Prévenir le risque nucléaire au Japon dossier pages 300-303 - classe de 5e 3

1. LA CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE FUKUSHIMA

Il y a eu 2 centrales nucléaires dont une qui a explosé. Les villes de Futaba et Minamisoma ont été évacuées. Toutes les côtes ont été touchées par l’explosion de la centrale nucléaire. Une partie de Fukushima et de Date a été touchée. Une zone de 30 km a été évacuée.

La catastrophe nucléaire était très bruyante. Des nuages violets se formaient dans le ciel. C'était très dangereux : les habitants de Fukushima devaient fuir. Ils ont été des milliers à être relogés dans de petits logements provisoires mais plusieurs personnes ne peuvent maintenant plus rentrer chez elles. Des indemnités sont versées aux habitants de Fukushima.

Le Japon est la 4ème puissance mondiale. A Fukushima, on dénombre 19000 victimes à cause du Tsunami. 160 000 victimes ont été déplacées.

Le taux de radioactivité de la catastrophe nucléaire de Fukushima est très élevé. Il faut l'éliminer car ce rayonnement peut être très dangereux à forte dose.

Dans la ville "fantôme" de Futaba, voisine de la centrale nucléaire de Fukushima, la pollution est présente mais invisible. Des personnes sont chargées de décontaminer la ville fantôme de Futaba car il y a trop de pollution à cause de la centrale nucléaire de Fukushima. Ils positionnent des banderoles où il est inscrit « l'énergie nucléaire pour un meilleur futur ».

Des politiques de prévention sont mises en place pour retourner à la stabilité :

- les autorités essayent la réouverture des zones qui étaient interdites à l'habitation.

-Les populations font en sorte de gérer leur vie dans un environnement contaminé.

Ce programme Ethos Fukushima a été établi pour apprendre à gérer leur quotidien dans ces lieux contaminés mais elle a également pour but de relancer l'économie dans les régions contaminés par cette catastrophe.

2. APRES LA CATASTROPHE, GÉRER LES EFFETS DU RISQUE

Après la catastrophe, les habitants des zones frappées sont évacués dans des lotissements provisoires. Les habitants fuient la ville.

Des milliers d'hommes nettoient la région de Fukushima en ratissant les sols pour baisser le taux de radioactivité.

Les habitants de la ville doivent faire attention à leur alimentation en évitant de manger des champignons, des fruits des bois ou gibiers, très contaminés.

Au Japon, la plupart des réacteurs sont arrêtés ; donc le risque est moins élevé.

De nouvelles précautions ont été prises pour protéger les populations qui sont proches des centrales nucléaires.

Après la catastrophe, des dizaines de milliers de personnes quittent leur foyer, pour, sans forcément le savoir, aller dans des lieux encore plus affectés par la pollution radioactive.

A Fukushima, on déconseille les enfants de sortir trop longtemps, à cause de la pollution.

Un programme a été mis en place pour permettre aux habitants de gérer leur quotidien dans un milieu infecter.

Ce programme a aussi pour but de relancer l'économie dans les régions touchées par la catastrophe.

3. APPRENDRE DE FUKUSHIMA : AGIR AVANT POUR RÉDUIRE LE RISQUE NUCLEAIRE

Le Japon a arrêté pratiquement toutes ces centrales nucléaires sauf Sendai. Le Japon préfère arrêter ses centrales pour diminuer la pollution et le risque de mortalité.

Pour protéger les populations proches des centrales nucléaires, de nouvelles précautions ont mises en œuvre, comme l'iode qui est distribuée pour diminuer les risques de cancer. Cette précaution a été mise en œuvre au Japon par la NRA (autorité de régulation nucléaire) après l'accident de Fukushima.

Les enfants de moins de 2 ans ne peuvent pas rester plus de 15 minutes à l'extérieur tandis que ceux entre 3 et 5 ans peuvent rester 30 minutes à l'extérieur. C'est le compteur Geiger qui détecte le niveau de radiation.

La migration étant jugée trop coûteuse, le gouvernement s’efforce de rouvrir les zones qui étaient fermées à cause de l'air contaminé par les radiations nucléaires, tout en mettant en œuvre des politiques d’éducation au risque, par exemple par le biais de la distribution de manuels scolaires apprenant à gérer la vie en milieu contaminé.

Dans toute les écoles du Japon, depuis 1983, le 1er septembre il y a la "journée de prévention ". Cela consiste à préparer chaque enfant de chaque école aux catastrophes naturelles.

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.