Loading

Percée du vin jaune : le 3e cru polinois Ces 2 et 3 février 2019, Poligny accueillera pour la troisième fois de son histoire, la percée du vin jaune. C'est ici que tout avais commencé en 1997

Webmag Le Progrès. Texte : Véronique Décot, Laetitia Achilli, Rémi Champomier. Photos : Philippe Trias, Laetitia Achilli, Rémi Champomier. Infographie : Percée du Vin jaune. Carte : Eva Rodriguez. Montage : Laetitia Achilli.

Un retour aux sources

Cette nouvelle Percée du vin jaune à Poligny, ce 2 et 3 février 2019, c'est un retour aux sources, là, où tout a commencé.

La première édition a été créée dans la capitale du comté en 1997. « J’en suis très heureux, confie le maire Dominique Bonnet, en espérant que la récolte 2018 soit bonne et que les vignerons soient présents nombreux ». Philippe Noir, viticulteur polinois, qui a succédé à Alexandre Vandelle à la présidence. À 46 ans, le Jurassien travaille sur le domaine familial de onze hectares avec son frère Jean-Yves et son oncle Bernard. Un domaine créé par son père en 1973.

« On a toujours cru en cet événement, on participe toujours et dès 97, avec mon frère, on était à la commission caveaux ».

Pour Bernard Badoz, vigneron polinois à l’origine de la Percée, cette alternance entre villes et petits pays est une bonne chose : «Cela permet de maintenir un équilibre financier car organiser la Percée dans un village, ça coûte plus cher en transports ».

A quoi ressemblera le millésime 2012?

Le millésime 2012 sera mis en perce le dimanche 3 février à 11h lors de la 22e percée du vin jaune à Poligny.

Philippe Noir, vigneron à Poligny et président de la Percée 2019, se souvient de chaque caprice de la météo cette année là.

« L’année 2012 a été compliquée avec un mois de février très froid. Je pense que certains ont des souvenirs de la Percée de Ruffey-sur-Seille… puis un temps très doux en mars avant le retour des températures basses. L’été a été perturbé par de nombreuses pluies jusqu’à la mi-juillet. Ensuite les orages se sont multipliés à la fin du mois d’août avant un très beau mois de septembre qui a sauvé la récolte. »

Ce fut une année compliquée pour les viticulteurs avec une récolte très faible sur certains secteurs du Jura. « En 2012, le Savagnin a tiré son épingle du jeu par rapport aux autres cépages car il est plus résistant aux caprices de la météo et plus tardif », explique Philippe Noir.

« C’est l’événement de l’année ! »

La ville de Poligny accueillera la Percée du vin jaune pour la troisième fois samedi 2 et dimanche 3 février. Un événement particulier pour le maire Dominique Bonnet.

Que représente la Percée du vin jaune pour vous ?

« C’est le plus grand événement viticole de la région. Il met à la fois en avant le vin jaune en tant que produit du terroir et la ville hôte. J’étais déjà là en 1997 pour la toute première Percée qui a eu lieu à Poligny. Je n’en ai pas beaucoup loupé depuis même si certaines années, il a fallu affronter le froid et la neige. »

Comment avez-vous vécu l’année de préparation de la Percée ?

« Il y a eu un travail important à faire pour prévoir la sécurisation de la ville et pouvoir accueillir jusqu’à 30 000 personnes. Les contraintes ont augmenté depuis la dernière édition à Poligny en 2010, à la suite de différents événements tragiques en France. Les Polinois se sont vraiment impliqués, en particulier la centaine de bénévoles qui s’est occupée de décorer la ville pour l’occasion. »

Qu’est-ce que cet événement peut apporter à Poligny ?

« C’est l’opportunité d’accueillir plusieurs dizaines de milliers de visiteurs en un week-end. C’est l’événement de l’année 2019 à Poligny, c’est sûr ! La Percée, c’est aussi l’occasion pour le visiteur de découvrir le patrimoine d’une ville ou d’un village en allant de caveaux en caveaux. J’ai vraiment découvert les ruelles de Salins-les-Bains lors de la Percée de 2007. Cela peut nous amener de futurs touristes, surtout quand on sait que la part d’étrangers qui viennent à la Percée est en augmentation. C’est un très gros coup de projecteur sur Poligny ! »

Quels sont les moments forts que vous attendez lors de cette 22e édition ?

« J’attends avec impatience la vente aux enchères, qui est un moment toujours très spécial, tout comme la mise en perce. J’ai hâte de goûter le vin jaune d’il y a six ans et trois mois. Et puis cette année, il y aura les vins de Jeres en Espagne, qui seront présents. Ce sera une vraie découverte pour moi. »

Quels liens avez-vous avec le vin jaune ?

« Je suis un très grand amateur de savagnin. Le vin jaune dégage tellement d’arômes différents que j’arrive encore être surpris. Derrière chaque producteur on trouve des nuances et des goûts plus ou moins prononcés. Pour moi, c’est un produit magique, à déboucher la veille et à déguster avec un morceau de comté. »

Quoi faire, qui voir, ce week-end de la Percée

D'où viennent les viticulteurs de la Percée 2019

Les moments clés de la Percée

Samedi 2 février

8 h 30 : Concours de cuisine André Jeunet. Pour cette 15e édition, amateurs et professionnels des métiers de bouche se confronteront, sous la présidence des Ambassadeurs du Vin Jaune, autour des emblématiques cuisses de grenouilles

De 12 à 18 h : Les visiteurs déambuleront de caveaux en caveaux.

13 h 30 : Battle culinaire « Les food cuisine ». L’occasion pour les participants en équipe de deux de se faire plaisir tout en mettant à l’honneur le patrimoine gastronomique de la région.

14 h : Vente aux enchères de vieux millésimes.

Dimanche 3 février

11 heures : Défilé et mise en perce. Après la bénédiction du Vin Jaune en l’église de Poligny, les rues accueilleront badauds, vignerons et ambassadeurs vêtus de leurs habits traditionnels. L’emblématique mise en perce signera la découverte du nouveau millésime. Le président Philippe Noir, accompagné du parrain Vincent Ferniot, perceront le fût et les vignerons serviront le vin jaune.

Attention, il sera impossible de se garer sur Poligny le week-end de la Percée. Les riverains ont tous reçu des consignes. Des navettes entre les zones de parking et la Percée seront mises en place.

Côté riverains, aucun véhicule ne devra rester dans le périmètre. Tout se fera à pied avec les badges «accès piéton» que chaque habitant a reçu dans sa boîte aux lettres avec les badges «bénévoles» que chaque association a eue. Quelques accréditations ont également été données pour permettre aux bénévoles d’approcher le périmètre, celles-ci doivent être apposées visiblement dans les véhicules.

Les trois entrées de la percée se situent avenue Wladimir-Gagneur, route de Genève et à l’Enilbio.

Souvenir de la Percée de 2009

Ce qu'il faut retenir de cette Percée 2019

Les vignerons bien présents

Cinquante-quatre vignerons proposeront des dégustations contre une quarantaine à L’Étoile lors de l’édition précédente. Le très bon cru des vendanges 2018 a permis une mobilisation plus importante. De plus, la configuration du site de Poligny permet d’accueillir plus d’exposants.

Les vins de Xérès à l’honneur

La 22e Percée accueillera une délégation de vignerons de Xérès, en Espagne, qui tiendront un stand de dégustation. C’est un vin blanc originaire d’Andalousie. Selon leur mode d’élaboration et de vieillissement, les vins de Xérès peuvent se présenter sous plusieurs styles. Ils se rapprochent du vin jaune dans la mesure où se sont des vins de voile.

Nouveauté : un concours de cuisine pour les amateurs

Le battle de cuisine “Les Foo’d Cuisine” est une nouveauté de l’édition 2019. Les participants, passionnés de cuisine mais non professionnels, seront coachés par un chef et devront présenter deux assiettes. Quatre équipes de deux personnes seront sélectionnées après des candidatures par mail (percee@jura-vins.com). Les plats présentés seront jugés accompagnés d’un verre de vin jaune. La thématique du concours sera dévoilée juste avant le samedi vers 13 h 30.

Un vin jaune de 1774 en vente

Organisée à la Chapelle de la Congrégation, la traditionnelle vente aux enchères proposera son lot de bouteilles d’exception. Parmi celles-ci, l’une des dernières bouteilles de vin jaune AOC Arbois, millésime 1774. Présentée à plusieurs reprises pendant la vente de la Percée, son stock arrive à son terme, et dévoile désormais l’une de ses dernières bouteilles. Cette cuvée incroyable appartient à un vigneron d’Arbois du XVIIIe siècle, Anatoile Vercel.

Issue de la récolte d’une vigne taillée sous Louis XV et vendangée sous Louis XVI, ce vin jaune fut élaboré sous les traditions viticoles de l’époque avec notamment un vieillissement en tonneau d’une quinzaine d’années.

Les billets en prévente

Depuis l’édition 2018, les billets d’entrée de la Percée ne sont disponibles qu’en prévente. Aucun ticket n’est vendu le jour même. La fête polinoise pourra accueillir au maximum environ 23 000 visiteurs.

Le nombre de tickets déjà vendus est similaire à l’année dernière à la même période.

Pass’Journée : 20 € par personne. Accès au site + 1 verre de dégustation + 10 tickets de dégustation (valable samedi ou dimanche).

Pass’Week-end : 35 € par personne. Accès au site + 2 verres de dégustation + 10 tickets de dégustation par jours.

La Première à Poligny en 1997

"Voir la vie en jaune"

C'est le titre de l'article du Progrès, après le premier jour de la toute première Percée du vin jaune qui a eu lieu à Poligny en 1997.

15 000 verres pour le coup d'essai

A l'époque, lors du premier bilan, Le Progrès écrivait : "Pour un premier coup, c’est un coup de maître. La Percée du vin jaune a attiré à Poligny la grande Foule ce week-end. Près de 15 000 verres et leurs tickets de dégustation ont été vendus ce qui laisse penser qu’on a allègrement dépassé les 20 000 visiteurs." Au meilleur de sa forme, la Percée a accueilli 60 000 visiteurs. C'était avant les préventes et le pass obligatoire pour accéder à la Percée.

On continue avec le bilan de 97 : "Outre les dégustations proposées par les 74 vignerons ou fruitières présents, ce dimanche, les amoureux de ce vin d’exception retiendront le moment symbolique du rassemblement de la cour des Ursulines, hier, à midi, avec la mise en perce d’un tonneau de vin jaune, avec maillet et robinet en bois. Suivie de la distribution du breuvage au public en une mémorable communion collective." Aujourd'hui, les viticulteurs sont moins nombreux.

La cuisine a toujours été invitée d'honneur lors des percées.

2010, une année de records pour la Percée de Poligny

Archives Le Progrès

2010 a été une grande année pour Poligny. Outre l'obtention de l'un des grands records de la Percée depuis la création en 97, la commune avait aussi accueilli Pierre Perret. Ce parrain avait mis le feu à la petite commune jurassienne.

Vincent Ferniot, le vin jaune comme héritage

Vincent Ferniot sera le parrain de la 22e Percée du vin jaune samedi 2 et le dimanche 3 février.

« Je suis descendant d’une famille franc-comtoise, les Ferniot sont originaires de Dole, Gendrey, Valdahon et Besançon, je porte cette région dans mon cœur », révèle le journaliste et chroniqueur gastronomique Vincent Ferniot. Et ce n’est pas par hasard que le présentateur de « Midi en France », sur France 3, se retrouve parrain de la prochaine édition polinoise de la Percée du vin jaune.

« La seule chose que mon père m’a léguée, ce sont quelques bouteilles de vin jaune Château-Chalon 1956 que je conserve précieusement ». Considéré par Vincent Ferniot comme « l’illustration de l’art de vivre jurassien, avec le comté avec lequel il s’associe parfaitement », le vin jaune est avant tout son héritage.

« Comme mon père le faisait à une époque, je débouche une bouteille de vin jaune à la maison pour les grandes occasions, pour faire découvrir quelque chose de différent ». Mais cela ne marche pas à chaque fois.

« Lorsqu’on est venu à Pontarlier avec l’équipe de Midi en France, on a fait une virée dans le Jura pour goûter le vin jaune. On était deux à apprécier sur une trentaine de personnes », explique le journaliste. « Pour aimer le vin jaune, il faut le connaître. C’est un produit extraordinaire mais qui peut être déboussolant pour un consommateur non averti. »

Un vin avec de l’avenir

Vincent Ferniot prend son rôle de parrain très à cœur : « je suis là pour promouvoir la Percée et le vin jaune, aller à la rencontre des visiteurs pendant deux jours ». Le journaliste gastronomique qui fera étape à Lyon pour présenter les Bocuse d’Or et la Coupe du monde de pâtisserie, juste avant de rallier Poligny pour l’ouverture de la Percée, croit au potentiel du vin jaune.

« C’est un produit d’avenir, un ambassadeur extraordinaire pour le Jura à l’étranger. »

A chaque année, son affiche, ses parrains

2018 : Karl Zéro

2015 : Franck Ferrand

2014 : Evelyne Thomas, Nathalie Simon et Jean-François Stevenin

2013 : Patrice Carmouze

2012 : Pierre Chevrier

2011 : Alice Dautry

2010 : Pierre Perret

2009 : Tom Mc Clung

2008 : Jean-Marie Pelt

2007 : Jean-Paul Olivier

2006 : Jean-Robert Pitte

2005 : Patrice Devret

2004 : Maud Fontenoy

2003 : Bernard Clavel

2002 : Raymond Forni, Olivier Poussier

2000 : José Bové

1999 : Joël Robuchon

1998 : Philippe Faure-Brac

1997 : Michel Bettane

Bernard Pujol, vingt ans d’enchères à la Percée du vin jaune

Bernard Pujol passe la main à Philippe Munos, après vingt ans de Percée du vin jaune, à organiser la vente aux enchères des vieux millésimes.

« Tout est parti d’une discussion avec Bernard Badoz, le fondateur de la Percée, lors d’un enterrement à Ornans, en 1996. Il m’a demandé si je pouvais m’occuper d’une animation phare pour la première édition : une vente aux enchères », se souvient Bernard Pujol. L’historique président de la commission vieux millésimes participera à la Percée 2019 en simple spectateur, pour la première fois. « Bernard Badoz m’avait prévenu : si on se lance là-dedans il faut que ça dure. »

Un amateur chez les professionnels

Même si Bernard Pujol a été un membre assidu des dégustations des associations œnologiques de Besançon (Doubs) et de Vesoul (Haute-Saône), il n’est pas un spécialiste des vieux millésimes lorsqu’il se lance dans l’aventure. « Je suis parti de rien, pas de fichiers, pas de cotations, il a fallu tout construire en quelques mois », se rappelle-t-il. « J’étais un amateur dans une commission professionnelle. »

Le bénévole s’entoure et apprend vite, en multipliant les recherches : « Jean-François Bourdy m’a beaucoup aidé à établir le juste prix pour chaque bouteille lors des ventes. » D’année en année, l’expérience amène des évolutions lors de la vente annuelle. « Au début on voulait tout vendre, on a vite arrêté. On a aussi adopté le principe d’un lot égale une bouteille pour éviter de sous-côté certains vins », explique Bernard Pujol. Les ventes de la Percée durent en moyenne entre 2 h 30 et 3 heures, avec entre 280 et 300 lots proposés. « Il faut des bouteilles de prestiges mais aussi des prix abordables pour les visiteurs qui cherchent un millésime pour une année de naissance ou de mariage par exemple. » Si le vin blanc, le rouge et même le macvin ont leur place sur les étals de la vente, le vin jaune représente au moins 50 % des lots. Mais l’ordre de mise en vente des bouteilles est aussi un facteur important : « On a étudié pendant plusieurs années la réaction des visiteurs et des acheteurs pour faire en sorte que tout le monde reste jusqu’au bout. »

Des souvenirs à la pelle

En vingt ans de Percée, Bernard Pujol aura tout vécu ou presque. « Cette vente, c’est une ambiance, une atmosphère particulière. Quand le prix d’une grande bouteille s’envole, on ressent la pression, l’adrénaline montée dans la salle. »

En 1999, la vente organisée dans la cartonnerie de Domblans est interrompue. « On a eu la pluie, la neige et enfin la grêle qui s’est abattue sur le toit métallique, on n’entendait plus rien. » À Arlay, en 2003, la température est dans les négatifs avec -8 °C dans la matinée. « Le vin jaune commençait à geler dans les verres ! » En 2011, la Percée d’Arbois marquera un tournant pour l’image de la vente aux enchères des vieux millésimes avec un vin jaune de 1774, adjugé 57 000 euros. Une bouteille du même lot sera mise en vente le samedi 2 février 2019, lors de La Percée polinoise.

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.