Que deviennent nos déchets ?

Les canettes sont réutilisées à l’infini

On en jette 66 000 tonnes par an. Un tiers est recyclé, dont 6 000 tonnes sont issues de la collecte sélective.

Le circuit : dans le centre de tri, les emballages métalliques non ferreux sont sélectionnés par des séparateurs. Ils sont ensuite transférés dans l’usine de transformation de l’aluminium. 􀀂

On en fait quoi après ? D’autres canettes, mais aussi des chaises, des pièces pour l’automobile ou l’aéronautique. Avec 1 tonne de canettes collectées, on obtient 586 kg d’aluminium recyclé. On peut recommencer ce cycle à l’infini.

Cartons et papiers sont retraités jusqu’à 10 fois

On en jette 1,03 millions de tonnes par an. 63 % des emballages en carton et papier sont recyclés. 􀀂

Le circuit : une fois transférés du centre de tri à l’usine de recyclage, les papiers et cartons sont plongés dans l’eau. Colles, vernis et agrafes sont éliminés. La pâte obtenue est égouttée, pressée et séchée pour constituer des bobines de papier ou de carton.

On en fait quoi après ? D’autres cartons. 92 % des emballages sont réalisés avec du papier ou du carton recyclés. Avec 1 t collectée, on obtient 825 kg de papier et carton recyclés. On peut recommencer l’opération une dizaine de fois, selon la qualité des papiers. A chaque recyclage, les fibres de cellulose s’abîment.

la casse-tête des emballages en plastique

On en jette 3,3 millions de tonnes par an (tous plastiques confondus).

Le circuit : les plastiques collectés partent dans des centres de tri (manuel, mécanique et optique). Dans l’usine de recyclage, les bouteilles sont triées par type de plastique — transparent (PET) ou opaque (PEHD). Elles sont prélavées, broyées en paillettes et fondues en préformes. Mais les taux de recyclage restent faibles. Seul un cinquième des emballages en plastique est envoyé en centre de recyclage, le reste étant incinéré (41,7 %) ou enfoui/ stocké (39,1 %). La France est l’un des pays les moins performants pour le recyclage des plastiques (20 % vs 26 % de moyenne en Europe).

On en fait quoi après ? Les préformes sont envoyées dans les usines d’embouteillages pour souffler de nouvelles bouteilles. Le PET est également utilisé pour les textiles (polaire, rembourrage de couette…). Le PEHD sert pour des arrosoirs, des bancs de jardin, des poubelles… Aujourd’hui, en France, le plastique recyclé n’entre qu’à hauteur de 6 % de la composition des produits industriels.

Près des trois quarts du verre sont récupérés

On en jette 2,89 millions de tonnes par an (tous emballages alimentaires confondus).

􀀂 Le circuit : cela fait quarante ans que le recyclage du verre a débuté. Collecté dans des conteneurs spécifiques, le verre usagé est transporté par camion-benne dans des centres de recyclage dédiés. La céramique, la porcelaine et la vaisselle sont éliminées par tri optique. Le verre est lavé, et les bouteilles et les bocaux sont écrasés. On obtient du calcin qui est acheminé chez les verriers.

On en fait quoi après ? De nouvelles bouteilles : avec 1 t de verre issu de la collecte sélective, on obtient 962 kg de verre recyclé. Ce matériau peut être réutilisé directement, et un nouvel emballage est constitué jus qu’à 90 % de calcin. Aujourd’hui, les bouteilles et les pots en verre contiennent en moyenne plus de 65 % de calcin. Atout maître de ce processus : il peut être répété à l’infini.

Les boîtes de conserve sont toutes recyclées

On en jette 299 000 tonnes par an.

Le circuit : dans le centre de tri, l’acier est séparé grâce à un aimant. Il prend ensuite la direction de l’usine sidérurgique où il est compacté, broyé et fondu. Inutile donc de laver les boîtes avant de les jeter : les restes alimentaires ne résistent pas à la fusion. 􀀂

On en fait quoi après ? Des barres d’acier qui seront utilisées pour fabriquer des voitures, des boules de pétanque, etc., et de nouvelles boîtes. Les fabricants ont mis au point des techniques pour réduire l’épaisseur des conserves : ainsi les nouvelles boîtes utilisent moins de matière. Pour 1 t d’acier issue des collectes sélectives, on obtient 860 kg d’acier recyclé. Là encore, ce matériau peut être réutilisé à l’infini sans perte de qualité.

􀀂

Les téléphones portables sont en grande partie incinérés

125 à 150 millions d'appareils dorment dans nos placards.

Le circuit : depuis novembre 2006, les portables ne doivent plus être jetés à la poubelle, mais apportés dans l’un des 6 000 points de collecte répartis sur le territoire. L’année dernière, seuls 250 000 téléphones ont été récupérés par la filière agréée.

On en fait quoi après ? Le taux de recyclage annoncé est de 73,3 %. En réalité, il s’agit surtout d’une valorisation énergétique des appareils qui sont broyés puis incinérés. Seuls les métaux ferreux comme l’acier (3,2 % de la composition d’un téléphone) sont réutilisés pour fabriquer des armatures métalliques dans la construction, et les métaux non ferreux, comme l’aluminium et le cuivre (2,4 %), sont recyclés pour la fabrication de pièces automobiles ou de câbles.

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.