Loading

La Seconde Guerre mondiale est déclarée… Le 3 septembre 1939, la France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’Allemagne. La Seconde Guerre mondiale commence, elle sera longue, meurtrière et violente comme aucune autre avant. Retour sur les derniers jours de paix, qui montrent qu’au milieu de la tension grandissante, la population se prépare à l’inéluctable tandis que la vie quotidienne continue…

Des tensions diplomatiques et internationales apparaissent dans la seconde moitié des années 1930. Des nations, irréductiblement et idéologiquement opposées, se font face : l’URSS communiste face à l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie. La guerre d’Espagne (1936-1939), entre franquistes et républicains, illustre cette nouvelle géopolitique. L’Allemagne, à la recherche d’un « espace vital » toujours plus vaste, annexe l’Autriche en mars 1938 puis les Sudètes à la suite des Accords de Munich le 1er octobre suivant. La France et l’Angleterre ont reculé face aux prétentions d’Hitler pour éviter la guerre.

En 1939, la Loire, forte de 660 000 habitants, est composée de vastes territoires ruraux et agricoles ainsi que des bassins fortement industrialisés autour de Roanne et Saint-Étienne. Le département, qui participe à l’effort de guerre, est donc assez directement concerné par le conflit annoncé : il est un des producteurs les plus importants de charbon, d’acier et d’armes.

À l’été 1939, la tension est extrêmement vive entre les nations et peu imaginent pouvoir échapper à un conflit. Les événements vont se précipiter à la fin du mois d’août.

22 août 1939

Actualité mondiale. La communauté internationale tremble et a peur soudainement : l’Allemagne et l’URSS vont signer un accord de non-agression. Le ministre des Affaires étrangères allemand, Joachim Von Ribbentrop est attendu à Moscou.

Jusque-là, la paix tenait par le face-à-face entre ces deux nations si puissantes et si hostiles l’une envers l’autre. Maintenant qu’elles s’allient, la donne s’inverse et tout le monde perçoit avec effroi l’avenir incertain de la Pologne, coincée entre les deux mastodontes…

23 août 1939

Les réactions au pacte germano-soviétique commencent. L’URSS a pactisé avec le diable Hitler ! « Berlin et Moscou viennent de s’embrasser », lit-on dans la Loire républicaine. « Les Hitlériens, qu’on le veuille ou non, sont maintenant les amis du bolchevisme ».

Saint-Étienne : même quand la guerre s’annonce, les « affaires » continuent… Dans la nuit, cambriolage manqué dans une usine de la rue Thimonnier. Les malfaiteurs, après avoir essayé en vain de percer le coffre-fort, décident de l’embarquer. Las, leur chariot cède dans la cour… Ils repartent bredouilles.

Le même jour, un employé de l’Octroi est surpris la main dans le sac en récupérant 84 boites de pâté de porc dans un wagon à la gare de Châteaucreux. Interrogé par la police, il balance le chauffeur de la maison d’alimentation Tavernier rue Nicéphore Niepce, l’auteur du vol. Quant à lui, il voulait juste partager la nourriture avec son chef. Les trois hommes sont incarcérés.

28 août

France : à Paris, Nice et ailleurs, la police arrête les communistes et perquisitionne leurs locaux. A Strasbourg, le journal L’Humanité, la voix du parti communiste (PC), est saisi par les autorités. Certains membres du PC, pourtant, se rebiffent. M. Levan, maire de Maing, lacère le journal affiché sur les murs de la mairie.

Chambon-Feugerolles : la municipalité organise une conférence à 20h sur la Défense passive. Elle sera suivie sur des cours d’instruction utiles en cas d’attaque aérienne. La guerre s’annonce, il faut s’y préparer.

29 août

Actualité mondiale : la crise continue et les pays poursuivent leur préparation militaire malgré l’activité diplomatique de plus en plus désespérée. Mussolini l’affirme, il veut éviter la guerre et « n’épargnera aucun effort pour sauver la paix dans le monde ».

France : l’Aéro club de France homologue le record du monde de vitesse sur 10 000 kilomètres, battu le 16 août par le commandant Rossi sur son bombardier « Amiot » : 311,620 kilomètre/heure. Une nouvelle bien accessoire mais qui fait penser à autre chose que la guerre !

Premières mesures de guerre : l’usage des téléphones mis à disposition du public dans les cafés, restaurants, débits de boissons est interdit.

30 août

Actualité mondiale : des communistes emprisonnés en Allemagne sont libérés. Un geste d’un ami envers un nouvel ami… La Belgique, bien mal placée en tant que voisine de l’Allemagne, tente une médiation.

Saint-Étienne : la direction régionale du Parti communiste se désolidarise de Staline. Elle «appelle, considérant que Hitler est l’ennemi central du peuple français, la population à s’unir pour résister à la barbarie fasciste ». Les opposants politiques hurlent au double langage : l’union sacrée n’est pas encore là et malgré la menace mortelle, les luttes de pouvoir continuent.

31 août

Saint-Étienne : deux concubins se disputent dans leur appartement du boulevard Jules-Janin. Ils se disputent fort tant et si bien que l’homme frappe sa compagne d’un coup de couteau. Légèrement atteinte, elle est transportée au Pavillon d’urgence de l’hôpital de Bellevue. L’homme est en fuite mais probablement pas pour très longtemps.

1er septembre

Actualité mondiale: l’Allemagne bombarde Varsovie et déclare la guerre à la Pologne. Hitler se justifie et utilise sa propagande : « Les Allemands résidant en Pologne sont poursuivis par une terreur sanguinaire. Ils sont chassés de leurs maisons et la série de violation des frontières montre que les Polonais ne veulent plus respecter l’intégrité du Grand Reich allemand. Afin de mettre fin à ces folles menées, il ne me reste plus d’autres moyens que d’opposer la force à la force ». Dantzig, territoire convoité depuis longtemps par Hitler, est annoncé comme rattaché au Reich. Allié de l’Allemagne, l’URSS attaquera à son tour la Pologne le 23 septembre.

France : c’est la mobilisation générale. Les affiches l’annonçant sont placardées aux murs des édifices publics.

Saint-Étienne: un arrêté municipal ordonne l’ouverture des caves pour la Défense passive afin de permettre à la population de s’y réfugier en cas d’attaque aérienne. Les propriétaires et locataires doivent les débarrasser et les laisser ouvertes.

Réunion du conseil municipal. Le maire Louis Soulié, souffrant est bel et bien là. Il croit encore à la paix… Il mourra une semaine après elle, le 10 septembre… La majorité républicaine et socialiste rompt avec le PC tandis que le public réclame la démission de ses membres.

Le papier est rationné. Les trois quotidiens lus en ville, La Tribune républicaine, La Loire républicaine et Le Mémorial, paraitront sur quatre pages désormais.

2 septembre

Aurec-sur-Loire : veille de guerre, l’heure est grave… et pourtant, après une discussion animée entre deux compères dans un bar, l’un tire deux coups de pistolet sur l’autre, le blessant à la main et à l’abdomen. La victime est au Pavillon d’urgence, le tireur à la gendarmerie de Monistrol-sur-Loire.

3 septembre

Actualité mondiale: face à l’agression nazie sur la Pologne avec qui ils sont liés par des traités d’assistance mutuelle, la France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’Allemagne. La Seconde Guerre mondiale commence.

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.