Created By
aurélien pigeat
Appreciate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.