Loading

L'Arche à Paris passe au vert Newsletter N° 37 - Novembre 2018

EDITO : l'urgence écologique

L’actualité ne cesse d’évoquer l’urgence écologique. L’activité humaine pollue et réchauffe dangereusement notre belle planète, nous en sommes tous conscients ! Il est temps d’agir … mais que faire ? En attendant que soient prises les décisions politiques qui permettront de réellement modifier le cours des choses, il appartient à chacun d’organiser différemment notre quotidien. À L’Arche à Paris, nous nous mobilisons pour modifier nos habitudes et adopter de nouvelles manières de consommer, de participer à la préservation de l’environnement.

Ainsi, à l’atelier, une activité environnement (fabrication de papier recyclé et mise en place d’un compost) permet de diminuer nos déchets. En foyer, nous trions bien sûr et achetons des produits d’entretien en vrac afin de limiter les emballages. Nous avons participé à plusieurs actions de nettoyage de la nature, comme récemment en septembre, la journée internationale « WorldCleanUpDay ». Une petite équipe du foyer Philae a nettoyé les rues du 15e arrondissement. La récolte fut édifiante !

Les personnes en situation de handicap sont aussi de plus en plus sensibles à la qualité de la nourriture et souhaitent manger bio. Il faut être créatif et privilégier les circuits courts autour de nous tels que les AMAP. L’Arche à Paris a été à l’initiative de la création de deux « Ruche qui dit Oui » dans les 15e et le 16e arrondissements dont l’une est hébergée, deux fois par mois dans les locaux de notre Centre d’Activité de Jour. Nous nous sommes engagés dans une démarche écologique. Cette prise de conscience collective, partagée avec les personnes en situation de handicap ne peut que porter des fruits !

Anne Delaval, directrice de L'Arche à Paris

"J'AI QU'UNE ENVIE, C'EST D'AIDER LA PLANÈTE"

Le 15 septembre, dans 150 pays, des millions de citoyens se sont mobilisés pour nettoyer la planète. À cette occasion, une petite équipe de L’Arche à Paris a collecté des sacs de déchets dans le XVe arrondissement. Nous avons rencontré Hélène Agenet et Olivia Mulin, résidentes des studios regroupés de Philae. Elles sont deux militantes actives pour l’écologie parce qu’il est « inadmissible qu’on fasse du mal à la planète ». Entretiens croisés...

Êtes-vous sensibles à l'écologie ?

Hélène : Pour moi, l’écologie, c’est tout ce qui est à base de tri : cartons, verres et non recyclable... Si tout le monde le faisait, la planète serait moins malheureuse. Tout est à base de pollution. Ça a rapport avec la température, le temps, les effets de serre, et aussi les voitures, les avions... Je pense aux enfants futurs. La planète est en train de souffrir. Elle est ronde, mais elle ne parle pas. Il y a des gens qui y vivent. Et c’est inadmissible qu’on fasse du mal à la planète. Je ne sais pas ce qu’elle ressent, mais faut mettre un stop à jeter tout et n’importe quoi, parce que ça va nous retomber dessus.

Olivia : Je réagis, mais un peu autrement. Je sais que les sacs poubelles en plastique vont dans la mer. Et les poissons, ils sont pas bien, ils s’étouffent. Les bouteilles en plastique, c’est dommage que les gens jettent tout ça. Je trouve un peu méchant, c’est mon avis. J’essaye de pas jeter trop de choses.

Hélène Agenet a une vraie fibre écologique. Photo : Elodie Perriot

Alors, que faites-vous concrètement ?

Hélène : Je fais hyper attention à la lumière : quand je sors d’une pièce, j’éteins automatiquement. L’énergie c’est important. Au niveau de l’eau, je fais attention : je lave d’abord au savon, et ensuite je rince à l’eau pour économiser l’eau.

Olivia : J’éteins toujours la lumière.

Hélène : Quand je fais mon ménage, c’est bio. J’ai une pâte à tout qui lave tout. Je la trouve sur internet. À Philae on a des produits ménagers bios. Avant, on avait des produits qui piquaient, on avait la gorge en feu. Maintenant, on a des bouteilles écolo qu’on peut remplir aux gros bidons.

Olivia : Je trouve que c’est mieux les trucs de ménage bios. C’est mieux, c’est plus simple.

Hélène : C’est plus sain. Je fais aussi des dons pour la planète et ceux qui travaillent au niveau des plantes et des potagers, pour arrêter de mettre des produits sur les plantes. Ça les guérit pas, ça les rend malades. Plein de pays pauvres demandent à être portés vers le haut, relevés.

Olivia Mulin s'informe sur l'écologie grâce à YouTube. Photo : Elodie Perriot

Où trouvez-vous vos infos ?

Hélène : J’ai été dans une marche où ils parlaient de tout ce qui est écologique. Ils veulent sauver la planète. Et quand je vois la mer, je remarque beaucoup de choses qui me frappent. Je regarde dans la rue, je regarde les personnes dans la pauvreté... J’ai qu’une envie, c’est de les aider. Et d’aider la planète.

Olivia : J’essaie de regarder à la télé, et dans ma tablette, je regarde des YouTube. Ils montrent les sacs-poubelle par terre et ça me fait mal. Je cherche avec le mot planète... et ça arrive. C’est compliqué à chercher, mais je me bats avec la tablette. Quelquefois je réussis pas, et quelquefois, je réussis.

Sur quoi, faut-il insister ?

Olivia : Moi, j’aimerais sauver les singes. Y’a des gens qui font du mal aux animaux qui disparaissent petit à petit. Ça me fait un peu mal.

Hélène : L’écologie, ça a besoin d’être mis en pratique, ça a besoin que ça fleurisse. La planète elle est en train de se débattre. Elle a besoin qu’on montre qu’on l’aime. Sauver... sauver la planète.

Le foyer L'Archipel en mode écolo

Laura Tiltmann est responsable du foyer l’Archipel et coordinatrice du XVIe. Habitée elle-même par une fibre écologique, elle propose aux foyers de L’Arche à Paris, réflexions et actions inspirées par le désir de vivre un quotidien « durable ». (Photo Elodie Perriot)

Le « durable » inspire-t-il votre cuisine ?

Laura : On s’est mis d’accord pour choisir légumes et fruits de saison. Grâce aux recettes du mois, on cuisine au rythme de la nature. À La Ruche qui dit oui, en discutant avec les producteurs, on a compris pourquoi les tomates sont moins gouteuses en hiver qu’en été. Mais on reste souples ! Si nos choix «nature» coupaient l’envie de cuisiner, on aurait tout loupé !

L’écologie influence-t-elle votre gestion des déchets ?

Laura : On convertit les sacs de livraison en sacs poubelle, et on se ressert des sacs papier pour les fruits dans les magasins bios. Le foyer Zephyr vide son bac à compost dans le collecteur du quartier.

Le foyer L'Archipel célèbre à sa façon les fruits et légumes BIO. Photo : Elodie Perriot

Est-ce que ça vous coûte plus cher ?

Laura : Pas forcément. On commande des produits ménagers plus naturels et concentrés dans un magasin de vrac qui livre en bidons. À nous de les répartir en flacons. On utilise aussi plus de produits simples, comme le vinaigre blanc. On a fait de réelles économies : les 1 000 a à l’achat ont duré 12 mois, au lieu des 100 a/mois d’avant.

Comment se prennent les décisions ?

Laura : Tout le monde n’est pas toujours d’accord. On peut évoluer. Nos réunions de foyer sont de bons moments d’explications. On a pu voir qu’il faut des années pour que les plastiques se dissolvent, alors que le verre est récupérable. D’où la proposition de limiter nos emballages. On a visité la ferme du producteur de nos yaourts. Puisqu’il est près de chez nous, pas besoin de préparer ses yaourts pour un long voyage, donc pas de conservateurs artificiels... C’est mieux ! Les résidents adoptent les habitudes qu’ils ont comprises et choisies et rejettent les autres.

Les résidents ont-ils des initiatives ?

Laura : Oui, par exemple, notre « révolution » des serviettes. Avant, on mettait un Sopalin sur chaque assiette à chaque repas. Mais en réunion, on s’est demandé si c’était gaspiller. Aurélie a sauté sur l’occasion pour proposer de coudre et broder des serviettes en tissus. On a commandé des ronds de serviettes à nos noms. Chacun se charge à son tour du lavage hebdomadaire. Récemment, l’un des résidents a fait le projet de ronds de serviette pour invités réguliers. À quand le vôtre ?

LES NEWS DE L'ARCHE A PARIS

Nos athlètes au Triathlon des Roses

L’Arche à Paris a participé au triathlon des Roses le 22 septembre dernier. Un événement organisé par la fondation ARC. Trois équipes de salariés, volontaires et personnes en situation de handicap ont nagé, pédalé et couru au profit de la recherche médicale contre le cancer du sein. Nous avons réussi à collecter plus de 1.600 euros grâce à la générosité de donateurs. Ce fut pour nous un défi sportif et solidaire que nous comptons bien renouveler.

World Cleanup Day : pour une planète plus propre !

La World Cleanup Day est une journée internationale où chaque citoyen du monde peut nettoyer son village, sa ville, son quartier ou sa rue. 120 habitants du 15e arrondissement dont Renaud et Sophie de L’Arche à Paris, ont ramassé autour du Square Adolphe Chérioux 127 kg de déchets dont plus 20 kilos de mégots en 2h de collecte ! Bravo à vous !

Le mot du président

Yves Maigne, président de L'Arche à Paris lors d'un rassemblement communautaire. Photo Christophe Hargoues.

Cher(e)s ami(e)s

Nous avons tous conscience de l’urgence de la situation. Dans ce contexte, je me réjouis de voir qu’une dynamique écologique et durable est en route à L’Arche à Paris. Mais l’écologie, c’est un investissement. En temps, tout d’abord. On prend le temps de fabriquer du papier recyclé, de réaliser un compost. Financier ensuite, car manger bio, manger mieux, manger équitable, ça coûte plus cher et dans un contexte budgétaire parfois difficile, cela demande de la créativité et de l’adaptation. Le développement durable, c’est le respect de la terre et du vivant. L’équitable, c’est être solidaire en soutenant les initiatives petites et locales, c’est aussi le respect des uns et des autres parce que finalement tout cela doit se conjuguer. C’est une attitude pour vivre ensemble ET sur la terre. Merci de soutenir nos actions en ce sens, nous en avons besoin.

Yves Maigne, président de L'Arche à Paris

Les «Ruche qui dit oui» de L’Arche à Paris

Nous avons initié la création de deux "Ruche qui dit oui" dans les 15e et 16e arrondissements. La première se trouve dans les locaux du notre Centre d'Activité de Jour près du quartier convention, la seconde à proximité du foyer L'Archipel, rive droite. Pourquoi ce partenariat avec la Ruche qui dit oui ? Pour proposer une activité économique solidaire pour les personnes en situation de handicap mental de L'Arche à Paris. Pour mettre en valeur leur qualité d'accueil, leur authenticité, leur qualité relationnelle au service des autres, notamment des habitants du quartier. Par ce biais, chacune va donc contribuer à la vie de ce quartier et avoir une vraie utilité sociale.

Deux mercredis par mois, 18h30 - 20h - 62, rue de l’Abbé Groult 75015 Paris

Jérôme accueille des visiteurs à la Ruche du 15e. Photo Elodie Perriot.

Mercredi, 18h - 20h - Salle Point d’Ho : 64 bis, avenue Raymond Poincaré 75116 Paris

L'Agenda de L'Arche à Paris

Pensez à vos cadeaux de Noël

Le marché de Noël du CAJ est un rendez-vous incontournable de notre association. L’occasion d’effectuer quelques emplettes à glisser au pied des sapins. Chaque année, les visiteurs, toujours plus nombreux, sont séduits par la créativité des artistes de notre Atelier. On vous donne rendez-vous le 6 décembre, de 10 h à 18 h, pour le constater par vous-mêmes. L’Atelier : 62 rue de l’Abbé Groult 75015 Paris

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.