Loading

Nous sommes complices de ces morts en Méditerranée Les trafics d’êtres humains sous le couvert des regroupements familiaux

J’ai vu mes ainés, faire le regroupement de leurs familles (femmes et enfants), et ce, en même temps qu’ils croupissaient dans une sorte de relation de couple avec leurs partenaires européens. Tandis que leurs tribus demeuraient « des étrangers » soient dans des centres d’asiles ou dans des appartements de fortunes.

J’ai vu, dans les banlieues de Paris, des hommes dire aux contrôleurs des services sociaux, qu’ils n’étaient pas africains, excepté leur couleur de peau. L’un d’eux était père de 16 enfants nés de 3 femmes différentes, ces dernières étant déclarées comme étant ses cousines ou ses sœurs.

Aux questions qu’il leur posait, les réponses des uns et des autres se révélèrent d’une incohérence criante. Le contrôleur saisissant l’anormalité de la situation, annonça alors son intention de pousser l’affaire plus haut et dénoncer ce cas au service de l’immigration.

Alors l’homme, sans gêne aucune, car ignorant qu’il était filmé à son insu, commença lui et sa tribu de profiteurs à pleurer et à se lamenter en ces termes : "nous ne pourrons plus jamais rentrer au Mali, c’est la France notre pays de liberté et notre sauveur, nous mourrons pour la France, à bas l’Afrique". Quelle totale trahison tout de même et pour une bouchée de pain ! depuis plus de 30 ans qu’il vit en France, cet imposteur de père de famille n’a jamais travaillé. La France qu’il clame pourtant haut et fort être son pays.

Dans d’autres registres encore, des hommes se marient avec des femmes qui ont largement l’âge de leurs mères et des jeunes filles s’unissent à des hommes de l’âge de leurs grands-pères .

Parmi tous ces cas de figure, il y a d’autres encore qui souffrent mentalement d'avoir eu à se mettre en ménage avec des Fous à lier, des pédophiles, des toxicomanes ou alors, parfois sans le savoir, carrément avec le criminel du village. Le sésame que représente le titre de séjour est une malédiction pour les Africains qui cherchent des pays d'asile en Europe .

Les Africains sont en otage en Europe

Ils leur est constamment exigé que chacun négocie et mette un prix à son âme, pour obtenir le moindre droit de poser un pied devant l'autre. Le droit de construire une vie stable ou un avenir ne leur est pas permis. Oui, les Européens investissent dans la désinformation et les menaces. La peur étant l'objectif recherché. Tout a été établit en sorte que chaque Africain - un tuteur, chaque tuteur a 3 – 5 - 10 Africains à manager.

A chacun son tuteur devant lequel il a des comptes à rendre et des permissions à demander pour chaque acte qui engagerait sa vie. Même la plus intime, les Africains étant d'office considérés comme des mineurs à encadrer toute une vie durant.

Les tuteurs eux-mêmes ont reçu et reçoivent continuellement des directives et des ordres très pointus à ton sujet. Tu as tout juste le droit de répéter ce qui t'est suggéré. Pas la peine de chercher. Aucune trace écrite nulle part de ces pratiques. Sauf que ce système est à bout de souffle.

Pour n’avoir pas voulu prendre ce chemin et d’avoir refusé de pratiquer d'autres sacrilèges de trop, je suis devenue une personne non gratta parmi les Africains, en Europe et l'ennemi numéro un pour la Suisse et au sens plus large, des Européens, à cause de mes prises de positions, actions citoyennes et publications à l’égard de toutes ces affaires considérées comme relevant de la loi de l’omerta.

Comme chaque fois, refaire le tour mental ou plutôt une sorte de rétrospective de certains aspects des situations que, par la force des choses nous avons vu, traversé et expérimentés, ont fait de nous à la fois des acteurs et des témoins vivants de certaines réalités de notre environnement et de notre époque.

Nous étions justes là, comme entre ciel et terre, dans ces moments où, face à une situation, un cas, une urgence, nous nous sentions comme hors du temps et de l’espace.

Ou tout au moins, en dehors des préoccupations puériles et inutiles dont les gens autour de nous semblaient s’adonner, sans aucune conscience des réalités toujours un peu plus dures et plus pressantes, au fil des années de préparation, qui se mettaient en route et qui n’étaient faites à l’avantage de personne et en aucun cas à la leur.

Il n’est vraiment pas aisé de procéder aux exercices qui consistent à faire une rétrospective des situations, des circonstances auxquelles cette vie d’exilés nous expose à chaque instant et de se regarder ensuite bien en face, pour faire le point.

Pour aller d’un point à l’autre, il faut qu’il y ait un tracé, une route, des indications, des repères sur lesquels on peut se fier si l’on veut entreprendre le voyage.

À ce stade de mes allez et venus dans le passé et en une projection dans un futur proche et lointain, oui, j’avais mis ma personne et mes dons au service de l’humanité présente et future.

Sachant qu’amener l’individu d’aujourd’hui à la réflexion par soi-même et au dialogue vrai, sur des faits et gestes sociétaux et leur aboutissement, est un grand défi de nos jours.

Il fallait que quelqu’un amorce ce travail, trace les lignes directives, mette des annotations, des panneaux de signalisation, en quelque sorte. J’ai eu la foi, le courage, l’abnégation et les connaissances nécessaires pour le faire.

J’ai ajouté à ce travail, le don de Soi , car il a fallu pour cela que j'emprunte moi-même ce parcours épineux, afin de mieux en ressentir et repérer les aspérités, les pièges, les difficultés et les dangers qui attendent à bras ouverts celui qui s’y aventure sans indication ou sans s’être au préalable préparé.

En y réfléchissant, il est curieux et très anormal que l’Africain se montre très taiseux, évasif et rusé quand il s’agit de relater ses conditions de vie réelles en Occident. Il y a comme un accord tacite entre les membres de ces communautés de la diaspora pour que ne soient pas dévoilées en Afrique toutes les misères, difficultés et l'indifférence rencontrées sur ces côtes de l’océan.

Cette attitude relève de l’inconscience, à moins que ce ne soit autre chose…, le désire mauvais, de voir arriver de nouveau venus subir les mêmes affronts, mépris, humiliations et souffrances ! Sauf entre-temps, ces calamités se sont encore amplifiées, au point que plus personne n’est à l’abri. Un mouvement instinctif de repli sur soi est perceptible dans les communautés.

Espérons qu’en réaction, une prise de conscience individuelle puis collective des responsabilités qui sont les nôtres, nous conduira au dialogue sincère entre nous et avec nos frères qui n’auront eu jusqu’ici qu’une image déformée de nos réalités en terre d’exil. Ceci, tant que, nous continuerons dans la politique de l’autruche.

Pour cela, il est urgent et vital que nous réapprenions à parler vrai. Qui partirait de son pays pour aller faire de la mauvaise figuration ailleurs, ou pour se désintégrer et disparaitre sans laisser de trace ou pour perdre de son humanité, au point de finir par se jouer de soi-même en se leurrant à soi-même ou en envoyant de faux signaux à ceux qui sont restés au pays.

Les laisser entendre que tout allait bien, l’Europe n’attendait plus que les Africains à bras ouverts ... bien sûr, l’AFRICAIN, ils ont tout à prendre de toi (tout à arracher de toi) mais n’attends rien en retour, absolument rien de valable, car rien n’a été prévu pour toi.

Vous me direz le contraire, vous trouverez sûrement des raisons de contradiction, mais il y a une chose, chaque vie humaine n’a pas de prix et personne ne peut en fixer le prix. Celles de nos frères qui meurent en mer, aux portes de l’Europe, pourraient être épargnées de la mort, si seulement nous assumions notre part : avertir le monde des dangers en parlant vrai.

Justement il se trouve de faux jetons dans la diaspora et la plupart du temps, ce sont certaines femmes africaines, qui véhiculent les fausses apparences de richesse, d’opulence, de vie meilleure, imaginaires en Europe. Les corrupteurs corrompent toujours les corrompus.

Pour mon honneur et mes principes, j’ai refusé de faire que mon nom soit cité dans les listes des perdants, je n’ai pas voulu être « un passeur » naturalisé Suisse ou d’un pays européen ; de ceux qui font les trafics d’êtres humains sous le couvert des regroupements familiaux et des évacuations sanitaires des membres de leur famille.

Criminalités Spirituelles

LE BUSINESS D'ÉGLISE - à la découverte de comportements déconcertants sur la tromperie, l'escroquerie, le chantage, le racket, la persécution le meurtre...

À mon grand étonnement on voit aujourd’hui tous les ratés africains de la terre s’autoproclamer « Pasteur », prophète, apôtre, docteur et un tel titre bibliquement ronflant, ils ouvrent des sortes « échoppes » appelées des églises dans des restaurants et dans chaque coin de rue en Europe.

J’en suis dépassé, mais plus rien n’est étonnant, les corrupteurs deviennent de plus en plus vicieux, mais leurs alliés les corrompus le sont tout autant aussi ! il ne faut pas se tromper de combat, ils mangent tous dans les mêmes râteliers. Comme on l’a souvent constaté, une fois que quelqu’un a vendu son âme, il ne lui reste plus rien, puisque sans âme, il n’est plus lui-même. Il ne devient rien d’autre que, l’ombre de lui-même.

C’est aussi pourquoi, quand une personne ou un groupe de personnes rentrent dans les dédales qui constituent les labyrinthes de mensonges, ils ne peuvent plus en sortir. Impossibles, car ils finissent par se mentir avant tout à eux-mêmes. Ces gens sont en pleine saison d’ignorance et de gaspillage, ils se lancent dans des choses dont ils ne sont pas en possession des connaissances, mais dont ils prétendent avoir, et ils y sont encouragés.

C’est exactement comme pour le cas des Africains qui se lèvent un beau matin pour se couronner coach, Professeur, haut fonctionnaire, Marabouts ou homme d’affaires…sans que cela ne gêne qui que ce soit, jusque dans les milieux autorisés. Les Suisses comme les Européens savent parfaitement qu’ils sont faux, alors autant mieux les abandonner à leur perte de temps, des uns et des autres, bisso na bisso c’est -à-dire (Entre-Nous) en Lingala.

Le plus dur pour moi, c’est d’avoir saisi qu’en fait, aussi bien les Suisses, que les Européens aiment nous voir nous tromper et nous moquer de nous-mêmes ; en pensant que nous profitons de leurs systèmes sociaux d’asservissement ; nous n’avons aucune idée de l’histoire et de l’idéologie de l’esclavagisme.

Ayant complètement oublié ou ignorant que les « privilégiées » de la traite atlantique croyaient qu’ils étaient supérieurs aux autres, parce qu’ils portaient les chemises et les pantalons usés de leurs maîtres colons et mangeaient aussi leurs restes, s’imprégnant de leurs débauches et déboires. Tandis que les autres étaient à moitié nus et parfois même sans culottes et rien à manger.

J’ai toujours un mal de crâne aigu chaque fois que je pense à mettre sur papier ces réalités que nos frères et sœurs ne veulent surtout pas que leurs familles et proches sachent.

FAUX ELDORADO

Voici une des premières raisons qui motivent les autres dans les villages et villes africaines de garder et mobiliser tout le courage nécessaire pour affronter le désert puis la mer et passer par plusieurs circonstances frôlant la mort, pour arriver à tout prix en Europe, sans tout à fait comprendre qu’ils vont au-devant d’un faux rêve, des illusions chimériques, fabriquées de toutes pièces, et qu’il n’y a nulle part un Eldorado par là.

Femmes, hommes, enfants, même de tout petits enfants de quelques jours sont en route à l’heure où j’écris ces mots, pour ce voyage infernal pour un exil de perdition, forcé. Nous avons perdu tout sens humains, morale, l’intelligence, la foi et les valeurs traditionnelles et même notre spiritualité et notre humanité sont perdues.

Nous sommes désignés comme des sans-papiers, des réfugiés, clandestins, immigrés , mendiants, prostitués et objets exotiques de plaisir pour les gens en manque de sexe, des objets de repopulations; des pièces détachées pour les réparations des organes vieillissant des Européens.

Que la vérité!

Les communautés africaines en Europe et dans le continent ont tous besoins de prendre l’habitude de lire. Le livre « Le Ruisseau Noir » est un ouvrage de référence, quant aux véritables us et coutumes pratiqués en Europe. Un marqueur, pour avoir une idée véridique des pâturages qui ne sont pas aussi verts que l'on veut bien le faire croire à l’Africain dignement assis chez lui.

Nous sommes confrontés à de nouvelles formes d’instabilité émotionnelles des jeunes femmes et hommes africains en Europe; ces jeunes sont devenus des personnes très troublées et de plus, ils n’ont plus de repères familiers, culturels et spirituels et ils perdent progressivement leurs identités.

Cette situation, à mon avis, est un plus pour les Suisses et pour les Européens, dont les besoins d’avoir à disposition des clients et des échantillons pour les professionnels de la santé publique vont toujours en grandissant. En ce moment où j’écris, 80 pourcents des personnes dans les maisons d’arrêt françaises, Suisses et Européennes sont d’origine africaine ou des migrants africains.

Pour avoir ouvert nos bouches pour dénoncer ces faits, nous sommes pris en grippe, une chasse aux sorcières en bonne et due forme, voici nous devenons les méchants . Pour certains, le silence total et assourdissant est imposé tacitement, il ne faut pas y toucher.

La bête diabolique dans le livre de l’Apocalypse est déjà là et à l’œuvre. C’est hallucinant comme le monde, les mœurs et les valeurs changent à vue d’œil.

Et la lumière présente dans les âmes pures est si aveuglante pour tous ceux qui vivent dans les méandres glauques des bas-fonds, c’est pourquoi il leur est insupportable de voir des gens qui n’ont rien à faire avec tout ce qu’ils proposent dans le dessein de corrompre cette lumière.

Il faut que nous mettions un terme à toute cette médiocrité et comme peuples, pays et continent, que nous cessions de chercher des excuses à nos faillites collectives; arrêtons de pointer du doigt les présidents comme des dictateurs responsables des crises ethniques et économiques, le chômage, le manque de ceci ou le manque de cela, dans les pays.

Ce sont autant de pièges et politiques que les Européens eux-mêmes ont mis en place pour continuellement profiter de bonnes mains d’œuvres des jeunes Africains, dans tous les cas, je vous le dis aujourd’hui, même un Africain fou à lier est très utile aux Européens, vous ne vous en doutez pas, mais ils veulent quelque chose de vous.

Arrêtez maintenant ses sacrifices inutiles de déplacements pour l'exil, nous pourrions faire une différence ; avec un message fort, il nous faut des ambassadeurs et des ambassadrices de bonne volonté pour mettre un STOP à ses pertes et dommages collatéraux.

Created By
Alpha Grace
Appreciate

Credits:

Inclut une image créée par Jakob Owens

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.