Le développement inégal Séance 3 : La ville, miroir des inégalités, le cas de SAo paulo

1. Décrivez le paysage de la photographie ci-dessus.

2. Quel paradoxe est soulevé par la photo de Tuca Vieira ?

La favela Paraisópolis est située dans la zone sud de la ville de São Paulo, dans le district de Vila Andrade, et compte une population de plus de 60 000 habitants sur 118 hectares selon le recensement des « Aglomerados Subnormais » (agglomérations subnormales, euphémisme pour favela ou bidonville) de l'IBGE, l'Institut Brésilien de Géographie et Statistique. Elle est issue d'un lotissement destiné à accueillir des maisons pour classes supérieures lancé en 1921, résultat de la division de l'ancienne fazenda Morumbi en 2 200 lots de 10 m x 50 m.

Dans les années 1950 ont commencé les « invasions » de lots, restés vides dans ce quartier semi-rural, par des familles à faible revenu, en majorité des migrants du Nordeste (la région la plus pauvre du pays), attirés par la possibilité de trouver des emplois dans le bâtiment dans une ville alors en pleine expansion : sa population est passée de 2,2 millions d'habitants en 1950 à 3,8 millions en 1960 (4,7 pour l'agglomération, dite Région métropolitaine de São Paulo). On notera que la commune comptait plus de 11 millions d'habitants au recensement de 2010 (19,6 pour l'agglomération), contre 31 385 habitants au premier recensement fiable, en 1872, ayant donc multiplié sa population par 358 en 138 ans

En raison de l'indifférence des pouvoirs publics et des difficultés de la régularisation foncière, la favela comptait déjà 20 000 habitants en 1970. Au même moment, de nouveaux quartiers aisés et des condominiums de luxe ont été créés autour des zones d'invasion, souvent construits par les résidents de Paraisópolis.

Paraisópolis a une forte densité de population, 1 000 habitants par hectare. Seulement 25% de cette population vit dans des maisons disposant d'accès aux égouts, la moitié des rues ne sont pas goudronnées et 60% utilisent des moyens illicites pour obtenir de l'électricité.

Source : Hervé Théry, propos recueillis par Sophie Landrin, Le Monde, 20 juin 2013. Hervé Théry est Directeur de recherches au CNRS, Professeur invité à l'Universidade de Sao Paulo

3. Comment expliquer le développement rapide de la favela de Paraisopolis ?

Le centre de Sao Paulo est un des pays urbains les plus étonnants du pays. La forêt de tour dont il s’est hérissé, l’entrelacs des voies rapides, la circulation automobile et les embouteillages font douter qu’on soit encore au Brésil. L’allure générale et le fonctionnement de ce centre des affaires n’offrent pas une grande originalité par rapport au centre d’affaires de n’importe quelle ville nord-américaine, pas plus que les banlieues résidentielles des classes supérieures. […] Une très nette zonation sociale apparaît. On a pu distinguer une zone centrale, où sont concentrés les ménages à revenus élevés (plus de 50% de la population y a un revenu supérieur à dix salaires minimum), des quartiers intermédiaires (entre 5 et 10 salaires minimum) et une énorme périphérie, où les ¾ des familles disposent de moins de 5 salaires minimum et la moitié moins de 3 salaires minimum. L’afflux des migrants en périphérie a entraîné le développement de lotissements « clandestins » mais qui se font au vu et au su de tous. On en compte ainsi plus de 3000 dans le seul territoire municipal de Sao Paulo, où vivent 2.5 millions de personnes.

D’après H. Théry, Le Brésil, Colin, 2005

4. Décrivez la répartition de la population dans la ville de Sao Paulo

Quel problème soulève le graphique ci-dessus ?

La ségrégation socio-spatiale :

Action de séparer géographiquement les populations d’une même ville par rapport à leur niveau de richesse. Elle se traduit par l’existence de quartiers réservés aux riches et d’autres où s’entassent les populations pauvres.

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.