Étape 15 La Thailande

On arrive à Bangkok vers 4h du matin, la nuit a été courte (voir inexistante) et on attend que le métro ouvre à 6h.

Pour patienter, on prend le petit dej au Starbucks de l'aéroport, bien contents de retrouver de la modernité du calme et de la propreté.

Le métro est facile à comprendre car tout est traduit en anglais, une chance car l'alphabet thaï n'a rien à voir avec le nôtre.

Il faut avouer, l'Inde ayant pris toute notre énergie, on a réservé un hotel "de luxe" pour quatre nuits afin de se reposer et retrouver des forces pour la suite du voyage.

Nous voilà donc arrivés au Ibis de Bangkok. On est chanceux, ils nous donnent notre chambre même s'il n'est que 7h du matin.

Quand on ouvre la porte, c'est certainement comme ouvrir la porte de la suite présidentielle du Ritz Carlton (comme je n'y suis jamais allée, je ne fais qu'imaginer). On a l'impression d'être dans le luxe absolu. Comprendre une chambre propre et simple comme dans les hôtels Ibis classiques que l'on peut trouver en France. Mais pour le coup, le lit est moelleux juste ce qu'il faut, une couette et un drap propre, des oreillers avec la texture parfaite et comble du luxe, une cabine de douche et un sèche cheveux.

La vue depuis la chambre de luxe

La découverte de Bangkok attendra, on est plus qu'extenué et on s'endort en un clignement de cils.

Quand on ressort en fin d'après midi, on est frappé par le calme. Même si le traffic est important, personne ne klaxonne et un feu rouge est un feu rouge. Mais également pas de regard insistant, on marche incognito et ça fait du bien au moral.

Le lendemain, on se décide à faire une visite touristique avec la découverte du Palais Royal mais manque de chance pour nous, il y a encore des commémorations pour la mort du roi.

La Thailande est une monarchie constitutionnelle donc la disparition du roi, en octobre, a paralysé le pays pendant plusieurs jours avec un deuil national, très suivi par la population. Le roi Rama IX était au pouvoir depuis 70 ans, le plus long reigne, devant Elisabeth II (qui détient maintenant le titre!)

Ça fait plus d'un mois que le pays est en deuil et les commémorations sont toujours intenses. Oui, on a même vu des madames qui pleuraient encore la mort du roi et beaucoup de thaï sont habillés en noir. Le palais est fermé pour quatre jours : les deux premiers jours sont consacrés au couronnement du nouveau roi, et les deux suivants pour l'anniversaire du défunt roi et la fête des pères (calquée sur l'anniversaire de l'ancien roi).

Le long du palais royal

On se faufile parmi la foule en faisant le tour de l'enceinte du palais et en marchant d'ombre en ombre car il fait chaud, et on tombe finalement sur une entrée ouverte qui donne sur un temple. On est dans le temple du Palais Royal (le temple du bouddha émeraude : Wat Pra Kaeow). À l'intérieur, épaules couvertes et sarong obligatoire, je ne risque pas d'attraper froid!

C'est une grande cours dont les côtés sont couverts pour protéger des peintures murales dorées. Au milieu, un temple et plusieurs templounets avec tous la même particularité : un toit doré en pic et des strass qui recouvrent les murs du sol au plafond. Ce n'est pas très discret, on peut même dire que c'est d'un genre ostentatoire et clinquant mais unique, ça on ne peut pas le nier.

Photo: un des temples dans le palais royal

Malheureusement la visite est de courte durée car le temple ferme pour une cérémonie avec des militaires et moines, enfin bref on se fait mettre dehors. On continue avec la visite du temple Wat Pho et son immense bouddha couché qui remplit toute la pièce.

On ne sait pas si c'est le bouddha qui a été fait pour rentrer dans le temple ou l'inverse mais en tout cas il occupe tout l'espace, du sol au plafond mais avec quand même assez d'espace pour le longer de la tête aux pieds.

Puis de l'extérieur, pas de surprise, le temple est calqué sur le premier, toit pointu et doré avec utilisation à outrance de strass.

Un autre jour, nos pas nous amènent sur le marché aux fleurs. Ce sont de grands hangars remplis d'étales qui ne vendent que des fleurs fraîches. Un peu le Rungis thaï de la fleur.

Le marché aux fleurs

Dehors, les fleuristes ont dressé d'énormes sculptures/autels de fleurs en honneur au roi défunt. On est impressionné par l'engouement du peuple pour ces commémorations.

Un peu plus loin, on débarque dans Chinatown, c'est l'heure du souper et les rues grouillent de monde et d'odeurs. Il y a mêmes des files interminables pour certains stands de bouffe de rue!

Dans Chinatown

On trouve aussi la rue Soi Cowboy, la rue des bars un peu louches de Bangkok. Et en effet, c'est assez louche. Il y a beaucoup trop de madames (ou monsieurs/madames) juchées sur des hauts talons et mini jupes qui nous accostent pour nous faire rentrer dans leur "bar".

On a fait nos moumounes, on a pris notre petit selfie et on est reparti vers des rues plus conventionnelles!

Bangkok c'est bien, mais la plage c'est mieux. On réserve des billets d'avion pour partir vers Phuket puis l'île de Koh Phi Phi.

Visite d'un temple

C'est parti pour une semaine à la plage. Comme le taxi est un peu cher pour aller à l'aéroport et qu'on a la journée pour y arriver, on tente le trajet en bus de ville. Pas vraiment évident pour le coup, tout est écrit en thaï, et juste trouver l'arrêt de bus relève presque du miracle ou en tout cas de la chance.

On ne tarde pas à être plus vraiment sûr de là où il faut aller pour attendre le bus et pas grand monde parle anglais par ici. Mais on est chanceux, devant l'entrée d'un grand building d'appartements, on trouve une dame qui rentrait chez elle, qui parle anglais et qui veut bien nous aider. On lui demande donc l'arrêt de bus, elle nous indique une direction que l'on suit. Effectivement 500 mètres plus loin, on tombe sur l'arrêt de bus.

Et surprise, on voit arriver notre madame quelques minutes plus tard, elle vient, elle aussi, de marcher les 500 mètres à notre recherche, elle avait oublié de nous demander à quel aéroport nous nous rendions.

C'est bien la première fois que quelqu'un nous cherche car les indications qu'il nous a donné ne sont pas complètes. On est vraiment touchés, surtout qu'elle nous aide jusqu'au bout en demandant aux autres thaï qui attendent le bus si ils savent lequel de ces bus va à l'aéroport. Assurée que nous monterons dans le bon bus, elle repart chez elle.

Deuxième bonne surprise du trajet, le conducteur de bus est une femme et j'avoue que je suis assez fière de voir cette madame "badass" derrière le volant du bus.

Mais on peut aussi compter sur l'aide de la contrôleuse des tickets qui nous indique quand descendre. Non vraiment, les Thaïlandais sont très sympas.

Quand on arrive à Phuket, il fait déjà nuit noire. La découverte de la ville se sera pour la fin de la semaine car le bateau pour Koh Phi Phi est le lendemain matin.

Photo: Maya Bay

Il nous faut 2h pour rejoindre l'île de Koh Phi Phi. On s'arrête devant la plage qui a servi au tournage du film "La plage" avec Leonardo DiCaprio. C'est vraiment beau avec cette eau turquoise et ces falaises qui tombent à pic dans la mer. Très typique des paysages de Thailande et du Vietnam (on apprendra plus tard que ceux sont des massifs karstiques.)

On arrive enfin à Koh Phi Phi et après un petit déj (dans une boulangerie française) on se dirige vers notre hôtel pour les 4 prochains jours. Rien de bien luxueux, un bungalow en bambou qui surplombe un peu le village. On se dit que l'on va être tranquille car l'île est réputée pour ses fêtes sur la plage. Pour l'instant l'endroit nous paraît calme.

On est accueilli par une française qui habite sur l'île et qui nous donne quelques bons tuyaux.

Sur Koh Phi Phi

Quelques minutes plus tard, équipé de notre maillot de bain, crème solaire, masque et tuba, on part pour la plage. Un peu comme aux îles Perenthian, il faut emprunter un sentier qui longe la côte et qui dessert plusieurs plages plus paradisiaques les unes que les autres. On finit par trouver notre bonheur avec la plage viking (nom de l'hôtel qui a investi les lieux!)

Coucher de soleil sur les hauteurs de Koh Phi Phi

La plage est à la hauteur de nos attentes, eau turquoise et sable blanc (et pas trop de vagues pour moi!). Tout est parfait, les vacances peuvent commencer.

Sur Viking Beach et Long Beach à droite

À la nuit tombée, le village se métamorphose. Musique et basses à fond sur la plage avec alcool à volonté mais bon, on n'est pas là pour ça donc on se réfugie dans un petit bar à l'écart de l'agitation.

Manque de chance, la musique de la plage se rend jusqu'à notre bungalow. On s'endort bercé par les basses et les mélodies de la macarena et autres grands succès populaires!

Les rochers karstiques, les bateaux "Long Tail" et Clément

Le troisième jour on loue un canoë pour aller découvrir Luna Bay. Après 40 minutes de ramage, on arrive enfin sur la plage. Encore une fois sable blanc, eau turquoise et vue sur un rocher typique de la région, et en prime très peu de touristes.

En pagayant vers Luna Bay

Retour sur la plage principale avant la tombée de la nuit.

Selfie time, Luna Bay, plongée et sur les hauteurs de Koh Phi Phi

Le lendemain, Clément part faire de la plongée pour explorer son nouveau monde sous marin. Quant à moi je suis plus conservatrice et je retourne sur la plage viking pour parfaire mon bronzage.

Photo: Luna Bay depuis la plage

On retourne ensuite sur l'île de Phuket, où l'on a un hôtel dans la vieille ville qui n'est pas très grand et on peut facilement visiter à pied. Les immeubles coloniaux se mélangent à un style chinois, c'est assez inédit. D'après Clément ça a des petits airs de Macao sans le côté casino. Il y a plein de petits cafés genre hypster, on se sent bien dans cette petite ville, loin de l'agitation touristique qui règne sur les plages de l'île situées plus à l'ouest.

Les rues de Phuket Town

Le lendemain, on loue un scooter pour explorer un peu cette île, qui est quand même assez grande. On part en direction de Kata Beach, à environ 45 minutes du centre ville de Phuket. Et là c'est le choc culturel, on est avec les Tuche russes. Gros ventres de bière ou vodka plus que cramoisis par le soleil sont de sortie. C'est la classe internationale!

L'exploration de Phuket

Pour le coup on est déçu de la plage, bien moins belle qu'à Koh Phi Phi. Et il faut aussi dire que l'on devient exigeant en terme de plage!

On se remet de cette déception par un passage au flow rider (vague artificielle stationnaire pour faire du surf) pour Clément pendant que je joue les photographes professionnelles...

Puis on continue notre tour de l'île en s'arrêtant sur les plages disséminées le long de la route.

Puis retour à l'hôtel pour la dernière nuit en Thaïlande car on a ensuite une belle journée de voyagement. D'abord un avion pour Bangkok, où l'on galère une fois encore avec le bus de ville, qui cette fois nous dépose dans un endroit qui ne correspond pas au terminus mentionné sur Google maps, mais on s'en sort bien, on peut rejoindre un centre commercial à pied et commander un taxi Uber jusqu'à notre hôtel. On récupère nos gros sacs, puis rebelotte, on saute dans un taxi pour l'aéroport et cette fois direction le Myanmar.

Conclusion: merci l'Inde pour nous avoir faire découvrir un pays qui n'était pas sur la liste!

PS1 : on a mangé de la Poutine à Bangkok (dans le resto de Bruno Blanchet pour nos connaisseurs québécois!). Pas mauvaise mais c'était pas du fromage squich squich!

PS2 : oui Clément a toujours sa barbe, il y a une rumeur qui dit qu'elle pourrait disparaître pour le 1er janvier. Les paris sont ouverts!

PS3 : un peu de retard pour l'envoi de cette newsletter, mais avec les fêtes de fin d'année, difficile de rentrer dans les délais! :-)

Sur la route vers Koh Phi Phi

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.