L'or de Düsseldorf

Deux semaines après le Grand Chelem de Paris où il avait été éliminé sur une décision arbitrale litigieuse, Toma Nikiforov a remis les points sur les i en remportant le Grand Prix de Düsseldof pour la première fois de sa carrière. Retour sur "une journée parfaite".

09h45

"Je suis confiant avant d'entamer la journée. Je suis venu à Düsseldorf sans pression mais pas sans ambition. Je suis bien préparé et je suis prêt à en découdre.

Est-ce que ce qui s'est passé à Paris va modifier mon judo ? Oui et non. Je reste le même combattant qu'avant mais je sais que les arbitres auront l'oeil sur moi. Ils me l'ont même avoué... Il faudra juste que je fasse attention à ne pas me mettre en danger inutilement.

Mais je suis super motivé, surtout après le podium qu'a réalisé Lola (Mansour, NDLR) hier. La voir combattre dans une finale m'a rappelé à quel point c'est grisant de faire partie des meilleures d'un tournoi de cette ampleur."

Premier tour : Toma Nikiforov VS Clément Delvert

Clément Delvert, c'est un athlète que je connais bien car on s'entraîne ensemble de temps en temps en France. Il est grand et a un judo assez atypique quand même. Pour un premier combat, ça s'est surtout joué tactiquement : j'ai marqué un waza-ari et j'ai bien géré le reste du combat.

Deuxième tour : Toma Nikiforov VS Lasha Taveluri

Le Géorgien que je rencontre en huitièmes de finale, je ne le connaissais pas bien. Je l'avais juste pris en stage à Paris, il y a deux semaines, et déjà là-bas je l'avais surpris d'entrée avec un de mes mouvements. Je me suis souvenu de ça pendant que Damiano me donnait ses derniers conseils en salle d'échauffement et j'ai reproduit la même technique d'entrée de jeu, sans savoir si ça allait fonctionner. Au final, c'est passé tout seul, comme dans un rêve. Quand tout se passe aussi bien qu'on ne l'avait pensé, c'est juste terrible !

Troisième tour : Karl-Richard Frey VS Toma Nikiforov

Prendre l'Allemand Frey devant son public, ce n'est jamais une partie de plaisir. C'était un combat chaud, où les pénalités sont tombées très vite et où tout aurait pu basculer dans un camp comme dans l'autre. Mais j'étais très confiant car je sentais qu'il voulait la jouer tactique : je savais que j'allais réussir à le surprendre. Et c'est ce qui s'est passé durant le golden score.

Demi-finale : Kazbek Zankishiev VS Toma Nikiforov

Zankishiev, c'est un judoka qui est monté dans ma catégorie il y a deux ans. C'est un mec vraiment très physique dont il faut se méfier.
Tactiquement, ce qu'on avait mis en place avec les entraîneurs pour le gêner a très bien fonctionné. En plus, il a commis quelques erreurs à l'image de ce coup qu'il me met dans le visage et qui aurait dû lui valoir une disqualification. Bref, il se fait sortir aux pénalités et ça m'a fait plaisir. C'est ce genre de victoire tactique qui me fait dire que j'ai mûri dans mon judo.

Finale : Aaron Wolf VS Toma Nikiforov

Je m'attendais à un combat vraiment ouvert durant lequel le Japonais se serait rué à l'attaque, dans leur style traditionnel. Mais non, tout s'est passé très différement. Et très vite.
Au final, je réussis à passer un étranglement en 30 secondes alors que je m'attendais à un combat de chiens. Mais bon, je ne vais pas m'en plaindre non plus... J'ai gagné avec la manière et j'en suis super content.
Cela me fait beaucoup de bien de remporter un tournoi aussi prestigieux que Düsseldorf. Surtout que je pense y avoir mis la manière.

L'Avenir - Judobelgium : Alan MARCHAL

Photos : Alan MARCHAL

Created By
Alan MARCHAL
Appreciate

Credits:

EdA - Alan MARCHAL

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.