Nantes Métropole: une nouvelle ambition pour les transports publics

Nantes a toujours eu une longueur d'avance en matière de transports publics et elle entend bien la cultiver ! “Nous allons continuer d'investir et d'innover pour encourager les usages alternatifs à la voiture et anticiper les besoins de demain”, a promis Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, mardi 24 janvier. D'ici 2020, la Métropole investira 310 millions d'euros dans ses transports publics, déjà très performants.

Les premières décisions importantes seront votées lors des prochains conseils métropolitains. Le défi est grand : chaque jour, plus de 2,3 millions de déplacements sont effectués par les habitants de la métropole. Et d'ici 2030, on en comptera quotidiennement 270 000 de plus. Pour anticiper ce développement démographique, un nouveau plan de déplacements urbains (PDU) est en réflexion. Il vise à mieux "prendre compte l'évolution des territoires, des modes de déplacements, des usages et des différents temps de la vie".

De nouvelles lignes de tramway.

30 ans après après avoir réintroduit le tramway en France, Nantes va franchir un cap dans le maillage de son réseau. La Métropole a décidé la création de deux nouvelles lignes de tramway sur l'île de Nantes pour desservir la nouvelle centralité nantaise et des équipements structurants . La première reliera le quai de la Fosse au futur CHU, en empruntant le pont Anne de Bretagne reconfiguré, puis desservira la Zac des Isles à Rezé.

Une seconde raccordera les boulevards Martyrs Nantais et Bénoni-Goullin pour désenclaver la partie ouest de l'île jusqu'à l'hôtel de ville de Rezé. Une étude de faisabilité sera lancée dès 2017 pour préciser le calendrier de réalisation de ces deux lignes en 2019. A l'horizon 2021, la ligne 1 sera également prolongée, franchissant l'Erdre de Ranzay jusqu'à la Babinière à La Chapelle-sur-Erdre. Ce projet de 20 millions d'euros (plus 40 millions pour la création d'un nouveau dépôt pour les tramways) marque une nouvelle avancée vers la connexion des lignes 1 et 2. En attendant la jonction définitive, un nouveau pôle d'échanges sera créé, avec une connexion au tram-train, à l'université et aux lignes de bus de rocade.

Des tramways plus longs, des busways 100% électriques.

D'ici 2021, Nantes Métropole va acheter 61 rames nouvelle génération pour alimenter ses nouvelles lignes et renouveler les premiers tramway Alstom, en service depuis 1986. Plus longs et plus modernes, ces nouveaux tramways transporteront plus de passagers (+20% de capacité) et seront 100% accessibles.

Cet investissement lourd (235 millions d'euros) complète la commande de 80 bus articulés fonctionnant au gaz naturel et l'arrivée, en 2019, d'un busway tout électrique qui gagnera lui aussi de précieux mètres (24 contre 18 m actuellement) pour transporter 30% de passagers supplémentaires.

Le busway prolongé au-delà du périphérique.

Dès 2019, la ligne 4 va gagner un petit kilomètre pour enjamber le périphérique jusqu'au Clouzeau, à Vertou. Là, un parking-relais permettra aux usagers de la ligne de ne plus avoir à franchir la porte de Vertou, régulièrement engorgée. Un nouveau dépôt sera aussi créé pour stocker et assurer la maintenance des nouveaux busways électriques qui seront mis en circulation à partir de 2018.

De nouvelles lignes Chronobus

En plus du busway, deux nouvelles lignes Chronobus viendront améliorer les liaisons extra-périphérique dès 2018 : la C9 qui desservira Basse-Goulaine et Saint-Sébastien sur Loire vers Pirmil, et la C20, ligne de rocade qui ira de la Gare de Chantenay jusqu'aux facultés et Audencia. Autre nouveautré : le prolongement de la C3 jusqu'au Zénith et à la zone d'activités Ar Mor (Saint-Herblain). Le réseau de bus rapides de la métropole passera ainsi de 70 km et 7 lignes Chronobus, à 90 km pour 9 lignes.

De nouveaux parkings-relais

Pour accompagner le développement de nouveaux axes de transport, Nantes Métropole va créer de nouveaux parkings-relais (P+R). Sept sont déjà en cours de réalisation ou à l'étude : Neustrie, Porte de Vertou, Gare de Couëron, Quintaine, boulevard Charles De Gaulle, Gare de Bouaye et Mauves-sur-Loire. 6 autres projets sont envisagés après 2020 : les Clouzeaux à Vertou, Babinière à La Chapelle-sur-Erdre, Armor à Saint-Herblain, Porte de l'estuaire et Bourdonnières à Nantes, et Rezé les isles.

Expérimentation d'un navibus à hydrogène

La TAN va tester un Navibus innovant, à hydrogène. Le navire, premier bateau à pile à combustible français, ne rejettera que de la vapeur d’eau. Le Jules Verne 2 – c'est son nom – sera expérimenté à partir du printemps sur l'Erdre, entre Port Boyer et les Facultés. Une station à électrolyse sera créée en 2018 à Saint-Herblain pour l'alimenter. Un plan de développement des services Navibus est aussi envisagé. Il accompagnera dans le temps la livraison des projets urbains majeurs des bords de Loire (Bas-Chantenay, île de Nantes, Zac des Isles).

Created By
Ville de Nantes .
Appreciate

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.