Loading

Les habitants, acteurs de la transformation de leurs quartiers Journée nationale des conseillers citoyens au Stade de France

Le renouvellement urbain est un vaste programme de transformation des quartiers. Techniques, longs et complexes, ses enjeux sont parfois difficiles à cerner par les habitants concernés. D’où la formation proposée par le CGET et l’École du renouvellement urbain aux conseillers citoyens des quartiers d’intérêt national du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Une journée de rencontres a permis de réunir 200 d’entre eux, tous bénévoles, au Stade de France, le 16 novembre dernier. Objectif : échanger sur leurs expériences et la place des conseils citoyens dans les projets de renouvellement urbain, en présence notamment de Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement. Retour en images et témoignages.

Le 16 novembre dernier, 200 conseillers citoyens, venus de toute la France, se sont retrouvés au Stade de France aux côtés d’une centaine de professionnels de la ville, d’élus locaux, de représentants des opérateurs de l’État – CGET, Agence nationale pour la rénovation urbaine, Union sociale de l’habitat – et du ministre Julien Denormandie. Tous ont suivi la formation consacrée au renouvellement urbain.

À savoir

En 2016, l’École du renouvellement urbain (Éru) et le CGET ont conçu une formation, gratuite, d’une semaine destinée à familiariser au renouvellement urbain les conseillers citoyens, tous habitants bénévoles. « La ville se fait avec ses citoyens », a relevé Julien Denormandie. C’est pour « continuer ce travail ambitieux » que le ministre a annoncé le renouvellement, pour trois ans, du partenariat noué entre l’Éru et le CGET pour dispenser la formation renouvellement urbain dédiée aux conseillers citoyens. Pour découvrir cette formation, voir notre vidéo En actions :

Le chiffre

Plus de 450 conseillers citoyens, représentant les habitants des 216 quartiers d’intérêt national du NPNRU, ont suivi cette formation, à ce jour.

Organisée par l’École du renouvellement urbain (Éru) et le CGET, la journée nationale de débats et de travail en ateliers a permis d’aborder la place et le rôle que peuvent, et doivent, jouer les conseillers citoyens dans les chantiers de transformation des quartiers où ils vivent.

Cette implication n’est cependant pas toujours simple sur le terrain, au vu de la complexité des chantiers (démolition, construction, rénovation de logements…), des investissements engagés et des décideurs impliqués qui, parfois, intègrent difficilement le point de vue des conseillers citoyens, considérés comme un contre-pouvoir. Pourtant, leur expérience d’usage du quartier au quotidien, de ses équipements et de ses besoins constitue un apport déterminant. Il contribue à la conduite d’une action publique plus efficace.

La formation au renouvellement urbain, proposée par le CGET et conçue par l’Éru, a permis aux conseillers citoyens formés de gagner en compétences, de mieux connaître les « rouages » des projets et des processus de décision, mais aussi d’acquérir plus de confiance et de légitimité à intervenir.

Le rôle des conseillers citoyens dans le renouvellement urbain : ce qu’ils en disent

« Je salue votre engagement, entièrement bénévole et désintéressé, pour améliorer le quotidien de vos proches et de votre environnement. Faire ensemble le renouvellement urbain est essentiel. Cette transformation des quartiers prioritaires nous l’avons accélérée et trois milliards d’euros sont engagés depuis mai, des projets concrets sont désormais engagés sans attendre la finalisation du projet global. »

Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales

« La création des conseils citoyens est une réussite. À travers eux, les habitants prennent leur place dans la transformation de leur quartier. Pour construire un espace vert ou une rue, les élus ont besoin de l’expertise de ceux qui étaient là avant, sont là pendant et seront là après : les habitants. Il faut s’appuyer sur l’intelligence collective. »

Patrick Braouezec, président de Plaine Commune et vice-président du Conseil national des villes (CNV)

« La participation des habitants, c’est l’ADN de la politique de la ville. Face à l’évolution des pratiques, les professionnels de la politique de la ville et les services de l’État doivent, tout comme les habitants lors de cette formation, acquérir les clés de la coconstruction pour s’adapter à cette implication. Il faut mettre en place des coformations entre professionnels et citoyens. »

Sébastien Jallet, commissaire général délégué à l’égalité des territoires et directeur de la Ville et de la Cohésion urbaine au CGET

Les conseillers citoyens témoignent

« Je me suis engagée dans le conseil citoyen de quartier pour être utile et faire ma part de travail, là où je vis. C’est un chef de projet de la politique de la ville de la commune d’Annemasse qui m’a proposé de suivre la formation sur le renouvellement urbain. C’est un sujet important dans notre quartier, qui a connu beaucoup de chantiers : une partie vient d’être renouvelée, d’autres font partie du nouveau programme.

Cette formation m’a permis de mieux comprendre la complexité du renouvellement urbain, de m’investir plus efficacement dans le projet global et d’aller au-delà du petit problème de voirie en bas de l’immeuble ! Désormais, je participe à tous les comités de pilotage, et je sais mieux ce que les habitants peuvent demander, quel est leur rôle… Une maison du projet va ouvrir en décembre ; les conseillers citoyens y seront impliqués. »

Françoise, 75 ans, conseillère citoyenne à Annemasse (74), dans le quartier Perrier-Livron Châteaurouge

« S’engager dans un conseil citoyen, c’est produire de l’utilité dans la relation humaine et dans l’accompagnement de la transformation du quartier. J’ai eu le déclic en suivant la formation qui m’a apporté un socle de connaissances, les fondamentaux pour comprendre les enjeux. Notre rôle, c’est aussi d’inciter les habitants à peser sur les politiques publiques. Ils peuvent participer au renouvellement urbain et infléchir les projets en faisant des propositions pour que ça corresponde mieux à leurs besoins. Leur expertise d’usage doit être prise en compte.

Il est parfois difficile pour les conseillers citoyens de mettre en pratique la cohésion sociale et de faire la pédagogie de nos missions. Nous avons demandé à la ville de bénéficier d’un coaching et créé un dispositif de tutorat pour les nouveaux conseillers. »

Omar, 65 ans, conseiller citoyen à Bordeaux (33), dans le quartier de la Benauge

« J’ai suivi la formation pour renforcer mes connaissances, savoir quels sont mes droits et devoirs en tant que conseiller citoyen, pouvoir bien identifier mes interlocuteurs sur les problématiques de renouvellement urbain, mais aussi – pour moi qui viens de La Réunion – pouvoir échanger avec des conseillers d’autres régions et partager nos expériences.

Les conseillers citoyens sont des gens attachés à leur quartier ; ils s’y investissent beaucoup, notamment pendant les périodes de « chamboulement » du renouvellement urbain. Ils s’impliquent pour des habitants qui ne peuvent pas forcément le faire eux-mêmes (un quart de la population est illettrée à La Réunion), et ils jouent leur rôle dans un souci de l’intérêt général. »

Gilles Hoareau, 40 ans, conseiller citoyen à Saint-Benoît (974), dans le quartier de la Rive Droite

Les habitants représentés au Conseil national des villes

Le Conseil national des villes a renouvelé une partie de son collège « Habitants », à l’occasion de cette journée nationale dédiée aux conseillers citoyens : 7 candidats – 3 hommes et 4 femmes – ont été tirés au sort pour apporter une expertise citoyenne à la politique de la ville. Voir notre dossier complet sur le CNV.

Repères

Le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) concerne 480 quartiers, répartis sur tout le territoire français, où la pauvreté est la plus forte et où vivent trois millions d’habitants. Où se situent les 480 quartiers du NPNRU ? Voir la carte interactive du CGET.

38 nouveaux quartiers supplémentaires ont vu leur projet de renouvellement validé ou signé, depuis l’accélération de la mise en œuvre du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU), qui concerne 480 quartiers. À ce jour, on recense au total 132 quartiers dont les projets, pour la plupart complets et globaux, sont validés depuis le lancement de la phase opérationnelle du programme. Près de 3 milliards d’euros de concours financiers de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine ont été mis à disposition des collectivités locales et des bailleurs sociaux pour lancer leurs chantiers, dans l’Hexagone et outre-mer. Liste des quartiers validés ou signés : voir le communiqué de presse de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine.

Le financement du NPNRU a été doublé, de cinq à dix milliards d’euros. Au total, 40 milliards d’euros seront investis dans les quartiers concernés. Dans cet effort, l’État s’engage à hauteur d’un milliard d’euros sur la durée du programme, jusqu’en 2024.

Created By
Communication du CGET - Novembre 2018
Appreciate

Credits:

Anthony Voisin pour le CGET

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.