Loading

Quand les Ultras révolutionnent

Depuis les prémices de ce mouvement populaire sans précédent qui envahit la rue algérienne, les supporteurs sont aux premières loges de la contestation. Habituée à crier sa rage dans l'enceinte des stades et à scander des slogans contre la mal-vie et la "hogra", cette jeunesse révoltée a décidé d'occuper la rue.

PHOTOREPORTAGE : UN #22MARS AVEC LES ULTRAS

Dans une ambiance festive, de jeunes Ultras défilent dans Alger. Ils se regroupent parfois selon les couleurs de leurs équipes. Chantent, dansent et communient avec le reste des manifestants.
Contrairement aux heures sombres de violence qu'ont connu les stades algériens, on assiste depuis février 2019 à une osmose pacifique dans la contestation entre les Ultras et la rue algérienne. Comme souvent au Maghreb, le pouvoir a longtemps utilisé les stades comme soupape de défoulement de cette jeunesse. Au fil du temps, la conscience politique s'est affirmée et se déverse aujourd'hui dans la rue pour rejaillir sur l'ensemble de la société. Aujourd'hui, les chants les plus scandés dans la rue algérienne sont nés dans les stades.
Des supporteurs du Mouloudia Club d'Alger (MCA) défilent sur la rue Didouche Mourad. A la vue de la camera, ils s'en approchent pour chanter à la gloire de cette révolution en cours.
Sur ces photos, des Ultras du MCA dont un équipé d'un attirail de maquillage aux couleurs du club (rouge vert blanc). Il colorie les joues des passants et des autres supporteurs.

Au contact de ces Ultras, ce qui interpelle le plus est leur conscience politique et leur volonté de retrouver une place à part entière dans la société. Bien organisés, ils participent à cet élan civique qui consiste à nettoyer les rues après le passage des manifestants, à veiller sur les autres, à désamorcer tout risque de dérapage.

Les drapeaux de la Palestine et de l'Algérie flottent au dessus de la foule. Depuis toujours, les supporteurs algériens expriment une grande solidarité envers le peuple palestinien.
Un supporteur de la JSK (Jeunesse Sportive de Kabylie), club emblématique, se joint aux supporteurs algérois. Son drapeau "Ici c'est la Kabylie" en référence au slogan "Ici c'est Paris" flotte dans les ruelles de la capitale.
Un supporteur de l'USMH (Union sportive la Medina d'El Harrach), au pied de la grande Poste observe ses camarades.
Comme un clin d'oeil à Octobre 88, les Stan Smith reviennent

Des supporteurs chaussés de Stan Smith montent sur un scooter et observent les Ultras. Les Stan Smith sont devenues iconiques en Algerie depuis la révolte d'Octobre 1988. À l'époque, elles symbolisaient le rêve ultime de consommation de ces jeunes qui aspiraient à un pays plus libre, plus moderne et à une ouverture démocratique.

En plein pogo, les Ultras reprennent les codes du stade dans la rue
Des Ultras du CRB (Chabab Riadhi de Belouizdad), club de la capitale. À l'origine du mouvement de protestation, une vidéo des ultras du CRB a circulé sur les réseaux sociaux où l'on voyait des supporteurs chanter dans le métro contre le cinquième mandat de Bouteflika. Cette video a été largement diffusée et les manifestants ont commencé à reprendre ce chant dans les premiers rassemblements.
Les Ultras des différentes équipes algéroises se réunissent par petits groupes et communient ensemble. Ils dépassent leur rivalité sportive au profit d'un message politique pour une Algérie meilleure. Comme un pied de nez au pouvoir qui a annulé certaines rencontres de peur de voir la contestation s'amplifier dans les stades, les Ultras du MCA et certains de l'USMA ont boycotté le récent derby algérois préférant soutenir l'Algérie dans la rue le lendemain plutôt que leur équipe dans un stade.

Texte et photos © Sabri Benalycherif

Credits:

© Sabri Benalycherif

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.