Loading

L'Aar à ras bord Plongée à la Matte

Photos et texte: Françoise Tschanz

Dimanche 11 juillet 2021, suite à de fortes précipitations, tous les yeux sont braqués sur le niveau des lacs et rivières. A Berne, le niveau de l'Aar inquiète. Il rappelle les inondations qui ont, à plusieurs reprises, marqué les rives et spécialement le quartier de la Matte, de sinistre mémoire en 2005. Aujourd'hui pourtant, l'expérience confère une certaine sérénité aux habitants des lieux.

Au «Schwellenmätteli», près de l'usine électrique, le bouillonement et le débit de l'eau incitent les spécialistes à mettre en place des mesures préventives, dont des digues flottantes.

Lundi, près du zoo du Daelhölzli, non loin du camping «Eichholz».

L'eau frise les herbes
et les pélicans.
Mardi 13 juillet, après une nuit d'intempéries, le quartier de la Matte, en basse ville, est sous contrôle.
Les commerçants et habitants de ce quartier historique désignent le niveau de l'eau et les marques des précédentes grandes crues.

Le pont de Nydegg relie la vieille ville de Berne à la rive droit de l'Aar, à proximité de la fosse aux ours.

Un port, où il est encore possible d'amarrer un bateau de nos jours, permettait aux marins de déposer des marchandises, convoyées en direction de Soleure.

Du port on accède à un passage souterrain où une fresque rappelle le passage des barques. En 2005, l'eau a envahi cet espace et inondé la rue de la Matte.

De part et d'autre du pont de Nydegg, la couleur de l'Aar témoigne des heures de pluie passées.

L'eau a pénétré par le port et envahi la fosse, atteignant un niveau comparable à celui des crues de 2005.

Ces escaliers permettent de rejoindre la Matte.
La rue n'est pas encore inondée, mais il s'en faut de peu. Les pompiers surveillent la situation, et affirment que, ce jeudi matin, les caves ne sont pas envahies par l'eau.
Avisés, les commerçants se barricadent, bordent leurs entrées de sacs de sable. Vidant son local, une dame prête à partir en vacances se dépêche d'enlever tout ce qui est dommageable «si nous ne prenons pas ces mesures et que l'eau s'engouffre, les assurances ne paient pas».
Voilà le niveau atteint vendredi soir. Les bancs sont à peine visibles.
L'Aar est brièvement sorti de son lit, vendredi après-midi. Les sacs de sable gorgés d'eau, les maisons barricadées, quelques flaques et signes de la présence des pompiers témoignent d'une journée sous tension. Le pic de la crue, dans la nuit, sera bientôt dépassé.
Les curieux se sont pressés au bord de l'Aar, vendredi soir, histoire de constater que la situation se normalisait. Quelques zones, près du Marzili notamment, restaient encore inondées.
Samedi, à proximité du zoo Daelhölzli, les chemins restaient interdits d'accès.
Mardi 20, seul le limon rappelait la crue de la semaine précédente.

Une fois de plus, la Matte aura tremblé, menacée par les flots de l'Aar. Pourtant, d'importantes mesures avaient été prises suite aux précédentes crues. Mais l'équilibre n'a pas encore été trouvé, commente un habitant du quartier. Les lacs débordent, les champs sont saturés, et le trop-plein aboutit là, à quelques mètres sous la cathédrale. Les aménagements le long des rives ont permis de diminuer le nombre de gros troncs charriés, mais ailleurs les sédiments s'accumulent, empêchant un flux régulier. Agriculture, urbanisme, ingéniérie, pêche … autant d'intérêts à concilier, autant de critères à prendre en compte pour qu'un jour la Matte soit au sec.

Impressum: Photos et textes: Françoise Tschanz

Sous la responsabilité de Robert Hansen, rédacteur en chef; redaktion@derarbeitsmarkt.ch

© www.derarbeitsmarkt.ch, Juli 2021

Created By
Françoise Tschanz
Appreciate