Loading

Mission San Francisco & Bay area Carine Camors & Odile Soulard - IAU Ile de France

La mission s’est déroulée sur 3 jours du 19 au 21 novembre 2018.

Les objectifs de la mission

Découvrir San Francisco, la Silicon Valley et son écosystème parmi les plus innovants du monde
Rencontrer des acteurs de l’économie numérique et collaborative
Comprendre les tendances de demain et identifier les pratiques innovantes

PLAN

1. Les chiffres clés et les dynamiques d’emplois dans la Bay Area

2. Les nouveaux lieux de travail de la Tech dans le centre de San Francisco : bureaux, coworking, fablabs, incubateurs

3. Les grands campus et l'innovation dans la Bay Area

4. Les limites du modèle Tech. Tendances et prospective

LES CHIFFRES CLÉS DE SAN FRANCISCO ET DE LA BAY AREA

San Francisco, Oakland et San José constituent les trois villes les plus peuplées de la Bay Area, avec 2 250 000 habitants à elles trois. San Francisco compte 884 000 habitants. La région de San Francisco, la Bay Area, englobe traditionnellement les neuf comtés qui touchent la baie. Mais ces frontières administratives ne reflètent pas la réalité sociale et économique de la région. Le développement urbain, le marché du logement, le réseau de transport et l’économie dépassent ces limites géographiques. Les cartes suivantes proposent trois échelles différentes pour prendre en compte la géographie et l’influence de la Bay Area.

San Francisco et la Silicon Valley, moteur de l'économie californienne

Les dynamiques d’emplois dans la Bay Area

Les emplois dans la région de la Bay Area ont connu une croissance plus rapide que toute autre grande région métropolitaine entre 2010 et 2015.

Le nombre d'emplois dans la Bay Area a augmenté de 25% entre 1990 et 2015, et de 18% sur la période récente 2010-2015.

Les comtés de Santa Clara et de San Francisco sont à l'origine de 54% de la croissance de l'emploi depuis 2010.

Le secteur de la connaissance, moteur de la croissance de l'emploi dans la Bay Area depuis 25 ans.

Au cours des dernières décennies, le secteur de la connaissance a été le moteur de la croissance de l'emploi dans la Bay Area. Il attire des travailleurs hautement qualifiés aux salaires élevés. Dans le même temps, les emplois dans la fabrication et les secteurs connexes (transport, commerce), qui attirent des travailleurs peu qualifiés et offrent des salaires inférieurs, ont diminué.

Vital Signs, un outil interactif et innovant de présentation des données de la Bay Area

La région de la baie de San Francisco a mis en place une initiative innovante de suivi des indicateurs économiques et sociaux. Ces "signes vitaux" aident à comprendre les forces et les faiblesses du territoire. Dirigée par la Metropolitan Transportation Commission (MTC) et l'Association des gouvernements de la région de la baie de San Francisco (ABAG), cette initiative s'appuie sur une collaboration étroite avec le district de gestion de la qualité de l'air de la région de la baie et la Commission pour la conservation et le développement de la baie de San Francisco.

Le site Web axé sur les données compile des dizaines d'indicateurs; Chacun est présenté avec des visualisations interactives qui permettent d'explorer les tendances historiques, d'examiner les différences entre les villes et les comtés et même de comparer la Bay Area à d'autres régions métropolitaines.

STRATEGIE REGIONALE DE SAN FRANCISCO BAY AREA

Partant du constat qu’avec tous ces atouts, la région de la Baie peut et devrait faire mieux, l’agence d’urbanisme de San Francisco, SPUR, a lancé une initiative pluriannuelle pour élaborer à l’échelle de la baie une stratégie et les conditions pour la réaliser à l’horizon 2070.

Cette stratégie régionale pose un ensemble de questions. Elle permet d’engager la communauté citoyenne et de proposer des idées audacieuses qui définiront le débat public des prochaines années.

  • Comment faire face à la croissance continue de la population et des coûts du logement? Comment rendre la région plus abordable?
  • Comment rester une région diversifiée et inclusive? Comment assurer à tous les fruits de la croissance économique?
  • Comment les changements technologiques rapides transformeront-ils davantage les industries et les emplois dans la région? Comment soutenir au mieux la résilience économique face aux transformations futures?
  • Quel type de système de transport développer et comment les financer? Que devraient faire les opérateurs de transport en commun face au changement radical qui balaie l'ensemble du secteur des transports? Comment s'assurer que les villes gèreront mieux l'avènement des véhicules autonomes que l'introduction de l'automobile il y a un siècle?
  • Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre et faire de la région un modèle de métropole durable? Que faut-il changer pour être capable de s'adapter au changement climatique?
  • De quel type de gouvernance avons-nous besoin pour relever ces défis avec succès?

4 scénarios possibles pour le développement économique de la Bay Area

Dans le cadre de la stratégie régionale, Spur a publié un rapport prospectif sur l'avenir de la région. Il croise quatre dimensions : l'économie, le logement, les transports et la forme urbaine de la croissance, et en tire quatre scénarios. Ils constituent des récits qui incarnent les conséquences à long terme des décisions prises aujourd'hui. En 2070, la Bay Area sera-t-elle une Gated Utopia, une Bunker Bay Area, une Rust Belt West ... ou un New Social Compact ? La réponse dépend des décisions que la région prend maintenant.

LES LIEUX DE TRAVAIL: ENJEUX ET TENDANCES DANS SAN FRANCISCO

Le mouvement de concentration de la Tech dans le centre de San Francisco

Depuis 10 ans, la Tech se développe très fortement dans le centre de San Francisco. La génération d’entreprises post-Google et Facebook s’y est largement développée, comme Twitter, Uber… Une entreprise comme Salesforce devient même un acteur incontournable du redéveloppement d’un quartier d’affaires couplé à un hub de transports.

San Francisco attire les talents, qui ne souhaitent plus travailler dans la Bay. Et depuis quelques années, des entreprises présentes dans la Bay, comme LinkedIn et Facebook développent leurs effectifs en centre-ville de San Francisco, tout en conservant leur localisation dans la Silicon Valley. Les jeunes ingénieurs veulent travailler dans le centre ville et recherchent sa vitalité et son énergie créative et inspirante.

Le centre ville de San Francisco s’affirme comme un hub majeur de la tech, aussi bien pour les grandes entreprises que pour les startups. Les deux écosystèmes coexistent: les plus jeunes dans le centre, les seniors et les familles dans la Silicon Valley ( Palo Alto et San José). Les salariés évoluent entre les deux localisations. Par ailleurs, les jours de télétravail permettent de désengorger les déplacements domicile travail entre San Francisco downtown et la Silicon Valley.

Salesforce, entreprise majeure à SF emblématique du renouveau du quartier

Éditeur de logiciels et de services aux entreprises basées sur le cloud comptuting, Salesforce est la première plateforme mondiale de solutions de gestion de la relation client (CRM). C'est une des entreprises majeures de San Francisco. Elle a donné son nom à la plus haute tour de la ville (326 mètres), inaugurée début 2018, confirmant la prééminence du secteur des nouvelles technologies dans San Francisco. La Tour Salesforce est un gratte-ciel de 326 mètres situé dans le quartier de South of Market au 415 Mission Street à côté du site Salesforce Transit Center. La tour Salesforce accueille le siège social de l’entreprise et constitue le noyau du campus urbain de salesforce.com dans le quartier de Transbay. L’entreprise y compte plusieurs sites et même un petit téléphérique. Elle est aussi la pièce maîtresse du plan de réaménagement de "San Francisco Transbay redevelopment plan". Le projet est composé de bureau, de transport, de commerce et d’une partie résidentielle. L’espace publique est intégré au projet immobilier. Salesforce a acheté le nom « Naming » mais le parc est ouvert à tous. La couronne de la tour est une sculpture électronique de neuf étages créée par l'artiste Jim Campbell qui présente des vidéos abstraites de San Francisco qui sont filmées chaque jour. Il s’agit de l'œuvre d'art public la plus haute du monde.

Le siège social de Salesforce dans le quartier de Transbay

Le projet Transbay Transit Center est un projet de transport régional majeur au sud de Mission Street, entre les rues Second et Beale, dans le centre-ville de San Francisco. C'est un projet ambitieux en matière de transport et de logements, qui transforme en profondeur le centre-ville et le système de transport de la baie de San Francisco en créant un nouveau quartier “Grand Central of the West”.

Le bâtiment à plusieurs niveaux (quatre étages au-dessus du sol et deux en dessous) comprendra un parc public sur le toit, un espace de vente au détail, un parking pour vélos et des bureaux administratifs.

Les bureaux des géants de la Tech dans San Francisco

Les entreprises tech de la baie sont de plus en plus nombreuses à développer leurs activités dans le centre de San Francisco. Plusieurs raisons sont évoquées : l’attrait de San Francisco pour les talents, pour qui un logement en centre-ville est plus séduisant qu’une maison à Palo Alto et qui ne souhaitent plus perdre des heures dans les transports, le potentiel de croissance des activités tech à San Francisco par rapport à la Silicon Valley, arrivée à une certaine maturité, des activités qui demandent moins d’espace… Ainsi, les aménités urbaines que leur offre la ville les poussent à s'installer de plus en plus souvent au cœur de San Francisco.

Plusieurs géants de la tech sont souvent plébiscités et cités en exemple pour l'aménagement de leur espace de travail, et leur ambiance chaleureuse et détendue.

Facebook

En mai 2018, Facebook est en pleine expansion et ouvre de nouveaux bureaux dans le centre de San Francisco. Le marché est serré, c'est le dernier grand bloc d’espace disponible d'ici le début des années 2020. Park Tower de Transbay est une tour de 43 étages, située à quelques rues de l’embarcadère des ferries de San Francisco, au cœur du quartier South Market.

"Nous sommes impatients de rejoindre la communauté de San Francisco et de nous transformer progressivement pour accompagner notre effectif en croissance tout en continuant d'attirer des talents talentueux". John Tenanes, Vice président Immobilier Facebook.

Ces dernières années, les sociétés de géant de la technologie avaient hâte de louer des bureaux dans les villes afin de recruter des employés désireux d'habiter dans des zones urbaines, plutôt que de les obliger à se rendre dans un campus de banlieue. Cela a alimenté une concurrence intense sur le marché du bureau, pour emménager dans les tours nouvellement construites dans des villes telles que San Francisco et Seattle.

LinkedIn et Microsoft font partie des entreprises qui ont pris place dans les immeubles de San Francisco, même si leur siège social est situé au sud de la Silicon Valley. Facebook emmène actuellement des employés de toute la Bay Area à son campus de Menlo Park, situé à environ 48 km de San Francisco.

En 2018, Facebook emménage dans la Park Tower de Transbay, au cœur de San Francisco

Instagram

En avril 2012, Facebook a annoncé qu'il achèterait Instagram pour 1 milliard de dollars. Suite à ce rachat, de nouveaux bureaux ont ouvert dans le centre de San Francisco pour accueillir les salariés d'Instagram.

LinkedIn

LinkedIn illustre bien cette tendance à la concentration des sièges dans le centre de San Francisco. Né en 2003 à Mountain View dans la Bay Area, l’entreprise accroît depuis 2016 ses activités à San Francisco dans un nouveau site. Il réunit dans une même tour les effectifs déjà présents dans le "quartier financier" et permet à l’entreprise d’y grandir.

Twitter

La mairie de San Francisco a souhaité attirer Twitter via une exonération fiscale intéressante. En 2012, Twitter a emménagé dans un nouveau siège social situé dans le quartier South of Market (SoMa) .

Dropbox

Le service de stockage et de partage de fichiers en ligne, est souvent citée en exemple sur l'aménagement de ses bureaux

Slack, la plateforme professionnelle de travail collaboratif

Modifier la photo

DE NOUVEAUX ESPACES DE TRAVAIL PARTAGÉS

Des nouvelles façons de travailler nécessitent de nouveaux espaces de coworking. San Francisco est pionnier avec l'ouverture en 2008 du premier espace dans le centre ville. Le développement du télétravail génèrent de nouveaux coworkers qui s'ajoutent aux nombreux indépendants et aux start-up.

Mindspace, un espace de coworking dans une tour de bureau

La révolution numérique implique une organisation plus transverse des entreprises favorisant le partage et l'intelligence collective

Mindspace est une startup israélienne, qui propose des espaces de coworking soigneusement décorés. Elle s’est d’abord développée à Tel-Aviv avant de s’étendre en Allemagne, en Pologne et au Royaume-Uni. Si les start-up et les freelances constituent une grande partie de la clientèle de la société, de plus en plus de compagnies au rayonnement mondial déménagent dans les locaux fournis par Mindspace. Ainsi, Microsoft vient de louer deux étages dans l’un des espaces proposés par la société en Israël. Parmi ses clients, Mindspace compte également Booking.com, Spotify, Siemens, Samsung ou encore Techstars.

Mindspace a ouvert un espace de coworking à San Francisco en septembre 2018, dans une tour de bureaux de Market street, sur trois niveaux : aux 4e, 5e et 7e étages. L'extérieur du bâtiment et l'accès aux ascenseurs ressemble à la tour Montparnasse. L'espace de coworking est situé dans un bâtiment tertiaire typique d'un quartier d'affaires mais l'aménagement est étonnamment proche des espaces de coworking réalisés dans des bâtiments réhabilités. La décoration intérieure est particulièrement soignée, avec des matériaux de qualité. L'espace de coworking évoque un espace industriel, créatif alors qu'on est dans un immeuble de bureaux très classique. L'aménagement est fait dans le même esprit dans chaque localisation par une équipe de designers allemands. Chaque étage à un espace café, lounge et bureaux en open space, trois ''cabines’’ one to one pour les rendez-vous en face à face, et des espaces de bureaux pour les entreprises. Une particularité de San Francisco par rapport à l'Europe : besoin de plus d'espaces de réception, et d’un showroom pour montrer les produits.

PARISOMA , premier espace de coworking créé à San Francisco par un Français en 2008

Parisoma est un espace de coworking à San Francisco. Il fût le premier espace de coworking crée à San Francisco par une équipe française de Fabernovel.

Parisoma est un outil stratégique pour l'activité de conseil en innovation de Fabernovel. Il permet d’initier des projets tech, d’innovation, d’accompagnement du changement et de stratégie. L’espace permet de connecter les écosystèmes des startups de San Francisco et leurs clients. Parisoma peut accueillir environ 300 personnes (un tiers français, un tiers de San Francisco, un tiers du reste du monde). L'espace central est modulable : les bureaux sont des tables de ping-pong et se déplacent très facilement. Il accueille des bureaux mobiles. Les étages offrent des espaces de bureaux fixes et fermés.

Visiter Parisoma

Des espaces de coworking spécialisés

L'offre d'espaces de coworking est riche et diversifiée et ne cesse de croître. Certains lieux ont choisi de se positionner sur un secteur spécifique ou sont dédiés à une thématique.

Canopy est un réseau d’espaces de travail partagés, à la fois pour les professionnels et pour les entrepreneurs - une communauté diversifiée de penseurs, de créateurs, de constructeurs et d’innovateurs.

La mission de The WING est la promotion professionnelle, citoyenne, sociale et économique des femmes au sein de la société. Le fait de travailler ensemble dans le même espace crée de nouvelles opportunités, idées et conversations qui conduiront à une plus grande mobilité et prospérité, contribuant ainsi à réduire les inégalités pour les femmes.

RocketSpace, un accélérateur très convoité dans la Bay Area

RocketSpace est l’un des incubateurs les plus courtisés de San Francisco. La fusée californienne a accueilli les start-up Uber et Spotify pour les aider à décoller et à se développer ... Beaucoup de start-up souhaitent y obtenir une place pour bénéficier du réseau et ainsi se développer. Pour cela, l'entreprise a fait du travail collaboratif sa marque de fabrique.

RocketSpace est un écosystème mondial de personnes et d’idées qui aide les meilleurs innovateurs du monde. Fondé à San Francisco en 2011, son réseau mondial de campus technologiques en Asie, en Europe et en Australie, ainsi que ses services, sont conçus pour aider les start- up de la technologie à passer à l'échelle. L’équipe Corporate Innovation Services de RocketSpace contribue à l’alimentation des programmes d’innovation des marques mondiales en exploitant son écosystème de start- up du monde entier.

Les start-up baignent dans un environnement très international et technologique. L’ambiance est dynamique, innovante et stimulante. Le travail est acharné, avec des réunions le soir et le week-end, mais dans un climat convivial, collaboratif, sans hiérarchie. La majorité des entrepreneurs sont des hommes sans enfants qui travaillent en continu.

Autodesk Pier 9, un fablab au cœur de San Francisco

Pier 9 est un hub pour la recherche, le développement et la démonstration de nouvelles technologies de fabrication et de nouveaux modèles relatifs aux micro usines.

Au sein du réseau mondial de centres de technologie Autodesk, les milieux industriels, universitaires et entrepreneuriaux collaborent pour formuler, valider et tester des idées concernant l'avenir de la fabrication industrielle. Le programme de résidence fournit un espace pour le travail en mode projet, l'accès à des machines de fabrication de pointe et des liens vers des compétences et des formations gratuites pour la communauté.

L'ampleur des opportunités n'a d'égale que les défis importants en termes de mise en œuvre, de financement et de formation des travailleurs.

Holberton school, une école pour former des ingénieurs logiciels créée par deux Français en 2015

Apprend quelque chose d’utile et travaille sur tes points forts

Holberton est une école très innovante qui forme des ingénieurs software en deux ans. Elle accueille tous les publics, même sans diplôme. La sélection des candidats se fait sur la motivation et la capacité à collaborer avec les autres. La qualité et l’accessibilité sont deux valeurs fondamentales pour les créateurs de l’école. La formation est collaborative et basée sur l’apprentissage par le projet. La moyenne d’âge des étudiants se situe autour de 28 ans (entre 18 et 58 ans). La moitié est diplômée ou a commencé un cursus à l’université. 35% sont des femmes. Les frais de scolarité sont gratuits pendant la durée de la formation, les diplômés reversent ensuite 17% de leur salaire pendant 3 ans (à condition que leur salaire dépasse 40 000 dollars par an). Le contenu de la formation est très pointu et au bout de 2 ans de formation, les élèves accèdent aux emplois Tech les plus qualifiés, et gagnent en moyenne 100 000 $ par an.

Holberton est un bel exemple de nouvelles formes d’éducation permises par le numérique.

Holberton School est un modèle très inspirant. Ils souhaitent s’implanter dans des villes hors US et sont en discussion pour ouvrir une école à Paris en 2019.

CAMPUS ET INNOVATION DANS LA SILICON VALLEY

La Silicon Valley s’étend sur 40 km au sud-est de San Francisco.

Berceau de la Tech mondiale, ses frontières géographiques ont évolué au fil du temps. Elle englobe aujourd’hui les comtés de Santa Clara, San Mateo, Alameda et Santa Cruz.

Le moteur d'innovations de la Silicon Valley est toujours en marche. Il alimente le développement économique dans la plupart des secteurs d’activités, accélère le développement commercial et maintient le taux de chômage à un niveau historiquement bas. Les sociétés de capital-risque continuent d’investir d'importants montants, avec un nombre record de «mégadeals». Cependant, si les entreprises prospèrent, de nombreux résidents de la Silicon Valley ont du mal à suivre. Les hausses salariales sont érodées par l’augmentation du coût de la vie et les prix des logements sont les plus élevés du pays. Les problèmes de transport de la région nuisent également à la qualité de vie.

Les géants de la Tech sont implantés dans la Silicon Valley

Google Campus

Google est un symbole majeur de la Silicon Valley. Le campus Google est une ville dans la ville. Googleplex est le siège social de Google situé au cœur de la Silicon Valley près de San José. L’entreprise a acheté au fil des années nombre de bâtiments et s’étend sur Amphitheatre Parkway, Crittenden Lane, Garcia Avenue et North Whisman Road notamment. Le campus de Google est un lieu où l’on croise des statues d’Android, des vélos aux couleurs du moteur de recherche, une boutique, un restaurant, etc. il est l'un des 23 sites nord-américains de la firme. Google possède aussi 23 sites en Europe, 14 en Asie et dans le Pacifique, 5 au Moyen-Orient et 3 en Amérique latine.

Googleplex est un mot-valise formé à partir de Google et de complex et une référence au grand nombre gogolplex valant 10gogol = 1010100. Il abrite le site de développement du système d'exploitation Android pour smartphones et appareils mobiles.

Le nouveau siège social de Google en construction

Le géant californien a acquis pour un milliard de dollars une parcelle plus vaste que celle de son siège social. C'est la deuxième transaction immobilière la plus élevée aux Etats-Unis en 2018. Le nouveau terrain acquis s'étend sur environ 210.000 mètres carrés, il doit accueillir un campus futuriste avec une structure en forme de tente .

Le projet du campus de Google Charleston East - Google
La construction du nouveau siège Google en forme de dôme "Charleston East" a commencé en avril 2018. Le projet devrait être achevé en 2019 et comptera jusqu'à 2 700 employés.

En tout, Google a dépensé 2,83 milliards de dollars en acquisitions de propriétés à Mountain View, Sunnyvale, et dans San José. Le groupe n'est pas le seul géant du web à investir dans le foncier. Apple a triplé la superficie de ses terrains ces deux dernières années, notamment pour construire des « data centers ».

Plug&Play Center

Une plate-forme d'innovation mondiale pour les start-up, les entreprises et les investisseurs basés dans la Silicon Valley

Plug&Play est un incubateur situé dans la Silicon Valley à 50 km de San Francisco. 400 startups y sont hébergées sur 3 étages.

Chaque année, Plug&Play investit dans plus de 100 start-up et gère des programmes d'accélération spécifiques à l'industrie. Il investit aux côtés de 180 principaux partenaires de capital-risque de la Silicon Valley et aident 300 entreprises partenaires à octroyer des licences, des projets pilotes et des co-investissements. Avec plus de 365 événements de réseautage par an, des espaces de bureau à la demande et des introductions en entreprise, ils ont créé l'écosystème de démarrage ultime.

10 Secteurs d’avenir

FINTECH

INSURTECH

INTERNET OF THINGS

BRAND & RETAIL

MOBILITY

HEALTH & WELNESS

SUPPLY CHAIN

ENERGY

TRAVEL & HOSPITALITY

BEVERAGE & FOOD

Des vidéos et des podcasts inspirants sur l’avenir de la Tech

Les podcasts a16z traitent des tendances en matière de technologie et de culture, de l’actualité et du futur, en particulier comment «le logiciel mange le monde».

Bitcoin et Crypto monnaie

Assurance (InsureTech)

Quelles sont les prochaines vagues de technologie de transformation?

Campus Apple Park

Niché dans la nature, le nouveau «campus» futuriste du groupe, surnommé Apple Park, s'étend sur 70 hectares et abrite plus de 12 000 personnes. Situé à Cupertino, en plein cœur de la Silicon Valley en Californie, ce siège ressemble à une soucoupe volante.

Imaginé par l'architecte Norman Foster, l'Apple Park se distingue par sa forme circulaire, sa grande taille avec une superficie de plancher de 260 000 m2, et son coût estimé à environ 5 milliards de dollars. Ouvert en 2017, il accueille 12 000 employés d'Apple. Il est également remarquable de par son alimentation énergétique essentiellement tirée des nombreux panneaux solaires installés sur ses toits (production de 17 mégawatts), ainsi que par son importante couverture végétale qui constitue 80 % du foncier du projet avec près de 9 000 arbres plantés.

Apple est aujourd'hui la première capitalisation boursière au monde. Le groupe engrange actuellement environ 200 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel, en particulier grâce à l'iPhone, que l'entreprise a déjà écoulé à plus de 1,2 milliard exemplaires depuis son lancement par Steve Jobs en 2007.

Stanford University

L’université Stanford est une université américaine privée, située au cœur de la Silicon Valley au sud de San Francisco, séparée de Palo Alto par l'avenue El Camino Real. Elle est l’une des universités les plus sélectives des États-Unis et est mondialement connue pour avoir participé à l'élaboration d'Internet.

L’université s'étend sur 32 km2. Les principaux édifices dans le campus principal sont le Main Quad et Memorial Church ( la partie la plus ancienne du campus), le Cantor Center for Visual Arts (une galerie d'art réputée dans toute la Bay Area), le Stanford Mausoleum et le Angel of Grief, la tour Hoover (une bibliothèque qui abrite des documents d'un intérêt exceptionnel), le jardin de sculptures de Rodin, le jardin de sculptures de Papouasie Nouvelle Guinée, le Arizona Cactus Garden (spécialisé dans les cactus et les plantes succulentes), le Stanford University Arboretum (où l'on peut trouver plus de 350 espèces de plantes, dont des eucalyptus, des dattiers des Canaries, des cèdres de l'Himalaya, etc.), la Green Library et le Dish. La Hanna-Honeycomb House de Frank Lloyd Wright (1937) et la Lou Henry and Herbert Hoover House (1919) sont toutes deux des sites historiques nationaux.

La devise de Stanford " Le vent de la liberté souffle " ( Die Luft der Freiheit weht, citation d'Ulrich von Hutten)

Parmi ses professeurs et chercheurs, on compte 20 prix Nobel en 2015. Elle est classée parmi les meilleures universités au monde. Pour 2019, le classement mondial des universités QS (QS World University Rankings) place Stanford à la 2e place, pour la troisième année consécutive derrière le MIT et devant Harvard.

Pour l’année 2016-2017, les frais de scolarité s’élèvent à 47 300 dollars pour une année complète pour les études de premier cycle universitaire (bachelor), et 66 500 dollars pour une année de MBA. Le montant de ces frais est identique pour les étudiants américains et internationaux.

En 2015, Stanford est devenue l’université la plus sélective des États-Unis, devant Harvard, avec 5 % seulement d’admis.

Main Quad, Stanford University

Welcome to Stanford

Le Campus de Stanford

Les limites du modèle Tech californien

Les limites du modèle de la Silicon Valley et les risques de surchauffe sont visibles dans tous les domaines de la société
  • EMPLOI : le plein emploi est atteint (3% de chômage structurel), mais le risque est grand de voir partir les emplois non qualifiés et intermédiaires en dehors de la Bay, car ils ne permettent plus d’y vivre. Après Oakland il y a 5 ans, les classes moyennes partent s’installer à Sacramento ou à Los Angeles. De même, certaines start-up préfèrent aujourd’hui se développer à Seattle ou à Portland.
  • SALAIRES: ils atteignent des niveaux jamais égalés pour les emplois les plus qualifiés de la Tech, et parallèlement le nombre de personnes qui doivent cumuler plusieurs emplois pour vivre est en forte augmentation. La part des travailleurs pauvres ne cessent de croître.
  • LOGEMENT: les loyers ont fortement augmenté sur la période récente. Le prix moyen pour un deux pièces est de 3 500 dollars. L'expansion des groupes technologiques n'est pas sans susciter des critiques dans la Silicon Valley, car elle contribue à une explosion des prix de l'immobilier dans la région ainsi qu'à des problèmes de circulation.
  • TRANSPORT: San Francisco accuse un retard certain dans le système de transports en commun. Une seule ligne, le BART - équivalent du RER francilien- existe et date des années 70. Quelques bus privés mis en place par les géants de la Tech font la navette entre le centre de San Francisco et la Silicon Valley mais leur nombre et leur fréquence restent très insuffisants au regard des besoins. Ces bus aux vitres fumées sont également de plus en plus mal perçus par des habitants qui les voient traverser leur territoire quotidiennement, sans pouvoir les utiliser.
  • CLIMAT: La Bay Area est frappée par le réchauffement climatique et subit des incendies de plus en plus violents depuis deux ans. Mi-novembre 2018, la fumée toxique dégagée par des incendies à Sacramento au Nord et à Malibu au sud à Los Angeles, a accentué la pollution et la qualité de l’air a été pendant plusieurs jours la pire relevée sur la planète.
  • SURENDETTEMENT: la dette des étudiants atteint un niveau élevé aux Etats-Unis et plus encore à San Francisco. La crise de la dette étudiante succédera-t-elle à la crise des subprime ?

Aujourd’hui, les investisseurs sont toujours là et soutiennent le secteur Tech (les levées de fond peuvent atteindre 1 milliard de dollars, quand en France elles atteignent 100 ou 150 millions max). Mais si les projets viennent à manquer, les investisseurs se tourneront vers la Chine ou d’autres pays en Europe. Paris Ile-de-France a une carte à jouer pour capter ces investissements et ces levées de fonds américains pour accompagner son écosystème et valoriser ses atouts : l’innovation dans les domaines sociaux (santé, éducation, assurance), la culture, et le développement durable.

D’ici 2020, certains experts anticipent la fin de l’âge d’or dans la Bay Area, un effondrement immobilier et un mini krach boursier, lié à la survalorisation financière des start-up technologiques et à la flambée des prix de l’immobilier.
« One job should be enough» est le slogan des employés qui manifestent devant les grands hôtels de luxe, en plein cœur du Financial District à San Francisco, et qui cumulent plusieurs emplois pour pouvoir vivre.

Remerciements

  • Alexandra Bollinger, Mindspace
  • Nate Macanian, Community Manager, Mindspace
  • Zoey Yi Wu, Community Manager, Plug and Play Enterprise 2.0
  • Andrew Hans Chang, Associate, International & Government Relations, Plug and Play
  • Cynthia Kroll, Chief Economist, Bay Area Metro Center
  • Johnny Jaramillo, Principal Planner, Economic Program Manager, Bay Area Metro Center
  • Aksel K. Olsen, Senior Regional Planner, Bay Area Metro Center
  • Shijia Bobby Lu, Regional Planner/Analyst, Bay Area Metro Center
  • Stéphane Nasser, Strategy & Development Manager, FΛBERNOVEL US
  • Pierre Letoublon, directeur, Parisoma
  • Sylvain Kalache, Co-Founder, Holberton School
  • Sophie Lafitte, Consule générale adjointe
  • Juliette Donadieu, Attachée Culturelle, Consulat Général de France
  • Christophe Barre, Conseiller Economique, Consulat Général de France
  • Emilie Jessula, Senior Project Manager, Open Innovation, Paris Region PRIME
  • Xavier Wartelle, CEO French Tech Hub
  • Martha Pym, Programme Manager, World Cities Culture Forum
  • Egon Terplan, Regional Planning Director, SPUR
  • Gabriel Metcalf, President & CEO, SPUR

Credits:

Created with images by Ragnar Vorel - "Golden Gate Bridge" • rawpixel - "blank brainstorming business" • Amogh Manjunath - "Mornings in SF" • derwiki - "san francisco skyline urban" • LinkedIn Sales Navigator - "untitled image" • LinkedIn Sales Navigator - "untitled image" • Pixelkult - "media social media apps social network facebook" • Edgar Chaparro - "SF Skyline" • Michael Warf - "untitled image" • rawpixel - "asian beautiful brainstorming" • kaboompics - "3d printer printing technology 3d model printer" • geralt - "success curve arrow" • Simon Zhu - "Just Hangin’ Out" • Franck V. - "untitled image" • Franck V. - "untitled image" • Franck V. - "untitled image" • Hitesh Choudhary - "Block chain technology" • annca - "bitcoin crypto-currency currency" • jarmoluk - "business innovation money" • rawpixel - "untitled image" • mohamed_hassan - "financial planning report"

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.