Loading

JOURNAL DES TEMPLIERS ePISODE 3 : Pierre galtier

« Quand je t’ai vu l’autre jour, j’avais la recuite dans le sac, mais je me suis bien gardé de te dire quelque chose ».

La recuite, c’est ce petit lait de brebis que l’on chauffe dans une marmite pour obtenir une mixture grumeleuse. Sur le marché de Millau, chaque vendredi lors de la saison des pérails, qu’il vente, la recuite est vendue dans des petites faisselles pour la fabrication de la flaune, ce gâteau typique des causses, sorte de tarte sucrée et aromatisée à la fleur d’oranger.

Aujourd’hui, Pierre est arrivé un moule à tarte à la main. Pierre, c’est le spécialiste de la flaune. Il lui arrive parfois de franchir la porte des Templiers avec ce gâteau local dans le cabas et son grand sourire comme s’il avait trouvé coquinement dans un bois secret une livre de cèpes, prête à faire fondre dans le beurre chaud persillé. En quittant son domicile, sa petite fille lui a dit « Papy, elle manque un peu de cuisson ta flaune ».

« Alors tu as roulé ce week end ? » Pierre s’est un cyclo averti après avoir été marathonien (1h 35’ au semi de La Grande Motte à 65 ans et 3h 35’ à Barcelone sur marathon à 62 ans) et avant cela arbitre de foot, très impliqué dans la vie de cette confrérie des hommes au drapeau jaune. Sa réponse « non, je me suis consacré au décathlon de Kevin Mayer » et de poursuivre « au fait, tu as lu dans l’Equipe le portrait de Thévenard ? » Mais il est bien venu courir chez nous ce garçon ? ». Pierre, qu’il s’agisse d’Usain Bolt, du vainqueur des Templiers ou du footeux Mbappe, il les appelle tous « garçon ».

Depuis que Janine s’en est allée trop tôt, trop jeune, Pierre a repris dans le chagrin les missions de son épouse. A trier des badges, à classer les dossards, à confectionner les poches récompenses, à mettre en ordre les bacs, les sacs pour éviter le vrac envahir l’espace consacré à la manutention. Aujourd’hui, Jean Marie et Danielle revenue de la mer bronzée et gavée d’iode, sont venus lui prêter main forte. La mission : préparer le pack bénévole, le welcome bag comme ont dit dans le milieu de la com.

Milieu de matinée, les poches étaient déjà rangées impeccablement comme des sacs à main Vuitton dans la boutique chic et fric avenue Montaigne à Paris. Aujourd’hui, c’était du sérieux pour cette journée de reprise. Pierre est resté concentré « je fais comme à l’école avec l’alphabet ». Il n’a pas abordé ses sujets de discussion favoris, le prix des abonnements aux chaînes câblées pour voyager en solitaire de match en match dans toute l’Europe du foot et la violence sur les arbitres de foot. Il aime à rappeler qu’en France, chaque année 200 à 250 hommes en noir se font agresser.

A 11h 30, Pierre s’en est allé. Mission accomplie, son fourneau l’attendait. Car c’est un fin cordon bleu. Il n’a pas que la flaune cochée dans son livre de cuisine. Son plat préféré, les trenels, mais attention cuisinés à l’ancienne, la panse d’agneau cousue et non ficelée « ce serait un crime » clame-t-il à chaque fois que l’on aborde ce sujet culinaire sensible. Une spécialité bien millavoise qui se mange le matin les lendemains de repas bien arrosés et le lundi des Templiers !!!

Created By
GILLES BERTRAND
Appreciate

Credits:

Photos Gilles Bertrand

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.