Loading

conseillers citoyens : acteurs de la politique de la ville Hackathon

Le 16 décembre dernier, une centaine de conseillers citoyens tirés au sort, venus de toute la France métropolitaine, se sont retrouvés au CGET, à Paris, pour un hackathon d’une journée. Rassemblés en équipes, ils ont participé à un processus créatif qui a fait émerger 21 pistes d’actions concrètes autour de l’éducation, de la formation/orientation et de l’emploi. Autant d’idées, directement inspirées par leurs expériences de terrain, qui vont être expérimentées en 2018. Un 2e volet – qui, cette fois, pourrait s’articuler autour des questions de culture, santé et mobilité – se déroulera avec d’autres conseillers citoyens volontaires, début 2018.

Le 1er hackathon de la politique de la ville est né d’une ambition : mieux associer les habitants aux politiques publiques qui les concernent. Les problématiques et les enjeux, tant socio-économiques qu’urbains, auxquels font face les habitants des 1514 quartiers prioritaires de la politique de la ville ne ressortent pas suffisamment. D’où la volonté du Gouvernement d’engager un processus de co-construction actif. Et de nourrir ainsi la «grande mobilisation nationale pour les habitants des quartiers» souhaitée par le président de la République le 14 novembre dernier, à Tourcoing, pour « changer le visage de nos quartiers d’ici la fin du quinquennat ».

Réunis, ce samedi de mi-décembre autour de Julien Denormandie, secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, de la direction de la Ville et de la Cohésion urbaine du CGET, de ses partenaires associatifs et de représentants du Conseil national des villes ainsi que d’associations d’élus, une centaine de conseillers citoyens – tirés au sort parmi 300 volontaires – étaient donc invités à valoriser leur connaissance des besoins des quartiers prioritaires.

Objectif : partager idées et bonnes pratiques.

« Nous souhaitons accélérer la co-construction de la politique de la ville et permettre aux habitants d’être proactifs sur les décisions qui concernent leur quartier. Ils sont les acteurs de leur territoire. »

Pour répondre à ce challenge dans un laps de temps restreint, 21 petits groupes de cinq personnes se sont formés autour d’un « capitaine de table ». La matinée a été consacrée à poser un diagnostic et à dégager des pistes de réflexion sur les trois thématiques de l'hackathon.

Une première phase de travail a abouti à retenir six axes prioritaires sur l’éducation, la formation professionnelle et l’emploi.

Éducation :

• construire une cellule de soutien aux familles avec tous les acteurs ;

• valoriser les réussites des décrocheurs scolaires « rattrapés ».

Formation professionnelle et orientation :

• améliorer la découverte des métiers et l’orientation ;

• Former l’ensemble des acteurs du secteur contre les préjugés.

Emploi :

• construire un lieu dédié au développement de l’emploi et de l’entreprenariat dans le quartier ;

• construire un réseau associant tous les acteurs de l’emploi et de l’entreprenariat au profit des habitants.

Ces six axes ont ensuite guidé le travail des ateliers de l’après-midi pour faire émerger des propositions d’actions concrètes.

C’est à partir de ces six axes que les participants ont fait émerger 21 projets d’actions concrètes.

Un conseiller citoyen présentait ensuite la proposition de son groupe de travail. Un pitch de trois minutes pour convaincre l’assemblée de l’intérêt et de la faisabilité du projet : le besoin, l’objectif, le lieu, le budget, les partenaires et les compétences nécessaires pour le réaliser.

À l’issue des présentations des idées des groupes de travail, Julien Denormandie, secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, a retenu cinq projets. Ils seront les « prototypes » d’actions de terrain :

• un espace emploi avec les centres sociaux, à Villiers-le-Bel (95) ;

• l’instauration d’une clause d'insertion dans les marchés publics, à Sarcelles (95) ;

• une cellule de soutien et d'écoute familles, à Roubaix (59) ;

• une microsérie multimédia, « Mon quartier réussit », sur les réussites des individus et des quartiers, à Aix-en-Provence (13) ;

• une appli de mise en réseau des acteurs de l’emploi et des habitants, à Clichy-sous-Bois (93).

Via un système de « parrainage », les équipes de la direction de la Ville et de la Cohésion urbaine du CGET sont chargées d’accompagner l’expérimentation des cinq prototypes retenus. Une analyse sera ensuite effectuée pour en relever les points forts et les leviers d’amélioration avant, si les expériences sont concluantes, de les mettre en œuvre sur les territoires concernés.

Devant la richesse des propositions, Julien Denormandie a demandé au CGET d’étudier les 16 autres projets et leur intérêt.

Prochain hackathon au 1er trimestre 2018. Les thématiques abordées seront choisies parmi les sujets suivants : changer l’image des quartiers, améliorer la mobilité, soutenir la parentalité ou accéder à la santé.

repères

On recense actuellement 1 200 conseils citoyens, qui favorisent la participation des habitants des 1 514 quartiers prioritaires de la politique de la ville. Chacun se compose d’habitants et d’acteurs associatifs et économiques locaux.

À savoir : une large consultation des conseillers citoyens, conduite par le CGET en partenariat avec la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France, en décembre 2017, a permis de recueillir près de 1 100 réponses sur six thèmes : l’emploi, la formation et l’orientation professionnelles, l’éducation, la culture, la mobilité, la parentalité. Cette consultation a débouché sur l’organisation du 1er hackathon. Consulter les résultats

Created By
Communication du CGET - Décembre 2017
Appreciate

Credits:

Mohamed Khalfi

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.