Loading

La rentrée de la Politique de la ville BRETAGNE ET PAYS DE LA LOIRE | 19 SEPT 2019, Vannes

La politique de la ville est une politique interministérielle, contractuelle, territorialisée et co-construite. C’est dans cet esprit qu’elle requiert une mobilisation de tous dans un esprit de grande diversité. Lors de cette rencontre organisée par RésO Villes, plus de 150 personnes se sont réunies pour un temps de partage convivial. C'était l’occasion de mieux appréhender les réalités des quartiers en Bretagne et Pays de la Loire, à travers diverses séquences : séance plénière, rencontres entre pairs, parcours thématiques.

Ouverture de la journée avec David ROBO, maire de Vannes et Emilie SARRAZIN, directrice de RésO Villes
Pour introduire la journée, Renaud Epstein, sociologue et maître de conférences en sciences politiques à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, a fait un point d’actualité sur la politique de la ville, ses évolutions en cours et à venir et sur sa place dans le paysage national et local.
"Ces quartiers qui ont incarné la fracture territoriale depuis les années 1980, ces quartiers emblématiques de la crise socio-urbaine, ont donné naissance à la politique de la ville, une politique qui a inventé de nouveaux outils, une nouvelle conception de penser l'action publique par l'action collective."

Rencontre entre pairs

Les 150 participants rassemblés selon leur fonction ou posture - agents de l’Etat en charge de la politique de la ville, acteurs associatifs porteurs de projets dans des QPV, habitants conseillers citoyens, chefs de projet politique de la ville, entreprises et grands comptes partenaires, élus - ont planché sur les conditions d’une politique de la ville réussie.

A l’issue de la matinée, une conviction, unanimement partagée : la clé majeure de la réussite repose sur l’inter-connaissance de tous les acteurs de la politique de la ville à l’échelle de chaque quartier et du territoire dans lequel il s’insère.

Socle fondamental du développement social urbain, le « faire ensemble » et non pas le « faire pour », est présent dans tous les échanges avec un choix de mots très forts : « se connaître », « se respecter », « partager », « confiance », « respect », « co-construction », « s’impliquer » y compris pour les moins visibles, « partager la cartographie des acteurs ». Chacun de ces éléments est perçu comme un levier pour l’action.

Aucun doute, la culture du développement social urbain est un acquis partagé ! Encore plus naturel dans un Ouest de la France encore marqué par une forte culture collective : tous les acteurs s’accordent sur les pré-requis, la méthode et la globalité de l’approche nécessaires à une politique de la ville réussie.

Décloisonner, créer des passerelles, casser l’entre soi, sont présentés comme les ingrédients d’une vision commune des enjeux du quartier à faire partager, sans modération, par tous les élus du territoire. Freins puissants à cette ouverture, la majorité des participants et notamment les conseillers citoyens évoquent le poids de l’image du quartier, la stigmatisation des habitants comme du quartier et soulignent le besoin d’ouverture des quartiers vers l’extérieur.

Pour rétablir des flux d’entrée et de sortie entre le quartier et le territoire dans lequel il s’inscrit, briser les frontières réelles ou vécues, là aussi les participants sont unanimes : l’éducation peut et doit en être le principal vecteur.

les Cités éducatives

De la création des cités éducatives à l’essaimage. Quelle transférabilité des expérimentations éducatives vers d’autres territoires ?

Après avoir retracé le parcours de la création des cités éducatives et comment les territoires s’en sont emparés, nous avons abordé ensemble les modalités d’observation, d’évaluation, de capitalisation des expériences éducatives vécues. Vincent Léna, coordonnateur national des cités éducatives, a rappelé la création d'un comité d'orientation et d'évaluation des cités éducatives. Celui-ci aura pour mission de veiller à la diffusion des bonnes pratiques. Sylvie Charière, députée de Seine-Saint-Denis, en sera la présidente.

Valeurs de la rÉpublique & Laïcité

Les participants ont eu l’occasion, pendant ce parcours d’échanger avec Lylia Bouzar. Deux heures pour comprendre l’histoire, connaître le cadre juridique et échanger autour de situations vécues.

Connaître l’histoire, c’est comprendre que la laïcité est intrinsèquement liée à l’idée de liberté et qu’elle est en permanence en discussions, en échanges, en questionnements.

Connaitre le cadre juridique, c’est garantir une bonne réponse aux situations, y compris les situations conflictuelles.

La laïcité est un principe qui permet de vivre ensemble et qui garantit deux libertés fondamentales aux citoyens : la liberté de conscience, celle de croire, de ne pas croire et de ne plus croire et la liberté de culte.

Parler de situations vécues et parfois conflictuelles est nécessaire pour avancer des réponses justes et non discriminantes.

"La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules conditions édictées dans l'intérêt de l'ordre public." Article 1 de la loi du 9 décembre 1905

Visite du quartier MÉnimur

Laurent Langue, chef de projet du renouvellement urbain, attendait les participants au cœur du quartier prioritaire de Ménimur pour une visite sur le terrain.

Après un bref retour sur l'histoire du quartier et son programme de rénovation urbaine, le groupe de visiteurs a pu découvrir la mise en forme de ce projet, accompagné par Latifa Bakhtous, Adjointe au Maire chargée de la vie associative, des quartiers et de la politique de la ville.

En savoir plus sur le projet de rénovation urbaine de Ménimur

Consulter la fiche territoire de la ville de Vannes

La visite se fait au rythme des questions des uns et des autres : le choix des commerces de proximité, les places de parking, la question des déchets… avec en point d'orgue la découverte de la médiathèque. Espace hybride, elle s'apparente davantage à une maison des habitants, où tous les publics se confondent et s'approprient les lieux dans une ambiance conviviale.

Développement économique ET EMPLOI

Halim ABDELATIF Chef de projets auprès du commissaire général délégué - CGET

Les participants ont pu découvrir les orientations et la mise en oeuvre de la nouvelle dynamique de mobilisation des entreprises en faveur des quartiers, le PAQTE.

Les modalités d'implication sont structurées autour de quatre axes : la découverte des métiers, la formation, le recrutement, les achats responsables

En Loire-Atlantique, l'animation est confiée à Face 44 et aux Entreprises pour la cité avec une extension du partenariat avec des partenaires de proximité, reconnus chacun dans leur domaine de compétence, et elle concourt à la dynamique du PAQTE sur différents champs (Association de réseaux locaux, nationaux, centres de ressources, partenaires de quartier, établissements scolaires...).

Focus Stage, Emploi, Formation | Mozaïk RH

Mozaïk RH est un cabinet de recrutement spécialisé dans la promotion de la diversité et dans l'égalité des chances mais également un laboratoire pour faire de l'égalité des chances une réalité dans notre société. Mozaïk propose un bouquet de services aux entreprises engagées dans le PAQTE.

Au travers de ses services (formation, stage, etc.) Mozaïk RH peut intervenir auprès des entreprises et de ses collaborateurs dans le déploiement de stratégies d'inclusion (sensibilisation, formation, etc.) jusqu'au recrutement de jeunes diplômés (analyse des besoins des entreprises, sourcing de candidats, présélection, etc.).

Focus Achats - Les Rencontres Business de Proximité

Rennes Métropole a expérimenté en décembre 2018, les premières rencontres "Entreprises et Business de proximité". L'idée était de provoquer les rencontres entre donneurs d'ordre (entreprises, collectivités) et entreprises des quartiers (fournisseurs). Cette démarche s'est appuyée sur une collaboration entre Rennes Métropole, Le Centre d'Affaires de Quartiers (We Ker) et RésO Villes. Au total, 30 participants dont 15 des quartiers.

rénovation urbaine

COMMENT L’HABITANT RETROUVE SA PLACE DANS LES NOUVEAUX LIEUX ISSUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ?

Le premier volet de la politique de rénovation urbaine a apporté des changements importants dans les quartiers ciblés. Cependant, la concertation n’étant pas une priorité de ce volet urbain de la politique de la ville, les habitants ont bien souvent été plus spectateurs que partie prenante des divers changements apportés par le Programme National pour la Rénovation Urbaine (PNRU). Dans ce contexte, nous nous sommes posés la question de l’impact de ces changements sur les population habitantes et inversement, comment les habitants se sont réappropriés ces différents espaces en nous appuyant sur le cas d’étude de Malakoff à Nantes.

LA CO-CONSTRUCTION UN MOYEN DE FACILITER LA RÉAPPROPRIATION. L’EXEMPLE DU SQUARE JEAN-MOULIN A LA ROCHE-SUR-YON

Le square Jean Moulin est l’espace vert public central du micro quartier des Forges. Ce quartier a fait l’objet d’une rénovation urbaine et la réhabilitation de l’espace public a été confié à un groupe d’une trentaine d’habitants constitué pour l’occasion. Trois temps ont été organisés, un premier destiné à réaliser un diagnostic et à penser les futurs usages. Le deuxième atelier avait pour objectif de mettre en débat une esquisse réalisée sur la base du diagnostic et des attendus issus de la première rencontre. Enfin le troisième temps, a été l’occasion de présenter le projet abouti et d’y intégrer les derniers éléments voulus par le groupe d’habitants.

MERCI POUR VOTRE PARTICIPATION