Trois loutres de mer à Océanopolis Photos Thierry Creux / Ouest-France

  • Le parc marin de Brest (Finistère) présente depuis la mi-décembre 2016 trois loutres de mer. Trois jeunes mâles de moins de deux ans issus du Sea Life Center de Seward (Alaska), un centre de soins de la faune sauvage. Les trois partagent une même histoire: elles ont été découvertes encore bébé, errant seules, leur mère respective ayant disparu. Or, sans sa mère, un loutron ne peut pas survivre. C'est pourquoi elles ont été recueillies et confiées au centre de soins américain.
  • Les trois jeunes loutres s'appellent Poukiq, Matchaq et Tangik: soit Intelligent, Soleil et Lune, en inuit. Pourquoi n'ont-elles pas été réintroduites dans la nature? Parce qu'elles n'y survivraient pas. Il leur manque les apprentissages qu'une maman loutre dispense à son unique rejeton: utilisation d'outils pour casser les gros coquillages. Et techniques très précises d'entretien du pelage. La loutre de mer possède la fourrure la plus dense du règne animal. Et pas une once de graisse - une curiosité pour un mammifère marin passant l'essentiel de son temps dans l'eau glacée. Résultat: un mauvais soin de son manteau isolant condamnera l'animal à mourir de froid. Si ces trois là savent a minima groomer (entretenir leur fourrure), leur température est placée sous haute surveillance: elles ont dans l'abdomen un transpondeur, implanté par le Sea life center, qui alertera les soigneurs en cas de refroidissement anormal.
  • Autre particularité qui rend ces jeunes loutres inaptes au retour à la vie sauvage: l'espèce s'apprivoise naturellement au contact des hommes. Relâchées, elles reviendraient donc vers eux. Au péril de leur vie. Et elles pourraient aussi représenter un danger pour ceux qu'elles approcheraient. Leur côté peluche sympa colle mal avec une mâchoire et une dentition conçues pour broyer du tourteau et du coquillage. La loutre de mer n'est pas agressive, plutôt joueuse, mais vu son armement...

Christine Dumas est chef de l'équipe chargée des mammifères marins à Océanopolis. Les loutres de mer sont nourries toutes les quatre heures en journées. Elles sont alimentées avec prudence, et à peine un morceau avalé, elles sont aussitôt resservies: ce sont des animaux dynamiques et pas du genre à patienter entre deux bouchées. il ne faut pas prendre le risque qu'elles viennent chercher le repas dans la main du soigneur.

Elles reçoivent essentiellement une alimentation décortiquée. SI on leur donnait des coquillages, elles risqueraient d'endommager le verre de leur bassin de vision en jouant avec les coquilles brisées après le repas.

Credits:

Thierry Creux / Ouest-France

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.