Loading

PROVINS : la modernisation de l'hôpital est lancée Centre hospitalier Léon-Binet

Le projet de modernisation et d'extension du centre hospitalier Léon-Binet de Provins a débuté par la rénovation de deux salles d'opération. Les urgences vont aussi être réorganisées.

Tout n'est pas encore terminé, les tables d'opération et les équipements médicaux ne seront installés qu'au dernier moment. Mais pour la première fois depuis sa création en 1974, le centre hospitalier Léon-Binet de Provins va être doté de sept salles opératoires, dont six pouvant être utilisées en même temps.

Depuis le 15 juillet, deux salles sont en effet en travaux : « C'était une nécessité pour absorber la demande, explique Claude-Henri Tonneau, le directeur de l'hôpital. Sur janvier-février 2020, c'est-à-dire avant que la crise du Covid ne reporte certaines interventions, nous avons enregistré +25 % d'activité en chirurgie. » Ainsi, la salle 6 a été réhabilitée pour un coût de 520 000 €, et la salle 7 créée pour un budget de 220 000 € :

« La n° 6 a été entièrement rénovée et passée en 'ISO5' hyper-aseptique, précise Thomas Evrard, directeur général de la société System Med, spécialisée dans la création et la rénovation de salles d'opération. Cela va permettre de réaliser l'ensemble des opérations possibles, à la fois en orthopédie, mais aussi dans d'autres spécialités. Le niveau ISO5 permet notamment un traitement de l'air optimal, avec une filtration complète de toutes les particules pour un air quasiment stérile. »

Une évolution indispensable, par exemple, pour la pose de prothèses et la chirurgie orthopédique et ophtalmologique, deux disciplines pour lesquelles l'hôpital de Provins s'est récemment renforcé.

Les deux salles d’opération rénovées par la société System Med l’ont été grâce à des produits et des technologies fabriqués en France, en Allemagne et en Autriche ©Illustration/System Med

« Une salle ultramoderne »

Autre nouveauté, les salles vont être équipées d'un écran vidéo 4K permettant d'afficher toutes les sources qui génèrent des images médicales. « L'hôpital de Provins a désormais une salle ultramoderne comme on en trouve dans tous les grands centres hospitaliers français et européens, rappelle Thomas Evrard. Une salle prête pour les 30 ans à venir. » En face de la salle 6, la n° 7, elle, sera en ISO7, capable d'accueillir toute opération, sauf les implants. Elle jouira d'une nouvelle centrale de traitement d'air et d'un nouveau plafond. D'ici l'automne, l'hôpital Léon-Binet comptera au total trois salles opératoires ISO5 et quatre ISO7.

« C'est une grande satisfaction, attendue depuis six ans », se réjouit Olivier Lavenka, maire de Provins et président du conseil de surveillance du centre hospitalier. Il y a eu un peu de retard, mais la salle 6 devrait recevoir sa première opération le 5 octobre. C'est la première pierre d'un projet d'extension et de modernisation plus vaste. »

D'ici 2023, l'hôpital de Provins va effectivement se restructurer et s'agrandir. Le projet, estimé à 15 millions d'euros, comprend la révision du « circuit patient » pour éviter les croisements, notamment en cas de crise sanitaire comme celle du Covid-19 ; la création de chambres individuelles (passer de 35 % à 75 %) ; et la construction de deux nouveaux bâtiments à proximité des urgences.

« La salle n° 6 a été entièrement rénovée et passée en 'ISO5' hyper-aseptique, précise Thomas Evrard, directeur général de la société System Med, spécialisée dans la création et la rénovation de salles d'opération. Cela va permettre de réaliser l'ensemble des opérations possibles, à la fois en orthopédie, mais aussi dans d'autres spécialités. »

« L'objectif est de créer une unité de chirurgie ambulatoire (1 120 m2 pour passer de 10 à 25 lits) afin de réduire au maximum les temps d'hospitalisation, dévoile Cédric Baelde, architecte au sein du cabinet BaSo. Le pôle maternité va être déplacé au rez-de-chaussée pour se rapprocher du bloc opératoire, les urgences vont être modernisées avec l'accueil des patients via une filière adultes et une filière enfants. »

Enfin, un service post-urgences de 525 m2 va être créé pour accueillir douze lits et faire tampon entre les urgences et les hospitalisations. Les travaux des nouveaux bâtiments débuteront en septembre 2021 et dureront jusqu'à fin 2023. Le projet global de rénovation, lui, s'achèvera en 2026.

Maxime BERTHELOT

3 questions au Dr Fariborz Hakami, chef de pôle chirurgie à Provins ©RSM77

L’hôpital de Provins va disposer de deux nouvelles salles d’opération ultramodernes. C’était une nécessité ?

" Bien sûr. Nous accueillons sept à huit chirurgiens libéraux de la clinique de Saint-Brice qui viennent opérer à Provins, on avait donc besoin de plus des salles car l’activité chirurgicale augmente. Seulement deux salles sur cinq ont été rénovées depuis 1974, et l’accès aux vestiaires et à la salle de réveil datait aussi de 1974. Il fallait réhabiliter et remettre aux normes."

D’autant que le Provinois, en proie à la désertification médicale, doit attirer des médecins…

"Il y a un projet départemental sud Seine-et-Marne avec l’hôpital de Melun pour créer une grande fédération de chirurgie afin de partager l’activité sur le territoire. Une nouvelle faculté de médecine devrait aussi voir le jour à Melun. Donc il faut que les installations et les hommes suivent. Les jeunes médecins et chirurgiens veulent des « jouets », des salles d’opération équipées, et des perspectives de carrière. Il faut faire en sorte que l’on ait un renouvellement générationnel, que les jeunes formés en Seine-et-Marne restent y travailler. Il faut de l’attractivité pour attirer les compétences médicales."
"L’avenir de la chirurgie, c’est l’ambulatoire. L’objectif est de ne plus hospitaliser les gens pour éviter les risques de maladies nosocomiales, mais aussi réduire les coûts."

En tant que praticien, quel regard portez-vous sur le projet global de modernisation de l’hôpital ?

"Il s’inscrit dans l’avenir. Et l’avenir de la chirurgie, c’est l’ambulatoire. L’objectif est de ne plus hospitaliser les gens pour éviter les risques de maladies nosocomiales, mais aussi réduire les coûts. Avec le contexte Covid, il est encore plus important que les gens ne traînent pas dans l’hôpital. Il faut donc un service ambulatoire collé au bloc opératoire. C’est plus pratique. Or, à Provins, il est aujourd’hui au 2e étage. Avec le nouveau bâtiment, on va gagner en fluidité. Idem pour les naissances. En cas d’urgence, on pourra transférer au bloc en moins d’une minute."

Propos recueillis par M.B.

L'hôpital Léon-Binet de Provins va se doter d'un second scanner ©RSM77

Bientôt deux scanners et deux IRM à Provins

Déjà équipé d’un scanner, l’hôpital Léon-Binet de Provins a lancé fin août les travaux de construction d’un second appareil. Les travaux devraient être terminés fin novembre, pour une mise en service prévue pour début 2021.

En plus de celle de l’hôpital, les Provinois pourront également profiter d’une seconde Imagerie par résonance magnétique (IRM) qui sera installée du côté du centre d’imagerie médicale du Provinois, situé rue de la Voulzie à Provins. Elle sera opérationnelle au cours du premier trimestre 2021. À la fin du printemps 2021, la ville de Provins sera ainsi équipée de deux scanners (à l’hôpital) et deux IRM (hôpital et centre d’imagerie médicale du Provinois).

Created By
Maxime Berthelot
Appreciate

Credits:

MB/RSM77