Opération Pointe Rouge Quand les marseillais vont à la plage pour ramasser des déchets

Une chaleur étouffante, des baigneurs par dizaines voire par centaines, une mer lisse et bleu azur... Tous les arguments étaient bons pour aller faire trempette ce dimanche matin, à la plage de la Pointe Rouge à Marseille. Pourtant, tout le monde n'était pas là pour se baigner.

En famille, entre amis ou seul, par hasard, par conviction ou par simple démarche citoyenne, une vingtaine de personnes se sont retrouvées pour ramasser les déchets laissés par d'autres sur le littoral.

Des mégots, du verre, du plastique, toutes sortes de détritus se sont accumulés dans les sacs poubelles des ramasseurs d'un jour. Ces soldats de l'environnement avaient un objectif en tête : rendre le littoral marseillais plus propre qu'il ne l'était.

Une initiative citoyenne organisée par une jeune étudiante en science marine, Floriane Schreiber et rendue possible grâce à l'association Surfrider et les réseaux sociaux.

L'organisatrice

Floriane Schreiber, 25 ans, étudiante

Étudiante en science marine et membre de l'association Surfrider, Floriane est l'organisatrice de l’événement "ramassage de déchets sur la plage de la Pointe Rouge" à Marseille.

Une initiative citoyenne pour sensibiliser les gens aux déchets maritimes.

La démarche est simple : réunir des personnes de tous les horizons pour nettoyer les plages de ses nombreux détritus...

Les bénévoles venus prêter main forte à Floriane - Photo Clément Roul DR

Un peu timide et réservée, Floriane est pourtant déterminée à sensibiliser les citoyens au problème de la pollution maritime. Originaire de Strasbourg, elle étudie les sciences marines dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur depuis bientôt quatre ans. Son coup de foudre pour la Méditerranée a été immédiat, mais l'idylle est quelque peu gâchée par tout ce qu'elle voit flotter sur la mer. Loin d'être fataliste, Floriane décide de prendre les choses en main et d'organiser des collectes de déchets sur les plages de Marseille, sa nouvelle ville d'adoption.

"Lors de mon premier événement, 40 personnes ont répondu à mon appel sur Facebook. J'étais vraiment étonnée de l'engouement."

Ces actions coups de poings, Floriane le fait au nom de Surfrider. Créée en 1990, cette association européenne a pour mission principale la protection et la mise en valeur des lacs, des rivières, de l’océan, des vagues et du littoral. Elle compte aujourd'hui plus de 9 000 adhérents et ses bénévoles agissent dans 14 pays. Cette ONG œuvre, notamment, pour réduire la présence des déchets marins dont 8 millions de tonnes se retrouvent dans l'océan chaque année.

L'association organise, par le biais de ses adhérents, des opérations de ramassage de détritus sur les plages labellisées Initiatives Océanes. Les déchets récupérés sont comptabilisés par les bénévoles. L'objectif est de récolter des chiffres et faire pression auprès des pouvoirs publics.

"L'association Surfrider met à disposition les sacs-poubelle et les gants. N'importe qui peut s'inscrire sur leur site et organiser un ramassage volontaire."

Même si la tâche est immense, Floriane espère changer les comportements pour protéger l'environnement marin méditerranéen.

Découvrez une vidéo sur Floriane et son initiative citoyenne, juste en dessous

La famille

Caroline et Frédéric, journalistes, sont venus avec leurs deux enfants pour nettoyer la plage de la Pointe Rouge.

Ramasser des déchets trouvés dans la rue pour les jeter dans des poubelles est une préoccupation quotidienne pour cette famille éco-responsable...

"Quand on amène les enfants à l'école, nous essayons de ramasser un déchet chacun sur le trajet".
Frédéric et Caroline tenaient à partager cette expérience avec leurs enfants - Photo Clément Roul DR
Aucun détritus n'échappe à la famille de Caroline et Frédéric - Photos Clément Roul DR

Les copines

Avant de se baigner, les deux amies Célia et Marguerite ont décidé de consacrer un peu de leur dimanche pour ramasser des déchets.

En voyant l’événement sur Facebook, elles ont voulu prêter main-forte à l’équipe des "nettoyeurs-citoyens"...

J’ai des copines de mon âge qui jettent les ordures par la fenêtre de la voiture.
Célia et Marguerite, une équipe de choc - Photo Clément Roul DR

L'une est commerciale, l'autre interne en médecine. Pour Célia et Marguerite, c'est une première : elles n'avaient jamais participé à une opération de collecte citoyenne de déchets. Mais au quotidien, elles ont pris pour habitude de ramasser ce qu'elles trouvent par terre pour les mettre dans une poubelle.

"La plage peut paraître très sale et compliquée à rendre plus propre. Mais, ici, chacun prend conscience qu’il est facile d’apporter sa pierre à l’édifice."

L'une est originaire de Bordeaux, l'autre de Normandie. Les deux copines habitent maintenant Marseille, une ville dont elles déplorent l'état. Célia et Marguerite expliquent la saleté de la cité phocéenne par le manque de civisme. Elles mettent aussi en cause les jeunes, dont elles ne comprennent pas l'attitude laxiste face au problème de la pollution. Des jeunes insuffisamment sensibilisés à ce fléau selon elles.

L'une comme l'autre ont de fortes convictions écologiques. Marguerite veut nettoyer la plage car elle n'a pas envie de se sentir "responsable de la destruction de l'environnement pour les générations à venir". Pour Célia, "si dans le futur, mes enfants me posent des questions sur ce qui a conduit à cet état des mers et océans, je veux pouvoir leurs dire que j'ai fait ce que j'ai pu pour contrer ce phénomène".

Les amis d'un jour

Claire et Jérémie ne se connaissaient pas avant de venir nettoyer la plage de la Pointe Rouge.

L'opération est aussi l'occasion de rencontrer et d'échanger avec des personnes aussi diverses que variées...

"On a l'habitude de voir des agents d'entretiens nettoyer mais pas des particuliers comme vous et moi" Jérémie
Ramasser des déchets est aussi un moment de convivialité - Photo Clément Roul DR

Claire travaille dans la protection de l'enfance. Jérémie est ingénieur commercial. Tous les deux ont répondu présent lorsqu’ils ont vu l’appel de Floriane pour nettoyer la plage de la Pointe Rouge.

Claire a habité plusieurs années à l’étranger et en s’installant dans la région marseillaise, elle a pris conscience de la fragilité de la Méditerranée. Elle adore passer ses temps libres dans les calanques entre Cassis et Marseille mais elle ne supporte plus la saleté environnante. Ainsi, elle n'hésite pas à ramasser les déchets qu'elle trouve, avant de profiter du soleil et de la mer. Elle a décidé d'être une actrice du respect de la planète et non plus une simple spectatrice. Ses actions constantes contre la pollution, elle les fait dans la rue, sur les plages mais aussi sur les réseaux sociaux, “j’ai une page Facebook où je partage les belles initiatives locales pour l'environnement".

“Pas mal de gens nous ont posé des questions sur la plage pour savoir ce que l’on faisait. C’est un bon moyen de les sensibiliser” Claire

Jérémie est très surpris par le nombre de mégots dans le sable. Il estime qu'ils représentent 70% de ce qu'il a ramassé avec Claire. Un petit déchet coriace et compliqué à collecter sur les littoraux comme dans les rues.

Matelas gonflables, bouteilles de verre, emballages plastiques, mégots de cigarette, et bien d'autres déchets enfuis dans le sable attendaient l'équipe des ramasseurs citoyens. Ces déchets peuvent pourtant être recyclé et avoir une seconde vie comme le montre certaines initiatives citoyennes.

La matinée s'est achevée dans une ambiance conviviale par un pique-nique, voire une baignade pour certains des ramasseurs citoyens.

A propos

"Opération Pointe Rouge" est un web-documentaire réalisé en 2017 par Clément ROUL et Cédric STANGHELLINI, étudiants du Master 2 Métiers du Journalisme et Enjeux Internationaux enseigné par l’École de Journalisme et de Communication d'Aix-Marseille (EJCAM) et Sciences Po Aix.

Ce projet multimédia s’inscrit dans le cadre du cours "Écrire pour le Web", assuré par Linda Be Diaf, lors de l'année universitaire 2016/2017.

"Opération Pointe Rouge" est une partie du web-documentaire "Pas de quartier pour les déchets". Il est en lien avec le web-documentaire "The Wall".

Vous pouvez nous écrire : clement.cedric.ejcam@gmail.com

Crédits

Réalisateurs - Rédacteurs

Clément ROUL - Twitter : @Clement_Roul / Instagram : @clemsaat

Cédric STANGHELLINI - Twitter : @CedStang / Blog : www.laubergedelinfo.com - @auberg_info

Journaliste reporter d'Image

Clément ROUL

Monteur vidéo

Clément ROUL

Monteur radio

Cédric STANGHELLINI

Created By
Clément Roul Cédric Stanghellini
Appreciate

Credits:

Clément Roul DR

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.