Loading

Prendre de la hauteur avec Ville d'Art et d'Histoire Au sommet de la tour observatoire de la cite du design

C’est une tour qui passe presque inaperçue, qu'on n'ouvre qu'épisodiquement au public, à l'occasion notamment des Biennales internationales de Design. Erigée en 2006 sur les anciens terrains de Giat-Industries, cette tour filigrane, habillée de quelque 125 tonnes d'acier, ne devait squatter l'asphalte de la Cité du Design que quelques semaines. Un peu comme la Tour Eiffel, elle n'a jamais été balayée du paysage où elle s'affiche encore aujourd'hui fièrement. Perchée sur sa plate-forme d'observation de 100 mètres carrés, on profite d'une des plus belles vues de Saint-Etienne. En juillet, août et septembre, vous pourrez y faire un tour avec les visites animées par le service de Ville d'Art et d'Histoire. Nous en avons suivi une. Attention, prenez votre souffle. Mais avant, petit rappel historique sur cette tour et la Cité qui l'abrite.

Une dame de fer de 31 mètres de haut

La construction de cette Tour avait exigé quelque 10 500 heures de travail

C'est dans la Cité du Design que la Tour Observatoire s'est ancrée, "le seul élément vertical sur un site horizontal" avait fait remarquer, à l'époque, son architecte berlinois, Finn Gerber. Cette Cité a commencé à prendre forme en 2005 mais ne sera inaugurée qu'en octobre 2009. "C'est une sorte de plateforme qui montre, enseigne, expose le design, résume Eric Felices, guide-conférencier à Ville d'Art et d'histoire. Cette cité s'est installée sur une friche industrielle qui a pris naissance en 2000-2001 avec la fermeture du GIAT, ancienne Manufacture nationale d'armes qu'on appelait MAS pour les intimes."

Une fois par mois, la Tour Observatoire ouvre ses grilles au grand public. Des visites proposées depuis l'an passé par Ville d'Art et d'Histoire. A chaque fois, c'est une dizaine de curieux qui se pressent à ces pauses patrimoine. "L'idée, rappelle Grégory Charbonnier, animateur de l'architecture et du patrimoine à Ville d'Art et d'Histoire, c'est de voir la ville autrement".

Ils sont déjà, ce jour-là, à 12 heures tapantes, une petite quinzaine à patienter sous le soleil sur le parvis de cette Cité du Design. Yvette, retraitée, est une habituée de ces visites. « J’ai suivi mes études à Roanne, habité la plaine du Forez. » Installée depuis quelques années à Saint-Etienne, Yvette court ces pauses patrimoine. « J’ai déjà fait l’Ecole des Beaux-Arts, la Bourse du travail. » A son agenda, elle a coché aussi la découverte de la Maison François 1er. « Il y a des choses méconnues à Saint-Etienne qui méritent d’être vues. » André Bolard aime bien lui aussi s'accorder sa pause déjeuner à découvrir le patrimoine de Saint-Etienne. "C'est plus l'histoire locale que nationale qui m'intéresse. C'est génial de savoir où l'on vit."

Eric Felices, guide-conférencier depuis 2011, à Ville d'Art et d'Histoire

Chaussures de marche aux pieds, bermuda, casquette vissée sur la tête, sac à dos agrippé aux épaules, Eric Felices avance vers le groupe, se présente. « Bonjour, bienvenu à la Cité du Design, je suis le guide-conférencier mandaté par le service Ville d’Art et d’Histoire". Incollable, il prête ses connaissances sur l'histoire de la Manufacture, le cours Victor-Hugo, les brasseries de femmes fin XIXe siècle, l'avenue de la Libération mais "aujourd’hui, c’est une lecture de paysage depuis le sommet de la Tour Observatoire que je vais vous proposer.»

Une redécouverte de la ville

Voilà quelques mois déjà que l’ascenseur de la Tour s’est mis sur pause. Pas sûr que tous les visiteurs aient bien réfléchi, avant de s’inscrire à la visite, aux 157 marches qui les attendent. "Je n'avais pas posé la question si c'était à pieds" se rend compte Yvette. Pas le temps de regretter, il faut grimper. Les uns derrière les autres, les visiteurs gravissent les marches sans se plaindre. A l’arrivée, une vue à 360 degrés sur Saint-Etienne. Devant eux, tout le bassin stéphanois. Mais à quoi ressemblait-il il y a des siècles? " A une cuvette, raconte Erice Felices, qui s'est comblée petit à petit de sédiments qui formeront le sous-sol stéphanois avec des schistes, des grès et du charbon qui va jouer un rôle important dans l'histoire économique de Saint-Etienne. Dans cette cuvette, quinze rivières dont le Furan qui prend sa source au Bessat et qui se jette dans la Loire. Ce sont ces rivières qui ont façonné le paysage, laissant les roches les plus dures." Et dessinant dans le paysage local toutes ces collines, de Villeboeuf, du Crêt de Roc avec son cimetière où les notables de la ville se faisaient enterrer, de Tardy. "Il paraît que les jours de beau temps, on peut apercevoir de la colline de Montaud, le Mont Blanc." A vérifier. Il suffit d'aller y grimper les jours où le soleil ne joue pas à cache-cache avec les nuages.

Une ville qui n'a pas rendu les armes

Il faut imaginer qu'avant que cet ensemble architectural ne change de peau, c'était une grande usine, la Manufacture nationale d'armes de Saint-Etienne implantée sur douze hectares aujourd'hui reconvertis en logements, Cité du Design, écoles de design, de recherche, entreprises. Sont sortis des ateliers de cette usine des millions de fusils dont le fameux fusil d'assaut FA-MAS présenté pour la première fois en 1973, adopté longtemps par l'armée française. Voisinent d'autres bâtiments comme la Platine, 7000 mètres carrés de façade lumineuse "qui rappelle le passé armurier du lieu" ou encore le bâtiment de l'Ecole d'art et de design, descendante de l'école de dessin, qui déménagea là ses crayons en 2009.

Entre salles culturelles et stade de foot

Au sommet de la tour, l'histoire des grandes structures culturelles de Saint-Etienne contemple aussi les visiteurs. Au loin, on devine le Palais des spectacles, la nouvelle Comédie de Saint-Etienne, le Fil, le Zénith imaginé par Norman Foster qui a ouvert ses portes en 2008. "Derrière la grue, pointe Eric Felices, vous pouvez apercevoir le toit en aluminium de l'ancien Palais des spectacles. Il n'en reste plus que deux en France comme celui-là, un à Saint-Etienne, un Porte de Versailles à Paris. Pas loin, le Fil, créé en 2007. Cette Scène de musiques actuelles a fêté ses 10 ans en 2018. Sur les parements du bâtiment, des tiges en métal rappellent les fils des métiers à tisser." Plus loin encore, le stade Geoffroy-Guichard "du nom du créateur de Casino. Construit en 1931 à une époque où le rugby était une activité florissante, expose le guide. C'est Henri Point, son conseiller, qui avait encouragé Geoffroy Guichard à faire construire ce stade qui a, depuis, bien évolué." Eric jette un oeil à sa montre, 13h30, c'est déjà la fin de cette heure privilégiée. Le temps est venu de faire une autre pause, déjeuner cette fois.

Thierry Pilat, directeur du Fil

"Je n'étais jamais monté dans cette tour. C'était un peu frustrant de la voir sans pouvoir atteindre son sommet. On fait partie du quartier. C'est plutôt sympa de croiser, comme ça, d'autres gens, de visiter des choses qu'on ne connaît pas."

12. C'est le nombre de guides-conférenciers de Ville d'Art et d'Histoire qui, toute l'année, avec ces pauses patrimoine, visites-découvertes, balades, mettent en lumière le patrimoine historique et actuel de Saint-Etienne Métropole.

Les prochaines lectures de paysage depuis la Tour Observatoire se tiendront le 11 juillet, 12 septembre à 12h30 et jeudi 8 août à 14h30. Tarif: 2€. Renseignements: 04 77 48 76 27 ou 04 77 49 39 00

Que faire après cette montée?

Un tour au Musée des verts, 800 mètres carrés qui racontent la légende de l 'ASSE avec toute une série d'objets, photos et vidéos uniques. Tél: 04 77 92 31 80 ou site internet: museedesverts.fr

Une visite à la Cité du Design qui accueille jusqu'au 1er septembre l'exposition "Céramique année 0", le résultat de travaux d'ateliers organisés la Poterie provençale par Vincent Lemarchands, designer et enseignant à l'Ecole d'art et de design de Saint-Etienne. Tel 04 77 49 74 70

Une petite faim? Si vous êtes à la Cité du Design, restez-y. Le bâtiment abrite un restaurant Concept, un lieu atypique avec une carte composée de produits frais, locaux, et de saison. Tel: 04 77 93 39 91

  • TEXTES: MURIEL CATALANO,
  • PHOTOS HUBERT GENOUILHAC, CELIK ERKUL, PHILIPPE VACHER

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.