Ethan Ecume Tiphaine, Eléné, Laure, Solène

Le 6 novembre 2016, à quelques heures du départ de la course du Vendée Globe.

Ethan Écume, jeune navigateur svelte et de taille haute, attendait avec grande impatience ce moment tant rêvé. Son équipage, composé de 12 personnes, s'occupait de son Imoca pour qu'il puisse accomplir son voyage de la course du Vendée Globe. Il monta sur son bateau d'une démarche assurée, le regard fier et la mine joyeuse. Sur la voile de devant, on pouvait y contempler comme des tâches de peinture de couleurs claires avec le logo de son association : un voyage pour des héros (une association qui offre des voyage aux enfants handicapés qui ne peuvent pas marcher) et l'image de sa petite sœur elle aussi en fauteuil roulant. Sur la voile arrière, d'autres tâches de couleurs plus foncées que les premières et le nom de son association.

Le jeune homme était admiré par ses fans mais lui ne réagissait pas, sur son visage, pas l'ombre d'un sourire. Un détails le chagrinait : quitter ses proches pour une période non définie, le faisait pleurer mais pas regretter ce choix. Il espérait pouvoir, grâce à ce voyage, donner enfin à sa sœur le voyage dont elle avait toujours rêvé avant son accident.

Il commença à s'engager dans le chenal, son cœur battant à mille à l'heure. Ethan allait enfin réaliser son rêve d'enfant. Alors, il releva la tête et salua joyeusement de la main la foule qui l'acclamait. Bientôt, la fin du chenal et le début de la course ! Il dépassa les dernières personnes et continua en vue de la ligne imaginaire qui marque le début du Vendée globe. Ethan vit sa sœur, elle lui sourit et lui rendit sa joie et sa tristesse. Et c'est en ce souvenir heureux qu'il ralentit pour attendre le coup de pistolet signalant le départ de la course. Impatience, bonheur et tristesse se mêlaient dans le flot de ses sentiments.

Léa

La joie, la tristesse, l'excitation et le stress le tourmentaient beaucoup. Maintenant, l'heure tant attendue étant enfin arrivée, il était sur la ligne de départ, mais, il y avait un problème. Ethan n'apercevait plus Léa, sa petite sœur, il s'inquiéta énormément, mais, finalement, il l'aperçut sur le pont voisin. Il vit sa sœur qui lui donna un grand sourire, ils se dirent au revoir par une expression de visage. Trop tard pour plus de réconfort, le décompte était lancé, 5, 4, 3, 2, 1.... 0, PAN !!! Ça y était, le départ était lancé, et, après un moment de doute, le jeune homme se rappela sa cause et se lança à la conquête de la légendaire course du Vendée Globe. Ethan venait de se lancer dans son aventure, puis le jeune navigateur aperçut sous l'eau un banc de poissons couleur or. Ils étaient magnifiques, d'une espèce extrêmement rare et très recherchée. Les poissons jaillirent de l'eau en éblouissant Ethan et le jeune homme eut l'impression étrange que les poissons essayaient de lui faire passer un message. Deux kilomètres passèrent avant que ces magnifique petits animaux marins dorés ne se décident de replonger dans les profondeurs infinis de l'océan.

poisson or

Ethan filait à grande vitesse, il était content de pouvoir faire cette course légendaire, cet Everest des mers, et plus encore de donner à des enfants handicapés le voyage de leurs rêve. Tout sourire, il s'avança sur le pont, le vent lui caressant le visage quand tout d'un coup… BOOOOOOOOUM !!!

L'Imoca s'arrêta d'un coup brusque et Ethan fut projeté en dehors du bateau stoppé net. L'eau était froide mais le jeune homme réussit tant bien que mal à remonter sur le bateau. Il ne comprenait pas comment, son Imoca allant à 17 nœuds, avait pu se s’arrêter aussi vite. Ethan décida de s'attacher avec une corde et de sauter dans l'eau froid sans bombonnes d'oxygène pour voir sur quoi son bateau avait buté. Il plongea jusqu'au safran, sans succès. Le jeune navigateur aperçut néanmoins une immense masse obscure. Un conteneur jeté dans l'océan ! La mer devient vraiment la poubelle du monde, pensa-t-il..

Il remonta sur son Imoca et fit marche arrière. Quinze mètre plus loin, le bateau se stoppa une nouvelle fois. Ethan, en colère, se rattacha à une solide corde. Il prit une profonde respiration et plongea dans l'océan glacé. Il arriva à l'endroit où se trouvait le safran. Ce dernier était pris dans un filet de pêche. Le jeune homme commença à démêler le filet mais il manquait d’oxygène ! Il réussit quand même à défaire le filet et le remonta au bateau. Ethan avait les poumons brûlants mais il avait réussit ! Il avait dégager son safran ! Sur le bateau, la première chose qu'il fit, fut d’allumer la caméra et de faire une vidéo pour montrer la saleté des océans.

Avec tous les problèmes qu'il avait rencontré jusqu’ici il était un peu déprimé. Mais dans ce moment de désespoir, il reprit confiance en lui en se disant que par la suite, il verrait des choses extraordinaires et qu’il n’aurait plus d’avarie. Il ferma les yeux puis repensa à sa sœur, à ses parents, à tous ses fans qui étaient là pour le supporter lors du départ de la grande course, mais surtout POURQUOI il se battait autant. Puis, il rouvrit les yeux et se remit à sa navigation tout en étant positif.

A quelques milles marins après le pot au noir Ethan se laissait emporter par le vent. Tout était calme, propice à la détente, mais le jeune homme n’arrêtait pas de songer à tous les problèmes qui s’étaient déroulés . Mais c’est du passé ! Pensa t-il avec courage. Soudain, un bruit de moteur le fit sursauter. Ethan ouvrit les yeux et observa au tour de lui. Il scruta l'horizon et aperçut un bateau à moteur qui jetait un animal que le jeune navigateur n’arrivait pas à distinguer pour l’instant. Cet animal était à bout de force et arrivait à peine à se battre . Ethan décida alors de se diriger vers l’endroit où était tombé l’animal. Tandis qu’il s’approchait, Ethan vit nettement que cet animal était un chien. Le jeune homme emmena le chien jusqu’au bateau, là, il le nourrit avec sa nourriture et lui donna à boire. Le chien encore fatigué s’était endormi et Ethan avait put remarquer des coups de fouet sur le dos du chien et haïssait ses monstres de l’avoir abandonnés. A son réveil le chien revigoré se dirigea vers Ethan pour lui faire un câlin et le remercier à sa manière. Après ça le jeune homme remarqua que le chien était en réalité une femelle . Il décida donc de l’appeler Bella car la petite chienne était magnifique et joyeuse.

Ethan continuait son périple du Vendée Globe, il était heureux de faire cette course mais il se sentait plus seul que jamais… Le jeune homme rentra dans cockpit de l’Imoca pour se faire à manger. Toujours, toujours de la bouillie! Songea t-il. Il avala vite le pot de purée n’ayant aucun goût… « - Beurk, quand je rentrerais aux Sable d’Olonnes, je me ferais un repas digne de ce nom!!! » clama t-il haut et fort.

Ethan décida alors de sortir prendre l’air frais sur le pont. Il sentait le vent sur son visage. Bella sauta joyeusement autour de lui et réclama une caresse. Il la lui donna et se rendit compte que les sons s’étaient comme arrêtés, suspendus à on ne sait quoi. Anxieux, il courut jusqu’au écran affichant le GPS, la vitesse,… LA VITESSE!!! L’écran affichait que le bateau était presque arrêté… Il n’y avait rien a faire à part espérer et attendre, Ethan le savait. La pétole est vraiment un problème en course! Songea t-il.

Le jeune homme se mit alors à jouer avec sa chienne; Bella, à lire… Il lisait encore une fois la biographie du vainqueur du 1er Vendée Globe,son héros, Titouan Lamazou. Il avait déjà lu cette même histoire des dizaines de fois mais cela le passionnait toujours autant. Il passa plusieurs jours dans le pot au noir, croyant ne plus jamais pouvoir sortir de cette horrible zone que les vents fuient.

Quand soudain, il sentie une secousse! L’Imoca repartait! Il avait quitté le pot au noir sans dommage!

«-Je vais réussir, il faut absolument, il le faut, il le faut!»

Depuis au moins une heure Ethan répétait cette phrase ennuyeuse qui était censée lui remonter le moral mais sans changement d'humeur de sa part. Tout le faisait déprimer, le safran ayant rencontrer un énorme problème, la chienne mignonne mais un soucis devrait se poser pour la quantité de nourriture et enfin le pot au noir, où il avait bien faillit ne pas pouvoir repartir. Sa nouvelle chienne, sentant sa tristesse non habituelle, courut se recroqueviller dans les bras de son maître et le réconforta de ses câlins. Ses caresses eurent un effet particulièrement positif sur l'humeur du jeune navigateur. Revigoré, Ethan se leva et chassa ses idées noires en pensant à Léa, sa petite sœur handicapée. Il remercia la petite chienne grâce à de nombreuses caresses et un peu de nourriture. Il se leva, et, dans un élan de bonheur, continua sa route en étant plus détendu.

Ethan filait sur la mer à bonne allure, il était serein sur son magnifique Imoca. Pourtant,le jeune homme se sentait épié,et il détestait cela. Il se leva, fit le tour de son bateau en regardant l’horizon , espérant apercevoir ce qui le tracassait.

Rien. Juste l'immensité de l'océan calme. Énervé , il reprit son poste à la barre. Bella , sa petite chienne adorée, lui sauta dans les bras et réclama avidement des caresses. Ses poils, chauds et humides à cause d'une petite brume pluvieuse présente dans l'air étaient doux au toucher. Le jeune homme commença sa routine pour vérifier les instruments de mesure pour naviguer. Tout à coup,il sentit un regard qui le transperçait dans son cou.

En courant, il sortit du cockpit et s'avança sur le pont. Au loin,une voile étincelante de lumière: C'est impossible! s'écria-t-il. Il se dépêcha d'avancer vers l'Imoca qui s'était immobilisé. Arrivé à sa hauteur, Ethan aperçut le skipper. Ou plus tôt la skippeuse qui le défiait du regard. Elle était athlétique, l'expression fermée et maussade. Elle possédait des yeux en amande couleur noisette et le regard perçant et scrutateur.

Aurore

«-Tout va bien? Lui demanda-t-il.

-Mêle toi de tes affaires, fouineur! répliqua-t-elle avec hargne.»

Le jeune navigateur était étonné du ton qu'avait pris la skippeuse. Elle s'appelait Aurore, il l'avait retenu car c'était la seule skippeuse Française d'origine québécoise des participants.

Le Québec

Ethan, l'ignorant donc, la dépassa à grande vitesse. Le regard noisette perçant d'Aurore était froid et méchant, et, même éloigné de son Imoca, quand il ne pouvait même plus apercevoir sa voile, il en avait encore froid dans le dos. Il continua cependant sa route en repensant à sa rencontre inattendu avec la skippeuse au caractère bien trempé.

Ethan se demanda intérieurement ce qu'il lui avait fallu son inimitié. Le jeune navigateur était parti dans une hypnose naturelle. Quelques heures (il lui sembla s'être passé seulement quelques instants) plus tard, il reprit ses esprits, et alla faire son tour habituel du bateau, il regarda ses voiles, la proue du bateau pour voir si il y avait pas d’avarie, son anémomètre…

anémomètre

Un mouvement sous l'eau retint son attention. Tout à coup, quelque chose de gigantesque sortit brusquement de la mer agitée de remous. Un char, tiré par des chevaux. Non pas des chevaux, des chevaux n'avaient pas une crinière aussi resplendissante que le soleil, des chevaux n'avaient pas, à la place des pattes arrières, une longue queue bleue ciel qui leurs permettaient de se propulser à une allure extraordinairement rapide. Ethan se rappela soudain une illustration qu'il avait étudié quand il était plus jeune. Des chevaux ayant une queue de poisson. Des hippocampes sortant tout droit d'une légende de mythologie grecque. Mais le plus impressionnant, ou le plus difficile à croire, était la personne qui se trouvait sur le char que tiraient les hippocampes. Un grand homme, avec un étrange bâton dans sa main. Un trident pour être plus précis. Un souvenir lui titilla la mémoire. Bien sûr, c'était le dieu Poséidon! Le dieu Poséidon? Ce n'était pas censé entre un mythe? Poséidon se mit à parler d'une voix puissante et autoritaire:

«- Ethan Ecume, je t'ai pris sous ma protection depuis que tu es monté sur un bateau car tu es un passionné des mers et des océans. Je dois t'avertir aujourd'hui car tu dévies de ta route initiale. - Mais, Mais, Mais, tout va bien!!! s'étonna Ethan. - Non. Tu t'es trompé de cap. Je vais demander à mes brownies de te raccompagner. - Des brownies? - Tu ne connais pas? Soupira le dieu. Ce sont des petits êtres magiques, qui réparent les objets et qui peuvent être extrêmement gentils et serviables.»

Poséidon tapa son trident contre son char et un banc de poisson dorés jaillit de la mer.

«- Ce banc de poisson ressemble à étrangement aux poissons d'or que j'ai rencontré au début de mon périple du Vendée Globe!

C'est parce que c'est le même banc de poisson. Je voulais te faire passer un message: Je te protège."

Ethan eut un mouvement de recul quand il observa de plus près les mystérieux poissons. Sur le dos de ces derniers, se trouvaient de minuscules créatures humanoïdes. Des brownies! C'était donc à ça qu'il ressemblait! Ils étaient vraiment lilliputiens, même pour de minuscules créatures. Sur un ordre de Poséidon, les brownies commandèrent à leurs montures de suivre une route imaginaire qui suivait la direction du soleil couchant. Poséidon dit au revoir au jeune navigateur et replongea dans la mer, accompagné de ses hippocampes légendaires. Les brownies raccompagnèrent Ethan vers l'endroit où il s'était trompé de cap à suivre. Ethan put continuer sa course après cette rencontre aussi magique qu'inattendue.

C'était, un des moments les plus redoutés par Ethan : il avait atteint le Cap de Bonne Espérance.

Ethan était extrêmement soucieux et regarda le ciel, puis l'océan. «-Bon, tout à l'air d'aller.» déclara t-il. Bella s'était couchée depuis longtemps, et elle s'était endormie. «-Puisque Bella arrive à dormir, je vais essayer moi aussi.»

Après dix minutes couchée, Bella se réveilla et commença à regarder la mer. Les vagues étaient de plus en plus fortes, mais aussi de plus en plus hautes, et Bella se précipita alors vers son maître et le réveilla en le léchant de sa petite langue râpeuse. A peine eut il le temps de comprendre ce qu'il lui arrivait qu'une énorme vague fonça sur son bateau. L'eau glacé de l'hémisphère Sud acheva de le réveiller. Suffocant et les poumons brûlants, il réussit tant bien que mal à récupérer Bella qu'il prit dans ses bras. Il nagea avec une grande ardeur pour remonter sur son Imoca qui ne cessait d'être balloté par les vagues devenues pièges mortels. Enfin remonter sur son bateau, il observa, consterné, son Imoca qui ressemblait désormais à une piscine à ciel ouvert. Il n'y avait pas trente six solutions, et Ethan le savait. Il fallait écoper. Cela lui prit deux bonnes heures jusqu'à qu'il puisse enfin circuler à sec sur son bateau. En allant dans son cockpit, le jeune homme remarqua qu'il venait d’être doublé par un skipper au visage rond et arrogant.

Resté au cockpit et appréciant l'un de ses rares moments de détente, Ethan avait décidé de lire des documentaires parlant de la faune que l'on pouvait trouver dans l'hémisphère Sud. Mais un bruit bref reteint son attention, c'était comme si quelqu'un déchirait du tissu... Le jeune navigateur referma son livre et laissa un marque-page à l'endroit consacré aux manchots. Il se précipita dehors et il vit quelque chose qui le pétrifia de terreur. La voile central de son Imoca s'était déchirée. Il courut dans son cockpit, pris une aiguille à coudre et du fil dans l’une de ses trousses à pharmacie. Il enleva son tee-shirt, le déchira, puis se prépara pour monter en haut de son mât. Il recousit sa voile à l’aise de ses trois instruments. Après maints efforts, il réussit à réparer les dégâts. Sa chienne Bella aboya de joie pour son maître. Puis ils continuèrent leur aventure tous les deux.

Dans les mers froides, Ethan avait vu un groupe de pingouin qui essayaient d’attraper des poissons.

«-Non, se reprit-il, se sont des manchots empereurs!»

Il décida alors de filmer les manchots et de partager les images avec ses fans. Ethan arrêta le bateau et resta une petite heure pour les filmer et observer leur jeux extravagants. Après les avoir filmés, Ethan redémarra le bateau et repartit. Mais ce qu‘il ne savait pas, c’était qu’un manchot était entré dans le bateau pour explorer cet endroit inconnu. Le manchot continua à explorer, mais Ethan n’avait toujours pas vu l’animal après trois heures de trajet.

Le jeune homme avançait encore sans se rendre compte que le petit manchot était encore sur le bateau. Un peu plus loin l’armée tournait en hélicoptère pour voir si les skippers s’en sortaient. Quand Ethan arriva à leur niveau ils interpellèrent.

-« Monsieur arrêter-vous sur le champ!!!»

Ethan sans comprendre ce qu’il lui arrivait leur dit :

-« Mais monsieur que se passe t-il?»

-«Pourquoi avez vous un manchot empereur sur votre bateau, c’est une espèce protégée!!!»

-«Mais ce n’est pas un manchot c’est un chien! » dit-il en rigolant.

-«Non, ne jouez pas au plus malin ! Nous ne parlons pas du chien mais bien du manchot qu’il y a à l’arrière de votre bateau!!!»

Ethan qui ne comprenait pas, alla voir à l’arrière de son bateau et vit un petit manchot noir et blanc. Les autorités demandèrent alors des explications, le jeune homme leur expliqua qu’il ne savait pas et leur supplia de ne pas le disqualifier.

L’armée accepta et les soldats reprirent le manchot empereur pour le remettre dans son milieu naturel.

Ethan, chamboulé, se posait la questions de, comment avait-il pu atterrir sur le bateau.

-«Bon peu m’importe ce n’est pas grave, l'incident est clos, se dit-il, repartons pour finir cette course!».

En continuant sa route, Ethan eut un moment inattention. Soudain, il entendit un grand bruit ! Il percuta un petit iceberg, et le jeune homme et Bella tombèrent tout deux dans l’eau glacée.

Ethan avait retrouvé Bella dans cette étendu d’eau. Il mettait toute sa force pour pour tenter de remonter sur son bateau mais une douleur lui transperça le bras gauche.Tant bien que mal, il réussit au remonter. -ouf… Cela lui avait pris une heure.

Après avoir emmitouflé Bella dans une couverture, le jeune navigateur préférait appeler un médecin pour être certain qu’il n’avait pas quelque chose de grave. Plus tard, il eu une confirmation. Il n’avait rien de grave.

NOËL !!!!!

Le jour du réveillon de Noël, Ethan se sentait terriblement seul même si Bella était présente. Quand le soir fut enfin tombé, le jeune homme sortit le champagne, la délicieuse nourriture (pour une fois!), la caméra et le cadeau que sa sœur lui avait donné avant qu'il s'en aille. Avant de célébrer Noël, il fit une vidéo dédiée à sa petite sœur, Léa, à ses fans et à sa famille. Ethan était heureux de faire cette vidéo. Il en profita pour parler de son voyage jusqu'à ce jour spécial, des enfants qu'il allait pouvoir aider, du but de cette association qui était de réaliser les rêves d'enfants handicapés. En se soir merveilleux, le jeune mobilisa ses fans en leur racontant le but de son association « un voyage pour des héros ».

Quand sa vidéo fut terminée, Bella et le jeune homme mangèrent en grande quantité. Après avoir dégusté son repas, Ethan observa l’horizon, ces belles mouettes, cette mer d'un bleu nuit et cette lune naissante. Le jeune navigateur ne pu s'empêcher de ralentir l'allure de son Imoca pour scruter les fonds marins. Soudainement, une ombre obscure apparut. Cette dernière s'approcha rapidement de la surface de l'eau. Tout à coup, un animal fendit la surface, le corps étincelant des rayons opalescents de la Lune. Un sifflement fendit le silence pesant et l'étrange animal replongea dignement dans l'océan. Ethan s'approcha plus près du bord de son bateau et vit une tête grise apparaître. Le mystérieux animal était en fait un dauphin! Un autre apparut, puis un autre encore. Au nombre de trois, ils jouèrent joyeusement dans les vagues que formaient l'imoca. Subitement, une petite tête blanche sortit de l'eau, c'était un dauphineau.

«- TOUT BLANC!» s'écria-t-il. Ce bébé était tellement magnifique qu'il décida de l'appeler… Litchy… Pendant cet instant magique, Ethan décida de déballer le cadeau de Léa près des dauphins joueurs. Quand le jeune homme ouvrit avec délicatesse le cadeau, il vit une lettre de couleur jaune parchemin suivit d'un album photo. Le jeune navigateur lut la lettre, ou plutôt devrions nous parler d'un poème. Alors, extrêmement ému, Ethan se mit à pleurer. Des larmes salées vinrent couler sur ses joues pour ensuite retomber dans l'océan, reflétant la lueur des étoiles. Dans l'album photo, le jeune découvrit des photos prises depuis la naissance de Léa, 13 ans plus tôt.

Il passa la nuit entière à contempler ce fabuleux cadeau et s’arrêta quand les dauphins s'en allèrent.

«- Maintenant que Léa m'a offert ce cadeau, je suis encore plus motivé pour arriver rapidement et surtout de voir la fierté dans les yeux de ma sœur. Tu auras bientôt une nouvelle maîtresse qui s'occupera bien de toi, Bella!

- WOUF!!! répondit la chienne en lui sautant dessus.

Et le voyage du Vendée Globe continua sous les meilleurs auspices.

Aujourd’hui, on était le 31 décembre. Ethan était tout excité car pour la nouvelle année, il avait apporté un objet très spécial pour fêter cet instant particulier. Aussi, il était heureux de pouvoir manger, au moins pour un repas autre chose que de la bouillie fade et des repas lyophilisée. La journée passa comme un songe et le manteau noir de la nuit tomba sur l’horizon. Ethan se sentait libre sur l’océan. Il rentra dans le cockpit pour prendre l’objet et le bon repas qu’il avait préparé à l’avance. La nuit était sans nuage, on apercevait clairement les étoiles lumineuses et la lune resplendissante. Ethan sortit sur le pont. Étonnamment, il ne ressentait pas le froid mordant. Il dégusta son délicieux repas dont il donna la moitié à sa chienne (pomme de terre, fois gras et champagne) et se délecta du spectacle merveilleux de la voie-lactée.

Le jeune homme sortit le mystérieux objet de son sac : c’était un merveilleux lampion doré avec une lune rose pale en petit symbole dessus. Il le déplia et frictionna son briquet.

Une jolie flamme orangée en sortit. Ethan alluma le lampion et le lança dans les airs. Ce dernier tournoya gracieusement dans le ciel et s’éleva rapidement en hauteur. Le jeune navigateur prit Bella dans ses bras et la câlina avec émotion en observant ce paysage enchanté.

Ce magnifique jour était arrivé c’était l’anniversaire de Léa. Ethan semblait triste de ne pas être avec sa sœur pour le jour de son anniversaire mais, pour éviter de fondre en larme, il fit une vidéo qu’il dédia à sa petite Léa. Il prit sa caméra, l’alluma et commença son message :

-« JOYEUX ANNIVERSAIRE LÉA!!! sache que tu es la personne qui compte le plus pour moi dans la vie. J’adorerais pouvoir être avec toi pour cette journée très importante à tes yeux mais grâce à cette course, je vais enfin pouvoir t’offrir le voyage de tes rêves.

Bisous et j’ai hâte de te retrouver pour pouvoir enfin te serrer dans mes bras!!!»

Quand Ethan eut terminé sa vidéo il repensa à sa sœur avec une grande émotion de joie et d’amour. Pour lui c’était très dur de quitter sa Léa, cela faisait longtemps qu’il ne l’avait pas vue. -« J’adore ma sœur et je l’aimerait jusqu’à la fin de mes jours.»

Après avoir longtemps pensé à Léa, il voulut, tout à coup, mettre les moteurs pour la rejoindre au Sable d’Olonne, mais au fond de lui il savait que le plus beau cadeau qu’il pouvais lui faire était de finir sa course du Vendée et lui offrir le: « Voyage Des Héros"

Bip, bip, bip ! Ce bruit fort et incessant réveilla Ethan en sursautant. D'un pas lourd et hésitant, il se traîna vers son radar ultra perfectionné. Il scruta le cadrant, un SOS venait d'être lancé !

C'était un jeune skipper du nom d’Ivanhoé Ferkinss qu'il avait rencontré et les deux jeune homme avait tissé la base d'une grande amitié. Ethan se trouvait le plus proche de son ami en détresse. Il devait donc le secourir ! Le plus vite possible, il envoya une information au PC course qui disait : -« Bonjour, ici Ethan Écume. Un SOS a été lancé par le skipper Ivanhoé Ferkinss, étant le plus proche, je vais aller à son secours. Je demande donc que mon chronomètre arrêté le temps que je le sauve. Merci d’avance.»

Après ce court mail envoyé, il courut immédiatement à la barre et changea prestement de cap pour se diriger vers Ivanhoé. Ethan avait déjà dépassé le cap Horn, mais son ami non. Le jeune navigateur dû donc faire demi-tour. Il mit douze heures avant d’enfin apercevoir à l'horizon le mât ballotté par les flots de son ami. Quand il arriva à l'endroit où Ivanhoé avait eu un problème, il ne vit rien. Aucun signe de vie apparent. Son bateau avait coulé. Ethan arrivait trop tard. Triste et sans grande espérance, il fit quand même un tour autour de l'Imoca de son ami. Une planche en bois, c'est tout ce qu'il aperçut. Attendez, il y avait quelque chose sur cette planche ! Revigoré, il fila à toute vitesse. Son ami se trouvait là, sur la planche! En hypothermie et mourant presque de soif et de faim, Ivanohé réussit à monter sur l'Imoca d'Ethan. Ce dernier lui donna à manger et à boire, et le couvrit d'une couverture de survie. Enfin un peu remit de son aventure, Ivanohé raconta à son ami qu'une grosse tempête l'avait surpris, puis qu'il était malencontreusement rentré dans un iceberg d'une taille impressionnante. Ethan décida ensuite de ramener Ivanohé sur la terre ferme la plus proche. En route pour le Chili, son bateau rencontra un paquebot immense. Le capitaine de ce paquebot et il accepta de ramener Ivanohé sur la terre ferme. Les deux amis se quittèrent et Ethan pu reprendre la course du Vendée Globe.

Le jeune homme voulut aller prendre un repas avec Bella, mais se rendit vite compte qu'il y avait presque plus de nourriture. Comme il n'avait pas prévu de trouver cette magnifique et tendre chienne, il se débrouilla, pris un sachet qu'il partagea avec sa petite protégée. Ils mangèrent peu mais il le fallait pour leur survie à tous les deux. Le jour suivant ,il fallait se rendre à l’évidence: il ne restait plus ne serait ce qu'un petit morceau de nourriture. Résigné, il réussit à débusquer sa vielle canne à pêche que le jeune homme avait caché avant son départ en prévention de ce genre de situation.

Ethan observait la mer bleu azur. C’était merveilleux tant qu’elle était magnifique. Mais un détail le tiraillait. Par moment, une fine ombre verte glissait sur l’eau, et il se demandait pourquoi. Tandis qu’il scrutait l’immensité de l’océan, son Imoca filait à bonne allure en éclaboussant le jeune navigateur d’eau fraîche et agréable. Tandis il restait concentré, il ne vit pas tout de suite la «chose» que l’eau avait rejeté sur son bateau. Quand Ethan l’aperçut, il sauta de joie car cette «chose» était en fait une feuille. Mais pas n’importe quelle feuille! Une feuille de saule-pleureur. Cet arbre élégant ne poussait jamais au centre de l’océan tourmenté. Ethan bondit vers son radar, galbé par une énergie nouvelle: l’espoir. Son radar lui indiquait qu’il se trouver très près de la terre. Encore 2 heures d’attente et Ethan arriverait aux Sables d’Olonne. Bella sautillait joyeusement et vint se blottir dans les bras de celui qui l’avait sauvé. Encore une heure. Il vit comme un mirage à l’horizon. Mais ce n’était pas un mirage! Une bande de terre se profilait belle et bien à l’horizon. La première personne au quel il pensa fut sa sœur, Léa. Ensuite il pensa à un bon lit douillet et au meilleur repas de sa vie qu’il ferait après 3 mois de bouillie fade. La nuit tomba bien vite et … il passa la ligne imaginaire qui marquait l’arrivée. Son équipage technique et les médias arrivèrent soudainement à ses côtés. Tous le félicitaient. Il était arrivé 6éme! Un feu d’artifice commença à être tiré en son honneur.

Pendant ce spectacle qui éblouissait toutes les personnes présentes pour ce grand événement, Ethan se rendit compte qu'il avait réussit la course du Vendée Globe en 93 jours 2 heures et 28 minutes. Des larmes de joie se mirent à rouler sur ses joues quand il pénétra dans le chenal. Ses fans l'acclamèrent avec ferveur et son équipe technique le félicita car le jeune navigateur était arrivé 6ème de la course. Grâce au sauvetage miraculeux d'Ivanohé, sauvé des eaux par Ethan, il se trouvait propulsé à la seconde place.

Trophée d'argent d'Ethan

Un merveilleux trophée d'argent pour le jeune homme qui avait accompli pour la première fois le Vendée Globe. Tout d'un coup, les sons s'évanouirent, happé par l'émotion, son cœur se mit à battre à mille à l'heure, il descendit en courant la passerelle qui reliait l'Imoca à la terre ferme et se jeta dans les bras de sa sœur avec émotion en lui promettant que son rêve de toujours, son voyage aux Antilles pour nager avec des dauphins même si elle était handicapée, se réaliserait. Il lui murmura:

«-Je voudrais que tu t'occupes bien de quelqu'un de particulier...» Léa ne comprenait pas de quoi parlait son frère jusqu’à que Bella sorte de sa cachette pour se jeter dans les bras de sa nouvelle maîtresse. Il alla chercher avec sa sœur sa coupe d'argent et alla remercier ses fans puis rentra chez lui pour raconter son aventure fantastique (littéralement, puisque il avait rencontré le dieu Poséidon et son char tiré par des hippocampes, et avait suivit des brownies qui chevauchaient des poissons d'or) et manger au coin du feu un bon rôti et des frites croustillantes.

Credits:

Created with images by dalbera - "Les Sables d'Olonne" • MAKY_OREL - "needle thread reels"

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.