Loading

L'AcadieLab Laboratoire vivant de la rivière l'Acadie

L’AcadieLab est un projet collaboratif d’aménagement intégré du bassin versant de la rivière L’Acadie qui vise à cocréer et à expérimenter des idées d’amélioration ou d’implantation de nouvelles technologies et pratiques de réhabilitation des agroécosystèmes. Adoptant une stratégie d'innovation ouverte, il a pour singularité de mettre au cœur de sa démarche les producteurs agricoles du bassin versant et les agronomes agissant sur le territoire, mais aussi des chercheurs, des designers, et des professionnels des organismes publics et privés, intéressés à agir comme une seule équipe à toutes les étapes du projet.

Pourquoi ce projet ?

Tous experts et innovateurs pour la régénération de nos territoires

Au Québec, 80 % de la production agricole est aujourd’hui produite dans la région physiographique des basses terres du Saint-Laurent. Dans ces zones, souvent devenues des lieux de production intensive, la dégradation des sols, la pollution de l’eau et les pertes de biodiversité sont autant d’enjeux environnementaux qui y sont concentrés. Il est donc devenu urgent de trouver des voies pour recréer des environnements en santé en réhabilitant les agroécosystèmes.

La complexité de l’agroécosystème implique aujourd’hui de nouvelles connaissances et de nouvelles expertises pour proposer des solutions (technologies et pratiques) innovantes, flexibles et adaptées à la diversité de l’agriculture, des agriculteurs et du territoire. Un seul maillon de la connaissance ne peut répondre à lui seul à l’enjeu de sa préservation pour les générations futures. Il s'impose donc à nous de mailler et d’intégrer dans cette quête de solutions, les savoirs de multiples parties prenantes du territoire agricole.

Les agriculteurs en particulier peuvent aider activement à proposer et mettre en place des aménagements qui soient à la fois pleinement adaptés à l’entreprise agricole, et à leurs valeurs personnelles, culturelles et de production et ainsi créer une zone agricole en santé. Parce que si l’entreprise agricole est un lieu de production agricole, elle est aussi et surtout un milieu de vie pour eux.

Dans L’AcadieLab, les savoirs portés par les usagers occupent une place tout aussi importante que les savoirs provenant des experts chercheurs et professionnels. Le projet est avant tout une manière de faire et d’être au sein de la communauté du bassin versant. Ainsi, plutôt que de proposer a priori un modèle d’aménagement intégré du territoire précis ou des mesures, outils, technologies établies, le projet offre plutôt une mise en dialogue des modèles et solutions existants et cherche à en comprendre les éléments d'adoption. Par ailleurs, l'innovation doit s'inscrire dans une action collective et la création de bénéfices pour toutes les parties prenantes. Une telle perspective ne peut émerger que si experts (chercheurs, intervenants) et agriculteurs se placent dans une véritable dynamique de coconstruction d'un plan d’action commun pour le territoire.

Les objectifs de L'AcadieLab: un passage à l'action à 3 dimensions

1.Coconstruire avec l’ensemble des acteurs de la chaine d’innovation des pratiques agroenvironnementales adaptées à la diversité des systèmes de production et des agriculteurs

2. Insuffler un changement de comportement à long terme des acteurs du territoire dans leurs relations à l’agroécosystème

3. Mobiliser une communauté d’agriculteurs, de chercheurs, de professionnels et les pouvoirs publics dans l’action collective sur le temps long

La vision de L'AcadieLab: un agroécosystème en transition

• Améliorer visiblement la qualité des terres, de l’eau et de l’environnement global et permettre un suivi scientifique de la santé de l’agrosystème.

• Proposer des mesures agroenvironnementales adaptées qui répondent également aux besoins économiques et sociaux des agriculteurs.

• Contribuer à améliorer l’image du producteur en reconnectant les non-agriculteurs à la réalité du milieu agricole. Reconnecter les agriculteurs à la réalité de l'écosystème.

• Stimuler des recherches novatrices et accélérer le transfert de connaissances et des innovations entre l’ensemble des acteurs de la chaine d’innovation.

Notre démarche

Les piliers de L’AcadieLab

L'AcadieLab s'appuie sur un partenariat public, privé et citoyen. L’équipe de coordination associe les forces :

  • de la recherche académique,
  • de la pratique en agronomie, biologie, aménagement du territoire et de la mobilisation des acteurs et des agriculteurs,
  • et de la pratique en innovation ouverte, en design thinking et en facilitation du travail collaboratif.

La programmation des activités est bâtie par les producteurs agricoles et les parties prenantes partenaires du projet.

L'AcadieLab est donc un projet porté par les usagers bénéficiaires des solutions innovantes proposées. Grace aux outils et méthodes collaboratifs qui sont au coeur du processus, producteurs agricoles comme chercheurs agissent ensemble à toutes ses étapes, de la conception et maturation d’une idée à son expérimentation en conditions réelles sur la ferme et à son évaluation.

Activer le laboratoire vivant

Concrètement, n’importe quelle partie prenante du territoire (la communauté de producteurs agricoles, les praticiens en agronomie, les institutions de recherche, les municipalités, ministères ou encore les entreprises privées) peut suggérer une problématique à explorer dans L’AcadieLab. Il suffit de rentrer en contact avec les membres de l’équipe de coordination. Si le projet répond à un enjeu du bassin versant et à la Charte de L'AcadieLab*, l’équipe de coordination activera le laboratoire vivant. Un cycle d'ateliers de travail et d’expérimentation sera alors mis en place autour d’une équipe projet constituée de producteurs agricoles, chercheurs, acteurs publics et privés volontaires.

Les étapes d'un cycle de L'AcadieLab

La démarche d’un Laboratoire vivant repose sur une gestion de projet itérative allant de la conception au déploiement d’une innovation. Chaque phase est constituée de 4 grandes catégories d’activités :

  • Des activités de cocréation/codesign permettant de stimuler la créativité des parties prenantes en vue de générer de nouvelles idées, de nouvelles pistes d’action, des adaptations, etc.. Sont mobilisés dans cette phase des techniques d’animation collaboratives, inspirées du design participatif (caneva, carte Blueprint, Story board, prototypage rapide…), du Art of Hosting (dialogue de groupe, activités d’intelligence collective, …), du Game Storming (jeux de rôles, …), des technique de performance d’équipe, gestion du changement, facilitation graphique...
  • Des activités d’exploration permettant aux parties prenantes d’accumuler des « évidences » visant à valider les idées ayant émergé durant les activités de cocréation. Concrètement, elles prennent la forme de sorties sur le terrain et de présentations concrètes d'experts afin d'acquérir des connaissances qui manquent au groupe et vérifier sur le terrain si les concepts présupposés tiennent la route.
  • Des activités d’expérimentation permettant aux producteurs d'implanter eux-mêmes, avec le soutien technique des agronomes et chercheurs, sur leur ferme (en conditions réalistes d’usage) les solutions développées pour les tester et partager leur expérience avec les autres.
  • Des activités d’évaluation permettant aux parties prenantes de faire le point sur les connaissances ayant émergé durant le processus en vue de réinjecter ces dernières dans une prochaine itération: au niveau des solutions expérimentées (retours d’expériences et suites) et au niveau de la démarche (connaissances acquises, changement de comportement, évolution de la communauté).

Afin de respecter le travail des producteurs, les activités de codesign et d’exploration en équipes se tiennent généralement à l’automne et durant l’hiver, les expérimentations et l’évaluation se déroulent au printemps et durant l’été.

Le bassin versant et sa communauté

Le Territoire de L'AcadieLab

La rivière L’Acadie est un affluent de la rivière Richelieu situé sur la rive sud de Montréal en Montérégie. Elle prend sa source dans le Canton d’Hemmingford près de la frontière américaine et se jette dans la rivière Richelieu au nord du bassin Chambly, 86 km plus loin. Elle présente, surtout dans sa section amont, des taux élevés (dépassant les normes règlementaires) de phosphore et d’azote. Cette mauvaise qualité de l’eau affecte non seulement les milieux naturels de la rivière Acadie ainsi que la survie d'espèces en voie de disparition qui y vivent (ex.: le chevalier cuivré), mais impacte également la qualité de l'eau de la rivière Richelieu, dans laquelle plusieurs municipalités puisent leur eau potable. C'est la raison pour laquelle le bassin versant de la rivière L'Acadie est ciblé dans le Plan directeur de l’eau de la rivière Richelieu (PDE).

La section amont du bassin versant couvre 249 km2 essentiellement situés dans la MRC des Jardins-de-Napierville. De cette superficie, 166 km2 (67%) sont en culture, principalement de soya et de maïs-grain. On y retrouve aussi la plus grande surface de terres maraîchères cultivées au Québec (environ 6 000 ha sur les 9 211 ha du Québec). Ces terres sont une ressource majeure pour la région puisque plus de 90 % de la laitue consommée au Québec entre mai et septembre y sont cultivés.

Les fondateurs

L'AcadieLab est un projet initié et piloté par le groupe Pleine Terre inc, Le Club Techno-Champ 2000, l'Université du Québec à Trois-Rivières et Rang3 depuis 2015.

Les partenaires experts du territoire

  • Les producteurs agricoles du bassin versant de la rivière l’Acadie. 70 exploitations participantes.
  • PRISME
  • Agri-action
  • MRC des Jardins-de Naperville
  • CLD des Jardins-de Naperville
  • COVABAR
  • UPA Montérégie-Ouest
  • MAPAQ-Montérégie-Ouest
  • Faune Québec
  • Agriculture et Agroalimentaire Canada (Direction générale de la science et de la technologie)

Les partenaires scientifiques

  • Julie Ruiz, Stéphane Campeau et Aurélie Dumont, UQTR
  • Patrick Mundler et Fernande Ouellet, Univ. Laval
  • Nathalie Lewis, Marie-Josée Fortin et Steve Joncoux, UQAR
  • Laurie Guimond, Caroline Bérubé et Mathieu Laflamme, UQAM
  • Jérôme Dupras, UQO

Les complices de la collaboration

  • Patrick Dubé, Maison de l'innovation sociale
  • Brigitte Trousse, Réseau francophone des Living Labs
  • Elsa Bruyère, Fabrique Agile
  • Kim Marineau, Biodiversité Conseil et Éco-corridor Laurentien
  • La Société des arts technologiques de Montréal (SAT) et son équipe de recherche du Métalab
  • L'équipe du LIT (Laboratoire en innovation territorial en grandes cultures d'Auvergne; Limagrain, Céréales vallées, INRA et IRSTEA)
  • André Gobeil, David Guimont, Rachel Berthiaume, Dominic Lapointe, LLIO (Living Lab en innovation ouverte)

Les partenaires financiers

  • MAPAQ-Montérégie-Ouest
  • Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Comité de concertation et de valorisation du bassin versant de la rivière Richelieu (COVABAR)
  • Conseil de recherche en sciences humaines du Canada
  • Fondation de la Faune du Québec

L’équipe de coordination de L'AcadieLab

Contact

Created By
Virginie Zingraff
Appreciate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.