Loading

Chambres avec vue The Silo of Cape Town

Nous prenons cette fois la direction de l'Afrique du Sud. En visitant le Zeitz Musée de l'art contemporain d'Afrique, à Cape Town, on ne résiste pas à l'envie de jeter un coup d'oeil sur le palace qui en occupe les étages les plus élevés. “The Silo”, le joyau de la chaîne privée “Royal Portfolio”.

Par Marine Dusigne – culture@jir.fr • Photos Gaël Ecot

Impossible ici de ne pas sacrifier à l'intitulé du film réalisé en 1985 par James Ivory, pour résumer la situation privilégiée du nouveau 5 étoiles de Cape Town, “The Silo”. L'un des principaux attraits de cet ancien bâtiment portuaire, dominant la magie des paysages dans lesquels il se trouve serti, s'avère une allégorie d'ouvertures avec points de vue grandeur nature, de jour comme de nuit. “Pas moins de 82 fenêtres comme autant de puits de lumière, réparties entre les six étages supérieurs de l'ancienne réserve à grains, occupés aujourd'hui par le palace du Royal Portfolio”, indique le responsable du marketing, Ross Bowers.

Il précise que si la façade d'origine a été laissée intacte, l'architecte Thomas Heatherwick, s'est ingénié à façonner ces baies vitrées de plus de 5 mètres de haut, articulées chacune en 56 panneaux de verre et bombées telles les facettes d'un oeil d'insecte géant. “Des balises attirant l'attention sur la façade austère du bâtiment, avec une fonction de signalisation pour l'hôtel qui s'y trouve logé. Et, à l'intérieur, se reflète la beauté des images de la ville, en corollaire des oeuvres d'art qui y sont rassemblées par les propriétaires, Liz et Phil Biden.”

Ross Bowers, directeur du marketing des hôtels Royal Portfolio

Installé dans la partie la plus élevée du silo, où circulait l'ascenseur servant autrefois à acheminer le maïs, l'hôtel fait corps avec le Zeitz. Le hall d'entrée a conservé quelques vestiges de la machinerie et la hauteur de plafond de l'ancienne réserve à grains qui sert aujourd'hui d'écrin à quelques-uns des bijoux de la collection maison. Tel le “Blue Velvet” de Frances Goodman, une partie de la série “Ditaola” de Mohau Modisakeng ou “So exotic” de Jody Paulsen. Des oeuvres que domine un lustre du “prince du design sud-africain”, Haldane Martin. Le lobby menant aux ascenseurs annonce lui aussi la couleur avec des plasticiens présents également aux cimaises du musée voisin. Des Athi Patra Ruga, Kudzanai Chiurai, Cyrus Kabiru, Nandipha Mntambo...

For your eyes only

La course aux trésors se poursuit dans les étages où Ross Bowers nous conduit entre les chambres réparties en six catégories. Toutes bénéficient des mêmes vues imprenables, sur Table Mountain, le port, l'océan, la city, baignant dans l'aura d'un soleil d'hiver du plus pur éclat. Un régal de contemplation que la curiosité pour la décoration parvient à détourner. “Liz Biden aime partager les belles choses qu'elle s'ingénie à trouver dans le monde entier”, apprécie Ross désignant ici un chandelier d'Egypte, là, une peinture fleurie de Georgina Gratix, ailleurs, un portrait de Pieter Hugo et, dévalant en spirale la montée d'escalier, un lustre original, qui se pose là avec ses milliers de cosses de jacaranda. “Un cadeau de Sir Elton John”, indique notre guide, nous invitant à prendre un café au bar du 6e étage, le Willaston, nommé d'après le premier navire ayant transporté du maïs sorti de ce silo, en 1924. Une pause pour apprécier le luxe discret des lieux et des choses, avant de découvrir quelques-unes des 28 chambres, dont la fameuse Penthouse, considérée comme le joyau de cet établissement hôtelier.

A dire vrai, chaque pièce visitée, de la Silo Room à la Royal Suite en passant par les Deluxe et Family, défie le mot “cosy”. On rêve de camper dans une salle de bain plantée, en toute transparence et intimité, dans l'insolente luminosité d'un décor décidément imprenable, alors que les bedrooms attenantes se prélassent dans leurs atours, parfois un peu chargés, mais toujours raffinés, pour faire leur cour aux invités. La tête capitonnée de chaque lit, unique, est cousue main dans les étoffes du fournisseur qu'Hermès pressent pour ses écharpes de soie. Bureaux, sofas, fauteuils, miroirs, tapis, tous de grands faiseurs, sont rehaussés, pour notre bonheur, de tableaux choisis partout avec à propos pour leur supplément d'âme. Tels ces portraits du peintre de Zambie, Sibley Mcadam.

Bibliothèques, salle de cinéma, restaurants, spa, piscine sur le toit ajoutent simplement leur confort au faste ambiant, alors que nos yeux, happés sans cesse par le décor, dans l'ivresse du panorama, se noient !

La Reine du Royal Portfolio, Liz Biden

Elle est, avec son mari Phil Biden, la créatrice et propriétaire en Afrique du Sud des quatre établissements du groupe hôtelier Royal Portfolio. Ancien professeur, investie dans l'assistance médicale solidaire quand elle était encore une jeune mère de famille, Liz Biden a ajouté plusieurs cordes à son arc professionnel en matière d'art et de décoration.

Experte en création luminaire et en design joaillier, elle a commencé à gérer avec son financier de mari, un restaurant, The Golden Spur, avant de mettre ses talents à la disposition de la styliste Jenni Button, puis de se tourner vers l'industrie du voyage, version luxe. Une envie de changement de vie s'est alors concrétisée avec la transformation de la résidence familiale pour les vacances, proche du Parc national Kruger, en lodge pour safari haut de gamme, histoire d'entamer un nouveau chapitre, “sans rien connaître du fonctionnement hôtelier, mais seulement parce que l'idée me plaisait”.

C'est ainsi qu'est né le Royal Malewane en 1999. Devant le succès de ce premier essai, les Biden ont investi deux autres lieux. L'un à Hermanus, "Birkenhead House", pour une expérience sublimée de la côte investie par les baleines, l'autre à Franschhoek, "La Résidence", pour les trésors du vignoble et de la gastronomie. Avec le souci, dans les deux cas, de partager leurs séduisantes propositions hôtelières avec leurs invités, comme s'ils étaient de la famille.

Dernier chapitre de la saga Royal Portfolio, The Silo, à Cape Town. Ou le supplément d'art auquel tient Liz Biden, comme la motivation suprême d'une vie professionnelle. Une simple visite au top du Zeitz Mocaa atteste des goûts de la propriétaire. Elle n'a cessé de puiser son inspiration dans ses voyages autour du monde.

“Chacun de nos hôtels doit être unique, porteur d'une énergie différente, avec mise en espace particulière pour toute chambre ou suite. J'ai consacré énormément de temps à nos hôtels. A celui-ci plus encore. J'ai tout réalisé moi-même, ayant une prédilection pour le métissage des genres, des époques, des couleurs, des structures, des matières composant chaque pièce : c'est ma passion ! La structure du Silo transformée par Thomas Heatherwick, l'architecte londonien, constituait un enjeu supplémentaire. Jusque-là, mon mari et moi étions les architectes de nos hôtels. Ici, il fallait se mouler dans la modernité d'un bâtiment industrieI réhabilité et pensé pour accueillir un musée. Le défi à relever offrait enfin la part d'art qu'il fallait pour me galvaniser.”

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.