Un festival petit mais costaud Calvin Charrier

Le cinéma Pax s’anime en ce soir du 3 mars 2017, dans la petite ville de Tiercé. Une commune du Maine et Loire comptant plus de 4300 habitants à quelques minutes d’Angers. En effet la salle de spectacle accueille la 10ème édition du festival du "Printemps Musical". Depuis une décennie la ville a accueilli des dizaines de groupes. Il est devenu l’événement culturel le plus visible pour le village.

Les hostilités ont été lancées avec les musiciens déchaînés des "yeux d’la tête". Un groupe à la musique éclectique allant de la chanson française au rock en passant par des airs manouches, de musique des Balkans ainsi que de jazz, faisant rimer bonne humeur avec qualité et générosité.

Une préparation sous tension

Le concert commence dans plus de deux heures mais déjà le personnel et les bénévoles s’activent depuis le début de l’après midi pour le lancement du festival et le bon déroulement du concert. Dans un coin on installe le stand de merchandising avec des CD et des T-shirts, dans un autre on prépare la partie bar. Lorsque l’on se dirige vers les loges on retrouve les membres du groupe disséminés un peu partout, attablés autour d’un repas, à checker les derniers détails pour le concert ou encore en train de découvrir le jeu de la boule de fort dans le jeu avoisinant le cinéma.

Dans le lot de ces nombreuses personnes, une femme ne cesse de faire des allez et retours. Cette femme, Angélique Guerry, est la responsable culturelle pour la mairie et donc l’organisatrice du "printemps musical". Elle était présente à sa création il y a dix ans. Depuis le début elle a souhaité conserver la même ligne directrice, offrir un festival local de qualité au public.

"Le but principal a toujours été de faire du printemps musical un festival de découvertes, avec une certaine volonté de faire valoir des groupes semi-connus".

Dans ce genre de festival il est essentiel de savoir choisir les groupes, c’est d’ailleurs la grosse partie du travail, repérer les groupes est une opération qui dure plusieurs mois et se fait en quelques sortes tout au long de l’année. Il est donc obligatoire d’apprendre à placer la jauge entre penser à ce que le public va ou pourrait aimer tout en gardant à l’esprit la volonté de montrer au public des artistes qu’il ne connaîtrait peut être pas ou peu. Il y a donc eu depuis sa création de nombreux changements et évolutions, notamment le budget accordé aux actions culturelles. "Lorsque je suis arrivé il y a 14 ans le budget auquel j’avais accès était de 3000 euros, autant dire qu’avec ça on ne fait rien du tout, aujourd’hui il est de 48 000 euros. Cela n’est pas peu pour une commune de cette taille, même si d’autres ont plus encore. En tout cas cela nous permet de monter beaucoup plus de projets et d’aller plus loin". Il y a donc eu du chemin de fait et cela paye car chaque année ce sont des salles pleines qui accueillent les artistes, soit environ 850 personnes au total sur les 4 dates du festival.

Une commune dynamique

La commune peut donc être fière du succès de cet événement, il faut dire que la municipalité se donne les moyens pour organiser ce genre d’actions culturelles. Il y a une réelle volonté politique derrière cela. Si un tel budget est accordé c’est aussi parce que cela rapporte beaucoup en termes d’image. Il y a en effet le souhait de donner l’image d’une commune dynamique qui propose une bonne programmation culturelle variée et régulière. Et le projet pousse le local à fond en faisant travailler des entreprises ou des commerçants du coin comme par exemple l’entreprise de communication qui s’occupe des flyers et autres, ou encore la traiteur qui apporte le repas pour le staff et les artistes, pour un moment de convivialité et d’échange, et enfin les associations comme notamment "ballad’images" qui se charge de la gestion du cinéma. Enfin à chaque action culturelle une rencontre est organisée entre les artistes et les enfants de l’école de Tiercé. Un temps d’échange très attendu par les enfants à chaque fois et leur professeurs qui organisent cette rencontre et jouent le jeu. Ce moment est souvent très apprécié par les artistes, étonnés par les réponses et la lucidité des enfants. Habituer les scolaires dès le plus jeune âge c’est aussi leur donner goût à la culture et la volonté de se déplacer lors des expositions et autres et donc de transmettre ce goût de la découverte. La culture fait donc vivre le village et l’anime. En outre, les manifestations culturelles et notamment le "printemps musical" ont permis de construire trois bâtiments culturels dont ce "cinéma Pax" où se déroule ce dernier.

Les membres du staff s'affairant au bar

Attention ça va commencer

Et ce sont justement les portes du Pax que les bénévoles commencent à pousser, c’est bientôt une vingtaine de personnes qui est présente pour encadrer cette soirée, entre les bénévoles de l’association "ballad’images", les élus et les employés de la culture et de la communication. Puis rapidement ce sont les premiers spectateurs qui entrent dans la salle de spectacle, petit à petit les sièges rouges sont occupés par le public, sourire aux lèvres. Un public de fidèle habitué à se délacer pour les manifestations, provenant à la fois de Tiercé, des villages alentours ainsi que d’Angers. Mais aussi un public de fans, car oui les groupies sont de sortie. Un groupe de jeunes est venu ce soir à Tiercé pour voir le concert du groupe "les yeux d’la tête", comme toutes les précédentes dates, les suivantes également, des musiciens.

La queue se fait maintenant de plus en plus importante, chacun attendant avec impatience de faire déchirer son billet pour prendre place dans la salle à l’éclairage tamisé. A l’intérieur les gens se retrouvent, les mains s’agitant dans l’air pour avertir de sa présence et saluer des connaissances, des "salut toi ! ça va bien ?" ou encore des "ah toi aussi tu as pris ta place ? " fusent dans les airs. L’attente se fait dans une ambiance festive et amicale, comme une réunion d’amis et d’habitués. Derrière le rideau les musiciens patientent attendent le signal pour surgir sur scène dans le noir le plus complet et enfin transformer toutes ces chaleureuses discussions en euphorie la plus totale. Soudain les lumières s’éteignent, les portes se referment, les applaudissements se font entendre dans tout le cinéma et tout à coup comme un tour digne du grand Copperfield les 6 musiciens surgissent de la lumière. Enfin le show peut commencer les lumières dansent, les notes virevoltent dans les airs, les artistes sautillent sur scène, l’accordéoniste et le saxophoniste vont même jusqu'à descendre dans le public pour le plus grand bonheur de celui-ci. La scène est en phase avec la salle, ont interagit, on chante. Les chansons sont ponctuées de moments de complicité et d’humour. Ça y est les organisateurs peuvent relâcher la pression et profiter de leur soirée après des mois de travail, salle comble, sourires, applaudissements pari gagné une fois de plus pour l’équipe.

Après un long rappel et plusieurs heures de concert les musiciens retournent derrière leur rideau, antre sombre et mystérieux des artistes pour le public, les lumières de salle se rallument. Les spectateurs ressortent et attendant dans le hall d’entrée pour échanger avec leurs amis, les bénévoles et les musiciens autour d’une pression fraîche. Petit à petit la masse qui s’agglutinait s’égrène et chacun repasse la porte dans le sens inverse, dehors une lourde pluie s’abat sur le sol comme un rideau froid et repoussant, sombre retour à la réalité, mais il en faudra plus pour démoraliser les troupes, sourires aux lèvres toujours tous disparaissent derrière ce rideau. A l’intérieur la pression retombe, on se retrouve une dernière fois autour d’un verre, la soirée n’est pas terminée, il faut encore tout ranger, démonter lumière et sonorisation, la nuit sera courte.

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.