Loading

CoViD-19 : Gestion des personnes contacts à risque d’un cas confirmé ou probable TDM+ (modalités au 18 septembre 2020, Actualisées Au 27 juillet 2021)

Définitions

Suivant le contexte du contact

Personnes contact à risque dans le foyer :

Il s'agit de toute personne qui, en l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact, a partagé le même lieu de vie qu’un cas confirmé ou probable TDM+ dans les 48 h avant le début des symptômes si le cas est symptomatique (dans les 7 jours avant le diagnostic, date du test ou du TDM, si le cas confirmé ou probable est asymptomatique).

Personnes contact à risque hors foyer :

Il s'agit de toute personne qui, en l’absence de mesures de protection efficaces :

  • hygiaphone ou autre séparation physique comme une vitre ;
  • OU masque chirurgical ou FFP2 porté par le cas OU la personne contact ;
  • OU masque grand public porté par le cas ET la personne contact

pendant toute la durée du contact, dans les 48 h avant le début des symptômes (dans les 7 jours avant le diagnostic si le cas confirmé est asymptomatique) :

  • a eu un contact direct avec un cas confirmé ou probable, en face à face, à moins de 2 mètre du cas quelle que soit la durée ;
  • OU a reçu ou prodigué des actes d’hygiène ou de soins ;
  • OU a partagé un espace confiné (bureau, véhicule) pendant au moins 15 minutes ou lors de plusieurs épisodes de toux ;
  • OU est élève ou enseignant de même classe scolaire ou groupe de TD universitaire.

Suivant l'importance du risque

Personnes contact à risque élevé

Il s'agit de toute personne contact :

  • n’ayant pas reçu un schéma complet de primo-vaccination (c’est-à-dire un schéma complet de vaccination, avant des rappels éventuels)
  • OU ayant reçu un schéma complet de primo-vaccination depuis moins de 7 jours (vaccins Cominarty/Pfizer, Spikevax/Moderna, AstraZeneca/Vaxzeria ou Covishield) ou moins de 4 semaines (vaccin Covid-19 vaccin Janssen)
  • OU atteinte d’une immunodépression grave, c’est-à-dire présentant une affection le rendant éligible à une 3e dose de primo-vaccination, même si celle-ci a déjà été administrée (liste d’affections définies dans l’avis du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale du 6 avril 2021).

Personnes contact à risque modéré

il s'agit de toute personne contact sans immunodépression grave ayant reçu un schéma complet de primo-vaccination depuis au moins 7 jours (vaccins Cominarty/Pfizer, Spikevax/Moderna, AstraZeneca/Vaxzeria ou Covishield) ou au moins 4 semaines (vaccin Covid-19 vaccin Janssen).

Tableaux explicatifs pour personnes contact à risque élevé

Stratégies et modalités d'isolement de @thor_vastatine et @DocteurTommy :

(cliquer sur l'image pour l'agrandir)
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Arbre décisionnel du Ministère de la Santé :

Description analytique du SNJMG

(Personnes contacts à risque dans le foyer, Personnes contacts à risque hors foyer et Cas particuliers dont Professionnels de santé)

Personnes contacts à risque dans le foyer

Personnes contact à risque élevé

Ces personnes nécessitent :

- un isolement strict au domicile ou en centre d'hébergement (avec, le cas échéant, prescription d'arrêt de travail correspondant si télétravail impossible), avec règles d'hygiène (Port du masque, lavage régulier des mains) et d'auto surveillance (surveillance température 2x/jour, surveillance des signes respiratoires) ;

Attention : Depuis le 03 octobre 2020, les cas contact à risque qui ne peuvent pas télétravailler peuvent demander directement sur le site declare‧ameli.fr (ou declaremsa.fr pour les adhérents MSA - salariés et non salariés) un arrêt de travail dérogatoire en ligne pour la durée préconisée pour leur isolement.

- 4 masques chirurgicaux (dans l'attente de la fourniture de masques par l'Assurance Maladie) ;

Pour en savoir plus : Prescription de masques chirurgicaux par le Médecin Généraliste.

- un test antigénique (TAG) ou RT PCR sur prélèvement nasopharyngé à faire immédiatement ;

NB : Les enfants de moins de 6 ans ne sont pas concernés par cette mesure. Pour eux, la reprise des activités est possible sans test à J18 en l’absence de symptômes évocateurs de la Covid-19.

Si test RT PCR est positif :

Si test antigénique (TAG) positif :

Une RT-PCR de diagnostic doit être réalisée dans les 24h suivant le TAG (RT-PCR de diagnostic simple et de criblage en première intention ou RT-PCR de diagnostic simple couplée à une RT-PCR de criblage). Si le résultat de diagnostic obtenu par cette RT-PCR et celui du TAG sont discordants, c’est celui de la RT-PCR qui doit être retenu.

Si le test (TAG ou RT PCR) est négatif :

L'isolement prend fin en cas de résultat de test négatif (antigénique ou RT-PCR) réalisé 7 jours après la guérison du cas confirmé (soit à J17) et en l’absence de symptômes évocateurs de la Covid-19. Pour les enfants de 6 à 11 ans (et les adultes) qui ne seraient pas testés, l'isolement doit être prolongé jusqu’à J24.

La fin de l'isolement doit s’accompagner par le port rigoureux, pour les adultes et enfants de plus de de 6 ans, du masque chirurgical ou grand public de filtration supérieure à 90%, et le respect strict des mesures barrières et de la distanciation physique durant les 7 jours suivant la levée de la mesure, en évitant les personnes à risque de forme grave de Covid19, et en favorisant, dans la mesure du possible pour les personnes qui travaillent, le recours au télétravail.

NB : Si le prélèvement naso pharyngé est impossible ou difficile (notamment chez l'enfant), pratiquer un test PCR sur prélèvement oropharyngé.

- Une invitation, si patient zéro porteur de variant à risque sud africain, brésilien ou indien, à prévenir eux-mêmes (contact-warning) les personnes avec qui elles ont été en contact à risque depuis leur dernière exposition à risque avec le cas index (contacts de seconde génération).

Pour celles-ci les recommandations suivantes sont proposées :

  • Renforcer l’application des mesures barrières et notamment le port du masque grand public filtration supérieure à 90% ou du masque chirurgical en présence d’autres personnes ;
  • Télétravailler dès lors que cela est possible ;
  • Réduire volontairement ses contacts sociaux durant les 7 jours suivant ;
  • Réaliser un test diagnostic sans délai au 1er symptôme.

Personnes contact à risque modéré

Même stratégie sauf qu'il n'y a pas d'isolement.

Ces personnes contact doivent toutefois porter un masque (chirurgical ou FFP2) dans l’espace public et limiter leurs interactions sociales.

Personnes contacts à risque hors foyer

La stratégie de prise en charge des personnes contacts à risque hors du foyer du cas confirmé ou probable TDM+ diffère légèrement de celle des personnes contacts du foyer, du fait de leur hébergement différencié de celui du patient zéro.

Personnes contact à risque élevé

- Recommandation d'isolement strict au domicile ou en centre d’hébergement jusqu'à résultat du test sur prélèvement naso pharyngé ;

- Prescription d'un arrêt de travail, le cas échéant, si télétravail impossible ;

Attention : Depuis le 03 octobre 2020, les cas contact à risque peuvent demander directement sur le site declare‧ameli.fr (ou declaremsa.fr pour les adhérents MSA - salariés et non salariés) un arrêt de travail dérogatoire en ligne pour la durée préconisée pour leur isolement.

NB : Depuis le 15 mars 2021, cette auto déclaration est obligatoire pour les cas contacts avertis par l'application TousAntiCovid.

- Invitation à se procurer des masques chirurgicaux en pharmacie d’officine (via autorisation de l'Assurance Maladie) ;

- Invitation, si patient zéro porteur de variant à risque sud africain, brésilien ou indien, à prévenir eux-mêmes (contact-warning) les personnes avec qui elles ont été en contact à risque depuis leur dernière exposition à risque avec le cas index (contacts de seconde génération) ;

Pour celles-ci les recommandations suivantes sont proposées :

  • Renforcer l’application des mesures barrières et notamment le port du masque grand public filtration supérieure à 90% ou du masque chirurgical en présence d’autres personnes ;
  • Télétravailler dès lors que cela est possible ;
  • Réduire volontairement ses contacts sociaux durant les 7 jours suivant ;
  • Réaliser un test diagnostic sans délai au 1er symptôme.

- Pratique immédiate d'un test antigénique (TAG) ou RT PCR

NB : Les enfants de moins de 6 ans ne sont pas concernés par cette mesure. Pour eux, la reprise des activités est possible sans test à J8 en l’absence de symptômes évocateurs de la Covid-19.

Si test RT PCR positif :

Si test antigénique (TAG) positif :

Une RT-PCR de diagnostic doit être réalisée dans les 24h suivant le TAG (RT-PCR de diagnostic simple et de criblage en première intention ou RT-PCR de diagnostic simple couplée à une RT-PCR de criblage). Si le résultat de diagnostic obtenu par cette RT-PCR et celui du TAG sont discordants, c’est celui de la RT-PCR qui doit être retenu.

Si test négatif :

L'isolement prend fin en cas de résultat de test négatif (antigénique ou RT-PCR) réalisé à J7 du dernier contact avec le cas confirmé et en l’absence de symptômes évocateurs de la Covid-19. Pour les enfants de 6 à 11 ans (et les adultes) qui ne seraient pas testés à J7, l'isolement doit être prolongé jusqu’à J14.

La fin de l'isolement doit s’accompagner par le port rigoureux, pour les adultes et enfants de plus de de 6 ans , du masque chirurgical ou grand public de filtration supérieure à 90%, et le respect strict des mesures barrières et de la distanciation physique durant les 7 jours suivant la levée de la mesure, en évitant les personnes à risque de forme grave de Covid19, et en favorisant, dans la mesure du possible pour les personnes qui travaillent, le recours au télétravail.

NB : Si le prélèvement nasopharyngé est impossible ou difficile (notamment chez l'enfant), pratiquer un test sur prélèvement oropharyngé.

Rappel :

Les personnes contacts à risque hors du foyer, identifiées par interrogatoire du cas, sont contactées par les agents en charge du contact-tracing de niveau 2.

Pour le SNJMG, ces personnes ne sont donc pas du ressort du médecin généraliste, sauf si le médecin généraliste est leur médecin traitant ou si elles se présentent d'elles mêmes à la consultation du médecin généraliste.

Personnes contact à risque modéré

Même stratégie sauf qu'il n'y a pas d'isolement.

Ces personnes contact doivent toutefois porter un masque (chirurgical ou FFP2) dans l’espace public et limiter leurs interactions sociales.

Cas particuliers

Cas contact à risque d'un patient 0 ayant préalablement bénéficié d'une ou deux doses vaccinales anti CoViD-19

Il n'existe pas (encore ?) de recommandation scientifique pour cette situation ; il n'y a donc pas d'exception réglementaire.

Cas contact à risque ayant présenté un épisode de Covid-19 suspecté ou confirmé

Selon les recommandations du HCSP, il y a 2 cas de figure :

- CoViD-19 confirmé par test RT PCR ou test antigénique (TAG) :

Ne pas placer la personne contact en isolement car elle est considérée comme étant à risque négligeable d’être à nouveau infectée et de disséminer l’infection, sauf si le patient 0 est porteur d'un variant sudafricain ou brésilien.

Lui recommander de respecter les mesures barrières (gestes barrières, distance physique, hygiène des mains, port de masque).

- CoViD-19 non confirmé par RT PCR :

Procéder à un diagnostic sérologique :

  • Si le résultat est positif : faire comme dans le cas précédent.
  • Si le résultat est négatif : faire suivant le cas de contact à risque.

Professionnels de santé contacts à risque

La particularité de cette situation concerne le (non) isolement et le maintien en poste.

PS contact à risque élevé

Le HCSP recommande que l’éviction des professionnels contacts à risque élevé d’un porteur du SARS-CoV-2, symptomatique ou non, ne soit pas systématique, sauf :

  • Si le professionnel devient symptomatique ;
  • En cas de doute sur la possibilité du soignant à respecter les mesures barrières permettant d’éviter la contamination des patients ou des autres professionnels de l’établissement : le soignant contact doit être mis en éviction dans les mêmes conditions que les contacts en population générale.

Le professionnel contact à risque mais maintenu en poste doit :

- Pratiquer une auto-surveillance de ses symptômes et alerter les services de médecine du travail et de maladies infectieuses en cas d’apparition de symptôme évocateur pour la réalisation d’un prélèvement nasopharyngé à la recherche du SARS-CoV-2. Dans l'attente du résultat, il doit être mis en éviction, sauf situation exceptionnelle ;

- Porter un masque (chirurgical ou FFP2) dans l’espace public et appliquer strictement les mesures d’hygiène et de distanciation physique, dans sa pratique mais aussi lors des pauses ou de l’utilisation des vestiaires.

PS contact à risque modéré

Ce professionnel de santé est maintenu en poste mais il doit porter un masque (chirurgical ou FFP2) dans l’espace public et appliquer strictement toutes les autres mesures d’hygiène et de distanciation physique, dans sa pratique mais aussi lors des pauses ou de l’utilisation des vestiaires.

Created By
Syndicat SNJMG
Appreciate

Credits:

Created with images by kian zhang - "coronavirus ,community,Body temperature detection,Coronavirus COVID-19" • Vesna_Pixi - "test swab diagnostic" • fernandozhiminaicela - "covid-19 coronavirus quarantine" • HelenJank - "protective suit face mask face shield"