Loading

La route des phares Saint-Nazaire maritime

La route des phares

À partir du port de Saint-Nazaire, le chenal maritime qui permet aux navires de rejoindre la haute mer est un des plus importants en Europe. La ville est située en fond de golfe de Gascogne assez loin du « grand large ». Le chenal a fait l’objet de nombreux aménagements au cours des décennies. À l’état naturel, la rade de Saint-Nazaire est peu profonde.

Les grands travaux de dragage et de creusement d’un chenal débutent en 1892. La construction de la grande écluse nécessite un recalibrage de l’accès. La profondeur du chenal est portée à 7 mètres.

En 1934, il faudra un dragage exceptionnel pour permettre la sortie du paquebot Normandie. Dès la Libération, le chenal est porté à 8 mètres. Le dernier acte se joue en 1976 suite à l’implantation à Montoir-de-Bretagne du terminal méthanier. Le chenal atteint 15 mètres de profondeur. Il est élargi à 300 mètres et déplacé entre la pointe de Chemoulin et Villès-Martin, où on l’éloigne de la côte.

À chaque modernisation, les phares et les feux du chenal ont été modifiés. Ils forment une route pour les navires : la route des phares.

Le vieux môle, 1825-1826

© Denis Pillet - Inventaire du Patrimoine culturel. Région des Pays de la Loire

Le vieux môle, 1825-1826 - Le môle d’abri a été construit entre 1828 et 1835. Il s’agit du premier ouvrage portuaire érigé sur le site. Son rôle était triple : offrir un abri coupé des houles et des vents, servir de lieu d’embarquement - débarquement et porter le premier phare construit entre Le Croisic et Nantes, marquant l’entrée de l’estuaire. Les traces sur le mur sud sont les témoins des combats lors du débarquement du Commando allié de l’opération Chariot en 1942.

Le phare de Villès-Martin. Scène de pêche à pied

Peinture sur toile de Charles Leduc, vers 1900. © Collection Ville de Saint-Nazaire. Saint-Nazaire Agglomération Tourisme-Écomusée.

Le phare de Villès-Martin. Scène de pêche à pied - Le phare de Villès-Martin est construit en 1865. Il s’agit d’une tour en maçonnerie de pierres de taille. Son profil est original puisqu’il se présente sous la forme d’une grosse colonne monumentale. Il devient en 1896 le premier feu automatique à éclats installé en France.

Phare du Grand Charpentier

© Martin Launay - Ville de Saint-Nazaire.

Phare du Grand Charpentier - La marée basse découvre le banc du Grand Charpentier qui fut de tout temps un risque majeur pour la navigation. Le phare porte les traces de la houle dominante du sud-ouest. En 1881, au cours d’une reconnaissance hydrographique, les ingénieurs constatent que l’estuaire de la Loire s’est considérablement ensablé. La barre sableuse du Charpentier qui en verrouille l’accès s’est rehaussée de près d’un mètre. Il est décidé de compléter l’éclairage de ces parages par l’édification d’un phare placé juste au bout du chenal principal à l’endroit des premiers écueils.

En route !
Siméon, Siméon
Paris-adieux
C’est rigolo
Il y a des heures qui sonnent Quai-d’Orsay-Saint-Nazaire !
On passe sous la Tour Eiffel
— boucler la boucle —
pour retomber de l’autre côté du monde
Puis on continue...

Blaise Cendrars - Le Panama ou les Aventures de mes Sept Oncles

© Yves Guillotin. Inventaire du patrimoine culturel. Région des Pays de la Loire.

Phare de Kerlédé - Construit de 1895 à 1897 sur les plans de l’ingénieur Georges de Joly qui venait, après avoir participé au projet de nouvelle entrée du port, d’être nommé aux Phares et Balises, ce bel édifice présente encore tout son programme architectural. Il possède son logement à la base, son jardin et même sa grille. Sa lanterne n’est pas métallique mais en maçonnerie. Il est propriété de la Ville depuis 1987. La couleur rouge est la teinte des vitres de la lanterne.

Entrée du port

© Martin Launay - Ville de Saint-Nazaire.

Entrée du port avec le «building» et l’usine élévatoire, 2018 - Le pilote assiste le capitaine pour la conduite d’un navire à l’entrée et à la sortie d’un port, rade ou fleuve. Il apporte son expertise tant sur le plan nautique (marées, courants, etc.) qu’en matière de manœuvre. Il est en relation avec les autres professionnels portuaires comme la capitainerie, siège de l’autorité portuaire, les remorqueurs et les lamaneurs qui interviennent lors de l’accostage et de l’appareillage des navires. Le pilotage est obligatoire pour tous les navires d’une longueur supérieure à 75 mètres et/ou transportant des marchandises dangereuses. L’avant-port est le siège de l’activité avec des pilotines, ici à gauche, en attente de service et la vigie d’où suivre le trafic.

Transfert du paquebot en construction Celebrity Edge

© Martin Launay-Ville de Saint-Nazaire

Transfert du paquebot en construction Celebrity Edge avec l’aide de remorqueurs, 2018 - Le remorquage consiste à assister tout type de navire dans sa manœuvre dans le port et le chenal, en toutes circonstances :

  • mise à quai, déhalage ou désaccostage
  • assistance et sauvetage des navires en difficulté ou en détresse
  • interventions spéciales dans la zone portuaire pour les navires en situation dangereuse : rupture d’amarres, avaries de machines ou de barre, échouage.

Crédits

L’exposition promenade « Saint-Nazaire Maritime » est une réalisation de la Ville de Saint-Nazaire et de la CARENE – Saint-Nazaire Agglomération.

Commissaire d’exposition : Emmanuel Mary, Ville de Saint-Nazaire

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.