Pas de quartier pour les dechets... La gestion citoyenne des ordures à marseille

ÉDITO

La grandeur de la Bonne Mère, le goût anisé du Pastis, l'eau bleu azur de la Méditerranée, l'accent chantant des habitants, les marinières des pêcheurs du Vieux-Port, la ferveur du Vélodrome, le fameux savon de Marseille... Tant de belles images quand on parle de la cité phocéenne.

Mais pour que le tableau soit complet, il faut aussi parler des poubelles à débordement dans les rues ensoleillées, de l'odeur des ordures entremêlée avec celle de la bouillabaisse, des sacs plastiques flottant sur la mer, des mégots qui remplacent les coquillages sur les plages...

Notre-dame-de-la-garde surveille le vieux-port...
...et ses EMBARCATIONS originales.
lE célèbre SAVON DE MARSEILLE efficace sur toutes les tâches...
... enfin presque toutes.
Le soleil frappe les marches de la gare saint-charles...
... mégots et canettes préfèrent rester à l'ombre.
la Major s'élève dans le ciel marseillais...
... et elle n'est pas la seule.

Les détritus font partis du décor dans la plus vieille ville de France. Mais certains Marseillais refusent une telle fatalité et ils ont décidé de prendre les choses en main : débarrasser les plages de leurs déchets ; se prendre en photo sur les réseaux sociaux pour inviter ses amis à nettoyer ; réaliser des œuvres artistiques avec des objets trouvés dans la rue ; créer des produits à partir de mégots recyclés...

Tels des supers-héros de l'environnement, ils œuvrent au quotidien pour rendre la cité phocéenne plus propre. Leur objectif : jeter définitivement à la poubelle le cliché d'une ville sale et abandonnée.

Nous avons rencontré ces "madame et monsieur tout le monde" qui agissent individuellement pour soigner un problème causé collectivement.

Edito signé par Clément Roul et Cédric Stanghellini

Opération "Déchets sur plage"

Dimanche, 9h30, plage de la pointe rouge

Une chaleur étouffante, des baigneurs par dizaines voire par centaines, une mer lisse et bleu azur... Tous les arguments étaient bons pour aller faire trempette ce dimanche matin à la plage de la Pointe Rouge à Marseille. Pourtant, tout le monde n'était pas là pour se baigner.

En famille, entre amis ou seul, par hasard, par conviction ou par simple démarche citoyenne, une vingtaine de personnes se sont retrouvées pour ramasser les déchets laissés par d'autres sur la plage.

Briefing des "nettoyeurs-citoyens" - Photos Clément Roul DR

A côté des actions coup de poings organisées par Floriane et l'association Surfrider, d'autres Marseillais souhaitent inscrire dans les mœurs le ramassage de déchets au quotidien. C'est l'espoir d'Eddie Platt et son association #1déchetparjour...

Avec son association #1Déchetparjour, EDDIE PLATT SOUHAITE CHASSER les déchets grâce aux réseaux sociaux.

Un Jour, un déchet, une photo...

Originaire de Leeds, en Angleterre, Eddie Platt part en stop vers Naples pour enseigner. Mais sur sa route, il n'avait pas prévu de tomber amoureux de Marseille. La ville atypique du Sud de la France devient son nouveau foyer et une source d'inspiration pour Eddie. Avec Romain Jouannaud et Georges-Edouard Legré, il fonde l'association #1pieceofrubbish #1déchetparjour dont l'objectif est de pousser chaque citoyen à ramasser un déchet par jour.

Eddie Platt, l'anglais devenu un marseillais hors du commun - Photo Clément Roul DR

Cette initiative citoyenne s'appuie sur la viralité d'internet pour arriver à ses fins. Les internautes sont invités à se prendre en photo sur les réseaux sociaux avec un déchet qu'ils ont ramassé.

Les citoyens jouent le jeu et se prennent en photo sur les réseaux sociaux avec des déchets ramassés

Le hashtag #1pieceofrubbish est devenu un vrai phénomène sur les réseaux sociaux avec plus de 6 300 photos sur Instagram par exemple. L'association estime que 70 tonnes de déchets ont été ramassés au total.

Pour Eddie Platt, le succès numérique est flatteur mais il n'est pas suffisant. Les posts sur les réseaux sociaux doivent être accompagnées d'actions concrètes au quotidien pour rendre nos villes plus saines.

Une interview à découvrir en intégralité juste en dessous.

#1pieceofrubbish partage ses locaux avec une autre association, spécialisée dans le recyclage de mégots de cigarettes : Recyclop.

A La Chasse Aux Mégots

l'Association Recyclop

Tout petit, tout mignon, avec ses couleurs beiges et blancs. Un mégot semble tellement insignifiant et pourtant ! Toutes les secondes, 8 millions de mégots sont jetés par terre dans le monde alors qu'ils contiennent des dizaines de produits chimiques et mettent environ 12 ans pour se dégrader.

Abdes Bengorine a bien conscience de la pollution causée par ce micro-déchet. Avec son association Recyclop, il tente d'apporter des solutions à ce fléau quotidien pour l'environnement.

Quantité de mégots jetés par terre en une minute à Marseille - Photo Clément Roul DR

Les Mégots, C'est Tabou, On En Viendra Tous À Bout

Sur les plages marseillaises, Abdes Bengorine constate que les mégots sont présents par centaines voire par milliers. Il décide d'agir pour sensibiliser les Marseillais à cette pollution qui parait insignifiante.

Il créé en 2015 l'association Recyclop dont l'objectif est de changer l'image du mégot : ce n'est pas seulement un déchet mais aussi une ressource. Composé à 95% de plastique, les restes de cigarettes peuvent avoir une seconde vie et devenir des ensembles de jardin ou des pots de fleurs.

Mais pour recycler, il faut pouvoir collecter les mégots. Autrement dit, il faut inciter les fumeurs à ne plus jeter leurs cigarettes par terre mais à des endroits prévus à cet effet. Cependant les comportements sont difficiles à changer et Abdes l'a bien compris. Pour lui, la solution réside dans le principe du "nudge".

Le nudge ?! Mettre les individus dans un contexte de choix et les inciter à adopter un comportement spécifique recherché.

Recyclop crée des cendriers "nudge" pour que les consommateurs de cigarettes fassent un geste environnemental sans s'en rendre compte. Par exemple, on propose aux fumeurs de voter entre Thé ou Café en jetant leurs mégots. Une solution amusante pour collecter les restes de cigarettes afin de les recycler.

Cependant, le processus de recyclage est encore compliqué et cher. "Pour l'instant, on paye pour faire recycler les mégots", rappelle Adbes. D'où l'intérêt pour Recyclop d'augmenter la collecte de ces nuisibles environnementaux pour réduire les coûts.

Toutes les explications dans la vidéo juste en-dessous

Quand certains recyclent les mégots en mobiliers de jardin, d'autres font des créations artistiques avec les déchets laissés dans la rue. C'est le cas d'Arnaud Busquet, maître verrier installé dans le quartier du Panier à Marseille...

Faire du recyclage, un art

Le maître verrier du Panier

Arnaud n'est pas un artiste comme les autres. Son principal matériel pour faire des créations artistiques, ce n'est pas le marbre, le bronze, l'or... Mais ce sont les déchets. Dans son atelier, il transforme le verre abandonné dans les rues en œuvres d'art et les ordures en cartes postales.

"Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" Antoine Lavoisier
Arnaud réfléchit déjà à sa future création - Photo Clément Roul DR
En plus de travailler le verre, Arnaud crée des cartes postales sur Marseille et ses déchets. Une façon décalée de réfléchir à la situation - Photos Clément Roul DR

Dans d'autres quartiers, certains Marseillais sont aussi des artistes... mais malgré eux.

The wall

La déchetterie sauvage du Quartier Les Crottes

Faisant preuve d'une exceptionnelle incivilité, des marseillais ont érigé de véritables "monuments" avec leurs ordures.

C'est le cas de la déchetterie sauvage dans le quartier des Crottes à Marseille, un contre-exemple de gestion citoyenne des déchets.

A propos

"Pas de quartier pour les déchets" est un web-documentaire réalisé en 2017 par Clément ROUL et Cédric STANGHELLINI, étudiants du Master 2 Métiers du Journalisme et Enjeux Internationaux enseigné par l’École de Journalisme et de Communication d'Aix-Marseille (EJCAM) et Sciences Po Aix.

Ce projet multimédia s’inscrit dans le cadre du cours "Écrire pour le Web", assuré par Linda Be Diaf, lors de l'année universitaire 2016/2017.

Vous avez aimé "Pas de quartier pour les déchets", alors n'hésitez pas à découvrir nos autres web-documentaires sur la gestion des déchets à Marseille...

crédits

Réalisateurs - Rédacteurs

Clément ROUL - Twitter : @Clement_Roul - Instagram : @clemsaat

Cédric STANGHELLINI - Twitter : @CedStangh / Blog : www.laubergedelinfo.com - @auberge_info

Contact : clement.cedric.ejcam@gmail.com

Journaliste reporter d'Image

Clément ROUL

Monteur vidéo

Clément ROUL & Cédric STANGHELLINI

Monteur radio

Cédric STANGHELLINI

Bonus - L'envers du décors

Photos Clément Roul et Cédric Stanghellini DR
Created By
Clément Cédric Roul Stanghellini
Appreciate

Credits:

Photos Clément ROUL DR . Created with images by PublicDomainPictures - "addict addiction ashtray bad burnt butt butts"

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.