Loading

new york citytrip

Carte de Manhattan

EDITO

S’il y a des années un peu folles, 2019 en fait partie. Après un city-trip à Berlin et un séjour estival en Suède sans compter notre traditionnelle semaine de vacances hollandaise, direction New York.

Pour essayer de profiter un maximum, nous avons décidé de partir 10 jours ce qui est plutôt confortable. Le programme a été préparé pour optimiser le temps sur place, les trajets entre les différents quartiers et s’assurer de disposer des meilleurs créneaux pour les visites.

Il a malgré tout fallu faire des choix parmi la multitude d’activités et de lieux à visiter tout en anticipant quelques changements de programme liés aux conditions météo. Nous avons acheté le New York City Pass car il comprend les grands incontournables pour toute première visite.

Le pass, couplé à un hôtel en plein coeur de Manhattan et quelques tickets de métro, tout est réuni pour profiter de New York.

LA CLAQUE !

Après 8 heures de vol sans encombre, nous arrivons à New York. Le trajet entre l’aéroport et Manhattan se fait facilement via le AirTrain et le métro.

A la sortie de la station 5th Ave/53rd street, en face du MOMA, ça y est nous y sommes : le bruit, les taxis jaunes, la hauteur des buildings, les vitrines plus inventives les unes que les autres… Bref, nous voilà à New York.

Notre hôtel est à quelques dizaines de mètres de la 5e avenue, ce n’est peut-être pas la meilleure adresse mais les chambres sont propres et spacieuses. Nous installons rapidement les affaires et partons dans la foulée à la découverte du quartier.

Les distances sont toujours trompeuses dans ce genre de ville. Ce qui semble tout près sur la carte peut s’avérer être à plusieurs kilomètres. Contrairement à nos craintes, nous sommes idéalement placés : à quelques minutes à pied de Central Park, du Rockefeller Center et de la Trump Tower, le temple du kitch...

En fin de journée, une pluie battante s’abat sur la ville alors que nous nous dirigeons vers Time Square. Elle s’avèrera malheureusement fatale pour l’appareil photo de Manu (vive l’appareil de secours), autant dire que ce début de vacances laisse une impression mitigée.

l’emblème

Le petit déjeuner de l’hôtel est copieux et varié, de quoi prendre de bonnes forces pour cette première journée de visite. Nous avons réservé le premier créneau pour la visite de Liberty Island.

Le bateau part rapidement et après quelques minutes de navigation, la vue sur Manhattan est magnifique et permet de prendre la mesure de l’immensité des buildings. La traversée est courte. Il y a encore peu de monde. Le vent est puissant mais le temps est correct, c’est le principal.

Nous récupérons le programme de Ranger Junior : même si c’est réservé aux enfants, c’est une manière ludique de visiter les lieux et Camille pourra compléter sa collection de badges commencée en 2016 !

La statue n’est pas très grande mais se trouver à ses pieds est impressionnant. Nous montons ensuite jusqu’à la couronne. Les escaliers donnent le tournis, l’espace est exigu et la structure bouge légèrement, la vue n’est pas la plus incroyable mais cela reste à faire.

Nous quittons Liberty Island pour Elis Island, le musée de l’immigration. Les expositions sont nombreuses et passionnantes mais le bâtiment est noir de monde et n’incite pas à une visite prolongée. Après deux bonnes heures sur place, retour à Manhattan.

La visite se poursuit jusqu’à Wall Street et son taureau, l’Oculus et Ground Zero. Il y a une certaine émotion qui se dégage des lieux : l’endroit est calme (tout est relatif), des personnes se recueillent, les touristes sont discrets, de nombreux policiers patrouillent. Ces derniers sont cependant assez « cool » pour accepter de poser avec Camille.

Profitant du ciel dégagé, nous montons jusqu’au One World Observatory, le clou de cette longue journée. L’ascension est magique tout comme l’arrivée, les américains ont vraiment l’art de la mise en scène. La vue est superbe et la Statue de la Liberté, au loin, se fait toute discrète.

le match

La journée commence par la visite du « Top of the Rock », la plate-forme d’observation du Rockfeller Center. Là aussi, la mise en scène a été soignée. La vue est superbe. Il fait beau, nous pouvons admirer l’Empire State Building ainsi que Central Park ; avec une semaine ou deux de plus, les arbres auraient revêtu leurs couleurs automnales. Nous restons un long moment avant de descendre, le programme de la journée est encore chargé.

Direction ensuite le Chrysler Building puis Grand Central Terminal, une véritable fourmilière. Nous faisons une pause pour manger une énorme pizza, l’option Oyster Bar étant hors de prix, dommage. Avant de repartir, Camille ne peut s’empêcher de faire un tour à l’Apple Store qui permet en outre d’avoir un très beau point de vue de la gare.

Nous poursuivons jusqu’au siège des Nations Unies, pour y rentrer quelques minutes puis repartons en direction de la New York Public Library surtout parce qu’elle a servi de décor pour quelques scènes de films tels que Spider-man.

Nous avons acheté des billets pour assister à un match des Knicks au Madison Square Garden, la fin de journée se passe donc dans le secteur de Time Square et ses fameuses vitrines illuminées. Le BH photo, la référence des magasins de photos new-yorkais, est malheureusement fermé, Manu devra poursuivre le séjour avec son G7X.

Un match au Madison Square Garden est vraiment à faire même si on n’est pas fan de basket et même si l’équipe des Knicks n’est pas la meilleure de New York (en 2019). Ce qui est impressionnant, c’est l’ambiance, l’hymne américain chanté par tous les spectateurs la main sur le cœur, les pom-pom girls et la taille des portions de nourriture en tout genre et des boissons. Est-ce parce qu’il s’agissait d’un match de pré-saison, il y avait plus d’animations près du banc de touche et dans les gradins que sur le terrain lui-même. En tout cas, cela reste un excellent souvenir.

la high line

C’est parti pour la découverte des berges de l’Hudson via une promenade sur la High Line dont un nouveau tronçon vient d’être inauguré. Il s’agit d’un parc urbain suspendu aménagé sur une portion désaffectée d’anciennes voies ferrées aériennes. Il fait beau et c’est le week-end, il y a un monde fou. Le lieu est cependant agréable car il est bien aménagé et permet d’avoir une vue privilégiée sur les rues et les immeubles alentours.

Nous poursuivons jusqu’au Chelsea Market où il y a l’embarras du choix pour manger. Halloween approche alors le marché est décoré en conséquence, sympa !

Nous passons l’après-midi dans les secteurs de Greenwich Village et de Washington Square Park et assistons amusés à un concours de déguisement canin, observons des originaux qui prennent un bain de soleil ou profitent de la compagnie des pigeons et des parties d’échecs.

De retour dans le nouveau quartier d’Hudson Yards, direction le Vessel récemment inauguré lui-aussi. Cette construction est très graphique. Les photographes ont de quoi s’amuser avec cet enchevêtrement d’escaliers.

Nous restons dans le quartier pour embarquer ensuite pour une croisière nocturne de 2 h 30. Le trajet permet d’aller jusqu’aux pieds la Statue de la Liberté puis sous le mythique Pont de Brooklyn et jusqu’au siège des Nations Unies avant de faire demi-tour. Big Apple de nuit revêt un tout autre visage, c’est vraiment une balade à faire.

l’intrepid

La météo s’annonce peu clémente cet après-midi, le programme initial est donc légèrement modifié. Nous louons des vélos pour la matinée afin de découvrir Central Park. La circulation des vélos comme des piétons est très organisée et les voitures de police sont nombreuses à patrouiller. Le parc est immense, la location des vélos est une bonne option même s’il y a plusieurs endroits réservés aux piétons (surtout ne pas radiner sur la location d’antivols !).

Il y a différentes ambiances et de nombreuses installations sportives. Nous commençons à compter les écureuils mais ça ne sert à rien, il y en a partout ! La propreté du parc est irréprochable, c’est impressionnant compte-tenu de sa fréquentation.

Le tour s’achève quand la pluie commence à tomber, nous allons nous abriter et manger à proximité de Colombus Circle un célèbre rond-point nommé en hommage à Christophe Colomb. C’est aussi à partir de ce rond-point que toutes les distances de New York City sont mesurées.

Après le repas, la pluie tombe de plus en plus fort, nous partons visiter l’Intrepid qui n’est autre qu’un porte-avions militaire reconverti en musée (la visite est comprise dans le New York City Pass). Il a eu plusieurs vies et a été notamment provisoirement un centre des opérations du FBI après les attentats du 11 septembre 2001. Il offre à présent une collection impressionnante d’engins : sous-marin, avions, hélicoptères, et surtout la navette Enterprise.

Nous sommes restés un peu plus de deux heures à arpenter les étages du porte-avion. Une visite enrichissante et bien agréable quand le temps est capricieux.

les ponts

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas : le temps est superbe. La journée est dédiée à la découverte du quartier de Brooklyn. Pour ajouter une touche d’orginalité, plutôt que d’emprunter le métro, nous faisons un détour par l’île de Roosevelt afin de prendre le téléphérique qui traverse l’East River.

En direction du quartier de Williamsburg, à la recherche des œuvres de street art, nous voilà perdus en plein quartier juif : tous les panneaux sont écrits en hébreux, même les indications sur les bus scolaires. Après une bonne heure de marche, une station de métro permet de nous repérer enfin. Le street art sera pour une prochaine fois car la journée avance et il y a d’autres secteurs de Brooklyn à visiter.

Après quelques arrêts de métro, nous voilà à Clinton Hill, aux pieds du fameux pont. Il fait très beau et là encore, il y a un monde fou. Les cyclistes ont du mal à se frayer un chemin malgré la voie qui leur est dédiée, ça rappelle l’expérience sur le pont de San Francisco.

La visite se poursuit notamment vers Brooklyn Heights, Caroll Garden puis Dumbo pour faire la fameuse photo du Manhattan Bridge depuis la rue de Washington Street. Les boutiques sont branchées, il y a pleins d’endroits pour aller manger et boire des coups. Nous dinons dans un Shake & Shack, une chaine de burger basée essentiellement à New York, pas mauvais !

En toute fin de journée et dans une ambiance festive, les badauds se pressent au pied du pont pour assister au coucher du soleil sur Manhattan.

le musée

La matinée est dédiée à une visite d’Harlem. Le parcours est plus ou moins tracé : un tour à l’université Columbia puis jusqu’à l’Apollo Theater en passant par la 125e rue et le Morningside Park.

A la sortie du métro et sous une pluie battante, direction Riverside Park et les berges de l’Hudson pour découvrir le Général Grant Memorial. L’idée est aussi d’ajouter un badge supplémentaire à la collection de badges de junior ranger. Malheureusement, l’édifice est en travaux et fermé au public.

A proximité se dresse fièrement Riverside Church, une église prisée des touristes pour ses messes Gospel. Nous n’avons pas prévu d’assister à un tel évènement, peut-être à l’occasion d’un prochain voyage.

Quelques mètres plus loin, l’entrée de l’université Columbia est là : le site est immense. En toute logique, les étudiants sont nombreux mais les touristes aussi. Quelques photos pour immortaliser notre passage et direction l’Apollo Theater avant de retourner à Manhattan. Pour la petite histoire, l’Apollo Theater est listé au registre national des lieux historiques puisqu’il est devenu, à partir de 1940, un des symboles de la musique noire américaine.

En début d’après-midi, retour à Manhattan pour la visite du muséum d’histoire naturelle. C’est le plus grand muséum du monde et il a inspiré le cadre du film « une nuit au musée ».

Le site est effectivement immense et chaque étage regorge de trésors. Nous essayons de retrouver les personnages du film et notamment Gum-gum. Au bout de presque deux heures, une annonce indique que la fermeture du musée est proche. La visite des dernières galeries se fait au pas de course, dommage ! La journée se termine par un peu de shopping sur la 5e avenue.

l’océan

Départ à 7h30 pour profiter du lever du soleil sur le pont de Brooklyn. Le temps est superbe, les touristes peu nombreux, c’est idéal pour faire des photos et profiter de la vue.

Après cela, direction le quartier Bushwick présenté comme la Mecque du « Street art ». A la sortie du métro, il ne faut pas longtemps pour découvrir les premières fresques, plusieurs groupes de touristes se pressent d’ailleurs pour les observer. Nous suivons un circuit dégoté sur internet : Troutman Street, puis Morgan Avenue jusqu’à Harrison Place et enfin, une ancienne usine reconvertie en studios d’artistes et galerie d’art, le « BogArt ».

Direction ensuite Coney Island. Si le séjour avait été plus court, cette étape aurait été zappée et cela aurait été très dommage. Le terminus du métro est tout près de la plage, du Luna Park et de Nathan’s présenté comme le restaurant proposant le meilleur hot-dog du monde… Chaque année, Nathan’s organise le concours du plus gros mangeur de hot-dogs. Les records sont affichés sur la façade : le dernier record féminin est de 45 et de 75 pour le record masculin, sans commentaire !

En bons touristes, nous avons gouté ces fameux hot-dogs. Ils sont très bons, de là à dire que ce sont les meilleurs… En tout cas, ils ne sont pas bon marché.

Grosse déception pour Camille, le Luna Park est fermé. En dehors des vacances scolaires et du 1er juin au 31 août, il n’est ouvert que le week-end. Pas grave, ce n’est pas comme si nous étions amateurs de sensations fortes. La plage est superbe et la jetée très bien aménagée. C’est très agréable de marcher le long de la mer, les kilomètres s’enchainent facilement. Cette balade fait un bien fou après tous ces jours en pleine ville cernés par le bruit permanent. Le retour vers l’hôtel se fait tranquillement. La partie aérienne du métro permet d’avoir un bref aperçu des quartiers plus excentrés et la vue sur l’immense Washington Cimetery.

l’empire

Incontournable de la ville, point de repère pour visiteurs égarés, aujourd’hui, direction l’Empire State Building et nous aurons visité les trois tours emblématiques de New York même si de nouvelles plates-formes d’observation seront prochainement inaugurées. La mise en scène est là aussi au rendez-vous et la vue est superbe. C’est peut-être même la meilleure.

A peine descendus, direction SOHO. Le quartier est vraiment très agréable avec pleins de boutiques branchées, de pubs et de bâtiments presque à taille humaine. Séjourner ici pourrait être une prochaine option.

La visite se poursuit vers Little Italy. Conformément à ce que disaient certains blogs de voyage, le quartier est assez réduit, absorbé progressivement par Chinatown. Les restaurants tentent d’attirer les touristes et les boutiques de souvenirs foisonnent. Nous passons rapidement notre chemin vers Chinatown juste après avoir mangé dans un diner coincé entre ces deux ambiances. Chinatown regorge de restaurants et d’épiceries ou tout est écrit en chinois et les étals offrent des produits étranges, c’est assez dépaysant.

De retour dans le quartier de Midtown South, il est l’heure de trouver un coin pour dîner. Un peu au hasard, notre choix se porte sur un pub qui s’avère être un vrai musée ou temple du baseball. Le lieu est incroyable, il y a de tout et partout : des balles par centaines, des battes, des sièges de stades en passant par des t-shirts… Vraiment une bonne adresse accessible même aux mineurs sous réserve qu’ils ne s’installent pas au bar.

La nuit tombée annonce une dernière montée sur l’Empire (via le New York City Pass, le ticket permet une visite le matin et une visite le soir). Le spectacle est magique, Les lumières de Time Square sont visibles de très loin, impossible de ne pas y faire un dernier tour avant de rentrer à l’hôtel…

le parc

Il reste quelques heures avant de rejoindre l’aéroport, l’occasion de faire une dernière petite balade à Central Park pour voir ou revoir quelques grands classiques : des couples en barque, le Bow Bridge, le mémorial très discret « Stawberry Fields » dédié à John Lenon... New York est vraiment une ville magique qui donne envie de s’y promener pendant des heures. Il est aussi agréable de sortir des sentiers battus et de s’éloigner du brouhaha permanent même si c’est toujours compliqué pour une première visite et quand le temps est compté. Camille a déjà demandé que son cadeau pour ses 18 ans soit un nouveau voyage à New York, nous essaierons de réaliser son voeu.

nous imaginions

  • Le bruit : c’est vrai, tout le temps, partout, de tout type (travaux, sirènes, klaxons)
  • La hauteur des buildings : c’est vrai que certains sont très hauts mais limités à quelques secteurs
  • La foule : finalement ce n’est pas si oppressant
  • Les taxis : c’est vrai, les fameux « yellow cabs » sont partout (13437 taxis new-yorkais recensés)
  • La difficulté de savoir se repérer dans la ville : en réalité c’est plutôt facile même dans le métro

ça nous a marqué

  • Les travaux partout et à toute heure
  • La lenteur de déplacement des véhicules de secours
  • La pluie battante comme dans les films
  • L’annonce dans le métro avant la fermeture des portes : stand clear of the closing doors please
  • L’animation permanente dans les rues
  • L’offre variée de fast-foods

kilomètres parcourus*

  • Jour 01 > 9,4 km
  • Jour 02 > 11,1 km
  • Jour 03 > 15,3 km
  • Jour 04 > 19,5 km
  • Jour 05 > 15,8 km
  • Jour 06 > 23,4 km
  • Jour 07 > 17,6 km
  • Jour 08 > 17,2 km
  • Jour 09 > 17,3 km
  • Jour 10 > 7,1 km

* Hors déplacements en métro

Credits:

Byming - Emmanuel Delarivière