Loading

Au sommet de la Tour la Marseillaise Reportage photo sur le chantier du projet marseillais de jean nouvel

”Je l’appelle La Marseillaise mais rassurez-vous elle n’est pas belliqueuse”

Son expression si aérienne et lumineuse, les vibrations de sa trilogie de couleur signent et renouvellent l’esthétique des tours de bureau. Le mot “gratte-ciel” semble d’ailleurs désuet tant la modernité de son toit dématérialisé compose avec l’atmosphère. Sa cime sera prochainement végétalisée comme le premier niveau et quelques étages intermédiaires. De ses 135 mètres, la tour La Marseillaise de Jean Nouvel est à la hauteur de ses ambitions “faire travailler dans le ciel phocéen” écrit Jean Nouvel. Elle embrasse à présent en panoramique intégral notre cité et salue la Bonne mère, totem indépassable de 225 mètres qui domine de sa puissance iconique tout l’horizon marseillais. “Elle a pour ambition d’appartenir clairement à l’épaisseur de l’air marin méditerranéen. Elle affiche ses désirs de jouer avec le soleil, de dessiner des ombres dans le ciel” écrit encore celui qui a offert à Marseille cette tour singulière. “Cette tour je l’imagine. Je parle d’elle. Je l’appelle La Marseillaise mais rassurez-vous elle n’est pas belliqueuse… Elle est en béton, mais c’est en béton désarmé – béton allégé, béton de fibres – légère comme un dessin d’architecture inachevé” ajoute Jean Nouvel. “C’est comme ça, c’est un chef d’oeuvre” constate, le souffle coupé, Marc Pietri, son promoteur, le président du groupe constructa, qui n’oublie pas de saluer les 350 ouvriers-compagnons qui continuent de parfaire sa réalisation.

David Coquille

Photos David Coquille

Credits:

David Coquille

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.