Loading

Algérie, une révolution SILMYA PHOTOREPORTAGE

Le vendredi 8 mars, les algériens ont défilé en masse dans tout le pays pour dire non à ce Système qui gouverne le pays depuis 1962. À Alger, plus d'un million de manifestants se sont rassemblés dans le centre-ville de la capitale dans une ambiance festive.

Reportage au coeur de la manif

La marche du 8 mars a rassemblé toutes les générations d'algériens. Ici dans le quartier du Telemly, un jeune se prépare à marcher muni de son drapeau.

Nassim, drapeau sur le dos marche dans la foule compacte en protégeant sa grand-mère qui sort manifester pour la première fois de sa vie. Quelques heures plus tard, je les retrouve dans des escaliers remontant vers les hauteurs de la capitale. Nassim porte alors sa grand-mère, fatiguée par cette journée harassante, dans les bras. Un symbole de cette marche pacifique et inter-générationnelle.

Les manifestations ont permis aux algériens d'exprimer leur sens de l'humour tout en faisant passer un message politique fort. Une pancarte fait allusion à un appel téléphonique au standard de l'hôpital de Genève où était hospitalisé Bouteflika pendant 13 jours au cours duquel un algérien se fait passer pour un livreur de pizza et se plaint auprès du standardiste pris d'un fou rire que les 4 pizzas commandées au 8ème étage n'avaient pas été payées et qu'il refusait de livrer la 5ème (allusion aux mandats présidentiels).
Des supporteurs du MCA, club historique d'Alger escaladent un immeuble et chantent à la gloire de cette révolution. La rue et les habitants des immeubles avoisinants les observent. Le rôle des Ultras a été important pour que les langues se délient.

Le chant "LA CASA DEL MOURADIA" composé par les ultras de l'USMA en référence à la série Netflix "LA CASA DEL PAPEL" est devenu emblématique de la révolte algérienne

Les habitants du centre ville d'Alger sont sortis nombreux aux balcons manifester leur appui à cette marche pacifique et au désir de changement.
La caméra de la chaîne privée algérienne El Chourouk filme les manifestants. Ce jeune homme intervient pour dire son ras-le-bol et accuser cette même chaîne d'avoir participé à la gabegie et de faire partie de ce sytème que les manifestants veulent renverser.
Des femmes de toutes générations ont convergé vers le centre ville pour participer à la marche du 8 mars 2019. Les tenues traditionnelles côtoient des styles plus modernes. Les algériennes sont descendues dans la rue en masse pour dire non au système et se ré-approprier leur Algérie.
Le sourire de ce jeune garçon symbolise la fraicheur et la spontanéité de ce mouvement qui veut en finir avec un mode de gouvernance depassé.

Devant l'afflux de manifestants, le cortège est immobilisé rue Didouche Mourad et des manifestants prennent d'assaut des escaliers du centre ville pour tenter de rejoindre le coeur de la manifestation Place Audin.

Depuis le début du mouvement, les policiers sont plutôt bienveillants avec les manifestants. Un policier de la circulation accepte de poser avec une manifestante le jour de la grande marche du 8 mars 2019. La police a laissé les algériens marcher dans le centre ville tout en bloquant les accès vers le haut de la ville et notamment vers la Présidence (El Mouradia). Des incidents ont eu lieu en fin de manifestation dans le quartier du Telemly.
Ce manifestant est un artiste algérien, Merine Hadj Aberrahmane connu sous le pseudo "La main du Peuple". Sa pancarte "Tuez nous" symbolise à la fois le desespoir et la détermination des algériens face à ce régime

En fin de cortège, ces jeunes ramassent les déchets afin de laisser la rue propre après le passage des manifestants. Le pacifisme et le sens civique de ces marches ont été salués par tous les observateurs. Les manifestants tiennent à ce que leurs revendications transmettent un message positif.

Les familles et les enfants étaient aussi présents en nombre. Cette petite fille brandit un ballon en forme de coeur vert, synonyme d'espoir de changement pour l'Algérie.
Ce groupe de jeunes termine la manifestation en arborant fièrement le drapeau.
Des manifestantes remontent vers le Sacré Coeur en fin de marche.

Texte et photos © Sabri Benalycherif

Credits:

© Sabri Benalycherif

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.