Françis PEMITAN Poète de l'ephemère

Biographie

Un début Éphémère

Né le 18 Février 1974 à Toulon, il y reste 20 ans pour mener à bien ses études. En effet, il a pour objectif de servir dans la marine française. Il se distingue au lycée Dumont D'Urville par sa détermination et ses dons à la fois en sciences et en philosophie. C'est lors d'une visite au chantier naval de Toulon qu' une poutre en acier suspendue tombe accidentellement sur ses jambes. Il perd l'usage de la jambe gauche ce qui lui interdit d'intégrer la marine. Son rêve s'effondre.

La chute

Désormais livré à lui-même et assez déprimé, il ne trouve aucun emploi. Il commence à écrire des poèmes dans les estaminets du port. Jugeant ses textes "sans vie, sans épaisseur, sans talent", il en déchire la plupart et les jette à la mer.

Une Fraternité

Un de ces anciens camarades, Jonathan D'ASTOURET, maître marinier, se préoccupe de son état de santé. Il trouve épars sur le bureau du jeune poète une de ses œuvres froissée et lui conseille de continuer. Il écoute son ami, et peine toujours à subvenir à ses besoins. Sa famille d'extraction modeste ne peu guère l'entretenir; il est un fardeau. Sa vraie famille restera toujours la marine.

L'Isolement

Aux abois, criblé de dettes, il fuit la civilisation, se retire de la vie citadine afin de s'installer seul, dans l'isolement sur l'Île du Petit Ribaud, un petit bout de terre flottant près de Hyères, pour continuer à écrire et supprimer ses poèmes. Son nom sera surtout retenu pour ses quelques œuvres retrouvées telles que "Louveteau Errant", "Route Barrée", "Marin Perdu" ou "Gouvernement Avare".

Poème

Louveteau errant

« C’est la jambe brisée que je quitte la guerre »

Mais je ne l’ai pas quittée, je l’ai commencée.

C’est désormais dans un sale petit quartier

Que je vis, loin de ma famille, mes parents.

Je suis tel un louveteau, sans meute, errant.

Et tout comme lui, j’n’connais que la chasse

Mais sans apprentissage, j'n' suis qu’une carcasse.

Je n’trouve même pas un travail de nuit :

Sûrement, je n’ai rien d’autre que l’ennui

Je remercie l’objet qui m’a brisé les os

Ce malheureux avenir est un lourd fardeau

Created By
Peter, Mickaël, Martin de Jonge, Dubos, Jouhannet
Appreciate

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.