Une nouvelle vie pour la Salle à tracer Le bâtiment est une part d'histoire de Nantes à lui tout seul. Construite en 1915 aux pieds de la Loire dans le quartier du Bas-Chantenay, la salle à tracer permettait aux dessinateurs des chantiers Dubigeon d'esquisser à l'échelle 1 les plans des coques des navires. Elle abrite depuis janvier le siège de l'agence d'architecture AIA Associés inauguré ce 18 mai. (Photo : Rodolphe Delaroque).

Un bâtiment emblématique

(photo : Patrick Garçon).

Classée au titre du patrimoine nantais, la salle à tracer construire perpendiculairement à la Loire en impose avec ses 65 m de long et 14 de large. Elle a fait l'objet d'une importante et minutieuse réhabilitation. Un projet qui participe au renouvellement en cours du quartier du Bas-Chantenay. ( Photo : Association Histoire de la Construction Navale à Nantes ).

Les coques des navires à l'échelle 1

Dans ce bâtiment érigé sur trois niveaux, les dessinateurs des Chantiers Dubigeon dessinaient et gravaient à même le sol en bois du troisième étage des coques de bateaux à l'échelle 1, ce jusque qu'en 1969. (Photo : AHCNN)

(Photo : Patrick Garçon).

Le plancher préservé

Les repères en laiton utilisés par les dessinateurs. (Photo : Régis Routier).

Le plancher de la salle à tracer, au troisième étage, classé patrimoine au titre du PLU nantais, a été nettoyé, protégé et recouvert en partie d’un sur-plancher. Grâce à une dizaine de fenêtres de sol, il reste néanmoins visible. On peut voir les planches de pin de 6 cm d'épaisseur marquées des traits et des repères en laiton utilisés par les dessinateurs . (Photo : Patrick Garçon).

.

Un chantier respectueux de l'existant

La Salle à tracer avant sa rénovation. (Photo : Régis Routier).

Si la rénovation du bâtiment s'est faite dans le respect du passé des lieux, elle a également laissé la part belle aux innovations et au développement durable. L'ossature en béton initiale a été restaurée et doublée d'une structure acier. Les fermes métalliques de toiture ont été rénovées et rehaussées. Côté rue, une extension de 16 m, bardée d'acier Corten, a été rajouté. La couverture est réalisée en zinc plutôt qu'en ardoise tandis que les pignons nord et sud font la part belle au verre. (Photo : Jean-Félix Fayolle)

Innovation énergétique

En octobre et novembre 2015, 32 modules de capteurs ont été immergés dans la Loire, sous l’estacade. Le chauffage du bâtiment s'effectue grâce à ces 200 m² de capteurs installés dans la Loire. "L'eau étant plus conductrice, la surface de captage est donc plus restreinte, 1 m² de capteurs suffisant à chauffer 15 m² ", précise Gildas Couvrant, ingénieur thermique chez AIA et Associés. (Photos : AIA Architectes).

Passage de témoin

Jacques Fétis ( photo : Régis Routier)

Devenu propriétaire de l'édifice il y a une trentaine d'années, Jacques Fétis, créateur en 1978 de la société Secodi dans le bas-Chantenay (distribution et réparation de moteurs), s'en servait depuis comme lieu de stockage, le 1er étage accueillant à l'occasion des ateliers d'artistes. Les 2800 m² abritent désormais le siège de l'agence d'architecture AIA et associés. (Photo principale : Pascal Fourrier, architecte du projet et associé chez AIA et Gildas Couvrand, ingénieur thermique chez AIA. Photo : Stephan Ménoret).

Created By
Ville de Nantes .
Appreciate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.