Loading

SJC27 > 03 Mardi 01.10.2019: Ferreira > Melide

Cliquer sur les photos pour les agrandir puis les réduire . . .

Le parcours . . .
. . . et le profil du jour

Notre hébergement Casa da Ponte, à Ferreira, très élégant jusque dans les buis du jardin nous rappelant le nom du lien. La maison jouxte le pont enjambant l’ancienne voie romaine.

Le camiño pavé d’authentiques dalles romaines . . .

Pour le 3ème jour de marche des ciels bien chargés mais nous avançons gaiement dans les forêts d’eucalyptus (essence importée d’Australie au XIXème siècle), de pins et de châtaigniers en profitant de cette dernier étape au calme, sans trop de pèlerins, car demain notre Camino primitivo rejoindra le Frances à Melide et la horde de marcheurs! Pffff!!!!

Du soleil . . .

Tout le long du chemin des endroits de repos sous l’égide de San Tiago

Sur le parcours chacun rivalise d’originalité !!!

Avec notre nouvel ami, Sébastien

Bientôt le point culminant de notre parcours . . . 700m au col de la Sierra de Careón, itinéraire en montagnes russes

Des forêts d’eucalyptus à perte de vue trois stades de croissance, les clairs de la pouponnière, les feuillus adolescents et les vieux pelés!!!

Un gentil chien, gardien d’ horreos, qui, pour une fois n’aboie pas!

Marignan 1515, les arbalétriers au garde-à-vous !

Les horreos sont présents dans chaque propriété, ici en concurrence avec les modernes éoliennes, sur la ligne de crête

Le pique-nique au soleil sur le mur de l’église Santiago de Vilouriz. Notre fourrier Valentine a dû composer avec les moyens du bord, aucune épicerie, ni boulangerie sur le chemin, heureusement que nous avions acheté un fromage local, une tablette de chocolat Villars apportée par Françoise et finalement nous avions bien trop!

Et pour s’amuser façon sonneur de cloche!

Ma deuxième R5, séquence nostalgie!!! J’aurais dû demander si elle était à vendre . . . et rentrer avec!

Un bar sur le chemin, une glace pour nous rafraîchir, puis un grand doute: dans notre hébergement de ce soir avons-nous un repas? On cherche, on pense que non et au passage à Melide notre fourrier préféré assure notre subsistance! Heureusement! Arrivées à destination dans un magnifique moulin, tapi au fond d’un vallon bucolique, pas plus de repas que de bagages. Mais tout s’arrange toujours . . . surtout après un immense Martini

Il Molino Catasol . . .

Le propriétaire nous allume la cheminée, Valentine nous concocte un super repas et nous passons une soirée fantastique dans notre home sweet home!

Au Molino Catasol le vin était au menu . . .

. . . les tagliatelle aussi! Le tablier irlandais ne dénote, pas nous sommes quand même dans une région celte!

Expression locloise: Françoise doutant que nous allions dormir là a dit “si nous dormons là je bouffe un balai“ ce qui fut fait fissa!

Et au lit, à chacune son organisation!

Created By
Dominique Wacker-Cao
Appreciate