Les écoles au siècle dernier Saint-Gilles-croix-de-vie

Marlène et René Wiart publient un nouveau livre consacré aux écoles de Saint-Gilles-Croix-de-Vie au siècle dernier, intitulé Se souvenir de… Saint-Gilles-Croix-de-Vie Les écoles. Et puisque c'est l’heure de la récré, on le feuillette avec vous.

Vous êtes prévenus, la nostalgie devrait frapper à la porte de tous ceux qui les ont fréquentées. Avec près de 400 images, dont beaucoup sont des photos de classe, certains « très anciennes » datent même « de 1902 ou 1905 », le livre est richement documenté. On y retrouve des écoles aujourd’hui disparues. Et ceci grâce à un énorme travail de collecte auprès de ces anciens petits élèves devenus grands.

1910-1911. Voici la tenue d’écolier que l’on portait alors à l’école publique des garçons.

Le saviez vous? C'est en 1833 que fut fondée la première école à Saint-Gilles-sur-Vie. À Croix-de-Vie, la première école date de 1861.

1910. Sur cette carte postale, on découvre à droite les bâtiments de l’école laïque rue du Bac, à l’emplacement de l’actuelle salle Marcel Baudouin et de l’office de tourisme, près de la gare. (Collection Boutain)

Le saviez-vous? Seuls cinq élèves se présentent, le jour de la rentrée, dans la première école publique de garçons qui ouvre ses portes en 1871. C’est très peu… Quelques mois après, 63 inscriptions sont enregistrés. Et en 1874, ils sont déjà 103.

1949-1950. Ambiance studieuse à l’école du Champ de Foire.

L’école buissonnière pouvait coûter cher

Dans le livre de Marlène et René Wiart, on découvre la mésaventure arrivée en 1900 à deux petits garçons de 9 ans, nommés dans un article relaté par le journal L’Étoile de la Vendée. Ce jour-là, ils décident de faire l’école buissonnière pour chercher des nids d’oiseaux. Quitte à grimper à la courte échelle sur le toit d’un chalet.

Malheur : le propriétaire découvre les dégâts occasionnés et les deux enfants seront poursuivis devant le tribunal pour « chasse en temps prohibé et destruction de petits oiseaux ». Ils seront finalement remis à leurs parents « considérant leur jeunesse et la bonne réputation de leurs familles », rapporte le journal. Ouf.

1945. Il y a beaucoup d’anges, ce jour-là, à la fête de l’école Immaculée Conception.

« On essayait de ne pas mélanger les Bocains et les Maraîchins, au fil du temps ces animosités se sont estompées ».

Madame Emauré, la femme du premier directeur de la Maison familiale rurale La Bouchère.

1932-1933. A l’instar des écoliers, les bienfaitrices de l’école Jeanne d’Arc posent devant le photographe.

Le saviez-vous? Dans le livre, on retrouve traces de nombreux dons que certains particuliers faisaient aux écoles. C’est le cas le cas de Colette Baudouin qui, en 1928, remit « une somme de 150 francs, sous forme de quatre livrets de caisse d’épargne, aux deux élèves nécessiteux les plus méritants de l’école des garçons et de l’école publique des filles ». À sa mort, cette femme originaire de Croix-de-Vie mais habitant Paris, léguera même par testament à la caisse des écoles une rente annuelle et perpétuelle de 1 500 francs.

30 élèves gagnent un voyage à New-York!

Âgés de 9 à 11 ans, les 30 élèves de CE2 et CM1 posent sur les marches du palais de l’Elysée.

Un incroyable cadeau est venu ponctuer l’année 1971 pour 30 élèves de CE2 et CM1 de l’école publique Edmond Bocquier : un voyage de huit jours à New-York. Il s’agissait du premier prix d’un concours sur le « vêtement de l’homme du XXIe siècle », organisé par le service d’information des textiles artificiels.

Sous la direction de leur instituteur Jacques Baud, les élèves devaient faire une enquête sur ce thème puis enregistrer et envoyer la cassette. Avec le succès à la clé qui leur permit d’être reçus à l’Elysée, mais aussi à La Maison Blanche, de visiter New-York, Washington, Orlando, Cap Kennedy… À ce sujet, d’anciens participants cherchent aujourd’hui à renouer contact. Ils ont pour cela lancé une page Facebook où ils invitent chacun à se manifester sur la page Les reporters de l’an 2000. Âgés de 9 à 11 ans, les 30 élèves de CE2 et CM1 posent sur les marches du palais de l’Elysée.

Se souvenir de… Saint-Gilles-Croix-de-Vie Les écoles, par Marlène et René Wiart, aux éditions La Geste, 238 pages, prix : 30 €.

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.