Loading

Évangélisation des jeunes générations : priorité du diocèse !

L’absence des jeunes générations dans nos rassemblements habituels a quelque chose d’inquiétant. Ils disent avoir du mal à s’y retrouver et à y prendre activement leur place. Mais nous savons aussi qu’ils participent avec joie aux grands rassemblements comme les Frat, les JMJ, les célébrations et les temps forts organisés par leurs mouvements ou leurs Aumôneries.

Le risque est alors que la Pastorale des jeunes se développe sans lien avec les paroisses ou les secteurs et que peu à peu, ils s’isolent et perdent contact. Le défi soulevé par notre synode diocésain a donc été formulé en ces termes : « comment la joie de croire, la soif de Dieu, la culture musicale, les aptitudes à communiquer et les engagements des jeunes dans la société peuvent-ils renouveler les habitudes de nos communautés, de sorte que notre vie en paroisse et en diocèse ne soit plus seulement pensée pour les jeunes mais avec les jeunes ?

Un questionnement fort, qui représentent 11 décrets dans les Actes synodaux et que notre évêque a longuement repris dans sa lettre pastorale de la rentrée 2017.

Réactions de jeunes

On entend souvent l’expression « ne pas faire à la place des jeunes », qu’est-ce que cela veut dire « Faire avec les jeunes ? »

C’est parfois difficile pour les jeunes de faire par eux-mêmes, ils ont besoin de support, c’est ce que nous dit Zoé, animatrice en aumônerie collège : « Je pense que toutes les idées des jeunes ne sont pas forcément bonnes – vouloir reproduire l’ambiance d’une célébration de Jambville avec 10 000 jeunes à la messe dominicale dans la paroisse - par contre, nous impliquer, nous animateurs, dans les décisions et nous laisser les guider, c’est déjà pas mal »

« Les collégiens ont pleins d’idées… mais il faut la présence des animateurs pour les canaliser ! » conclut Zoé

On a besoin d’animateurs !

Un animateur est celui qui ose témoigner de sa foi mais aujourd’hui cela ne suffit pas : l’animateur doit se former. Ange, responsable d’une aumônerie nous dit : « Être animateur dans une aumônerie ou groupe de jeunes, est une belle aventure mais aussi une lourde responsabilité. Pour assumer cette responsabilité et en comprendre les enjeux, il est préférable de suivre une formation.

Cela ne veut pas dire que la formation à elle seule fait tout et remplace les qualités humaines que l'animation requiert, au contraire, une formation permet d'ajuster ces qualités à l’exigence de la mission.

La formation est donc indispensable

En effet, il se présente vite des situations complexes pour lesquelles il est bon d'avoir les outils et les ressources pour répondre et faire face sans que cela ne devienne à tort une affaire personnelle. La seule bonne volonté et la gentillesse ne suffisent plus sur le long terme pour être animateur. Il se trouve un mur, une barrière infranchissable entre les jeunes et les adultes qui décourage vite, cultive l'incompréhension, épuise.

Une bonne formation donne les outils pour garder notre enthousiasme d'animateur.

Et Véronique, responsable d’une aumônerie de témoigner sur sa mission « Animer un groupe d’aumônerie c’est accompagner des jeunes sur leur chemin de foi, c’est témoigner de notre foi et les aider à faire un lien entre leur foi et leur vie au quotidien : qu’est-ce que croire au Christ change dans ma vie, dans mes choix, dans mon regard sur le monde ? Et le plus important mais pas le plus simple, offrir des espaces et des expériences de prière et de cœur à cœur avec Dieu.

La mission est donnée ?

Oui, on est appelé à une mission, on ne se la donne pas soi-même. Cela aide à se décentrer et à comprendre qu'on n'est pas le centre du monde, que notre groupe ne repose pas sur notre seul charisme personnel et nous invite à la responsabilité. Responsabilité car il faut rendre des comptes autorités morales comme civiles mais aussi transmettre à ceux qui prendront la relève.

Tout ceci ne se devine pas, il s'apprend, nous dit Ange

Le SEJV (Service évangélisation des jeunes et des vocations) peut vous aider ?

LE SEJV propose de nombreux temps de formation : deux jours de formation initiale, des demi-journées pour former les responsables des préparations des ados au baptême, à la confirmation et les échanges autour de la profession de foi.

La chance des grands rassemblements doit rejaillir sur nos communautés

Parmi les propositions pastorales faites aux jeunes, les rassemblements tiennent une place privilégiée. Tous les ans, ils sont des centaines à vivre intensément ces moments fondateurs pour leur vie de foi. Ils sont une chance pour eux mais aussi pour les adultes qui les accompagnent.

Citons le rassemblement des 6eme/5eme à Lisieux avec l’enfance missionnaire, le FRAT de Jambville pour les 4eme/3eme, le Rassemblement de TAIZE et le FRAT de Lourdes pour les lycéens, les pèlerinages à ASSISE ou à ROME, le pèlerinage de Chartres pour les 18-30 ans oublier la rencontre du 8 mai.

Ces moments sont des lieux de découverte spirituelle, de vie communautaire et de formation. Ils se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls à croire et que la foi remplie de joie et d’espérance. Il faut permettre ensuite à ces jeunes qui reviennent plein d’enthousiasme de pouvoir offrir leur énergie et accueillir leurs propositions parfois un peu surprenantes. C’est à cette condition que ces temps forts ne seront pas juste un beau moment passager mais un lieu fondateur pour aller plus loin et s’engager dans son lieu de Vie.

Mais laissons la parole aux jeunes :

Auriane : « Assise a été pour moi une redécouverte de Dieu. J’ai pu renouer avec lui. J’ai découvert la place que Jésus avait dans mon cœur et les bienfaits qu’il m’apporte. J’ai compris cela à l’ascension vers les Carceri. J’ai pu réfléchir. Ce pèlerinage m’a redonné le goût de la prière. J’ai de plus réussi à mettre de côté ma vie quotidienne pour pleinement profiter. Les animateurs et les prêtres étaient super ! Et la présence de l’évêque a apporté quelque chose en plus de magique. Pour résumer, ce pèlerinage était ce dont j’avais besoin pour me retrouver. »

Alexandrine : « « Avant de partir au Frat je me suis posé des questions sur ma religion et après l’avoir vécu je peux le dire : je suis chrétienne et je suis fière de l’être. Cette expérience m’a enrichi et m’a permis de mieux comprendre certaines choses. Je remercie tout le monde. »

Antoine : « A TAIZE, j’ai pu faire l’expérience du silence et de la vie très simple. Au début, j’ai trouvé cela un peu difficile mais finalement, j’ai aimé cela et je me suis rendu compte que l’on n’avait pas besoin de beaucoup de chose pour être heureux »

Des responsables de pastorale à l’écoute des jeunes

Sœur Agnieszka témoigne : Le 16 octobre 2016, à la clôture du Synode diocésain, nous avons entendu l’appel de notre évêque à mettre les jeunes au cœur de nos activités pastorales pour ne faire pour eux mais avec eux.

Pour moi, c’était avant tout un appel à me mettre à l’écoute des jeunes qui passent à l'Escale Etudiants. D'abord, j'ai entendu leur soif de découvrir la Parole de Dieu, de comprendre les fondamentaux de la foi catholique, de vivre des moments de célébration, de prière et d’intériorité ainsi que d’être accompagnés dans la réflexion sur la vie affective et sur les enjeux de la société actuelle. L’écoute s’est transformée en temps de travail avec les jeunes, pour les consulter et construire avec eux les rencontres sur les thèmes de leur choix. C’est ainsi qu’a émergé le programme des soirées de l’Escale Etudiants avec les dates dédiées aux rencontres autour de la Bible. Un parcours sur le prophète Isaïe tous les deuxièmes jeudis du mois et trois soirées annuelles, Open Bishop où notre évêque vient initier les jeunes dans la lecture des récits des miracles. Le choix des textes a émergé après un questionnaire auquel les jeunes ont répondu en choisissant leurs préférences.

Un autre axe fort du programme concerne les célébrations vécues avec l’Escale et avec les autres jeunes du diocèse ainsi que les propositions diocésaines comme les concerts de louange SPES et la Louange Academy. Ce sont les moments où les jeunes choisissent de prier ensemble, de se mettre au service des autres, de se retrouver pour partager leur foi, de faire une pause au milieu de la semaine pour en sortir renouvelés.

Alors qu'on est à mi-chemin de l'année universitaire et pastorale, nous avons déjà vécu beaucoup d'autres soirées, comme les conférences-débats, les rencontres conviviales comme les soirées cinéma, le repas de Noël, les sorties et la soirée Carnaval. Sans oublier les grands événements comme le pèlerinage à Bâle et l’Ecclésia Campus à Lille. Au début du temps du Carême, nous sommes dans l'attente de la nouvelle proposition régionale du pèlerinage à Chartres des 6-7-8 avril, où nous attendons tous les jeunes du diocèse pour entrer avec Marie dans la joie pascale et célébrer la Miséricorde du Christ Mort et Ressuscité.

« Faire avec les jeunes », une pédagogie de l’alliance

12h45, lundi. Des jeunes commencent à entrer dans la salle paroissiale de Saint-Mandé. Ils viennent de sortir de leur lycée, de l’autre côté de la rue. Ils sont accueillis par quelques chips et des jus, mais surtout par leur animatrice et des mamans bénévoles qui prennent le temps de leur demander comment ils vont. Les discussions continuent le temps du déjeuner convivial. Puis vient le topo sur un thème de la vie chrétienne, suivi d’un échange en petits groupes. Il s’agit de la proposition Alpha Jeunes qui rassemble toutes les semaines une vingtaine de lycéens durant leur pause déjeuner. Cette proposition n’a pas été faite par les jeunes, mais le « faire avec », c’est aussi un « être avec », un « vivre avec ».

Être avec le jeune dans les temps de pause, de jeux, les fêtes, les temps de vie pour discuter simplement, s’intéresser à lui, créer une relation de confiance. En participant à leur vie, on brise les barrières de méfiance entre jeunes et adultes. Ces temps permettent également de les écouter, de les observer pour voir ce qu’ils savent et aiment faire, pour repérer le moteur qui les fait vivre et avancer, et construire à partir de là. Ainsi, depuis le lancement de Spes à Vincennes (soirées de prière et d’enseignement une fois par mois, ndlr), les différentes missions confiées aux bénévoles ont permis de faire éclore et grandir des talents à mesure de la confiance qui leur a été accordée. C’est ainsi qu’ils se sont vus attribuer des responsabilités et que certains ont même pu travailler avec l’équipe professionnelle qui gère la technique son et lumière. Mais ces talents n’auraient pu être révélés sans l’accompagnement des adultes référents.

Car faire confiance, ce n’est pas laisser les jeunes seuls. Ceux-ci ont besoin de repères, de modèles, de grands frères qui leur ouvrent un chemin, font confiance à leurs initiatives, leur laissent une place, mais marchent à leur côté, les accompagnent. C’est pourquoi la présence bienveillante des prêtres et des adultes est essentielle dans la préparation des messes des jeunes ou des temps de prière qu’ils ont l’initiative de lancer sur leurs paroisses, tant sur le plan de l’aide technique que d’un accompagnement spirituel. N’hésitons pas non plus à témoigner avec humilité pour les faire grandir. Il s’agit de s’adapter à leurs goûts, leurs modes de vie, de les rejoindre là où ils en sont pour les accompagner vers ce qu’on veut leur faire découvrir. Ainsi, ils apprendront également à découvrir l’amour dans des choses qui naturellement leur plaisent moins ou ne les attirent pas.

Vivre le synode diocésain …Osons accompagner les jeunes … Faisons avec eux !

Dans la pastorale des jeunes aussi large soit-elle dans ses propositions, il est essentiel de proposer aux adultes de différentes générations d’accompagner des jeunes dans une relation de confiance.

Dans notre Eglise qui change et s’interroge, le peuple de Dieu a-t-il toujours le souci de proposer un cheminement respectueux et spirituel pour chaque jeune, de découvrir et de vivre l’Evangile tel que nous sommes ? Les jeunes sont force d’indignation face à certaines réactions prisent dans notre société et sont, par opposition, force d’enthousiasme et de prises d’initiatives qui les orientent vers des responsabilités.

L’Ecole de Prière diocésaine, est un bel exemple, d’un doux mélange intergénérationnel qui permet d’appeler de jeunes animateurs , souvent étudiants, pour vivre à travers une thématique annuelle la transmission de la foi, animer une équipe et des ateliers, louer et chanter le Seigneur, célébrer, jouer , être juste là auprès de certains enfants ou jeunes comme un grand frère. Le terme « animateur » est important dans une équipe où sont en responsabilité des aînés dans la foi. Ces jeunes trouvent leur place, le moyen d’exister (dans une société ou pour certains il y a le mal-être de trouver une identité, et de gagner en confiance), de vivre une expérience humaine et spirituelle qui les fait grandir sur leur chemin de foi. Au sein de notre Eglise Universelle, l’Ecole de Prière, répond à ce besoin d’aider à bâtir une vie qui prend du sens. L’équipe pilote les accompagne et construit avec eux au fil des années.

L’Ecole de Prière est aussi source d’évangélisation … ainsi Mickaël, animateur, chaque été depuis presque 5 ans, a toujours la joie de répondre « OUI, bien sûr je serai présent » pour continuer de vivre cette belle aventure qui le fortifie dans sa croyance et lui donne davantage confiance en lui en accompagnant une équipe, tout comme Noémie, Chartrine, Regina, Princy, Jeremy… qui prennent du temps pour oser la rencontre et bousculer un déroulé déjà bien pensé, se former au sein de l’école d’évangélisation ! Cf .D 13

Dans le scoutisme et notamment chez les SCOUTS ET GUIDES DE France (SGDF), chaque jeune construit sa personnalité dans le monde d’aujourd’hui, à son rythme et avec des repères. « Chacun, chacune, quel que soit son âge, est un visage de Dieu ». Le « VIVRE ENSEMBLE » est possible par l’ouverture et les actions en partenariat avec les familles, les associations, et parfois avec les pouvoirs publics et les entreprises.

Ainsi les jeunes du secteur d’ALMA, ont répondu à un appel alliant le « Vivre Ensemble » et l’engagement porteur de sens, avec l’opération SAKADO.

Courant décembre, les scouts ont organisé une collecte de dons afin de remplir des sacs à dos (de randonnée) à destination des sans-abris ! Le but de ces sacs étant d’apporter des choses pratiques (vêtements chauds, duvets, couvertures…) mais aussi des cadeaux et attentions permettant de fêter la fin d’année. Deux partenaires les ont aidé dans cette opération : l’antenne départementale de la Croix-Rouge à Evry-Courcouronnes et le groupe Scouts et Guides de France de Brunoy (91).

Le groupe d’Alma a été très heureux et très touché par la réponse des Maisonnais et des Alfortvillais à cet appel aux dons.

Retrouvez en mots et en image, le résultat de cette action

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.