Loading

Édito.

La publication de ce nouveau magazine des locataires est à l’image de la période que nous vivons : inédite.

Elle reflète la volonté de l’Office et de ses quelques 3000 collaborateurs de maintenir le lien avec nos locataires comme celle de vous garantir la meilleure qualité de service possible.

Elle témoigne également de notre souhait de continuer à vous informer de ce qui a été entrepris par l’établissement depuis le 17 mars et des dispositions que nous allons progressivement mettre en œuvre après le 11 mai.

En effet, tout comme vous, après s’être adapté aux contraintes du confinement, Paris Habitat doit désormais préparer l’avenir.

Ce numéro de votre magazine aborde tous ces sujets.

Il nous a fallu, tout à la fois, assurer votre sécurité dans votre logement, poursuivre et même renforcer notre dispositif d’accompagnement social et accompagner nos collaborateurs afin qu’ils puissent poursuivre l’exercice de notre mission de service public et vous apporter les réponses auxquelles vous avez droit à vos nombreuses questions.

Sous l’impulsion de Stéphane Dauphin, directeur général de l’Office, et de son équipe de direction, ils l’ont fait avec dévouement et un grand professionnalisme dont je tiens à les féliciter et à les remercier.

De même, je veux souligner le sens des responsabilités dont ont su faire preuve les responsables de vos associations et amicales de locataires. Nous allons travailler avec elles à l’élaboration d’un protocole d’accompagnement social des locataires adapté à la situation actuelle.

D’ors et déjà des dispositions spécifiques ont été décidées afin d’aider tous ceux qui connaissent ou connaitraient des difficultés, notamment financières, résultant d’une perte d’emploi, d’une diminution d’activité ou d’un fort accroissement de charges familiales. Exceptionnelles par leur ampleur, à l’instar du partenariat signé entre Paris Habitat et la Protection Civile, ces mesures d’accompagnement individuel ont vocation à perdurer. Et comme la Ville de Paris, de nombreuses collectivités locales où nous somme implantés, ont tenu à apporter des aides complémentaires.

Parallèlement à cette mission sociale fondamentale, nous allons progressivement reprendre les travaux de rénovation et d’amélioration de notre patrimoine qui avaient été suspendus.

Là aussi, nous le ferons en concertation tant avec vos représentants qu’aves les professionnels du bâtiment.

Enfin, je n’oublie pas que la période historique que nous vivons est également source d’innovations et de grandes solidarités. Innovations et solidarités entre locataires mais également entre vous et des collaborateurs de l’Office. Ce journal présente quelques initiatives dont certaines ont été saluées par les médias.

Soyez assuré de notre totale disponibilité et de notre écoute pour répondre à vos sollicitations dans le cadre sanitaire et règlementaire qui nous oblige.

Bonne lecture de ce Mag exceptionnel en publication digitale !

Roger Madec, président de Paris Habitat

Sortir progressivement du confinement

C’est une longue période, exceptionnelle et historique, qui aborde depuis le 11 mai, un nouveau virage. Depuis le début du confinement décrété le 17 mars dernier, le fonctionnement de l’établissement comme de la plupart des entreprises s’est trouvé dégradé. Toutefois, Paris Habitat s’est employé à maintenir une continuité de service, incarnée par chacun de ses collaborateurs poursuivant sa mission.

Confinés mais au service de nos locataires

« Il nous fallait continuer à entretenir nos immeubles et répondre à nos locataires » explique Emmanuelle Copin directrice générale adjointe en charge de la proximité, de la qualité de service et des politiques sociales chez Paris Habitat. « Notre objectif était d’être disponible pour traiter les urgences techniques, les difficultés d’ordre social que pouvaient rencontrer nos locataires mais aussi toutes les questions administratives » poursuit-elle.

S'adapter à ce contexte dégradé

Pour se faire, l’établissement a adapté son mode de fonctionnement pour permettre le maintien du travail de maintenance, répondre aux incidents techniques ainsi qu’à la sécurité des immeubles de grandes hauteurs. Cyrille Fabre, chef de service expertise, exploitation et équipements détaille cette exigence. « Il a fallu identifier quelles étaient celles, parmi nos 180 entreprises prestataires, qui étaient en capacité de nous apporter leurs services sur des secteurs essentiels comme l’entretien ménager, la gestion des ordures ménagères, le fonctionnement des équipements tels que les ascenseurs, les chauffages collectifs et individuels. »

Aborder le virage du déconfinement.

Aujourd’hui, le déconfinement débute. Par conséquent, Paris Habitat a décidé de mettre en place, à partir du 11 mai, son plan de reprise de l’activité élaboré depuis plusieurs semaines et destiné à permettre, dans le respect de la santé de ses collaborateurs et des locataires, une reprise progressive des activités de l’établissement. En somme, le passage d’un fonctionnement dégradé vers un fonctionnement normal. C’est ainsi que les locaux administratifs, directions territoriales et agences notamment, rouvrent. Ils avaient été fermés afin de protéger locataires et collaborateurs de l’office. Ces derniers assumaient leurs fonctions en télétravail lorsque leurs missions le permettaient. Les locataires pouvaient ainsi joindre leur chargé de gestion locative ou leur gérant par téléphone ou email.  « Désormais, l’accueil reprend mais il se fait uniquement sur rendez-vous », explique E.Copin, « afin de maîtriser les flux et de permettre les mesures de distanciation. Des plexiglass ont par ailleurs été installés sur les banques d’accueil et dans les box d’accueil dans lesquels les rendez-vous avec les locataires se tiendront. Il est par ailleurs demandé aux locataires de porter un masque ».

Le retour des gardiens dans leur loge

De manière générale, le traitement des demandes en ligne ou à distance reste possible et encouragé. « Toutefois la signature de bail va reprendre en agence dans des conditions sanitaires optimales. Uniquement en dernier ressort et sous certaines conditions particulières, il pourra être possible de le faire par envoi de courrier » ajoute E.Copin. Les gardiens aussi retrouvent leur loge. Ils l’avaient quitté épisodiquement pendant le confinement et ne l’ouvraient que pour assurer leurs missions essentielles ou récupérer leur matériel : courrier, désinfection des parties communes ou appels réguliers des locataires âgés et isolés. A présent, les loges rouvrent donc également. « Néanmoins, pour assurer la protection de chacun, les gardiens porteront systématiquement un masque et il sera demandé aux locataires de prendre rendez-vous avant de se rendre en loge et un contact à l’extérieur de la loge sera privilégié » précise E.Copin.

Emmanuelle Copin, directrice générale adjointe en charge de la proximité, de la qualité de service et des politiques sociales chez Paris Habitat
Depuis le 11 mai dernier, Paris Habitat met en action son plan de reprise d’activité. Cette feuille de route nous conduit vers un retour très progressif à la normale. Dès à présent, nos loges, agences et directions territoriales, bénéficient d’un aménagement pour permettre de respecter les règles strictes de distanciation et de protection. Ces lieux de rencontre entre locataires et les équipes de Paris Habitat sont importants et ont pu rouvrir au public mais exclusivement sur rendez-vous lorsque l’échange ne peut se faire via le téléphone. Car notre priorité demeure de protéger nos locataires ainsi que l’ensemble de nos collaborateurs, d’avoir une attention particulière pour les plus fragiles, afin d’éviter la propagation de la pandémie.

Stéphane Dauphin, directeur général de Paris Habitat

Les équipes de la Régie Espace vert ont anticipé la reprise le 4 mai dernier. Christophe Davalo, chef de service des espaces verts revient sur cette première semaine.

Comment avez-vous appréhendé cette reprise anticipée ?

Notre activité est particulière car la nature ne nous a pas attendu, il n’y a pas de confinement pour elle. C’est pourquoi, dans notre quête de continuité et de qualité de service, nous avons souhaité avancer notre reprise. Cela a été le fruit d’un intense travail en amont afin de préparer ce retour d’activité. Nous avons privilégié, dans un premier temps et du fait de la crise sanitaire actuelle, les choses simples, dont la sécurité est assurée pour nos locataires et pour nos collaborateurs, comme la tonte du gazon par exemple.

Quelles sont aujourd’hui les priorités pour les espaces verts ?

Depuis le 4 mai, nous relançons la tonte du gazon progressivement sur l’ensemble des résidences. Heureusement du fait de la météo relativement sèche ces dernières semaines, l’herbe a peu poussé. Nous lançons ensuite le désherbage. La troisième étape concernera les tailles. Nous serons dans les temps puisqu’habituellement nous les faisons fin juin, début juillet. Pour assurer cette mission, je peux compter sur un tiers de mes effectifs, ravi de reprendre, d’autant que nous avons d’abord fait appel au volontariat.

Christophe Davalo, chef de service des espaces verts

Bien vivre ensemble durant la crise sanitaire

Au balcon, dans les étages ou bien sur les réseaux sociaux, Paris Habitat est parti à la rencontre de ceux qui se mobilisent pour le bien vivre ensemble !

Des chaines de solidarité

Dès le début du confinement Sylvie Aebischer, locataire dans la résidence du 3 rue Henri Ribière dans le 19e a lancé avec l’ensemble des membres de l’amicale Rebière 3 une chaîne de la solidarité. « Chaque locataire qui le souhaite peut se manifester pour aider une personne fragile et faire ses courses ou aller chercher ses médicaments. Notre amicale est bien installée et un tiers des locataires sont adhérents ce qui nous a permis d’instaurer rapidement cette chaîne de la solidarité. Dix locataires en bénéficient aujourd’hui. Dès que nous partons faire des courses, nous les prévenons pour qu’ils nous fassent une liste. La solidarité se fabrique à tous les étages. » Chaîne de la solidarité, appel à un voisin fragile, beaucoup d’habitants se mobilisent pour aider et soutenir les autres pendant cette période de crise sanitaire.

« Plusieurs locataires se mobilisent dans la résidence Vergniaud Lançon dans le 13e pour jouer de la musique à leur balcon, trois fois par semaine, le lundi, le mercredi et le vendredi, le soir à 18h. »

Une touche de poésie

D’autres locataires apportent leur touche de poésie dans les espaces collectifs.  « Plusieurs locataires se mobilisent dans la résidence Vergniaud Lançon dans le 13e pour jouer de la musique à leur balcon, trois fois par semaine, le lundi, le mercredi et le vendredi, le soir à 18h. » nous explique Monsieur Madina, ancien président de l’association de locataires Vergniaud. Nous avons ouvert aussi une page Facebook « les confinés Vergniaud Lançon pour échanger des billets d’humour et se détendre ensemble » .

Les gardiens, acteur du bien vivre ensemble

Les gardien.nes sont aussi acteurs du bien vivre ensemble. « Apporter un petit quelque chose et surtout du baume au cœur ». C’est ainsi qu’Arnaud Deruy résume son intervention à la clarinette chaque soir à 20h au 188 rue de Javel dans le 15e. Les locataires sont très demandeurs de cette pause musicale tous les soirs, pendant dix minutes. Sardou, en passant par Aznavour, tous les grands classiques sont joués dans la joie et la bonne humeur. Apporter un petit peu à chacun pour donner beaucoup à tous, le bien vivre ensemble se fabrique tous les jours !

Paris Habitat et la Protection civile accompagnent les locataires les plus fragiles

Dans le contexte de confinement, l’isolement des locataires est un risque. Pour préserver le lien avec les ménages les plus fragiles, notamment les seniors de plus de 70 ans, Paris Habitat s’est associé à la Protection civile, association reconnue d’utilité publique.

Une mobilisation pour les plus fragiles

Depuis le début de la crise, les équipes de Paris Habitat sont mobilisées pour assurer la continuité et la qualité de service des locataires. L’établissement a mis dès les premiers jours en place une organisation permettant de répondre aux urgences et de préserver le lien afin de répondre aux préoccupations des ménages. Pour Paris Habitat, la mission sociale est au cœur de sa politique d’établissement. Plusieurs initiatives ont été prises dans ce sens. Une veille sur nos 100 locataires en situation de handicap et logeant dans des logements spécialisés a ainsi été instaurée. De même 10 maisons du projet, ces espaces originellement dévolus à l’accueil et à l’information des locataires ont été mises à disposition de la ville de Paris. Elles ont permis l’accueil de personnels soignants et d’aides à domicile. Cette quête de service et de solidarité a également incité Paris Habitat à mettre en œuvre un nouveau partenariat avec la Protection civile dès le 23 mars. Cette initiative vise à assurer une veille et un accompagnement auprès des résidents les plus fragiles notamment les seniors de plus de 70 ans, isolés. Ainsi, 400 bénévoles de la Protection Civile aux côtés des équipes de Paris Habitat, assurent un accompagnement des locataires préalablement identifiés.

Comment fonctionne le dispositif ?

Chaque semaine, l’équipe dédiée composée de bénévoles de l’association de secouristes et des collaborateurs de Paris Habitat contactent les locataires. À ce jour, plus de 40 000 résidents ont ainsi été joints pour s’assurer de leur condition et le cas échéant les orienter vers les dispositifs sociaux adaptés, afin de répondre à leur besoin. C’est le cas de 2 000 locataires. Parmi eux, 900 rencontraient des problèmes liés à leur santé et ont pu être pris en charge et 850 faisaient face à des difficultés pour s’approvisionner en nourriture auxquels il a été également proposé une solution de livraison. Enfin, dans les situations de fragilité médicale, la Protection civile est en mesure de déclencher une intervention sur le terrain. À ce jour, plus de 50 appels, réalisés dans le cadre de ce partenariat, ont abouti à l’intervention de secouristes pour permettre à des personnes fragiles de se rendre à des rendez-vous médicaux essentiels.

Un dispositif qui s’est étendu

Devant l’efficacité de ce partenariat et du travail déjà réalisé, les seniors non isolés ont intégré ce dispositif le 13 avril 2020, soit plus de 15 000 personnes supplémentaires. Les équipes de bénévoles de Paris Habitat et de la Protection civile travaillent donc à présent à les appeler chaque semaine afin de les orienter également vers les solutions idoines.

Nathalie Faret Dolmaire, responsable action sociale individuelle, DTSO

Comment s’est déroulé ce travail d’appel des personnes fragiles auquel vous avez participé ?

Cela a été une belle mission. J’ai sous ma responsabilité 5 conseillères sociales. Chacune avait un listing défini par le service du vieillissement et du handicap. Elles se sont évertuées à appeler ces personnes identifiées comme fragiles et logeant sur leur secteur habituel de mission.

Quels étaient les besoins des personnes contactées ?

Nous avons rencontré trois cas de figure. Soit tout allait bien soit la personne nous demandait à être rappelée pour que nous prenions de ces nouvelles régulièrement, soit elle signalait un besoin d’aide. Dans cette dernière situation, la conseillère sociale se mettait alors en lien avec le service social adapté. Le plus souvent, il s’agissait d’un besoin en repas ou d’une difficulté pour avoir accès à ses médicaments. De manière générale, ces personnes étaient ravies que nous venions prendre de leurs nouvelles.

Tisser la solidarité

Discrète, mais bien vivante, la solidarité se déploie pendant cette crise sanitaire sur tout le patrimoine de Paris Habitat. Une aide à un voisin en difficulté, des applaudissements le soir, beaucoup d’exemples fourmillent et nous montrent chaque jour à quel point nous sommes tous reliés les uns aux autres. Paris Habitat est allé à la rencontre de ceux qui tissent la solidarité !

« Dès le début du confinement, il nous a paru indispensable de nous impliquer pour notre quartier, nous expliquent Florence Aobadia et Bérangère Marcellin dirigeantes de la société Obag au 32, rue Rebeval dans le 19e. « Toute notre activité s’est arrêtée du jour au lendemain. Nos commandes ont été annulées, nous avons perdu la moitié de notre chiffre d’affaires. Nous sommes des artisans et confectionnons des carafes-cubi pour accompagner les sorties extérieures, une belle manière d’éviter le plastique. Nos fabrications sont à 100 % faites en France et 100 % faites à la main.

Pour rester actives et nous impliquer contre cette maladie, nous avons longuement étudié les recommandations AFNOR pour élaborer des masques en tissu avec un cordon. Nous avons conçu deux modèles, le modèle de catégorie 1 à destination de toutes les personnes qui sont en contact avec le public (caissiers, soignants…) et le modèle de catégorie 2 pour tout type de public. La participation est libre, les habitants peuvent donc venir les retirer à partir de 16h30 jusqu’à écoulement du stock du mardi au samedi. Chacun donne ce qu’il peut, des dons, du tissu pour nous aider à créer d’autres masques pour les autres. Nous arrivons à produire 100 masques par jour ! Julie et Lili sont venues nous rejoindre pour nous aider à les fabriquer.

Comme nous sommes très encrées localement l’information a circulé rapidement et les habitants ont afflué dans notre atelier. Tout le monde ici est bénévole, mais je travaille de 9h à 21h30 ! Nous sommes très fatiguées mais nous continuerons à créer des masques jusqu’à la reprise de notre activité » !

À vous de jouer !

Vous souhaitez vous engager ? Des plateformes existent si vous souhaitez apporter une aide à toutes les personnes dans le besoin pendant cette crise :

Une reprise progressive des chantiers pour assurer la sécurité sanitaire des intervenants et des habitants

Dès l’annonce du confinement, et pour protéger locataires comme ouvriers intervenant sur son patrimoine, l’ensemble des chantiers de Paris Habitat ont été stoppés et sécurisés. Ce long interlude a touché à sa fin ce 11 mai 2020. Durant cette période, Paris Habitat a préparé, en lien notamment avec les entreprises et les Coordinateurs Sécurité et Protection de la Santé des opérations, les conditions d’une reprise des chantiers. Tour d’horizon des principales mesures.

Hélène Schwoerer, directrice adjointe en charge de la maîtrise d’ouvrage et du développement à Paris Habitat

Des dispositifs stricts pour la sécurité sanitaire : du cas par cas

Hélène Schwoerer, directrice adjointe en charge de la maîtrise d’ouvrage et du développement à Paris Habitat l’explique. « Chaque chantier a été scrupuleusement expertisé au regard des mesures définies dans un guide rédigé par les entreprises et les Ministères comme celui des Solidarités et de la Santé ou du Travail. À compter du 11 mai, seuls les chantiers pour lesquels les entreprises ont pu apporter les garanties nécessaires à la sécurité sanitaires des intervenants et des usagers, pourront redémarrer. À ce stade, les gestes barrières pour intervenir dans les logements occupés nécessitent d’être encore précisés. Bien entendu, hormis certains travaux qui relèveraient de l’urgence » .

Privilégier les travaux en milieu vacant

De ce fait, Paris Habitat va donc privilégier la reprise des opérations neuves ou pour les programmes de réhabilitations, les travaux dans les locaux vacants, les espaces extérieurs afin de limiter les interactions avec les locataires. « Cela peut-être une cage d’escalier où les logements sont vides, des locaux de service, des interventions en toitures, des endroits où l’entreprise peut isoler le plus possible les ouvriers des locataires. » Sur le chantier du Val-de-Grâce, par exemple, une réhabilitation occupée par deux locataires et des commerces, « des circulations horizontales vont être créées pour aller de logement en logement sans croiser les locataires » poursuit-elle.

Un travail mené en concertation avec les représentants des locataires

Pour tous les travaux nécessitant d’entrer dans le logement, que ce soit pour faire un état des lieux, des diagnostics, ou même venir changer une fenêtre, les conditions ne sont pas encore réunies. « Nous avons présenté les modalités de reprise aux associations des locataires. Nous leur avons proposé de revenir vers eux pour affiner les mesures spécifiques qui seront à mettre en œuvre par les entreprises, les prestataires, amenés à intervenir dans les logements. La sécurité sanitaire est la priorité. Nous souhaitons qu’une charte vienne encadre ces mesures et que l’ensemble des acteurs, entreprises, habitants, s’y conforme » affirme H.Schwoerer. Au-delà des mesures strictes qui s’imposent aux entreprises durant la crise sanitaire, celles-ci ont été obligées de nommer sur chaque chantier, un responsable Covid 19. « Il sera l’interlocuteur privilégié en cas de difficultés » ajoute-t-elle.

Maintenir l’exigence de qualité et durabilité de nos travaux

Le logement social doit en effet continuer de jouer un rôle protecteur de ses habitants. « Cette crise a mis en exergue combien Paris Habitat jouait un rôle d’amortisseur des crises en accompagnant les plus fragiles d’entre nous. Dans le cadre des opérations d’amélioration du cadre de vie, nous n’avons pas attendu cette crise pour fixer des objectifs de développement durable, pas seulement en termes de diminution des consommations énergétiques, mais aussi de qualité des matériaux respectueux de l’environnement et de la santé des locataires. » À travers, le programme de réhabilitation des HBM, c’est aussi une volonté d’améliorer la qualité d’usage des logements, en venant les restructurer, les adapter aux attentes des ménages. « Cette pandémie a mis en évidence les difficultés de vivre confinés en famille dans des logements trop petits » conclue-t-elle.

La culture s’invite à la maison.

En attendant la réouverture des lieux culturels, Le Mag vous propose une sélection de chose à voir, à écouter, à faire… pour se cultiver gratuitement. De nombreuses institutions et entreprises ont décidé de partager au plus grand nombre leurs contenus culturels. Il existe de nombreuses alternatives pour vous occuper avec vos enfants tout en apprenant.

La culture accessible depuis chez soi. C'est ce que propose de nombreuses institutions sur leurs sites Internet. En premier lieu, le Ministère de la Culture vous met à votre disposition la plateforme www.culture.gouv.fr/Culturecheznous où sont répertoriées toutes les initiatives des opérateurs culturels pour offrir, chaque jour, de nouveaux contenus numériques accessibles au plus grand nombre.

Cinéma, musées, audiovisuel, spectacles, jeunesse, patrimoine, danse, archives... Autant de domaines aux ressources culturelles d'une exceptionnelle richesse ; à découvrir en vidéos, à travers des cours en ligne, des visites virtuelles ou encore des concerts live. Cette offre numérique d'une grande diversité et, entièrement gratuite, s'adresse à tous les publics, en voici une sélection.

Du théâtre dans votre salon

La Comédie-Française, institution vieille de quatre siècles, a lancé pendant le confinement une web TV “La comédie continue” en live tous les jours à partir de 16h.

Le théâtre du funambule Montmartre a lancé une initiative similaire avec un spectacle gratuit sur sa web TV chaque jour.

Pour les amoureux de musique

Concerts, expositions, conférences et pratique musicale. La Philharmonie de Paris, établissement dédié à la musique, présente son offre en ligne : 900 concerts en streaming, des entretiens et des documents exclusifs.

Que vous soyez déjà amateur d’opéra ou que vous souhaitiez vous initier, l’Opéra national de Paris à retrouver directement sur le site de l’Opéra rend accessible en ligne certains de ses spectacles.

Une exposition comme si vous y étiez

Le Musée du Louvre propose un grand nombre de ressources audiovisuelles, classées par thème, portant sur le musée et ses collections.

Le Musée d'Orsay et le Musée de l'Orangerie vous invite à découvrir un site intégralement dédié aux 5-18 ans, les Petits M'O, proposant de nombreuses visites virtuelles et plein d'activités ludiques.

Art et cours en vidéos

La Cinémathèque française propose de visionner gratuitement des films. Chaque soir à 20h30, un film est ajouté sur sa plateforme baptisée Henri en souvenir d'Henri Langlois, le père fondateur de cette institution.

La chaîne ARTE met gratuitement ses ressources pédagogiques à disposition. La plateforme permet un accès aux vidéos d’ARTE, sur toutes les disciplines, ainsi qu’à des outils interactifs classés par niveau et par matière, pour les collèges et tous les types de lycées.

Plonger dans un livre numérique

La FNAC met à disposition gratuitement 500 e-books sur son site Internet.

La bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France offre aujourd’hui accès à plusieurs millions de documents.

Marcelle Joyeux, l’ange gardienne de la cité Ordener

Cela fait 19 ans que Marcelle Joyeux officie en tant que gardienne à la Cité Ordener (18e). Ici, elle connait tout le monde et les habitudes de chacun. Habitudes qui se sont trouvées bouleversées par le confinement dû à la crise du Covid 19.

« Ici c’est comme un village dans la ville » aime à dire M.Joyeux. Réservée aux artistes, cette résidence sociale de Paris Habitat accueille 170 personnes dont M.Joyeux prend grand soin.

Depuis le début de la crise sanitaire, M.Joyeux, qui habite non loin, vient uniquement le matin, conformément aux préconisations émises pour ses gardiens par Paris Habitat.

M.Joyeux trie et distribue le courrier.

Toujours en mouvement, elle distribue également un gentil mot pour cette résidente ou ce colis pour cet autre locataire. Tout en conservant une distanciation physique.

M.Joyeux s’occupe également de sortir les ordures ménagères.

...et muni de gants et d’un masque, elle désinfecte les parties communes : portes ou rampes n’échappent pas à son coup de chiffon.

Soucieuse des personnes fragiles de la résidence, elle les appelle pour prendre de leurs nouvelles. Ils sont ici 40 à avoir plus de 70 ans. Craignant qu’elles ne souffrent de l’isolement, elle leur réserve même quelques petites attentions.

Dévouée et solidaire, elle propose à ces résidents les plus fragiles d’aller faire leurs courses ou de chercher leurs médicaments.

Ancienne couturière, M.Joyeux confectionne elle-même depuis quelques semaines ses propres masques. Pour cela, elle bénéficie de dons en tissus de locataires puis, une fois fabriqués, les offre aux infirmières ou résidents.

Votre avis nous intéresse : dites-le nous en remplissant le formulaire ci-dessous

Credits:

Directeur de la publication : Stéphane Dauphin • Directrice de la rédaction : Bahija Zraïra • Contact le Mag : communication@parishabitat.fr • Conception-réalisation : service communication de Paris Habitat • Rédacteur en chef : Sébastien Deslandes • Rédaction : Sébastien Deslandes, Diane Girault, Maxence La Violette, Bahija Zraïra • Graphiste : Émilie Vallet, Alexandre Durastanti • Diffusion : spark adobe • Crédits photos : Cyril Bruneau, Frédéric Délangle, Sébastien Deslandes, Alexandre Durastanti, Mehrak, Yann Piriou, Adobe Stock, DR • Paris Habitat ISSN • 2112-6704 • Mai 2020 •